Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 21:27

Propagandistes palestiniens et leurs sympathisants des médias dociles vilipendent Israël de s'attaquer à "l'opprimé". N'oubliez pas, l'Allemagne nazie était un "opprimé" par rapport aux puissances de l'Amérique, de l'URSS, et de la Grande-Bretagne

Explosion_in_gaza
Explosion à Gaza

 http://www.thecommentator.com/article/5077/gaza_shows_again_how_the_underdog_can_be_wrong

Par Noah Beck

 Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

Parfois, l'opprimé a tort. Les régimes brutaux sans pitié d'Adolf Hitler, de Pol Pot, de Saddam Hussein, et d'Idi Amin étaient plus faibles que les forces qui finalement les ont vaincus.

Mais depuis des décennies, les Palestiniens ont maîtrisé l'art de persuader tout le monde que parce qu'ils meurent en plus grand nombre et avoir des armes médiocres, ils sont plus dignes de sympathie et du soutien dans leur conflit avec Israël. Voici pourquoi ils ont tort:

1) avantage militaire d'Israël garantit sa survie dans la région la plus difficile du monde. Mais si une équipe de SWAT est mieux armée qu'un tireur sauvage, ils doivent le neutraliser, est-ce que cela signifie qu'ils sont en faute lorsque le tireur meurt?

2) Les chiffres des victimes d'Israël sont plus petits parce qu'Israël tente de protéger la vie en investissant dans la défense anti-missiles, les abris et les systèmes d'alerte-précoce pour réduire les décès causés par les attaques de roquettes palestiniennes.

3) En revanche, les terroristes palestiniens mettent en danger délibérément la vie des civils israéliens; l'utilisation de civils palestiniens comme boucliers humains (pour maximiser les avantages de relations publiques de toutes représailles israéliennes).

4) le nombre de morts d'Israël doit être ajusté pour sa petite population, de sentir la vraie "douleur nationale" de chaque perte. Lorsque des terroristes du Hamas ont enlevé et assassiné trois adolescents israéliens le mois dernier, c'est comme l'assassinat et l'enlèvement d'environ 118 Américains adolescents. Combien de talibans mourraient lors d'une réponse militaire américaine à l'enlèvement des talibans et l'assassinat de 118 adolescents américains?

5) le terrorisme basé à Gaza inflige une punition collective à environ 8 millions d'Israéliens vivant sous la menace constante d'attaques à la roquette. Combien pourriez-vous vous concentrer sur quoi que ce soit lorsque les sirènes hurlantes vous contraingnent régulièrement à vous mettre à l'abri en moins d'une minute?

Comment pourriez-vous trouver le sommeil? Les conducteurs doivent sortir de leur voiture, se mettre ​​la face sur la chaussée avec leurs mains sur leurs têtes, et attendre dix minutes jusqu'à ce que le danger soit ostensiblement passé. Beaucoup de personnes âgées ou handicapées doivent descendre des escaliers d'accès à l'abri, et la course à la sécurité peut être aussi dangereuse que de rester sans protection ( une femme israélienne de 70 ans est mort en essayant de se mettre à l'abri lors d'un tir de fusée sur Haïfa ).

Combien de temps les Etats-Unis attendraient-ils alors que leurs citoyens vivraient ainsiça avant de déployer une puissance de feu écrasante pour éradiquer la menace?

6) Au Moyen-Orient, les faibles périssent rapidement, et Israël - le seul état juif (avec 8 millions de personnes sur un territoire de la taille du New Jersey) entouré par 22 Etats arabo-musulmans (pour un total d'environ 370 millions de personnes) - ne peut pas se permettre de perdre une guerre. Donc, le fait qu'Israël ne provoque pas beaucoup plus de victimes par le renforcement de sa dissuasion doit mettre en évidence la moralité et  la retenue d'Israël.

Pourtant, la plupart des observateurs ne sont pas conscients de ces considérations clés, et de manière simpliste regardent les chiffres comparatifs de victimes avant d'avoir le réflexe concluant qu'Israël a tort.  Cette bande dessinée capte avec justesse comment les Palestiniens manipulent l'opinion mondiale comme un écolier espiègle trompe ses enseignants sur qui a causé ses querelles scolaires.

Lorsque les dirigeants mondiaux et les médias sont trompés en pensant de façon simpliste, le résultat est un double standard flagrant.

Considérer l'ONU. Le 3 Juillet,  Israël a donné 48 heures au Hamas  pour arrêter les tirs de roquettes, même si 40 roquettes avaient déjà été tiré sur Israël au cours des 24 heures précédentes. Les attaques palestiniennes ont continué jusqu'à ce qu'Israël finalement n'agisse le 8 Juillet. A la fin du 10 Juillet, plus de 350 roquettes avaient été tiré sur Israël, l'aviation israélienne avait effectué près de 900 frappes aériennes sur la bande de Gaza, entraînant  au moins la mort de 90 Palestiniens (selon les rapports palestiniens), et une session d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU  pour faire face aux hostilités.

Alors, quand Israël lance une opération militaire justifiée contre les Palestiniens, il faut seulement trois jours et 90 morts palestiniens pour que le Conseil de sécurité de l'ONU convoque une réunion d'urgence sur la question. Notez qu'il n'y a pas eu de session d'urgence pour traiter des nombres d'attaques à la roquette en premier lieu non provoquées qui ont forcé Israël à répondre.

Mais en Syrie voisine, il a fallu environ 1 650 morts parmi les civils et 141 jours (du 15 Mars au  3 Août 2011) pour que le Conseil de sécurité des Nations Unies, dans une déclaration non contraignante, se prononce sur ​​la guerre syrienne  (qui a tué plus de 4.000 personnes par mois en moyenne).

Les vies syriennes ont moins de valeur que la vie des Palestiniens? Incroyable, quand  les Palestiniens sont tués par des Syriens ou d'autres Palestiniens, cela aussi est à peine remarqué ou révélé. C'est seulement quand les Israéliens tuent des Palestiniens - même si ce meurtre est justifié, accidentel ou effectivement causé par l'utilisation de boucliers humains du Hamas  - que l'obsession diplomatique avec la sécurité palestinienne atteint son paroxysme.

Les mêmes normes double-standard colorent la couverture médiatique du conflit. Même après que l'ambassadeur d'Israël Ron Dermer a habilement exposé les échecs journalistiques graves du New York Times , sa partiale et  trompeuse couverture continue .

