Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 08:06

Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/2014/dgreenfield/susan-rice-still-bashing-israel-over-ukraine/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

L'administration Obama a...

1. donné le feu vert au programme nucléaire iranien

2. secrètement soutenu le gouvernement d'Union nationale entre le Hamas et l'OLP

3. annoncé son intention de financer un gouvernement d'Union nationale entre le Hamas et l'OLP

4. omis de tenir l'OLP responsable de quoi que ce soit le tout en rodomontade ininterrompue sur les maisons israéliennes

Mais maintenant il s'agit de l'Ukraine. Parce qu'une grève du ministère israélien des affaires étrangères a conservé temporairement Israël hors de la boucle. Et Susan Rice déblatère toujours sur cette affaire.

Les Unis peut être se sont engagés au soutien d'Israël, mais cet engagement a une condition, Susan Rice conseillère à la sécurité nationale,  a déclaré au cours d'une conférence à Washington mercredi soir.

« L'Amérique maintiendra toujours son engagement implacable envers la sécurité d'Israël, afin qu'Israël maintienne son avantage militaire qualitatif et puisse protéger son territoire et son peuple, » Rice a dit aux participants au Centre pour la conférence annuelle d'une nouvelle sécurité Americanine à Washington DC. « De même, nous défendons systématiquement la légitimité et la sécurité d'Israël à l'ONU et dans d'autres organisations internationales. À son tour, nous attendons d'Israël de se lever et être compté avec les États-Unis et d'autres partenaires sur les questions fondamentales du droit international et de principe, comme l'Ukraine."

Que fait Israël bon sang.

Pourquoi n'a-t-il pas mis en place des hashtags liés à l'Ukraine. Le plan de Rice et de l'équipe Obama pour l'Ukraine se composait de hashtags, pour des sanctions militaires inutiles. Et un vote inutile de l'ONU dont Israël a raté conduisant à une nouvelle attaque de Rice.

Mais si Israël appuie l'Ukraine de la façon dont Obama soutient Israël, il lui fournirait des équipements militaires tout en reconnaissant les États russes, armerait les États tout en exigeant que les ukrainiens arrêtent la construction de colonies de peuplement dans tout territoire que la Russie revendique comme le sien propre.

L'équipe Obama est sans cesse en train de dénigrer Israël tout en se plaignant qu'il ne reçoit pas assez de soutien d'Israël sur les « questions fondamentales du droit international ».

Pendant ce temps à l'ONU dans les dossier de votes Israël s'aligne sur les Etats-Unis, plus que n'importe quel autre pays qui n'est pas effectivement géré par les Etats-Unis. Israël a voté plus proche des États-Unis que le Canada.

Et ce n'est pas peu dire.

Mais Obama Inc. tient à la recherche des excuses pour se colleter avec Israël.

Repost 0
mordeh'ai
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 05:44

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

The "three-finger salute" as it appears on Facebook

                       Le « salut de trois doigts » telle qu'elle apparaît sur Facebook

 

Déclaration de John Kerry, le 15 juin :

Les États-Unis condamnent fermement l'enlèvement des trois adolescents israéliens et demande leur libération immédiate. Nos pensées et nos prières sont avec leurs familles. Nous espérons leur retour rapide et sûr. Nous continuons d'offrir notre soutien inconditionnel à Israël dans sa recherche de la trace des adolescents, et nous  encourageons la pleine coopération entre les services de sécurité israéliens et palestiniens. Nous comprenons que la coopération est en cours.

Nous recherchons toujours plus de détails sur les parties responsables de cet acte de terrorisme méprisable, bien que de nombreux indices pointent vers la participation du Hamas. Alors que nous recueillons cette information, nous réitérons notre position, que le Hamas est une organisation terroriste connue pour ses attaques contre les civils innocents et qui a utilisé l'enlèvement par le passé.

 

L'exposé du Département d'État hier:

QUESTION:... La recherche de trois adolescents est dans son sixième jour, les Israéliens arrêtent des centaines de Palestiniens, regroupant certains ou ré-arrêtant dans certains cas, beaucoup de ceux qui ont été libérés. Ils font du confinement, un verrouillage. Celà cause vraiment une condition humanitaire très difficile. Vous parlez avec les Israéliens pour éclaircir – en quelque sorte, mais je vous l'ai déjà demandé hier. Les  invitez- vous à alléger leur manière lourde dans leur recherche?

MS. PSAKI : Eh bien, disons, nous avons été en contact avec les Israéliens et les Palestiniens au cours des derniers jours à plusieurs reprises puisque ces adolescents ont été enlevés. Nous savons que c'est un moment difficile, évidemment, sur le terrain. Nous avons insisté pour que la coopération sécuritaire continue entre les Israéliens et les Palestiniens dans la recherche des adolescents kidnappés. Nous avons été encouragé par la déclaration forte du Président Abbas aux ministres des affaires étrangères arabes et islamiques aujourd'hui d'Arabie saoudite. Mais- et certainement comme la recherche continue et dans nos conversations, nous exhortons les deux parties à faire preuve de retenue et éviter les types de mesures qui pourraient déstabiliser la situation. Et c'est un message que nous convoyons dans toutes nos conversations.

 

Nous atténuons un peu? Maintenant offrons-nous un brin inférieur au « plein soutien » à Israël dans sa tentative pour secourir les garçons? Plein appui, mais utiliser la retenue, ne déstabilisez pas n'importe quoi. Ne créez pas une crise humanitaire ici.

Je peux accepter que le journaliste « dise » qu'il pourrait être un peu difficile pour les Palestiniens, maintenant, même si je n'ai pas beaucoup de sympathie pour eux compte tenu de l'appui qu'ils offrent aux ravisseurs dans les médias sociaux. Tant pis, vous souhaitez que nous vous laissons tranquille, cédez!.

Je veux vous demander: que faut-il pour que l'administration accuse les Palestiniens pour quoi que ce soit? Ce que les responsables américains auraient à faire pour cette affaire c'est de dire "ce n'est pas « les deux parties », ce sont les Palestiniens qui commettent des actes de terrorisme et c'est méprisable?"

Maintenant, voici quelque chose d'autre:

Où est le président Obama dans tout celà? John Kerry a condamné l'enlèvement (un peu tard, mais sans équivoque). La maison blanche (c'est-à-dire, un membre du personnel des médias sociaux) a posté un tweet que «nos pensées et nos prières vont aux familles». Mais autant que je peux voir, le Président n'a pas fait personnellement une déclaration, comme lui et sa femme l'avaient fait pour les filles nigérianes enlevées.

Soyons clairs: je n'accuse pas le Président de préjugés. Je ne dis pas qu'il ne se soucie plus de Nigérians, ou des filles d'ailleurs, pour les garçons israéliens.

Je dis qu'il étalonne soigneusement les déclarations qu'il fait et ne fait pas l'effet qu'elles auront sur les diverses parties prenantes, tant à l'intérieur qu'en dehors des Etats-Unis. Et je pense qu'il croit qu'une déclaration personnelle, condamnant les ravisseurs offenserait certaines de ces circonscriptions, endommagerait ses canaux de communication avec eux, etc..

