Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 23:35

Par Daniel Greenfield

Israels-Retour-590-LI1

 

L'accord de cessez-le feu n'a pas donné au Hamas tout ce qu'il voulait, mais il n'a rien donné à Israël - rien du tout.

 

L'insistance d'Israël sur la démilitarisation de Gaza est tombée dans l'oubli.

Pourquoi? Voici une réponse .

 

Nabil Shaath, un responsable de l'OLP et principal confident du président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, a déclaré qu'Israël a abandonné la demande que le Hamas soit démilitarisé, en raison de la pression américaine, dans une interview à l'Agence arabe Ma'an .

 

Comme d'habitude, la guerre a été gagné sur le champ de bataille et elle a été perdu à la table de négociation. Ce qui signifie qu'elle devra être répétée dans un an ou deux avec un Hamas plus fort.

 

Sans la démilitarisation de la bande de Gaza, toute la guerre n'a pas de sens. La pression d'Obama sur la reddition d'Israël et de Netanyahu avait fait l'objet d'un conflit avec une accalmie temporaire et avec des combats à un niveau inférieur.

Repost 0
mordeh'ai
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 16:04

Par: Moshe Feiglin

http://www.jewishpress.com/indepth/columns/moshe-feiglin/what-will-be/2014/08/27/

Adaptation de Mordeh'aï pour malaassot.com

Note de la rédaction: l'éditorial de cette semaine a été écrit par l'homme de droite Moshe Feiglin, et Shmuel Sackett, directeur international de Manhigut Yehudit

 

* * * J'ai passé les dernières semaines à parler à de nombreuses communautés juives différentes aux Etats-Unis. Jusqu'à présent, je me suis adressé à plus de 2.000 personnes. A chacune de mes présentations, je me pose une simple question:

"Qu'en sera-t-il"

 

Ma réponse est directe et honnête: Jusqu'à ce qu'Israël élise un gouvernement qui fonde son action sur les valeurs juives authentiques, notre patrie bien-aimée va continuer à être pilonnée par des missiles, des roquettes, des tunnels pour terroristes, des kamikazes et tout le reste, l'ennemi peut se trouver sur notre chemin.

 

Les gens qui me connaissent sont souvent surpris de cette réponse puisque je suis généralement très optimiste quant à l'avenir d'Israël. Ils ont donc tendance à me demander, "Qu'en sera-t-il?" Quand cela arrive, je passe en mode optimiste, je positive et la réponse est que j'en suis convaincu et que ce que j'ai dit est vrai, je suis encore optimiste et que la nouvelle direction dont nous avons besoin est en marche!

 

On sort de la bande de Gaza avant que le travail soit terminé. Immédiatement après encore un autre cessez-le-feu ridicule, Israël se précipite pour montrer au monde combien de camions d'aide humanitaire sont envoyés pour aider les civils de Gaza et nous nous assurons que tout cela est filmé en qualité HD si les libéraux qui regardent CNN, la BBC et Sky News s'aperçoivent comment beau les Juifs sont.

 

Les gars, soyons honnêtes. Nous sommes en train de perdre la partie. Notre gouvernement actuel est plus concerné par l'opinion mondiale qu'il passe plus de temps et d'énergie à expliquer la guerre que la faire! Notre conduite est désespérée pour l'acceptation et l'amour, ainsi on sort de Gaza avant que le travail ne soit fini. Juste après encore un autre cessez-le-feu ridicule, Israel se précipite pour montrer au monde le nombre de camions d'aide humanitaire qui sont envoyés aux civils de Gaza et nous nous assurons que ceci est bien filmé en qualité HD ainsi que les libéraux qui regardent CNN, BBC, et Sky News peuvent voir comme ils sont gentils les juifs.

 

Je suis étonné qu'à chaque cessez-le feu déclaré, le résultat est identique nous nous cessons de tirer et eux continuent leurs tirs. Nous aidons les civils et eux les utilisent comme des pions dans leur guerre sanglante et haineuse. Et cela se joue maintes et maintes fois. Comment peut-on être aussi stupide?