Peu importe combien de retenue Israël peut exercer, les propagandistes palestiniens et leurs sympathisants des médias soumis vont vilipender Israël.  Abbas a déjà appelé l'opération de protection des bords d'Israël un «génocide»  (comme si il ne serait pas beaucoup plus facile et plus rapide pour Israël de raser l'ensemble de la bande de Gaza au lieu d'utiliser des avertissements disant aux habitants d'évacuer les repaires terroristes et les caches d'armes de destruction ciblées).points qui vont être bombardés

Et pourtant, d'une façon ou d'une autre l'hyperbole d'Abbas - qui déprécie le véritable génocide du voisin Syrien et d'ailleurs  - ne diminue en rien sa crédibilité auprès des médias et des diplomates. Il est toujours présumé être une sorte de partenaire honnête pour la paix, même si - plutôt que de désavouer le partenariat de son gouvernement avec les terroristes responsables de l'actuel conflit - il tente de marquer des points de propagande en leur nom.

Encore plus scandaleux, la porte-parole du département d'État des États-Unis Jen Psaki a admis que l'administration Obama est prête à continuer à financer un gouvernement palestinien ayant des liens avec un groupe terroriste  - quelque chose qui viole la loi américaine, trahit Israël, et porte atteinte aux intérêts des États-Unis en soutenant le terrorisme, l'augmentation de l'instabilité régionale et de la signalisation du terrorisme par d'autres groupes radicaux paie parfois.

En fin de compte, Israël doit tout simplement vaincre le mal de son sud, quelles que soient les doubles normes qui seront lancées sur lui. À cette fin, et pour aider les habitants de Gaza à se rendre compte qu'il est temps de renverser la voyoucratie islamiste qui étrangle leur société, Israël devrait cesser de fournir de l'énergie et de l'eau à Gaza. Quelle est la règle de droit international qui dit qu'un Etat doit fournir des ressources à un voisin qui essaye de tuer ses citoyens?

Repost 0
mordeh'ai
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 18:39
Personnel d'Israël Aujourd'hui
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

Au cours des dernières attaques Palestiniennes, des accusations arabes de "crimes de guerre" à la valeur nominale.contre Israël ont été sans surprise reprise par des médias internationaux  Il semblerait que la presse grand public ait pris conscience de la réalité, ou se lasse des bavures supposées de l'état juif.

 

Comme prévu, les cris de «génocide» et «massacres» ont accompagné la nouvelle guerre de Gaza faisant encore rage. Mais cette fois, le nombre des médias ne sont pas acheteurs.

 

Oui, plus de 90 Palestiniens ont été tué dans des attaques aériennes ponctuelles d'Israël sur l'infrastructure terroriste de Gaza. Cependant, Ben Wedeman correspondant de CNN  a souligné, chaque frappe israélienne qui se produit dans une zone peuplée est précédée par un appel d'avertissement ou d'un "coup sur le toit" à l'aide d'un mortier à faible impact.

 

Slate, un magazine en ligne majeur aux États-Unis, a de même été impressionné , appelant l'effort d'Israël pour épargner les civils de Gaza il est «exemplaire».

 

" Selon de nombreux critiques, Israël est le massacre des civils à Gaza," ouvre l'article de William Saletan, qui continue: «Les accusations sont fausses. Selon les normes de la guerre, les efforts d'Israël pour épargner les civils ont été exemplaires. "

 

Saletan souligne qu'Israël n'a pas commencé ce combat, et a donné au Hamas amplement l'occasion de faire marche arrière avant les représailles. Et quand Israël est vaiment  passé à l'offensive, le rapport de frappes militaires israéliennes au nombre de Palestiniens tués, il est clair qu'il n'y a pas de tentative de génocide.

 

«Étant donné qu'Israël a lancé plus de 500 frappes aériennes, vous devriez conclure que soit Israël échoue lamentablement à tuer des gens ou, plus vraisemblablement, c'est en grande partie en essayant de ne pas les tuer", a noté Saletan.

 

Apparemment frustré de la tournure des événements, le Hamas suggère maintenant  fortement que les habitants de Gaza locaux ont arrêté de "coopérer" avec Israël par soucis de ces avertissements de se placer volontairement en danger.

 

Combien de temps faut-il avant que le Hamas ne réussisse à provoquer un véritable massacre de son propre peuple? Et si oui quand cela arrivera est-ce que la presse jetera  le blâme sur celui qui l'aura vraiment mériter?

 

Tout cela est que n'importe qui conjecturera sur ce point. Mais il est agréable de voir, que même si ce n'est que pour peu de temps, un peu d'honnêteté véritable dans les rapports internationaux, et en particulier la reconnaissance qu'Israël s'impose à lui-même une éthique de guerre qui va bien au-delà de celles pratiquées par toute autre nation.

Repost 0
mordeh'ai
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 17:48

Par Ronn Torossian

http://www.frontpagemag.com/2014/ronn-torossian/netanyahu-takes-heat/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Le Premier ministre israélien Benjamin (Bibi) Netanyahou est confronté à un dilemme politique - que l'Etat d'Israël est sous d'importantes attaques de terroristes arabes palestiniens. Le peuple d'Israël est attaqué - et universellement calme exigeant de mettre fin aux attaques terroristes. Le test pour Netanyahu au cours de cette période permettra de déterminer si l'homme est susceptible de rester le chef de l'État juif. Que le gouvernement ne tombe pas alors que des roquettes sont tirées et tombent sur le sol israeliens, la suite peut voir des changements politiques majeurs en fonction de ce qui transpire.

Alors que Netanyahou est souvent désigné comme «extrêmiste» par les médias internationaux, ou la pensée de l'extérieur de " uber-conservateur " d'Israël, aujourd'hui, il y a une crise immense, et certains milieux pensent que le gouvernement Netanyahu devra faire face à des élections anticipées. Si il tombe, c'est uniquement en raison du fait qu'il ne suffit plus à la droite - et d'agir assez prudemment pour le peuple d'Israël.

Cette semaine, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a démissionné du Likoud de Netanyahou, et reprit avec lui 11 membres du Likoud à la Knesset. Le parti Yisrael Beiteinu de Lieberman a quitté le Likoud - en disant qu'il attendait des actions beaucoup plus fortes contre les Arabes palestiniens qui menaçaient Israël, et il s'attendait à ce qu'un coup-mortel soit porté au Hamas et à d'autres terroristes dans la bande de Gaza. Cette décision laisse le parti au pouvoir de Netanyahu avec seulement 20 sièges. En outre, il est largement admis que Netanyahou est largement impopulaire dans les rangs et dans le puissant bureau du comité central du Likoud - comme ils sont aussi plus à droite que Netanyahu.