Pensez à ceci. Qui est il inquiet? le Hamas? Les frères musulmans? Ou juste le monde musulman dans son ensemble, qui a été obsequieusement courtiser, mais sans succès depuis 2009 ?

À moins que son plan ne soit de paralyser ses ennemis (et ses amis) par l'incertitude de ses intentions, sa politique de dissimulation de la combinaison (d'accord,il ment) avec des menaces vides, les frappes de drone occasionnelles et copieuses; la préoccupation pour les sentiments des barbares est remarquablement inepte.

Je souhaite qu'Obama viennejuste et leur dise ce qu'il pense, même si je croie qu' horrifierait les supporters d'Israël — pour ne pas dire le reste de la civilisation occidentale.

Repost 0
mordeh'ai
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 17:12

Par Nadav Shragai

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=880

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

La député Aliza Lavie du parti Yesh Atid a tonné un "Comment osez-vous?" à la député Hanin Zoabi du parti Balad, qui avait affirmé mardi que les personnes qui ont enlevé les trois adolescents étudiants de yeshiva jeudi dernier "ne sont pas des terroristes."  Mais Zoabi n'est pas la seule à le dire.

La question que nous devons nous poser, et répondre est: Comment une nation dont les ennemis ont tracé sa destruction pendant près d'un siècle permet à Zoabi, au nom de la démocratie, de siéger à son Parlement et s'identifier à ses ennemis?

Comment ose une nation qui se considère raisonnable permette à quelqu'un qui s'est appelé un "fan" de l'ancien député Azmi Bishara, qui est soupçonné d'espionnage contre Israël pour le compte du Hezbollah au cours de la seconde guerre du Liban et a depuis fui le pays, sièger à la Knesset ?

Zoabi n'a pas surpris tout le monde. Elle a clairement fait savoir dans le passé que la première Intifada "était bonne" et que les événements de la place Tahrir au Caire étaient un modèle approprié pour les manifestations contre «l'occupant». Il ya trois ans, après un missile antichar tiré sur un autobus scolaire transportant des enfants israéliens, tuant Daniel Weiflich, la dame a expliqué: " Si vous ne voulez pas qu'ils vous tirent dessus, le peuple israélien devrait descendre dans les rues et manifester pour la fin du blocus de Gaza ". Elle a été constante, et après lorsque cinq Israéliens ont été assassiné dans l'attentat d'un bus de touristes à Burgas, en Bulgarie, en 2012, elle a déclaré " qu'Israël n'est pas une victime, même si [ses] citoyens sont assassinés" et que "la politique israélienne d'occupation est coupable."

Malheureusement, même les faits connus sur le scandale de la présence de Zoabi sur le navire Mavi Marmara en 2010 étaient insuffisantes pour le procureur général Yehuda Weinstein de la faire destituer er passer en jugement. À l'époque, Weinstein a trouvé une "preuve importante et des difficultés juridiques" et a décidé de clore l'affaire. Même la Cour suprême a décidé de passer outre la décision de la Commission électorale centrale de disqualifier Zoabi pour la 19e Knesset et l'a laissé participer. Les juges ont exprimé des doutes quant à savoir si l'activité de Zoabi inclus de soutenir la lutte armée d'une organisation terroriste. Ils ont écrit dans leur décision que " Son activité ... et en particulier sa participation à la flottille, est en effet très proche des interdictions que l'article 7a met en garde contre et est conçu pour les empêcher. La preuve relative à la question de l'exclusion [de Zoabi] n'était pas étendue , mais il est significatif et elle se rapproche de la «masse critique» qui justifierait de détruire certainement [sa candidature]. "

Maintenant Zoabi se pourrait avoir fourni une preuve qui permettra à la Haute Cour de justice de reconsidérer son trésor collectif des états comme la «masse critique» qui conduira à son élimination. La démocratie est en droit de se protéger contre toute personne qui s'identifie à l'activité terroriste de l'ennemi, ce que Zoabi a fait dans ses remarques. Rien de moins. Dans n'importe quelle autre démocratie fonctionnelle de l'Ouest, elle aurait depuis longtemps était destituée - devant le Parlement, et peut-être même mise en jugement. Mais en Israël, qui est si démocratique, c'est devenu dingue, beaucoup sont aveuglés à la différence entre ce qui peut et ce qui ne peut pas être dit, entre la liberté d'expression et la liberté d'inciter, entre une personne qui appelle légitimement au terrorisme  et quelqu'un qui admire simplement les objectifs nationalistes de l'ennemi.

"Pourquoi devrais-je servir dans l'armée si je ne suis pas fidèle à l'Etat?" a demandé Zoabi  dans une interview il y a environ cinq ans. "Pourquoi diable devrais-je être loyale envers l'Etat ... qui se définit comme un Etat juif et le foyer national des Juifs?"

Vraiment, pourquoi diable? Et pourquoi diable nous sommes-nous rappelé tout à coup de lui demander:"Comment osez-vous?" Pourquoi ne devrait-elle pas oser, alors que nous lui avons permis de sièger à la Knesset depuis des années?

Repost 0
mordeh'ai
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 16:02

Par Isi Leibler

http://wordfromjerusalem.com/?p=5127

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Des craintes pour le bien-être des adolescents enlevés dominent nos esprits  nous partageons les prières et la douleur de leurs parents et de leurs familles. Et la nation dans son ensemble affiche l'unité qui a toujours été la marque distinctive du peuple juif, lorsqu'il est confronté à de telles situations.

 

Cependant, il y a quelques israéliens déments, donnés en exemple par le Yedioth Ahronoth tel le journaliste Raanan Shaked qui blâme la tragédie intitulée «l'emploi par ces truffes de leurs enfants qu'ils emmenent  vivre avec eux dans les territoires. » L'Alice au pays des merveilles de notre démocratie qui permet également à Hanin Zoabi députée du parti Balad de nier que les ravisseurs sont des terroristes et de justifier sans vergogne l'enlèvement comme un acte de résistance à la « Souffrance des Palestiniens ». Elle est soutenue par Avram Burg, qui, dans Haaretz, attribuait l'enlèvement à « la souffrance d'une société, son cri et l'avenir de toute une nation qui a été kidnappé par nous ».

 

Mais l'écrasante majorité de nos politiciens, dont le comportement méprisable a atteint un record à faible au cours de l'élection présidentielle, est unie et a de la compassion dans leur gestion de cette crise.

 

Depuis la création de l'État, nous avons subi des actes de terrorisme sans fin ciblant des israéliens innocents de tous âges.

 

Les médias internationaux ont dépeint l'enlèvement comme une attaque contre les « colons ». C'est particulièrement ironique compte tenu de l'histoire de Gush Etzion – d'où les adolescents ont été enlevé – un bloc de colonie fondé par les enfants et les survivants d'une communauté détruite et rasée pendant la guerre d'indépendance de 1948.