 

Permettez-moi d'être parfaitement clair: Si c'est la façon dont nous jouons le jeu, nous perdrons. J'entends par là que nous perdrons tout. Le Hamas va croître et être de plus en plus gros et, éventuellement, le Hezbollah - avec ses 80.000 missiles - rejoindra le "divertissement" au nord. Cela inspirera les Arabes vivant en Israël qui s'identifient à ces groupes terroristes, et nous allons finir la lutte contre des ennemis de tous les côtés - et aussi de l'intérieur!

 

Vous pensez qu'ils ont juste creuser des tunnels dans la bande de Gaza? Attendez de voir ce que notre ennemi nous a réservé, à Hébron, Ramallah, Jénine, et Jérusalem-Est!

 

Alors, quelle est la réponse? Devrions-nous craindre pour nos vies? Non - à Dieu ne plaise! Nous devons d'abord réaliser à quel point le problème est grave. Je n'exagère pas ou n'essaye pas de faire peur à quiconque. Je ne fais que dire un fait que l'ennemi est en croissance et que nous sommes en train de dormir. Le deuxième point est de trouver une solution, et c'est là que je reviens à mon positivisme, soi positif puisque la solution est déjà là - nous avons juste besoin de l'adopter et l'aider à devenir une réalité.

 

La solution c'est un leadership fort et fier qui fonde toutes ses décisions sur les concepts et les valeurs juives. Il n'est nul besoin de "réinventer la roue." Notre Torah énonce tout ça. Nous avons besoin de faire la guerre comme Moïse et Josué l'ont fait. Lisez le récit de de leurs batailles et comment ils se sont battus. Ensuite, continuez à lire les récits d'Yiftah, de Gédéon, et du puissant Samson. Ce ne sont pas les personnages de super-héros juifs de bande dessinée. Ces hommes étaient réels et ont conduit la nation d'Israël avec courage et honneur.

 

En fait, ce n'étaient pas seulement les hommes - assurez-vous de lire également les histoires des femmes, tels que Devorah et Yael et leurs actes de bravoure. Ces braves femmes ne se souciaient pas de l'opinion du monde - uniquement de l'opinion de Dieu - et elles ont combattue l'ennemi jusqu'à ce qu'il soit complètement défait.

Repost 0
mordeh'ai
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 14:16

par Khaled Abu Toameh
http://www.gatestoneinstitute.org/4660/gaza-war-over

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

 

Il est important de noter que ces demandes de cessez-le-feu ne font pas partie de la stratégie globale du Hamas ou du Djihad islamique, à savoir de voir Israël rayé de la surface de la terre.

De nombreux journalistes étrangers venus couvrir la guerre lors d'un voyage à Gaza étaient sous la fausse impression que tout cela était pour l'amélioration des conditions de vie des Palestiniens d'ouvrir les passages frontaliers et la construction d'un aéroport et d'un port maritime. Ces journalistes croyaient qu'une fois que les exigences du Hamas et du Jihad islamique palestinien seraient acceptées, cela ouvrirait la voie à la paix entre les Israéliens et les Palestiniens.

Pour comprendre la véritable intention du Hamas et de ses alliés, il suffit de suivre les déclarations faites par leurs dirigeants après l'annonce du cessez-le-feu cette semaine. À son crédit, Ismail Haniyeh, le chef du Hamas, n'a jamais caché le désir du Hamas de détruire Israël.

Hamas et ses alliés voient la guerre dans la bande de Gaza dans le cadre de la stratégie de détruire Israël. Que disent le Hamas et ses alliés: «Donnez-nous des frontières ouvertes, un aéroport et un port afin que nous puissions les utiliser pour nous préparer à la prochaine guerre contre Israël."

 

Les déclarations faites par les dirigeants du Hamas et le porte-parole du Jihad islamique après l'annonce de l'accord du cessez-le-feu à long terme avec Israël cette semaine se révèlent comme un rappel de leurs véritables intentions et leur stratégie.

 

Au cours des deux derniers mois, les deux groupes, avec plusieurs factions armées dans la bande de Gaza, à plusieurs reprises ont annoncé que leur objectif principal était de mettre fin au "siège" de la bande de Gaza et de construire leur propre aéroport et le port maritime.