Lieberman est un politicien ambitieux très populaire qui utilise clairement  le conflit actuel avec le Hamas comme une chance d'augmenter son capital politique. Il a noté que - " Nous nous attendions à des changements dans la lutte contre le terrorisme " Lieberman à une réunion récente du cabinet  a eu un match de protestations avec Netanyahu hurlant: " Vous avez promis de porter un coup sévère au Hamas, mais il n'en est rien et ils continuent de tirer sur les citoyens. " Le vendredi, Lieberman a déclaré lors d'une visite à Sderot que " des messages  d'un cessez-le-feu étaient transmis au Hamas c'est une grave erreur. Il a ajouté  " c'est inacceptable," qu'après trois de nos garçons ont été enlevés et assassinés, et après deux semaines consécutives de tirs de roquettes, l'approche d'Israël est que " le calme sera atteint avec calme."

Un autre, de l'ailie droite charismatique, le ministre de l'Economie Naftali Bennett, a bruyamment réclamé une opération de grande envergure dans la bande de Gaza et a critiqué le gouvernement - étant lui-même membre du Cabinet et de la coalition. Le samedi soir, Bennett a déclaré que " la retenue de ciblage face à des femmes et à des enfants ce n'est pas le pouvoir. La retenue face à une exécution de trois garçons est une faiblesse. "

Le gouvernement Netanyahu est loin de " l'extrême droite." Netanyahu est beaucoup plus susceptible de tomber à droite puisqu' il est de gauche. [....]

" Peut-être selon les normes ci-dessus, Netanyahu est un extrémiste. Mais en réalité, il est tout à fait modéré, et il a une responsabilité envers le peuple d'Israël, en dépit des pressions étrangères.

Benjamin Netanyahu est le leader d'un pays démocratique qui est attaqué par des assassins impassibles.  Alors que le monde ne peut pas le reconnaître, autrement que nationaliste, de droite le Premier ministre qui est susceptible d'émerger si Netanyahu ne peut arrêter les organisations terroristes qui attaquent Israël aujourd'hui.

Le désir d'Israël de vivre n'est pas extrême - c'est sa survie.

Repost 0
mordeh'ai
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 10:31

Bibi dit «non merci» à l'offre d'Obama de jouer les médiateurs d'un cessez le feu avec le Hamas

http://www.americanthinker.com/blog/2014/07/bibi_says_no_thanks_to_obama_offer_to_broker_cease_fire_with_hamas.html

 Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Certains ont été surpris du fort soutien de l'administration Obama pour le droit d'Israël à répondre aux attaques de missiles du Hamas. Mais le Premier ministre Netanyahu a refusé l'offre du président Obama à la médiation entre les parties belligérantes, qu'un cessez le feu " n'était même pas sur l'ordre du jour."
 
Jerusalem Post:

Les États-Unis sont prêts à faciliter la cessation des hostilités entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, le président américain Barack Obama l'a dit au Premier ministre Benyamin Netanyahou par téléphone aujourd'hui.

Dans l'appel, Obama "a réitéré la ferme condamnation par les Etats-Unis de poursuivre les tirs de roquettes sur Israël par le Hamas et d'autres organisations terroristes dans la bande de Gaza et a réaffirmé le droit d'Israël à se défendre contre ces attaques", a déclaré la Maison Blanche dans une lecture de la conversation.

Mais Netanyahu a exclu un cessez-le feu avec le Hamas à court terme. Au contraire, le dirigeant israélien a promis une série d'étapes supplémentaires pour l'opération de protection des abords - la réponse de son gouvernement à la poursuite des tirs de roquettes sur les villes israéliennes, après que le Hamas, une organisation terroriste, a stocké des dizaines de milliers de roquettes sur le territoire côtier lors de ces dernières années.

Un cessez-le feu n'est "même pas à l'ordre du jour", a déclaré Netanyahu aux membres de la commission des affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, quelques heures seulement avant son appel avec le leader américain.

Le président a également exprimé sa préoccupation, le bureau du secrétaire de presse a continué, "le risque de nouvelle escalade et il a souligné la nécessité pour toutes les parties à faire tout leur possible pour protéger la vie des civils et restaurer le calme."

Les deux ont discuté de l'impulsion de la crise: l'enlèvement et assassiner de trois adolescents israéliens, dont l'un était aussi un citoyen américain. Ils ont également discuté d'une attaque de vengeance à Jérusalem-Est par les Israéliens extrémistes contre un adolescent arabe innocent, qui a aggravé la crise.

la Maison Blanche a ajouté, qu'Obama "a reconnu,"  "les efforts d'Israël pour résoudre cette affaire."

«Je tiens à vous rappeler qui est en faute, et c'est le Hamas", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Jen Psaki aux journalistes jeudi, face à une série de questions accusatrices d'un journaliste palestinien d'Al-Quds à Washington.

Les mots de soutien du président et du Département d'Etat sont en contraste frappant avec la critique violente d'Israël au Moyen-Orient par l'envoyé d'Obama Philip Gordon, qui a parlé de la «paix» lors de la conférence du Haaretz.

 

Caroline Glick:

Ce fut une performance stupéfiante de lachage.

Gordon a accusé Israël de l'échec des efforts de l'administration pour négocier un accord de paix entre Israël et l'OLP tout en louant avec effusion Abbas, le chef du Fatah et partenaire du Hamas .

Et il ne s'arrêta pas là.

Après avoir insisté qu'Israël n'est pas attaché à la paix, Gordon a menacé de retirer le soutien américain à Israël à l'ONU et ouvrir la porte à la criminalisation d'Israël par l'organisme international corrompu.

" Comment allons-nous empêcher d'autres États de soutenir les efforts des palestiniens dans les instances internationales, si Israël n'est pas considéré comme attaché à la paix?" a-t-il demandé.

Les remarques de Gordon n'ont pas été contestés par le Département d'Etat.

Glick estime que le Hamas est encouragé à suivre les attaques en raison de la rhétorique de ce genre et il est difficile d'argumenter contre elle. Le président et le Département d'État offrent des paroles apaisantes de soutien pour consolider leur base juive tout en brutalisant Israël dans les forums internationaux afin d'apaiser les musulmans. C'est pourquoi Bibi déteste Obama et estime que c'est un allié irresponsable .