 

Dans ce contexte, nous devons nous réconcilier avec la réalité que le monde est indifférent à ce qui se passe en Israël, comme en témoigne une fois encore l'UE en omettant de faire une déclaration officielle pendant cinq jours. Quand elle l'a fait, l'instruction n'était pas signée par le chef de la politique étrangère Catherine Ashton, qui ne rate jamais une occasion de publier des déclarations immédiates en son propre nom condamnant Israël pour la construction dans la banlieue juive de Jérusalem-est.

 

Ironie du sort, comme cette saga d'enlèvement se déroule en Israël, à New York un débat furieux  a été engagé concernant la production du Metropolitan Opera de « Death of Klinghoffer, » un drame vil, basé sur le meurtre impitoyable d'un juif paralysé dans un fauteuil-roulant sur un bateau de croisière par des terroristes palestiniens, qui cherche à rationaliser et à humaniser les terroristes et à rationaliser leurs motivations.

 

Aujourd'hui, le problème majeur est que la communauté internationale refuse le caractère barbare de l'intégrisme islamique. Sûrement le carnage qui se déroule en Syrie et aujourd'hui en Irak, qui met en correspondance les pires exemples de boucherie médiévale, devrait servir de coup de semonce. Le comportement des djihadistes sunnites dans la prise de Mossoul, où des centaines, sinon des milliers de soldats et policiers ont été décapités et leurs têtes placées sur l'écran, explique pourquoi plus d'un demi-million d'habitants ont fui. De même les 185 000 massacrés par les deux parties dans la guerre civile syrienne et les 300 écolières nigérianes enlevées et apparemment vendues comme esclaves. Les djihadistes, sunnites et chiites  — sont des monstres barbares.

 

Mais en ce qui concerne Israël et ses voisins, la communauté internationale trouve beaucoup plus facile de dépeindre le conflit en ce qui concerne les Palestiniens cherchant l'indépendance nationale d'avec leur "occupant" israélien. Le fait que 95 % des territoires sur la ligne verte étaient offerts aux Palestiniens qui ont éconduit un État à plusieurs reprises, souligne leur véritable aspiration — qui n'est pas immobilière, mais l'élimination de la souveraineté juive.

 

L'ensemble de la région est un repaire de scorpions, d'activité barbare. Le Hamas et les brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, la branche militaire du Fatah, une composante de l'autorité palestinienne — sont des oiseaux au plumage, semblable à celui de leurs homologues syriens et irakiens cruels et meurtriers. Les chiites, qu'ils cherchent à exterminer, sont tout aussi brutaux envers les sunnites, lorsqu'ils sont au contrôle. Il est donc impossible de faire la différence entre la brutalité cruelle des Shiites du Hezbollah et  celle des sunnites du Hamas. Si ces barbares ont la capacité de se comporter si cruellement envers leurs propres parents, on peut seulement frémir à ce qu'ils feraient aux Juifs, s'ils en avaient l'occasion.

 

Israël représente un havre de paix relative dans cette région tumultueuse. Il est ironique de constater que ces derniers mois Israël a même traité des victimes de la guerre civile de Syrie. Sans hésitation, nous fournissons des services médicaux aux Palestiniens, y compris deux ans auparavant, la petite-fille de Ismael Haniyeh, chef du Hamas, qui continue à appeler pour le massacre des Juifs axé sur la bande de Gaza. Incroyablement, pendant la même semaine que l'enlèvement, Mahmoud Abbas n'avait aucune inhibition de voir sa femme traitée au Assuta Medical Center à Tel Aviv.

 
Pourtant quand des civils israéliens sont pris pour cible par des missiles depuis Gaza, tout ce que les Etats-Unis et la communauté internationale exige d'Abbas est son affirmation selon laquelle il n'est pas dans l'intérêt des Palestiniens en cette période de lancer des roquettes contre Israël. Qu'après quatre jours Abbas fait bien de réagir et de condamner l'enlèvement mais elle a été combiné avec une protestation contre les Israéliens pour les perturbations de la vie palestinienne suite aux recherches pour retrouver les kidnappeurs.

 

En attendant, les Palestiniens publiquement se réjouissaient, tant dans les zones de l'AP qu'à Gaza. Ignobles caricatures ont été publié dans les quotidiens officiels de l'autorité palestinienne et du Fatah des publications célébrant l'enlèvement. Cela est conforme à la déclaration faite à la télévision de l'AP plus tôt cette année par le leader officiel Jibril Rajoub, affirmant que "si le Hamas veut kidnapper des soldats... nous l'encouragerons. Quand ils ont enlevé Shalit [Gilad], nous l'avons félicité." Il est à noter qu'il n'y a aucune distinction entre l'incitation à la haine par l'autorité palestinienne et celle promue par le Hamas ouvertement génocidaire.

 

Pourtant le mois dernier, l'administration Obama efficacement sanctionnée par l'union de l'autorité palestinienne avec le Hamas, qui a par la suite publiquement réaffirmé ses objectifs génocidaires et les appels à ses adeptes de contribuer se battre pour la destruction d'Israël. Et notre « partenaire de paix » a simplement haussé les épaules quand les membres de sa coalition réclament notre anéantissement.

 

Le Président américain Barack Obama peut se vanter qu'il a supervisé l'assassinat ciblé de ben Laden, mais la réalité est qu'aujourd'hui le fondamentalisme islamique est  plus fort que jamais. En fait, à moins que dans les prochaines semaines la Syrie, l'Irak, le Yémen, la Libye, l'Afghanistan  le repousse fermement, et un certain nombre d'autres points chauds potentiels régionaux pourraient bien établir des califats qui seront des tremplins pour l'exportation de la terreur aux quatre coins du monde. Ils pourront bien sûr également utiliser des citoyens d'Europe et d'Amérique du Nord comme terroristes, qui reviennent après s'être battus avec eux contre les chiites. Ceux-ci s'ajouteront au terroristes du Hezbollah Shiite iranien qui se sont déjà engagés dans le terrorisme mondial et qui aura énormément de pouvoir si l'Iran devient une puissance nucléaire.

 

Si les dirigeants mondiaux continuent à enfouir la tête dans le sable et refusent l'urgence de faire face à la réalité cauchemardesque du fondamentalisme islamique avec ses connotations mondiales messianiques, il en coutera plus cher de s'opposer à ces forces lorsqu'elles se seront enracinées davantage.

 

Israël est à la ligne de front de ce combat contre le jihad mondial. Il doit réagir durement si les "enlevés" ne sont pas libérés. Celà  enhardir plus les barbares et les motivera pour kidnapper plus d'Israéliens  et commettre de nouveaux actes de terreur.

 

Les erreurs passées ne doivent pas être répétées. La libération massive de 1 027 prisonniers en échange de la libération de Shalit en 2011 a été aggravée par la décision catastrophique du gouvernement l'an dernier sous la pression américaine de libérer plus de 100 assassins afin d'inciter l'autorité palestinienne de revenir à la table des négociations. L'armée a déjà été contrainte d'arrêter un certain nombre de personnes libérées. Il est impératif que nous revoyons toutes les procédures relatives à l'incarcération des terroristes et de faire en sorte qu'une peine d'emprisonnement sera  plus considéré par eux comme un congé payé avec un enseignement facultatif et devant être utilisés dans un échange d'otages comme libération .