 

Au cours des pourparlers de cessez-le-feu au Caire, les groupes palestiniens à plusieurs reprises se sont obstiner pour faire admettre ces exigences, avec l'ouverture de tous les passages frontaliers avec la bande de Gaza,c'était le seul moyen de mettre fin à la violence et parvenir à un cessez-le-long terme feu avec Israël.

 

Cependant, il est important de noter que ces demandes de cessez-le-feu ne font pas partie de la stratégie globale du Hamas ou du Djihad islamique, à savoir de rayer Israël de la surface de la terre.

 

Le Hamas et ses alliés dans la bande de Gaza ne sont pas seulement battus pour un aéroport et un port. Ni qu'ils se soient battus uniquement pour la réouverture de tous les passages frontaliers avec Israël et avec l'Egypte.

 

Au cours de cette guerre, beaucoup semblent avoir oublié que le Hamas et le Jihad islamique se sont effectivement battus pour " libérer Jérusalem et toute la Palestine." Les deux groupes n'ont jamais reconnu le droit d'Israël à exister et de continuer à s'opposer à toute tentative de faire la paix avec l '«entité sioniste».

De nombreux journalistes étrangers venus couvrir la guerre dans la bande de Gaza croyaient que tout cela était d'améliorer les conditions de vie des Palestiniens dans la bande de Gaza en ouvrant les passages frontaliers et la construction d'un aéroport et d'un port. Ces journalistes croyaient qu'une fois que les exigences du Hamas et du Jihad islamique seraient satisfaites, cela ouvrirait la voie à la paix entre Israël et les Palestiniens.

 

Pourtant, ces journalistes, comme beaucoup d'autres dans la communauté internationale, n'ont pas réussi à regarder le tableau d'ensemble ou de prendre en considération le contexte du conflit. En outre, la plupart d'entre eux n'ont semble-t-il pas entendu ce que le Hamas et le Jihad islamique ont déclaré avant et après la guerre - que leur véritable objectif est de " Libérer toute la Palestine."

 

L'Opération de Bordure de protection est peut-être terminée, mais le rêve de détruire Israël est encore en vie. Même si le Hamas et le Jihad islamique éventuellement obtiennent leur propre aéroport et port, il est évident que les deux groupes sont maintenant plus que jamais déterminés à poursuivre leur lutte pour éliminer Israël, en particulier à la lumière du fait qu'ils sentent qu'ils ont émergé de la guerre triomphant.

 

Hommes armés du Hamas masqués célèbrent leur "victoire" sur Israël devant les médias internationaux cette semaine. (Source de l'image: Facebook / Centre palestinien d'information)

 

Le cessez-le-feu négocié par l'Egypte est peut d'atteindre un certain calme pour les Israéliens et les Palestiniens dans un avenir prévisible, en particulier à la suite du coup sévère dont ont souffert le Hamas et le Jihad islamique à la suite de l'opération militaire massive d'Israël.

 

En effet, le Hamas et ses alliés vont maintenant reconstituer les dégâts dans la bande de Gaza. Mais ils vont aussi continuer à dresser de nouvelles générations de Palestiniens à la glorification du terrorisme et du djihad, avec l'espoir de parvenir à la destruction d'Israël, qu'ils considèrent comme un corps étranger planté par les puissances coloniales au coeur du Moyen-Orient.

 

Pour comprendre les véritables intentions du Hamas et de ses alliés, il suffit de suivre les déclarations faites par leurs dirigeants après l'annonce du cessez-le-feu plus tôt cette semaine. Évidemment, ces déclarations montrent que le Hamas et le Jihad islamique voient leur «victoire» dans la bande de Gaza comme une première étape vers la "libération toute la Palestine." Elles montrent également que ces groupes ont l'intention d'utiliser le nouveau cessez-le-feu aux fins de poursuivre les préparatifs et d'amasser le plus d'armes pour ce qu'ils appellent " la mère de toutes les batailles - la libération de la Palestine."