 

Résultat final:

Israël continuera sa campagne militaire contre les roquettes et les missilesdu Hamas, ainsi que des caches d'armes du Hamas et des objectifs du commandement et de contrôle, jusqu'à ce qu'ils croient qu'ils ont atteint leurs objectifs. Aucune pression d'un président américain auquel il n'accorde même  pas confiance ne fera la différence.

 

Repost 0
mordeh'ai
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 09:33

http://www.frontpagemag.com/2014/dgreenfield/a-game-changer-in-gaza/ 

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Le terrorisme est un jeu. Les règles sont simples. Vous avez trois choix.

1. Détruire les terroristes.

2. Vivre avec le terrorisme.

3. Donner aux terroristes.

Il n'y a pas d'autres choix.

 

Le premier choix vient de la Droite. Le troisième choix vient de la Gauche. Le deuxième choix c'est ce que choisissent les politiciens quand ils ne veulent pas prendre une décision qui va changer le statu quo.

En dépit de toutes les explosions à Gaza, Israël est toujours coincé sur le deuxième choix. Les frappes aériennes ne sont pas destinées à détruire le Hamas. Elles sont réalisées pour dégrader ses capacités militaires qui vont acheter un ou deux ans de paix relative. Et qui sera suivie par plus de bombardements que ceux de l'été 2016, lorsque le Hamas aura reçu des armes iraniennes et syriennes plus meurtrières qui terroriseront plus le pays.

Cela ne semble pas beaucoup d'un accord, mais ces sortes de guerres ont acheté plus de paix que le processus de paix ne l'aurait jamais fait. Le processus de paix a conduit à des guerres. Les guerres mènent à une paix temporaire.

Ce statu quo est devenu le choix courant depuis que les Israéliens ont compris que le processus de paix n'allait pas réussir et que leurs dirigeants n'étaient pas prêts à défier l'ONU, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et tous les autres UE en détruisant effectivement les terroristes .

Lorsque Netanyahou a concouru contre Peres pour être Premier Ministre, la différence entre le centre-droit et le centre-gauche, c'était qu'il avait fait campagne sur la sécurité d'abord et l'apaisement en deuxième, tandis que Peres a fait campagne sur l'apaisement en premier et la sécurité en second. Le centre-droit a dominé la politique israélienne parce que la plupart des Israéliens ont accepté la sécurité du Likoud d'abord comme une position plus raisonnable que la politique d'apaisement en premier du Parti travailliste .

Vivre avec le terrorisme était un choix viable dans les années 80. Il a cessé d'être un choix viable après qu'Israël ait permis les états terroristes de prendre place dans le cadre du processus de paix. C'est une chose de gérer le terrorisme dans les territoires que vous contrôlez. C'est une autre chose à faire face à des états entiers terroristes à l'intérieur de vos frontières. La séparation même physique ne suffit pas. Pas quand les groupes terroristes peuvent bombarder toutes vos grandes villes.

Israël répond à cette menace par des frappes aériennes allégées qui endommagent les capacités militaires du Hamas. Le Hamas perd quelques commandants, des combattants et des roquettes, mais a obtenu une victoire en  relation publique. Israël acheté deux ans de paix, tout en encourageant ses ennemis de l'attaquer comme un groupe de tueurs de bébés racistes. Ensuite, le Hamas remplace les roquettes et les combattants et lance une nouvelle opération et le tout recommence à nouveau.

L'argument de la gauche, encadrée par les experts du Washington Post, les gauchistes israéliens, Obama, des diplomates assortis, des responsables de la sécurité à la retraite, des mouches du coche militants financés par des milliardaires radicaux et toute la bande d'ennemis étrangers et nationaux, c'est qu'Israël n'a pas le choix, sauf à défaut de revenir au choix numéro trois: l' apaisement.

Israël doit miser sur l'apaisement parce que sa situation ne cesse de s'aggraver, qu'ils disent. Ce qu'ils oublient de mentionner, c'est que la situation s'aggrave dans le cadre de leur pression sur Israël pour apaiser les terroristes, même si les problèmes actuels existent à cause de l'apaisement précédent.

Les médecins de la diplomatie disent."buvez ce poison,"  "Il va vous guérir de tous les maux et des douleurs dont vous souffrez depuis la dernière fois que nous vous avons dit de boire du poison."

" Si vous ne buvez pas plus de poison, vous serez plus malade et mourez", disent-ils. Et si vous avez des maladies après avoir bu plus de poison, ils diront que c'est de votre faute de ne pas avoir bu assez de poison. Si seulement vous aviez donné tout Jérusalem et le Golan, les terroristes ne seraient pas là à vous attaquer de nouveau.

Israël est pris entre deux ou trois choix, soit vivre avec le terrorisme ou faire des concessions aux terroristes, et il a rebondi entre ces choix.

Les gens et les politiciens choisissent l'option qui provoque le moins de douleur à un moment donné. Israël choisit l'apaisement en réponse à la pression internationale. Et quand l'apaisement mène au terrorisme, il ne suffit pas de causer des dommages au Hamas pour servir de moyen de dissuasion temporaire, sans entraîner trop d'indignation internationale, de nouveau en choisissant l'option la moins douloureuse.

C'est le vrai cycle dont Israël est prisonnier. Ce n'est pas un cycle de violence. C'est un cycle d'opportunité.

Le premier choix, détruire les terroristes, est l'option la plus douloureuse à court terme, mais l'option la moins douloureuse dans le long terme. Le troisième choix, apaiser les terroristes, provoque moins de douleur à court terme, mais plus de douleur dans le long terme et le moyen terme. Le deuxième choix, vivre avec le terrorisme, est un peu plus difficile à court terme, moins douloureux, à moyen terme, mais encore très douloureux dans le long terme.

Les Israéliens ont accepté le court terme et la douleur au long terme en échange d'un certain montant de l'allégement pour l'avenir immédiat. L'attaque terroriste occasionnelle et la plus inquiétante escalade du conflit, un exemple dont nous voyons maintenant, est accepté en échange d'un ou deux ans de calme relatif.

Il est facile de critiquer Israël de ne pas en finir avec le Hamas, mais regardons ce qui se tient vraiment debout sur sa route.

Le Premier ministre israélien Rabin a déporté 400 terroristes du Hamas, y compris de nombreux dirigeants du Hamas. Dans un discours à la Knesset, il a averti que, " Nous demandons à toutes les nations et tous les peuples de consacrer leur attention sur le grand danger inhérent à l'intégrisme islamique. C'est le danger réel et grave qui menace la paix du monde dans les années à venir ".