 

Enfin, malgré nos craintes, nous pouvons continuer seulement de prier pour le sauvetage sécuritaire des adolescents avec lesquels la nation entière s'identifie. Mais nous devrions nous attacher pour des temps difficiles à venir et chercher à conserver le sens actuel de l'unité dans laquelle la nation et ses dirigeants affichent la compassion et la tolérance et éviter le retour à l'hostilité et l'extrémisme qui nous polarise .
Repost 0
mordeh'ai
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 06:51

Analyse: Bien que l'organisation islamique marque des points dans la rue palestinienne pour l'enlèvement des trois adolescents israéliens, l'opération d'Israël affaiblit la présence du Hamas en Cisjordanie, contrecarre son objectif de prendre en charge les territoires.

 

Par Ron Ben Yishai

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4531605,00.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Moshe Yaalon sont en train de faire au Hamas ce que le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi a  fait pour les Frères musulmans depuis Juillet 2013.

 

Tout comme al-Sisi a travaillé systématiquement à empêcher un "renouveau politique" des Frères musulmans en Egypte, si le gouvernement israélien travaille - en utilisant le pari de Tsahal et du Shin Beth - pour contrecarrer la possibilité que le Hamas, qui est affilié à la Fraternité musulmane , reprenne la rue palestinienne en Cisjordanie.

 

Sauf qu'il ya une différence évidente: Si Israël agit systématiquement et soigneusement contre le Hamas, il ne le fait pas avec la même brutalité et la violence qu'al-Sisi a utilisé. Son style est différent, mais l'objectif est le même.

 

Entrée à Hébron surveillance (Photo: Barel Efraim)
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entrée à Hébron surveillance (Photo: Barel Efraim)

 

 

Depuis  au moins deux ans, le système de défense d'Israel s'est inquiété que l'islam radical puisse se déverser en Israël et en Cisjordanie  .

 

La première à mettre en garde contre cette menace a été la division de la recherche et du renseignement militaire. Le Shin Bet n'a pas été aussi inquiet.

 

Mais la peur a augmenté lorsque le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et Ismaïl Haniyeh,  le Premier ministre du Hamas à Gaza, a annoncé la signature d'un accord de réconciliation.

 

Cette crainte s'est accrue et transformée en quasi-panique quand il s'est avéré que la menace a été de plus en plus une réalité, lorsque la réconciliation commençait à prendre forme sous la forme d'un gouvernement d'union.

 

La quasi-panique s'est transformée en véritable hystérie lorsque le ISIS (l'Etat islamique en Irak et la Syrie), qui a été inspiré par les enseignements d'Oussama ben Laden, a pris pied dans le nord de l'Irak.

 

On pourrait dire que Jérusalem aujourd'hui voit le danger qu'Israël fait face à l'islam radical djihadiste qui est un danger presque égal à celui posé par le programme nucléaire militaire de l'Iran.

 

L'enlèvement des adolescents a permis à la direction de Jérusalem de faire ce qu'ils pensaient de faire de toute façon.

 

Le Hamas a peut-être gagné un certain crédit dans la rue palestinienne, grâce à l'enlèvement  mais ce n'est qu'une réalisation à court terme. À long terme, le Hamas peut perdre la chance de réaliser son objectif stratégique - une prise de contrôle politique et physique de la rue palestinienne, en particulier en Cisjordanie, comme il l'a déjà Gaza.

 

Il devrait être clair pour les deux, citoyens d'Israël et Palestiniens de la Cisjordanie, que l'opération contre le Hamas, qui s'est propagée durant la nuit à Naplouse, les camps de réfugiés voisins et la région de Bethléem, ne visait pas à libérer les adolescents kidnappés, mais pour contrecarrer une victoire et la prise du contrôle par le Hamas de l'Autorité palestinienne et de l'OLP.

 

Les ordinateurs du Hamas qui ont été saisis à Bethléem dans la nuit de lundi n'ont pas même le moindre lien avec les garçons enlevés, mais ils contiennent des informations qui  aideront Israël, et indirectement l'Autorité palestinienne aussi, à détruire la "Dawah" - l' activité civique,économique et sociale qui est la source du pouvoir du Hamas, et le principal outil utilisé pour recruter des militants et renforcer le soutien de la rue palestinienne.

 

Même si, cette activité pourrait aussi aide à trouver les adolescents enlevés, car elle rend la population palestinienne anxieuse et met la direction du Hamas dans un dilemme: Faut-il favoriser les intérêts politiques à long terme de l'organisation et donner à Israël ce qu'il veut, ou continuer à cacher les adolescents kidnappés et peut-être même négocier leur libération, en sachant très bien que chaque jour qui passe éloigne de plus en plus loin leur chance de devenir la faction palestinienne dominante? L'enlèvement pourrait mettre fin au Hamas, exactement comme le président égyptien déchu Mohammed Morsi et le zèle de ses hommes ont mis fin aux Frères musulmans.

 

Il y a une condition, cependant, à l'arrêt avec succès d'une prise de contrôle du Hamas de la Cisjordanie - Israël ne doit pas perdre le soutien international pour ses opérations contre le Hamas dans les territoires.

 

Ce soutien a plusieurs sources. Le monde considère la nature même du kidnapping des adolescents  comme un acte de terrorisme. En outre, ce soutien provient des États-Unis et de l'Europe de l'anxiété et du dégoût de la cruauté de l'ISIS en Irak, en Syrie et récemment au Nigeria, au Kenya, en Somalie et dans d'autres endroits.

 

Le monde occidental et l'Europe de l'Est commencent à réaliser que l'Islam djihadiste est en plein essor et les met en danger, à la fois physiquement et culturellement, tout comme il met en péril les régimes en Irak et en Syrie.

 

Israël a donc la permission d'agir librement pour supprimer le Hamas, tant que l'opération ne concerne pas les violations franches des droits humains - comme une punition collective - ou l'effusion de sang.

 

Un autre aspect important c'est qu'Israël est un membre d'une coalition d'États du Moyen-Orient qui craignent l'islam radical, qui souffrent de son terrorisme et sont déterminés à le contrecarrer. L'Egypte et la Jordanie mènent la charge contre l'islam radical. C'est pourquoi l'Egypte exige maintenant d'Israël à "faire preuve de retenue" dans son fonctionnement en Cisjordanie, mais ne fait aucune demande d'arrêter les opérations contre le Hamas. Ce n'est pas une coïncidence. Ce n'est également pas une coïncidence que la Jordanie ait fait une demande similaire sur la retenue, mais dans un langage plus faible. Les Jordaniens savent mieux que quiconque combien le Hamas est dangereux, même et surtout pour eux.

 

Mais nous, les Israéliens, il ne faut pas créer une situation qui conduirait la Jordanie, l'Egypte et l'Arabie saoudite à agir contre nous. Cela peut se produire si, par exemple, Israël lance une vaste opération militaire dans la bande de Gaza.