 

Le Chef du Jihad islamique Ramadan Shalah a été l'une des premières figures à préciser les intentions réelles de son organisation. Quelques heures après l'annonce du cessez-le-feu, Shalah basé au Liban a déclaré: " La guerre n'est pas finie elle continuera par d'autres moyens et méthodes.".

 

Il a ensuite averti les Palestiniens contre la reprise des négociations avec Israël, affirmant que les accords d'Oslo sont maintenant " sous les décombres de la bande de Gaza " et les Palestiniens doivent d'ores et déjà souscrire à la " voie de la résistance."

 

Le lendemain, le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, qui a rampé hors du bunker ou il s'était réfugié durant la guerre pour déclarer que " Gaza est en train de se préparer pour la bataille de la libération complète."

 

Il a dit aux partisans du Hamas lors d'une marche de la «victoire» dans la ville de Gaza que " Gaza a ouvert la voie pour se rendre à Jérusalem et à la mosquée d'Al-Aqsa."

 

À son crédit, Haniyeh n'a jamais caché le désir du Hamas de détruire Israël. Quelques jours seulement avant la guerre, il a dit dans un discours devant les élèves qui participeront à un camp d'été du Hamas que la stratégie de son mouvement " est de libérer la terre de Palestine." Il a rajouté: " Que nous soyons dans le gouvernement (palestinien) ou à l'extérieur, nous allons continuer à sensibiliser et à appeler à la libération de toute la Palestine et la création d'un Etat palestinien sur toute la terre de Palestine."

 

Pour ceux qui ne connaissent pas, Haniyeh il ne fait en fait que répéter la charte du Hamas, qui n'accepte pas le droit d'Israël à exister sur n'importe quelle partie de ce qui est perçu comme appartenant à la terre musulmane .

 

Un autre dirigeant du Hamas, Mahmoud Zahar, est même allé plus loin en appelant à la création d'une "armée de libération de la Palestine" dans le sillage de la «victoire» marqué par son mouvement et d'autres groupes palestiniens pendant la guerre.

 

Une autre preuve que cette guerre n'était pas uniquement sur l'ouverture des frontières ou l'amélioration des conditions de vie des Palestiniens dans la bande de Gaza elle a également été prouvée par le porte-parole du Hamas et plusieurs groupes palestiniens qui ont participé à la lutte contre Israël.

 

Lors d'une conférence de presse un jour après l'annonce du cessez-le-feu, Abu Obaida, porte-parole de la branche armée du Hamas, Izaddin al-Qassam, a déclaré : "Gaza a gagné parce qu'elle a ravivé les espoirs de 1,5 milliard d'Arabes et de musulmans que la route de Jérusalem est maintenant ouverte et ce dont tous avons besoin, c'est d'être unis et avoir la volonté ".

 

Donc, pour le Hamas et ses alliés, la guerre dans la bande de Gaza n'était pas seulement à propos de la fermeture des points de passage ou de la liberté de circulation à la frontière. Au lieu de cela, ils voient la guerre dans la bande de Gaza dans le cadre de leur stratégie visant à détruire Israël. Ce qu'ils sont en train de dire est:

" Donnez-nous des frontières ouvertes, un aéroport et un port afin que nous puissions les utiliser pour préparer la prochaine guerre contre Israël."

Repost 0
mordeh'ai
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 10:06

Par Ryan Jones

http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/24879/Default.aspx

Adapté pour malaassot.com par Mordeh'aï

 

Les Images du Hamas et de ses partisans célébrant la victoire sur les ruines de Gaza mardi alors qu'un cessez-le feu illimité est entré en vigueur semblait ridicule pour les observateurs extérieurs. Mais de leur propre point de vue les israéliens exprimaient le sentiment de la défaite et que peut-être les terroristes avaient gagné la guerre de Gaza de cet été

Le point de vue des habitants du sud d'Israël, vaincus, était clair: «Israël s'est rendu à la terreur» délaissant la destruction du Hamas et en acceptant une trêve qui a laissé les terroristes armés jusqu'aux dents. Ils ont insisté - la prochaine guerre de Gaza n'est qu'une question de temps.