Au lieu de celà la communauté internationale a décidé que la paix du monde est menacée par l'expulsion des terroristes du Hamas. Les médias ont passé des mois à couvrir la "souffrance" des terroristes du Hamas expulsés. Les États-Unis ont voté pour une résolution de l'ONU condamnant Israël et lui ordonnant " d'assurer le retour en toute sécurité et immédiate de tous les déportés."

L'ambassadeur des Etats-Unis à l'Organisation des Nations Unies a déclaré que l'expulsion des terroristes du Hamas ne " contribue pas aux efforts actuels pour la paix."

En 1988, Israël a expulsé une poignée de terroristes du Hamas et de l'OLP.

L'un d'eux, Mahmoud Jibril Rajoub, a juré que si Israël ne les laissait pas revenir qu'ils se " changeraient en bombes humaines avec des explosifs ceinturés autour de leur  taille."

Le Secrétaire d'Etat adjoint John C. Whitehead a averti Israël que si il n'a pas remis les déportations " des dommages à nos relations bilatérales se produiront."

Si ce n'était la réaction des administrations Reagan et Bush aux expulsions de quelques terroristes, imaginez la réaction d'Obama et de l'UE à un effort global pour forcer le Hamas et l'OLP hors d'Israël.

Et pourtant, l'inévitable ne peut être reporté à jamais.

Si Israël ne s'était pas plié au processus de paix, il aurait été en mesure de maintenir le statu quo de l'Intifada. Mais le deuxième choix n'est plus une option viable à long terme. Les attaques ont depuis longtemps dépassé le stade du simple terrorisme et prennent place sur une échelle militaire.

Tolérer le terrorisme a cessé d'être une stratégie à long terme. C'est quelque chose qui pour une la fois la Gauche et la Droite sont d'accord. Les attaques poussent Israël dans le choix soit d'un conflit à grande échelle ou de l'apaisement à grande échelle. L'apaisement des terroristes a échoué à chaque fois. Il n'y a seulement que leur déstruction qui peut marcher.

Israël a une Gauche désireuse d'embrasser les politiques destructrices de l' apaisement, sans égard aux conséquences. Il a besoin d'une Droite qui est aussi insouciante des conséquences quand il s'agit de la guerre pour surmonter ce seuil de la douleur qui l'empêche de faire le bon choix et retrouver l'avenir.

Repost 0
mordeh'ai
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 23:06

Par Freddy Eytan

http://jcpa-lecape.org/notre-combat-contre-le-hamas-doit-se-poursuivre-sans-pitie/

La vaste opération qui se déroule actuellement dans la bande de Gaza devrait se poursuivre avec intensité et jusqu’au bout. Les dirigeants du Hamas ne seront jamais nos partenaires. Ils ne sont que des saboteurs de la paix et de la coexistence, des terroristes sanguinaires qui souhaitent notre disparition de la carte du Proche-Orient « le plus tôt possible »…

Leur dernière « réconciliation » avec le Fatah et la formation d’un gouvernement d’union ne cherchaient qu’à éblouir l’opinion internationale. Ils ont jeté de la poudre aux yeux avec une manœuvre habile destinée à les faire sortir de l’isolement dans le monde arabe et à obtenir des gains. Mahmoud Abbas est bien tombé dans le piège, et avec lui les Américains et les Européens qui avaient cru que ce nouveau gouvernement de « technocrates » était capable de relancer le pauvre et moribond processus de paix. Aujourd’hui encore, notre objectif est de trouver une solution pacifique avec nos voisins palestiniens et avec tous ceux qui souhaitent la paix ! Le Hamas est hors jeu !

Nous avons eu raison de dire, à l’avance et préalablement, certaines vérités aux différentes chancelleries en les mettant en garde contre la nonchalance diplomatique. Notre cri d’alarme était justifié mais il n’a pas été entendu ! Il n’est pas non plus pris au sérieux au moment où les Occidentaux s’apprêtent à signer un accord avec les Ayatollahs pour mettre soi-disant un terme à leur projet nucléaire. Comment peut-on ignorer les ambitions hégémoniques de l’Iran ? Téhéran ne soutient-il pas le Hamas et le Hezbollah pour détruire l’Etat juif par étapes ?! Comment peut-on encore croire au Hamas quand un déluge de roquettes tombe depuis plusieurs années sur nos villages du Sud ? Aujourd’hui, ces terroristes ne lancent-ils pas leurs missiles sur le centre du pays, le long du littoral ? Un mouvement terroriste qui souhaite tourner la page vers la paix et la coexistence ne devrait-il pas avant tout démanteler son arsenal dévastateur ?

Israël se trouve en légitime défense et ses attaques ciblées contre des bases, des infrastructures et des chefs du Hamas devraient se poursuivre jusqu’au jour où le Hamas permettra à une commission internationale de transférer et de détruire tous ses stocks militaires et ses explosifs. Il est inadmissible que plusieurs millions de citoyens israéliens ne puissent avoir une vie quotidienne normale ! Il est inconcevable qu’un groupe terroriste installé à quelques kilomètres seulement de nos centres urbains sème systématiquement la terreur, effraye toute une population et nous dicte notre ordre du jour. Il est inadmissible que nos femmes et nos enfants se réveillent en sursaut de leur sommeil paisible et que des vieillards et des invalides doivent courir et se précipiter vers les abris ! Ce cauchemar doit cesser immédiatement !

L’Etat juif est souverain et il a toutes les capacités militaires, stratégiques, juridiques et morales de se défendre. Tsahal a le bras long. Notre armée est la plus puissante du Moyen-Orient ! Tsahal est aussi une armée qui fonctionne dans un Etat démocratique avec des valeurs qui sont uniques au monde. Dans quel pays appelle-t-on la famille d’un terroriste en lui demandant gentiment de quitter les lieux avant de détruire sa maison ?

Les chefs du Hamas profitent cyniquement de nos valeurs. Ils se cachent comme des rats dans des tunnels, dans des hôpitaux et des écoles en utilisant des enfants comme boucliers humains ! Ils doivent savoir que la chasse au terroriste, à la bête humaine est lancée ! Nous agirons contre chacun avec force, sans pitié et sans merci !

Devant l’indifférence du monde entier nous ne pouvons compter que sur nous mêmes et sur la diaspora juive. Notre passé douloureux et sombre et la situation actuelle prouvent, hélas, que personne ne viendra demain nous sauver des menaces et des dangers existentiels. Les moments que nous traversons sont difficiles et pénibles à vivre mais ils ne sont, nous l’espérons, que passagers.