 

Dans la situation actuelle, quand la rue dicte ses recommandations vers les régimes arabes et pas dans l'autre sens, une vaste opération dans la bande de Gaza qui se traduirait par un trop grand nombre de victimes pourrait obtenir des mouvements dans les rues Jordaniennes et Egyptiennes qui rendrait difficile tant pour le roi Abdallah que pour  al -Sisi  la réalisation de ce soutien silencieux pour les actions d'Israël.

 

Objectif secondaire - récupérer les kidnappés

Après la plus grande, l'opération principale qui vise à empêcher la reprise politique des territoires palestiniensn par le Hamas, la deuxième opération a pour but de trouver les adolescents kidnappés et les ramener chez eux en toute sécurité.

 

Cette opération, elle est devenue évidente, elle est essentiellement une opération de renseignement. Bien qu'il existe de grandes forces sur le terrain, leur activité est principalement destiné à la collecte de renseignements.

 

Les arrestations, les perquisitions, les checkpoints et les fermetures, à la fin de la journée, sont destinées à mettre en avant le ("Intel or")les bons tuyaux qui permettraient aux forces de sécurité de capturer les ravisseurs et les forcer à révéler l'endroit où ils cachent les adolescents enlevés .

 

Recherche de soldats Nahal Hébron pour adolescents disparus (Photo: Tsahal porte-parole)

Recherche de soldats Nahal Hébron pour adolescents disparus (Photo: Tsahal porte-parole)

 

L'Envoi des forces importantes dans le domaine est également conçu comme urgence la possibilité que les Palestiniens prennent les rues et commencer des émeutes à grande échelle en raison de l'activité intense des forces de sécurité.

 

L'expérience de la première Intifada montre que grande présence des troupes de Tsahal sur le terrain à la fois sert de dissuasion et permet la dispersion des émeutes rapidement et sans effusion de sang.

 

C'est pourquoi il ya maintenant trois ans et demi que des brigades de Tsahal sur le terrain, en plus de l'ingénierie et d'autres forces, qui sont apparemment pas directement liés aux efforts de trouver les adolescents enlevés. Mais elles seront appelées à l'action si et quand la situation dégénèrerait pour une raison quelconque. Ces brigades sont également nécessaires pour supprimer un autre danger - les crimes nationalistes juifs.

 

Dans la découverte d'enlèvement d'adolescents, nous devons faire preuve de patience. Les ravisseurs étaient qualifiés et ont appris les leçons de tentatives d'enlèvement contrariées auparavant. Ils connaissent aussi le terrain et jouissent de l'appui de la population. En outre, ils ont apprécié l'avantage de temps - huit heures qui leur ont permis de bien cacher les adolescents enlevés - et eux-mêmes - .

 

Tout cela leur donne un avantage qui ne peut être surmonté qu'avec un travail de Sisyphe, un travail opiniâtre qui donne des résultats. Quand? C'est difficile à dire. Il pourrait même prendre des années; nous devons le reconnaître aussi. Nous avons été dans ce scénario avant, quand des soldats des FDI Avi Sasportas et Ilan Saadon ont été enlevés et assassinés.

 

Les ravisseurs seront pris par la suite, et ils pourraient avoir à avouer où ils cachaient les adolescents kidnappés. Pendant ce temps, ils sont prudents et sont encore à même de commencer la négociation, parce qu'ils sentent que l'armée israélienne est sur leurs talons. Un sentiment qui est probablement justifié.

Repost 0
mordeh'ai
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 20:00

Par Robert Spencer

http://www.frontpagemag.com/2014/Robert-Spencer/Hamas-Genocidal-Technocrats/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

Hillary Clinton a déclaré lundi qu'elle était en faveur du soutien de Barack Obama au nouveau gouvernement d'unité palestinienne, bien qu'il inclut les terroristes  du Hamas, parce que "la composition de cette société mixte est en grande partie faite de technocrates. Ils sont universitaires et ce sont des gens d'affaires. Ils ne représentent pas, ce qu'on pourrait appeler des purs et durs du leadership du Hamas."

 

Hillary Clinton alors nous fait croire que les responsables du Hamas qui font partie du gouvernement d'unité ne représentent pas les dirigeants du Hamas, ou le Hamas lui-même? C'est comme dire que Barack Obama, Harry Reid et Nancy Pelosi ne représentent pas la direction du parti Démocrate, ou que les Obama, Reid et Pelosi ne peuvent être tenus pour responsables pour les actions et les positions du parti.

 

C'est franchement ridicule – et dans ce cas, encore pire que ridicule, parce que les dirigeants du Hamas ont récemment réaffirmé leur attachement à la destruction totale d'Israël. Quiconque pense que ce n'est pas la position des responsables du Hamas dans le gouvernement de l'autorité palestinienne souffre d'un cas de cécité volontaire qui est spectaculairement sévère même dans cet âge borné.

 

Au moment de la réconciliation entre les deux groupes palestiniens, le Washington Post a rapporté que le Hamas ne reconnaîtrait Israël. Le porte-parole du Hamas Taher Nunu était livide: " ce que j'ai cité comme disant le document américain ne va pas, et je le nie catégoriquement. La question du Hamas de reconnaître Israël est complètement voué à l'échec... visant essentiellement à affaiblir la position du mouvement sur Israël. " Nunu a menacé de poursuites judiciaires  le Post pour sa « fausse déclaration ».

 

Une semaine après la réconciliation avec le Fatah, le chef du Hamas Khaled Meshaal, a déclaré: " notre voie est la résistance et le fusil, notre choix est le djihad. Il n'y a pas de passé ou futur sans le jihad et la résistance. Jihad est notre voie.»

 

Ce que cela signifiait a été illustré avec éclat au début de mai, quand la Palestinian Media Watch a signalé que " le terroriste qui a assassiné 15 personnes dans l'attentat-suicide en 2001  de la pizza Sbarro a reçu des funérailles militaires par l'autorité palestinienne après que son corps ait été transféré à l'autorité palestinienne la semaine dernière. Le 9 août 2001 kamikaze Izz Al-Din Al-Masri s'est fait exploser dans la pizzeria Sbarro à Jérusalem, tuant 15 personnes, dont 7  enfants. 5 membres d'une même famille ont été tué dans l'attaque."

 

 Al-Aqsa TV News du Hamas exulte: « Izz Al-Din Al-Masri est monté au paradis lors d'une opération de recherche de martyre (attentat à la terreur) il a effectué dans le restaurant Sbarro à Jérusalem, où il a donné aux sionistes un goût d'humiliation en tuant 19 sionistes et en blessant des dizaines. » Et à l'enterrement, un fonctionnaire de l'autorité palestinienne a déclaré: « le rassemblement populaire autour du sang de Izz Al-Din Al-Masri est une expression honnête et vraie nostalgie  pour l'unité nationale (entre le Fatah et le Hamas) et l'unité d'action ».