Les responsables du gouvernement israélien ont essayé de donner un aspect positif à la situation, soulignant que le Hamas, et la bande de Gaza dans son ensemble, avait subi un coup majeur.

En effet, plus de 2.000 habitants de Gaza ont été tué pendant la guerre, parmi eux, un grand nombre de militants du Hamas, par rapport à seulement 70 morts israéliens, dont deux ont été tué lors du tir de barrage final du Hamas contre l'Etat juif quelques minutes avant que le cessez-le feu n'entre en vigueur.

Le vaste réseau de tunnels du Hamas a également été en grande partie détruit, et son stock de missiles presque épuisé ou détruit par les frappes aériennes ponctuelles.

Mais, en fin de compte, le Hamas n'a rien cédé. Les règles de la guerre sont très différentes pour ces groupes, certains en Israël ont fait valoir, que le Hamas peut à juste titre prétendre à la victoire, malgré ses pertes énormes.

C'était l'opinion exprimée indirectement par plusieurs membres du cabinet de sécurité d'Israël, qui étaient furieux que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait accepté le cessez-le feu sous médiation égyptienne sans demander leur avis.

Les termes de l'accord que Netanyahu a accepté étaient :

  1. Les deux parties vont mettre en place immédiatement un cessez-le feu illimité (ce qu'ils ont fait mardi après-midi);
  2. La réouverture des passages frontaliers de Gaza pour l'importation de l'aide humanitaire et des fournitures pour la reconstruction ;
  3. La zone de pêche de Gaza sera étendue plus loin en Méditerranée.

Les exigences du Hamas qui n'ont pas été retenu dans la mouture finale étaient:

  1. Le développement des ports maritime et aérien dans la bande de Gaza;
  2. La libération de terroristes du Hamas arrêtés en Judée-Samarie au cours des deux derniers mois;
  3. Le transfert des salaires des responsables du Hamas à Gaza.

Les conditions israéliennes retirées de la version finale inclus:

  1. La démilitarisation de la bande de Gaza;
  2. Un mécanisme visant à empêcher le réarmement du Hamas;
  3. Le retour des corps des soldats de Tsahal tombés et pris par le Hamas pendant la guerre de Gaza.
Repost 0
mordeh'ai
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 09:44

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2014/08/it-wasnt-a-war-it-wasnt-even-a-battle/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

En 627 à la bataille de la Tranchée, le prophète Mahomet a défendu avec succès Medine contre la La tribu polythéiste des Quraych de La Mecque et leurs alliés Juifs en creusant une tranchée.

Tout le monde sait qui a gagné la Seconde Guerre mondiale. Et malheureusement, il sait qui a perdu la guerre du Vietnam. Mais les analystes occidentaux discutent pour savoir si c'est Israël ou le Hamas qui a remporté le récent conflit à Gaza. Le Hamas, pour sa part, célèbre avec des coups de feu tirés au hasard tant et si bien qu'au moins deux personnes ont été tué accidentellement.

Je regarde les choses différemment. Je vois les 50 jours de conflit comme une expérience d'apprentissage pour les deux parties. Le Hamas, pour sa part, a appris qu'Israël peut concentrer une énorme puissance de feu sur ses objectifs, si il le veut. Il a aussi appris que peu importe les provocations, Israël ne franchira pas la ligne de pertes civiles, à la manière des forces américaines ou européennes. Israël a appris, si il ne le savait pas déjà, de l'intensité de la haine qui coule dans les veines de ses ennemis.

Les deux parties ont appris que le système Iron Dome d'Israël est efficace contre les roquettes rudimentaires, visant des cibles à plus de quelques miles de leurs lanceurs. Et les deux parties ont appris qu'il n'y a pas encore de solution pour les tirs de mortiers à courtes distances. Israël a appris que les tunnels sont dangereux, alors que le Hamas a appris qu'ils protégeaient mieux ses commandants en vue de la prochaine guerre.