Mettons donc nos divergences politiques et idéologiques dans les vestiaires ! Notre solidarité est une force majeure !

Notre force est dans notre union et dans notre capacité à surmonter les difficultés pour prouver au Hamas et à tous nos ennemis que nous sommes ici, chez nous, pour l’éternité !

Repost 0
mordeh'ai
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 16:31

Un témoin oculaire raconte la façon dont le Hamas exploite les églises et les écoles comme "terrains opérationnels"

http://www.frontpagemag.com/2014/dgreenfield/an-eyewitness-account-of-how-hamas-exploits-churches-and-schools-as-operational-shields/

 

gaza-destruction-400x266

C'est ainsi que le Hamas envisage les choses.

Des dommages collatéraux qui ne se produiraient pas.

Le Hamas lui, les fait se produire .

J'allais à l'église alors que j'étais dans la bande de Gaza, et j'ai été surpris de trouver un siège du Hamas situé directement en face de la rue de l'église, à nouveau dans une zone de la ville de Gaza, où on m'a dit qu'on ne s'attendrait pas nécessairement à trouver des partisans du Hamas. J'ai vite appris que l'église a subi des dommages pendant le bombardement d'une nuit.

Quand je travaillais dans une école là-bas, il était bien connu que le Hamas a occupé la tour surplombant notre domaine scolaire. Nous pouvions souvent voir les gens nous regarder. Les enfants de l'école souvent s'arrêter et crier aux gens, leur disant de cesser de nous regarder. Il était évident pour moi que si ce bâtiment devenait une cible à bombarder, l'école subirait encore des dommages lourds. En fait, il l'a fait lors de la dernière grande action militaire. Le Hamas est partout.

Le Hamas sait que ses installations seront bombardées. Alors, il choisit de les localiser dans des endroits où les dommages collatéraux seront d'autant une propagande possible de plus pour eux. Ce sera soit ...

1. Dissuader Israël de bombarder

2. Forcer Israël à fournir de nombreux avertissements à l'avance

3. Donnez au Hamas un coup de propagande

Quelle sorte de gens pensent comme ça? Seulement les terroristes islamistes le font.

Repost 0
mordeh'ai
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 15:53

http://www.frontpagemag.com/2014/joseph-klein/the-palestinian-rocket-and-propaganda-offensive/

Adaptation de Mordeh'aï pour malaassot.comCliquez ici

 

Hamas-roquettesDepuis qu'Israël s'est retiré de la bande de Gaza en 2005, le Hamas et ses co-djihadistes ont tiré plus de 8.000 roquettes sur Israël. Ils ont mené un implacable bombardement par des roquettes à la manière des nazis  depuis des années, sauf pendant les cessez-le-feu qui sont négociés à la hâte après les frappes en retour d'Israël. Le bombardement de roquettes du Hamas s'est intensifié massivement ces derniers jours atteignant de nouveaux sommets. Depuis plusieurs jours, le Hamas et le Jihad islamique ont tiré plus de 550 roquettes et des obus de mortiers depuis Gaza sur Israël, avec l'intention de tuer et de terroriser des civils innocents, y compris des enfants.

Uniquement pour la seule journée du 9 Juillet, le Hamas a tiré près de 100 roquettes vers les centres de population israéliens. Et il a augmenté la barre en termes de sophistication et de portée de ses roquettes, avec plus de roquettes de gamme plus longue ciblant Tel Aviv, Jérusalem, et  la centrale nucléaire d'Israël dans la ville de Dimona. Le système de défense Dôme de Fer d'Israël a connu un succès remarquable à ce jour. Il a empêché ce qui aurait été un désastre nucléaire horrible en interceptant une des roquettes dans le ciel près de Dimona. Iron Dome a également éliminé des roquettes sur Tel Aviv et d'autres grands centres de population. Mais aucun système de défense est infaillible. Ainsi, après avoir averti le Hamas en vain qu'il devra faire face à des représailles plus élevés si il n'empêche pas les attaques à la roquette, Israël a lancé l'opération de protection des bordures.

À ce jour, Israël a répondu par des frappes aériennes visant des bastions du Hamas, frappant plus de 560 cibles dans la bande de Gaza au cours des deux derniers jours. Ses objectifs consistent en des installations de stockage d'armes et des usines de fabrication, des composés militaires, des tunnels, des rampes de lancement de roquettes enterrées, un commandement de controle et des maisons de commandants du Hamas et du Jihad islamiste. Israël ne vise pas délibérément des civils palestiniens. Au contraire, chaque fois que possible, l'armée israélienne fait des appels téléphoniques au domicile des suspects du Hamas et lance des tracts avant les frappes pour avertir les occupants de sortir que le danger est immédiat.

Bien qu'Israël a également autorisé l'appel d'environ 40.000 réservistes et amassé des chars près de la frontière israélienne de Gaza, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a jusqu'à présent résisté aux appels pour le lancement d'une opération terrestre. Toutefois, sa patience est à bout. " L'armée est prête à toutes les possibilités", dit le Premier ministre après une réunion de son cabinet de sécurité. " L'opération enfle et se poursuivra jusqu'à ce que le feu sur nos villes s'arrête et que le calme revienne ."

Un signe qui a été rapporté par DEBKAfile, le 10 Juillet, montrerait que le début d'une opération au sol est peut être très proche si les tirs de roquettes ne s'arrête pas, " l'armée israélienne a informé 100.000 civils palestiniens de quitter leurs maisons dans les villages du nord de Gaza de Beit Lahiya, Beit Hanoun, Grand Ibsen et plus petit Ibsen et vers l'ouest ou au sud de la côte afin de s'éloigner du danger ".

Le Hamas reste provocant. Son chef politique, Khaled Mechaal, a rejeté tous les efforts de médiation, déclarant dans un discours télévisé: " Nous recevons des appels de médiateurs depuis des occidentaux et des arabes pour négocier un cessez-le feu. Nous disons à ceux qui nous demandent une accalmie: Repartez "

Le Hamas lance aussi des promesses vidéo : " Sionistes, attendez vous de voir des attaques pour vous poignarder partout. Attendez vous à des attentats suicides dans chaque bus, café et dans la rue."

Le Hamas a le soutien de son partenaire de gouvernement d'union le président Abbas de l'Autorité palestinienne, qui, en jouant la carte habituelle de la victimisation palestinienne, a accusé Israël de commettre un «génocide».