 

Cette même semaine, selon le blog de Elder of Ziyon, les Brigades al-Qassam du Hamas ont  "publié une vidéo pour la fête de l'indépendance d'Israël, appelée "La fin de l'espoir,"" les "Juifs sont forcés par les terroristes du Hamas masqués de monter sur des bateaux pour Allemagne. Les fidèles sont chassés de l'Esplanade du Kotel qui est détruit et remplacé par le « quartier Mughrabi. » Des terroristes masqués armés sont vus sur le toit du dôme du rocher à veiller à ce que les Juifs ne peuvent jamais visiter et qu'ils chantent qu'il n'y a aucun Temple à Jérusalem. »

 

Cette même semaine, l'hebdomadaire du Hamas une émission pour enfants les pionniers de demain en vedette une jeune fille dit, qu'elle voulait devenir un agent de police quand elle aura grandi, « De sorte que je pourrais tirer sur les Juifs. » L'Animatrice  a alors demandé à l'enfant: "tous les Juifs? Tous?" Quand la jeune fille a répondu dans l'affirmative, l'hôtesse a dit, «C'est bien ».

 

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh a déclaré samedi dernier: « la stratégie du Hamas n'a pas changé et ne changera pas.» L'objectif de cette « stratégie » est la destruction totale d'Israël: " là où [le Hamas] préside, il nous restera prédicateurs et des enseignants pour construire la nation palestinienne pour libérer toute la terre de Palestine. Nous soulignons maintenant que nous n'allons  pas reculer le plan qui vise à libérer nos terres et assurer le droit au retour et la libération des prisonniers [terroristes]."

 

Mais ne vous inquiétez pas : ils ne sont que des technocrates !

Repost 0
mordeh'ai
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 14:18

Héritage catastrophique d'Obama: Huit années d'incompétence.

Des anciens combattants à l'Obamacare; de l'IRS à Benghazi et plus, M. Obama semble avoir l'intention d'avoir des mots comme «catastrophe» et «incompétence» devenus synonymes des huit années de sa présidence

 

Par Taylor Dibbert

http://www.thecommentator.com/article/5023/obama_s_abysmal_legacy_eight_incompetent_years

Adaptation de Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Les choses ne sont pas toujours bien pour le Président Obama.En conséquence, les Américains et les peuples dans le monde entier continuent de souffrir.

Obama_is_thickLe scandale des Anciens Combattants (VA)  est épouvantable, et il serait naïf de penser que M. Obama sera en mesure de changer les choses. En effet, son administration est maintenant en proie à une multitude de scandales qui ont peu de chances d'avancer avant qu'il ne quitte ses fonctions. De la VA à Obamacare de l'IRS à Benghazi et plus, M. Obama semble avoir l'intention d'avoir des mots comme «catastrophe» et «incompétence» qui deviennent les synonymes des huit années de sa présidence.

Le discours que M. Obama a donné à West Point le mois dernier sur la politique étrangère était censé être «grand». Pourtant, on ne sait pas comment quelqu'un dans son administration aurait pu pensé que ce discours aurait été bien accueilli. Pas de nouvelles idées ou initiatives politiques constructives n'ont été présenté et les gens de partout l'ont qualifié de déception.

Sauf quelques changements dramatiques imprévisibles, le discours de West Point  d'Obama confirme simplement que le président laissera derrière lui un héritage catastrophique dans les affaires étrangères.

M. Obama est toujours aussi long en conversation mais court concernant des mesures concrètes. Les événements au Moyen-Orient continuent de s'aggraver à mesure que Washington embrasse son rôle de pom-pom girl incapable. (une  force résiduelle en Irak qui est à la recherche d'une assez bonne raison pour l'instant). En Afghanistan, le président se recroqueville sur la politique intérieure et l'attrait des délais  en annonçant que toutes les troupes américaines seront sorties d'ici fin de 2016.

M. Obama est tellement occupé à essayer de terminer les guerres qu'il a oublié ce à quoi pouvait ressembler la victoire. L'utilisation plus axée des clichés et des arguments  d'homme de paille dans les discours, il a oublié que Washington avait l'habitude de  conduire au lieu de faire des excuses pour son nouveau rôle à l'écart des affaires du monde.

L'échange de prisonniers Bowe Bergdahl-talibans est aussi un exemple révélateur de l'isolement et de l'arrogance du président. L'administration Obama a donné une série de raisons pour lesquelles il a décidé de faire ce qu'il a fait - presque comme si entourage d'Obama a été à la recherche de l'histoire que le public trouverait la plus agréable à son goût.

M. Obama ne se contente pas d'irriter presque tous les législateurs Républicains. De toute évidence, il préfère aussi contrarier les Démocrates. Mis à part les raisons stratégiques qui sous-tendent l'échange douteux, le président n'a pas informé le Congrès de l'échange de prisonniers - mais cela ne devrait pas être considéré comme une surprise. M. Obama croit encore qu'il est si charismatique, spécial et intelligent que la loi ne s'applique pas à lui; il est juste que grand.

L'échange de prisonniers est un autre rappel que la politique étrangère du président est guidée par un mélange dangereux de naïveté, d'arrogance et de myopie.  Oublions les hauts et les bas, l'équipe Obama a mis l'amateurisme sur pilote automatique.

A la maison et à l'étranger, la cote de popularité de M. Obama est au plus bas. Les dégâts de M. Obama se font et se feront sentir des années après avoir quitté le bureau oval, ce qui nous amène à la course de 2016 à la présidence.

Hillary Clinton a récemment commencé une tournée de promotion de son livre de mémoires racontant son temps comme chef de la diplomatie de l'Amérique sous la surveillance de M. Obama. Mme Clinton a évidemment un ordre du jour et a déjà émergé comme le favori évident pour 2016.

Certaines personnes ont déjà mentionné que, depuis que Mme Clinton a consacré un chapitre entier de son livre à Benghazi, elle est sans doute l'espoir de dégonfler ce scandale avant la campagne présidentielle ne se met en branle. C'est peut-être vrai et Mme Clinton aurait apporté beaucoup d'affaires dans une course présidentielle, mais cela ne va pas au coeur du problème. Si Mme Clinton devait concourrir, la présidence de Barack Obama serait son plus gros handicap - pas de Benghazi ou quoi que ce soit d'autre.

Elle voudra mettre une distancesignificative entre elle et M. Obama. Sa tournée du livre pourrait servir de plate-forme idéale pour lancer ce processus et faire en sorte qu'elle ne prenne pas la responsabilité de l'échec des politiques qui n'étaient pas les siennes.

Seul le temps dira combien Mme Clinton fera suer M. Obama. Suscité par ces séances de dédicaces.

Repost 0
mordeh'ai
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 08:31

Le Parti Balad soutient les critiques de la Député Zoabi, qui a dit que « l'occupation israélienne » est à condamner pour les récentes violences.

 

Par Hezki Ezra et Elad Berisha

http://www.israelnationalnews.com/news/news.aspx/181862#.U6ExELzlqwk

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Balad MKsLe parti Balad, dont la député Hanin Zoabi est membre, a rejeté mardi soir la critique qui a été nivelée à Zoabi après que elle ait justifié l'enlèvement des trois étudiants de la yeshiva par le Hamas.