Voici la logique perverse de l'offensive de propagande palestinienne en un mot: le Hamas et ses co-djihadistes peuvent tirer des roquettes à longue portée visant indistinctement des civils israéliens dans les grands centres de population et d'essayer de précipiter une catastrophe nucléaire en toute impunité, mais quand Israël contre-attaque sélectivement  prend des objectifs militaires à Gaza utilisés pour lancer ou soutenir les tirs de roquettes, Israël, selon Abbas, Israël commet un «génocide».

Sans surprise, les Palestiniens jettent de l'huile sur le feu avec succès en utilisant ce scandaleux, récit de la vérité controversée dans leur lieu de prédilection, l'Organisation des Nations Unies.

Sur l'insistance de la délégation d'observation de l'Etat palestinien à l'ONU et de ses alliés arabes, le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu une réunion d'urgence le 10 Juillet. Les Palestiniens veulent que le Conseil de sécurité prenne des mesures contre Israël pour «l'agression». Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, a averti le Conseil de sécurité du risque d'escalade tant en Israël qu'à Gaza" et a appelé des deux côtés pour "maximum de retenue" - son expression favorite de la fin - L'ambassadeur palestinien à l'ONU, Riyad Mansour, a accusé Israël de crimes de guerre. Il a dit qu'Israël utilise cyniquement " cette dernière agression contre le peuple palestinien pour provoquer l'effondrement de notre gouvernement."

L'Ambassadeur Mansour a donné dans la compassion comment les enfants palestiniens ont été tué par des frappes aériennes israéliennes, négligeant de mentionner la façon dont le Hamas utilise les civils palestiniens, y compris les enfants, comme boucliers humains.

" Je parle au nom de la souffrance et de deuil du peuple palestinien ", a déclaré Mansour, "qui subissent encore un autre barrage de la mort, de destruction, des traumatismes et de la terreur, qui sont commis intentionnellement et malicieusement contre eux par les forces d'occupation israéliennes devant les yeux du monde alors qu'il persiste avec ses presque cinq décennies longue occupation militaire belligérante ".

L'Ambassadeur Mansour a également annoncé que le président palestinien Mahmoud Abbas a officiellement demandé au gouvernement suisse de convoquer les Hautes Instances de la Convention de Genève. Le but avoué serait d'enquêter et éventuellement sanctionner Israël pour des violations alléguées de ses responsabilités en tant que puissance occupante et de la commission prétendue de crimes de guerre.

Apparemment, l'Ambassadeur Mansour et son patron le Président Abbas ont oublié qu'Israël a quitté Gaza complètement en 2005. C'est le Hamas, pas Israël, qui exerce toutes les fonctions de gouvernement dans la bande de Gaza, qui à son tour fait partie de ce que les Palestiniens prétendent être l'Etat de la Palestine. L'idée du Hamas de la façon de gouverner est d'utiliser Gaza comme une base à partir de laquelle lancer des attaques contre des civils israéliens. L'idée du gouvernement israélien de la façon de gouverner est de défendre et de protéger ses citoyens contre de telles agressions sans motifs et potentiellement mortelles d'une zone qu'il ne contrôle pas.

[.......]

En fait, lorsqu'il lui a été demandé par des journalistes lors d'une conférence de presse après réunion du Conseil de sécurité du 10 Juillet si l'Autorité palestinienne a accepté la responsabilité pour les roquettes tirées par le Hamas depuis la bande de Gaza, l'Ambassadeur Mansour a répondu: " Le peuple palestinien est un. Le gouvernement en est un. Le président est le président Abbas. "

Si c'est le cas, alors ce gouvernement d'unité doit accepter la responsabilité au minimum pour cycle actuel du Hamas de centaines de tirs de roquettes visant des civils israéliens dans les grands centres de population. " L'État de Palestine», qui fait parti de la quatrième Convention de Genève plus tôt cette année et maintenant cherche à invoquer la Convention contre Israël, est lui-même en violation directe de l'article 33 de la Convention interdisant "toute mesure d'intimidation ou de terrorisme. "

Même le secrétaire général Ban Ki-moon a reconnu la cause et l'effet de la crise actuelle, tout en exhortant les deux parties à cesser les violences. Il a noté dans son discours au Conseil de sécurité que les civils ont été "pris entre l'irresponsabilité du Hamas et la réponse difficile d'Israël." Il a ajouté que l'escalade, y compris une éventuelle opération au sol, est «évitable que si le Hamas arrête tirs de roquettes."

L'Ambassadeur israélien auprès des  Nations Unies, Ron Prosor dans son adresse au Conseil de sécurité le 10 Juillet, a souligné que le Hamas a commis des crimes de guerre contre des civils israéliens et des civils palestiniens:

" Le Hamas exploite notre préoccupation pour la vie humaine en se cachant dans des maisons palestiniennes, des écoles et des mosquées et en utilisant le sous-sol d'un hôpital à Gaza comme son siège. Il commet un double crime de guerre: le ciblage des civils israéliens en se cachant derrière des civils palestiniens ".

[....]

Les dirigeants israéliens ont la responsabilité de protéger leurs propres civils, dont le gouvernement fait tout en essayant de limiter les dommages collatéraux involontaires. Les dirigeants palestiniens, dont le président Abbas, ne parviennent pas à s'acquitter de leurs responsabilités envers leur propre peuple en les plaçant dans des situations dangereuses comme une conséquence directe de la guerre des djihadistes de détruire Israël. Le Hamas ne fait que suivre à travers la déclaration de sa Charte " qu'Israël existe et continuera d'exister jusqu'à ce que l'islam l'efface, tout comme il a effacé d'autres avant lui. Il n'y a pas de solution pour le problème palestinien, sauf par le Jihad ".

L'Organisation des Nations Unies et d'autres organismes représentant les opinions de la communauté dite internationale permettent ce jihad qui essait d'entraver le droit légitime d'Israël à se défendre et de protéger sa population civile.

Repost 0
mordeh'ai
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 11:47

par Léon ROZEMBAUM

http://www.sourceisrael.com/read.php?id=270

Dix-huit jours après l'enlèvement des trois élèves Israéliens Juifs par des terroristes arabes, leurs corps ont été découverts à quelques minutes de voiture du lieu du rapt, au cœur de la Judée.
Les meurtres de Juifs par les Arabes sont innombrables. Des livres entiers décrivent le processus de déshumanisation des Juifs que le Musulman subit depuis son plus jeune âge, fruit de l'ambivalence, devenue haine tenace, que Mahomet entretint à l'égard des Juifs, notamment suite à un enseignement reçu des Chrétiens de son époque.

C'est pourquoi le prétendu conflit "israélo-palestinien" est bien autre chose que ce qu'il paraît: le conflit est très peu territorial, mais essentiellement identitaire, religieux, historique et met en jeu des ressorts fondamentaux et souvent troubles, entre le Judaïsme, le Christianisme et l'Islam.
Les Arabes palestiniens ne se vivent pas comme une nation, mais comme le fer de lance de l'irrédentisme de l'Islam. Il s'agit de rien de moins que d'un choc de civilisations. La déraison grandissante de l'Occident face à Israël et sa fascination pour "la Palestine" en constituent les symptômes peut être le plus frappants.

La vérité est que ni les Chrétiens, ni les Musulmans ne parviennent à intégrer, et encore moins à accepter, la résurgence de la souveraineté juive dans son berceau historique, la Terre d'Israël, entre Jourdain et Méditerranée. Et cela parce que les uns comme les autres prétendent assigner aux Juifs un rôle de déchéance dans leurs "économies du Salut" respectives, que les Juifs n'ont aucune raison d'accepter. La refondation de l'État d'Israël, après deux millénaires, est donc un acte libératoire d'une portée inouïe.

Parce qu'il en est ainsi, tout est fait en Occident comme en Islam, consciemment ou inconsciemment, pour nier, contrer, affaiblir, tromper la vigilance, miner, détruire d'un seul coup ou à terme, cette audace historique d'un peuple antique dispersé et méprisé, revenu affirmer sa pérennité et ses droits dans son Pays qui fut occupé et conquis par tant d'empires, et qui est redevenu, par sa présence massive renouvelée depuis cent ans, et qui rassemble désormais la majorité de ses fils, fertile et fécond en avancées pour la civilisation humaine toute entière. Seules d'infimes minorités, en Occident comme en Islam ont pris la mesure de l'événement et s'identifient à Israël.

Pourtant, les Juifs, qui à l'échelle collective se sont donnés la morale comme constitution, et c'est dire à quelle hauteur les Hébreux et leurs héritiers, les Juifs ont placé la barre, peuvent s'avérer, au niveau individuel, de parfaits crétins ou même des crapules.
Que quelques adolescents juifs déséquilibrés aient pu, à la faveur d'un climat de désespérance imposé par le Hamas à un Peuple entier, "péter les plombs" et par un acte insane de vengeance "privée" assassiner et brûler un jeune adolescent arabe, en contradiction absolue à tous les enseignements de leur Peuple depuis trois millénaires et demi, le prouve assez.

Pourtant la collectivité juive qui a rétabli son Etat dans son Pays, continue d'appliquer tous les principes d'une société juive démocratique, défend sans faiblesse l'ordre public, et n'hésite pas à poursuivre pénalement, si besoin est, des personnalités politiques de premier plan. C'est qu'à la différence de l'Occident, Israël n'exclut pas le politique du champ de la morale.
Voila des semaines que depuis la Région de Gaza, totalement évacuée par Israël il y a neuf ans, l'organisation terroriste du Hamas, agresse l'Etat d'Israël sous forme d'envoi de centaines de roquettes meurtrières, de missiles à courte, moyenne et longue portée sur les populations civiles de cet Etat souverain.
Une fois de plus, Israël a tenté pendant de longs jours de s'abstenir de répliquer massivement en offrant à de nombreuses reprises que le calme se rétablisse réciproquement. La réponse à ces offres a été une intensification des tirs d'agression contre le territoire israélien.
L'opération Tsuk Eytan (Mur Inébranlable) lancée par l'Armée de Défense d'Israël pour faire cesser cette agression en attaquant les bases terroristes, les domiciles de leurs chefs, en évitant au maximum les atteintes collatérales de la population civile est déjà, au troisième jour de son déclenchement, un succès remarquable.
Mais il devient de plus en plus clair que même des succès tactiques laisseront posé le problème fondamental: si Israël laisse, à terme, une souveraineté ou une quasi-souveraineté étrangère se développer en Terre d'Israël, qu'il s'agisse de Gaza, de la Judée ou de la Samarie, il se trouvera toujours à la merci d'un pouvoir hostile. Les "accords d'Oslo" étaient donc une faute stratégique de première ampleur que nous étions un certain nombre à avoir dénoncée immédiatement. Mais l'abandon de la bande de Gaza en 2005 était une faute plus grave encore.

Il faut donc regarder la réalité en face: il est devenu impossible de constituer une autre Etat palestinien, en plus d'Israël et de la Jordanie, même démilitarisé, entre le Jourdain et la mer. Le traité de San Remo, signé dans le cadre de la Société des Nations en1923, attribuait au Peuple Juif les deux rives du Jourdain. La puissance mandataire a opéré de son propre chef un premier partage de la Palestine dès cette époque, limitant le retour des Juifs à la Palestine occidentale, la Palestine orientale (les 3/5 du territoire) étant destinée aux Arabes, et est devenue en 1946, le Royaume de Jordanie.

C'est le désir conscient ou inconscient de l'Occident de maintenir l'Etat Juif en état de dépendance qui a préconisé un partage de la Palestine occidentale, pour faire d'Israël un Etat-croupion sans profondeur stratégique. C'est bien pour cette raison qu'en 1967, Israël est parvenu à desserrer l'étau mortel de l'agression génocidaire arabe.

La leçon désormais est claire: les Arabes qui ne parviennent pas à accepter de vivre sous souveraineté juive devront s'en aller, qu'il s'agisse des Arabes Israéliens ou des Arabes de Judée-Samarie ou de Gaza. Dans le cadre de la souveraineté d'Israël, toutes sortes d'aménagements sont possibles, régionalisation, cantonisation, etc… En dehors de ce cadre, rien n'est possible et les vingt dernières années le prouvent suffisamment.

Il est difficile de prévoir combien de temps, les illusions répandues surtout par la gauche israélienne continueront de semer la désolation dans notre pays. Mais il est certain que les faits sont têtus.

 

Repost 0
mordeh'ai
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 11:41
Par Michael Freund
http://www.michaelfreund.org/15011/Israel-Deterrence

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

 
La violence qui a déferlé en Israël la semaine dernière, allant des émeutes avec jets de pierres aux  tirs de roquettes, souligne l'érosion de plus en plus dangereuse qui a eu lieu dans la posture de dissuasion de l'Etat juif .
Repost 0
mordeh'ai