 

Dans un communiqué, le parti a également condamné  les récents actes de violence. de « l'occupation israélienne »

 

« Les cris fous de vengeance du ministre des affaires étrangères Avigdor Liberman, du parti Habayit yehudi, la Membre de la Knesset Miri Regev et d'autres, sont la preuve du système politique israélien, qui ne veut pas entendre une autre voix qui n'est pas alignée sur le consensus nationaliste qui sanctifie l'agression, l'occupation et les implantations, » a déclaré le parti.

 

« Le parti Balad et Hanin Zoabi voient le gouvernement israélien comme responsable de la violence et de l'effusion de sang. L'occupation est la source de la violence, et la façon de prévenir la violence est de mettre fin à l'occupation et de prendre un chemin de dialogue sérieux sur la base des résolutions de l'ONU, » .

 

« Balad et la député Hanin Zoabi soutiennent la juste lutte contre l'occupation, » le groupe a poursuivi, ajoutant, "le droit International stipule explicitement que les gens qui sont sous l'occupation ont le droit de lutter contre l'occupant. Nous soulignons notre opposition à blesser les gens innocents et le devoir de mener la lutte dans le cadre de la raison et la moralité".

 

Le partie ajoute, « Balad et  Hanin Zoabi espèrent que la question de l'enlèvement se termine pacifiquement, et la façon de le faire est par le dialogue et l'envoi d'un message de volonté de libérer les prisonniers en détention administrative en grève de la faim  sans jugement. « Nous condamnons la reconquête de la région de Hevron et les arrestations arbitraires ».

 

Commentaires de ZOABI sur l'enlèvement est venu dans une interview à la radio, dans laquelle elle indiquait que les « ravisseurs ne sont pas des terroristes » et que l'enlèvement est un « dernier recours » pour les Arabes palestiniens frustrés par leur vie.

 

ZOABI a dit "Ils ne sont pas terroristes, j'ai ne suis pas d'accord avec vous!". « Ils n'ont vu aucun autre moyen de changer leur réalité et ils ont recours à ces mesures jusqu'à ce qu'Israël se dégrise un peu et ressent la souffrance d'autrui. »

 

Suite à ces commentaires, la ministre de la Culture, Limor Livnat (Likoud) a annoncé qu'elle a l'intention de se tourner vers le procureur général exigeant une enquête sur les observations de Zoabi et qu'ils peuvent être classés comme un délit en vertu de l'article 144 du Code pénal contre « l'incitation à la violence de la terreur. »

 

Liberman a vanné Zoabi dans un message sur Facebook, écrivant, " ce ne sont pas seulement les ravisseurs qui soient des terroristes; Hanin Zoabi est aussi une terroriste. »

 

Il a appelé à un jugement sévère à infliger à la député  « le sort des ravisseurs et celui des Zoabi,  incitatrice, devrait être le même. »

 

« Expulser-la à Gaza et retirer lui son immunité diplomatique » a déclaré la Membre de la Knesset  Miri Regev (Likoud). "Il s'agit d'une trahison. Elle s'est identifiée elle-même aux  terroristes sur le Mavi Marmara et maintenant elle s'identifie avec les terroristes du Hamas qui ont enlevé nos trois garçons. »

 

Le Ministre du tourisme Uzi Landau (Likud Beytenu) condamne les observations ainsi, disant Arutz Sheva:oabi est l'ambassadrice du terrorisme à la Knesset Israëlienne.

Repost 0
mordeh'ai
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 01:10

par Michael Freund

http://www.michaelfreund.org/14905/Topple-Palestinian-Authority

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Depuis plus de deux décennies, depuis la signature des Accords d'Oslo, Israël a dû endurer une atrocité après l'autre aux mains de terroristes palestiniens. C'est déjà assez! On nous a dit que la patience était le mot d'ordre, alors même que nos partenaires de paix ostensiblement envoyaient de jeunes hommes attachés à des gilets explosifs pour se faire sauter dans l'autobus à l'heure de pointe et dépêchaient des militants masqués pour tirer des roquettes sur des villes israéliennes.

 

Il a été dit, un peu plus de concessions, et les Palestiniens renonceraient à la violence, et enfin cesseraient d'assimiler Israël aux Nazis et cesseraient d'appeler à des attaques dans les médias officiels.

 

Eh bien, je ne sais pas pour vous, mais moi ma patience est arrivée à bout et de celà il y a longtemps.

 

L'enlèvement de trois adolescents juifs par des terroristes palestiniens la semaine dernière est un appel au réveil pour la société israélienne.

 

Cet acte bestial est un rappel douloureux d'une vérité simple pourtant incontestable: notre lutte avec les Palestiniens n'est pas une bataille au-delà des frontières, c'est un choc de civilisations. Il s'agit d'un concours entre le bien et le mal, le vrai et le faux, la vérité et le mensonge. Ce ne sera pas résolu en signant une feuille de papier, tenir une conférence de presse conjointe ou même partager quelques bières.

 

Donc au lieu de continuer de prétendre le contraire, mettons un terme à cette tragédie une fois pour toutes. Il est temps de renverser l'autorité palestinienne et de réaffirmer le contrôle total,  sur l'ensemble de la Judée et de Samarie, de l'armée d'Israël.

 

Les Palestiniens ont prouvé qu'ils ne veulent pas la paix, qu'ils ne sont pas intéressés par elle et préfèrent maintenir les flammes de la haine. Il suffit de regarder comment la nouvelle de l'enlèvement a été reçu dans les zones actuellement sous sa domination.

 

Dans tous les territoires, hommes, femmes et enfants ont été photographié distribuant des bonbons pour célébrer que trois jeunes israéliens avaient été enlevé. Il n'y a aucune voix de condamnation ou de critique, aucune marche de palestiniens ou des protestations contre cet acte ignoble et aucun appel de la direction palestinienne de ne pas nuire aux enfants israéliens innocents. Cela en dit long sur la société palestinienne que leur réaction à l'enlèvement a été une joie plutôt que du dégoût.

 

Combien de temps nous devons tolérer cette barbarie? Pour le bien de notre avenir, nous ne pouvons et ne devons pas permettre à une entité terroriste hostile de continuer à s'implanter et se développer en Judée et Samarie. Si le gouvernement d'Union nationale Fatah-Hamas qui règne désormais à Ramallah est autorisé à supporter, il posera une menace directe pour le centre du pays.

 

L'existence même de l'autorité palestinienne fournit aux terroristes un refuge et une rampe de lancement, un endroit où ils peuvent déterminer, fomenter et perpétrer avec une impunité théorique.

 

Le Contrôle total de l'armée israélienne est tout simplement le meilleur moyen de s'assurer que la menace terroriste palestinienne est contenue.

 

Il y aura un prix à payer diplomatiquement? Absolument. Et ce sera difficile à mettre en œuvre? Sans aucun doute.

 

Mais si on doit choisir entre une mauvaise solution et une pire, alors le choix à faire est évident.

 

Ne laissez pas les bavardages dans les médias au sujet d'autres questions détourner votre attention, qui est le cœur du problème sous-jacent. En effet, dimanche matin, une des nouvelles radio d'Israël a consacré une grande partie de son programme pour discuter du danger pour les Juifs de faire de l'auto-stop en Judée et Samarie. Militants et experts ont évoqué avec autorité la nécessité d'améliorer les transports en commun, affirmant que l'augmentation des fréquence et de la disponibilité empêcheraient les enlèvements similaires qui se dérouleraient à l'avenir.

 

C'est peut-être vrai, mais il passe totalement à côté de l'essentiel.

 

D'abord mettons la chose au clair: l'enlèvement de trois adolescents Israéliens n'est pas un problème de transport, c'est un problème de terrorisme.

 

Et la seule façon de le résoudre est de s'attaquer à la menace terroriste.

 

Cela signifie de nier les terroristes sur le territoire dont ils continuent de nous attaquer. Cela a été un élément crucial dans la guerre contre le terrorisme, des USA et il devrait en faire partie galement pour nous.

 

En juin 2011, la Maison Blanche a publié sa « National stratégie de lutte contre le terrorisme, » l'un des « objectifs généraux » était celui « d'éliminer les zones de sécurité.» Notant que les organisations terroristes comme al-Qaïda et d'autres " s'appuient sur le sanctuaire physique des territoires non régis ou mal gouvernés, là où l'absence de contrôle par l'état permet aux terroristes de voyager, de former et de s'engager dans le complot," le document souligne qu'il importe "de" resserer l'espace disponible aux réseaux terroristes. Et c'est précisément ce qu'Israël doit faire maintenant.

 

Plutôt que de laisser libre cours aux terroristes du Fatah et du Hamas dans diverses parties de la Judée et de la Samarie, nous allons enfin mettre un terme à l'expérience qui a été l'autorité palestinienne et démonter celle-ci.

 

Au lieu d'apaiser les terroristes, il est temps de s'y opposer. Réaffirmant le contrôle total d'Israël sur les territoires peut ressembler à une perspective effrayante pour certains. Mais à ce stade, il n'y a pas d'autre choix.

Repost 0
mordeh'ai
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 19:50

par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2014/06/the-death-penalty-for-terrorists-is-both-appropriate-and-legal/

Adaptation de Mordeh'aï pour malaassot.com

http://abuyehuda.com/wp-content/uploads/2014/06/Hotfim.jpgPage Facebook appelant à l'exécution d'un terroriste palestinien toutes les heures jusqu'à ce que les trois adolescents israéliens enlevés soient libérés

Suite à l'enlèvement de trois adolescents juifs, probablement pour être échangés contre des milliers de prisonniers arabes dans les prisons israéliennes, une page Facebook a été créé pour appeler d'abattre un terroriste toutes les heures jusqu'à ce que les trois soient libérés. A partir de maintenant, cette page a reçu plus de 19 000 «aime».

Bien que ce soit à la fois illégale - il est une règle de droit, et vous ne pouvez pas simplement prendre quelqu'un qui a été condamné à l'emprisonnement et lui tirer dessus - et peu pratique pour de multiples raisons, il est facile de comprendre pourquoi cette solution que beaucoup adopte.

Cet enlèvement a, je l'espère, enfin a précisé que la tentative de décourager le terrorisme en arrêtant et emprisonnant des terroristes a échoué. Le système est en panne à la suite de plusieurs de grande envergure de libérations de prisonniers, qui ont inclus de nombreux meurtriers. Des prisonniers ont été libéré en échange d'Israéliens enlevés tout en essayant de faire une transaction de drogue, de cadavres, plus récemment le  soldat Gilad Shalit,enlevé et échangé  pour absolument rien en retour (merci, Barack Obama).

Il est impératif qu'Israël rétablisse la peine de mort pour les assassinats commis dans le cadre d'actes de terrorisme.

Dans une tentative d'être, un état ​​progressif éclairé, Israël a appliqué la peine de mort une seule fois, dans le cas d'Adolf Eichmann, qui a été pendu en 1962. Israël a également une peine de mort pour trahison ou aide à l'ennemi en temps de guerre, mais il ne l'a jamais appliqué. En 1954, la peine de mort pour assassinat ordinaire (autre que génocidaire) ou d'autres crimes a été aboli .

Il y a plusieurs raisons pour que cela doit changer:

1. Le système actuel ne dissuade pas les crimes les plus horribles. La peine d'emprisonnement NE peut être un moyen de dissuasion si un prisonnier sait qu'il pourra être libéré demain, en cas "d'échange de prisonniers."

2. Pire encore, les terroristes savent qu'Israël paye n'importe quel prix pour la libération des citoyens enlevés, en particulier les enfants. C'est une incitation pour plus d'enlèvements. Les services de sécurité israéliens ont déjoué pas moins de 64 tentatives d'enlèvement depuis le début de l'année 2013! Ce n'était qu'une question de temps avant que cela réussisse.

3. Honor est important . Lorsque nous leur permettons de nous tuer en toute impunité, nous perdons honneur et invitons à plus de morts. Les Occidentaux ont du mal à comprendre cela, mais c'est extrêmement pertinent au Moyen-Orient. Nous ne pouvons pas faire que les Arabes arrêtent de nous haïr, mais peut-être que nous pouvons obtenir d'eux de nous montrer plus de respect. Notre amour-propre compte aussi.

4. avec tout l'intérêt de pure forme payé aux valeurs libérales et progressistes, même en Europe, ils respectent une personne ou un peuple, qui se bat à l'arrière.

Les lois en vertu desquelles Eichmann a été exécuté ont été adopté en 1950, et destinées à la punition des criminels de guerre nazis. Elles n'ont pas été abrogé. Israël est aujourd'hui confronté à un ennemi non moins dévoué à sa destruction comme l'Allemagne nazie - en effet, ses racines sont profondément entrelacées avec le nazisme - et les lois prévues à l'origine pour les criminels de guerre nazis ne sont pas moins applicables aux arabes.

Bien qu'il ait été dit que la loi fondamentale sur la dignité et la liberté humaines (1992) interdit la peine de mort, je pense que l'article 8 permet explicitement des circonstances comme celle d'aujourd'hui, alors que l'article 10 s'applique à la loi anti-génocide existant:

1. L'objectif de la présente Loi fondamentale est de protéger la dignité humaine et la liberté, pour établir dans une loi fondamentale les valeurs de l'État d'Israël en tant qu'Etat juif et démocratique.

2. Il n'y aura aucune violation de la vie, du corps ou à de la dignité de toute personne en tant que telle.

...

8. Il n'y aura pas de violation de droits en vertu de la présente Loi fondamentale que par une loi digne des valeurs de l'État d'Israël, promulguée à des fins légitimes, et dans une certaine mesure pas plus que nécessaire.

...

10. Loi fondamentale ne doit pas affecter la validité d'une loi (din) en vigueur avant le début de la Loi fondamentale.

Ce serait merveilleux de vivre dans un monde où la peine de mort n'a pas été nécessaire. Malheureusement, nous ne le faisons pas. Comme dans d'autres cas, en remplaçant un vœu pieux pour une analyse honnête peut être extrêmement destructrice.

Repost 0
mordeh'ai