Le Hamas a appris qu'il peut compter sur les médias pour raconter son histoire avec juste un petit peu d'intimidation. Israël est sur ​​le point d'apprendre, encore une fois, que la «communauté internationale» est là pour obtenir contre lui avec l'aide de tribunaux fantoches et des ouï-dires des accusations de crimes de guerre, alors que le Hamas, encore une fois, a eu sa stratégie - le "double crime de guerre" de tirer sur des civils à l'intérieur des zones civiles - avérées.

Israël a perdu 64 soldats et une poignée de civils, tandis que le Hamas a perdu environ 1000 de chaque - les chiffres réels sont impossibles à obtenir, mais sont proches de ceux-ci. Les termes de l'accord de cessez-le-feu ne donnent pas au Hamas des gains, mais ils ne donnent pas plus à Israël , sauf la tranquillité pour le moment.

Les requêtes importantes des deux parties seront discutées dans les semaines à venir. Israël voudrait que Gaza soit démilitarisée; et le Hamas souhaite que toutes les restrictions sur les importations soient levées, les prisonniers libérés, et les constructions d'un port et d'un aéroport. Mon hypothèse est que, par suite de la pression internationale, le Hamas va obtenir une partie de ce qu'il veut et bien sûr ne sera pas désarmer. Comme toujours, Israël aura prévalu dans la partie militaire conflit, mais perdra la partie diplomatique.

Il ne fait aucun doute que le monde ouvrira immédiatement ses chéquiers pour Gaza, car c'est béni par le choix de ses ennemis. Les crimes de guerre doubles, le fait que 88,9% des habitants de Gaza favorisent les tirs de roquettes sur Israël, le fait que le Hamas était l'agresseur qui a commencé le conflit et a refusé ou rompu quelques 11 cessez-le-feu ne sera pas remis en question. Ce sera comme si Gaza est victime d'un tremblement de terre ou d'un tsunami et a besoin d'être reconstruit dès que possible.

Avec la complicité de ses amis, le Hamas détournera toujours autant d'aide à des fins militaires. Et puis, dans quelques mois ou années, il y aura un autre round. Parce que, après tout, il y aura encore des Juifs en «Palestine».

Donc, la réponse correcte aux experts qui débattent la question "qui a gagné?" Est "personne, car ce n'est pas fini."

Ce n'était pas une guerre. Ce n'était même pas une bataille. Ce n'était qu'une escarmouche dans la longue guerre entre l'islam et les Juifs. Il y en aura plus entre eux. Et si Israël veut survivre, il vaut mieux commencer à chercher la victoire plus que ces escarmouches, frénétiques.

Repost 0
mordeh'ai
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 23:25

"Les messages sortirent à la hâte par le commandement du roi, et le décret a été donné dans Suse ... mais la ville ... était perplexe." - Livre d'Esther

Par: Zvi Ben-Gedalyahu

http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/netanyahus-cease-fire-agreement-leads-the-country-into-confusion/2014/08/26/0/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Abbas and Netanyahu - the one who won in the cease-fire is on the left and the one who lost is on the right.

Abbas et Netanyahu - celui qui a gagné dans l'accord de cessez-le-feu est sur la gauche et celui qui a perdu est sur la droite.

 

Premier ministre Binyamin Netanyahou a conduit le pays dans la confusion mardi soir en acceptant un cessez-le-feu qui laisse le Hamas armé et a ouvert la voie pour le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, dont le nouveau partenaire de la paix est le Hamas, pour protéger les terroristes.

 

Netanyahu était si sûr que son cabinet de sécurité rechignerait à accepter de cessez-le feu qu'il n'a même pas pris la peine de consulter les ministres, dont environ la moitié sont en colère contre sa décision.

 

La pirouette du Premier ministre était que, puisque le Conseil des ministres avait accepté les cessez-le-feu précédents, il n'était donc pas nécessaire de recontacter les ministres.

 

Il a aussi le pont de Brooklyn à vendre.

 

Le Ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, parti Israel Beteinou, Le ministre de l'Economie Naftali Bennett, et chef du parti Habayt hayehudi, et le ministre de la Sécurité publique Yitzhak Aharonovitch ont déclaré publiquement qu'ils sont opposés à la décision de Netanyahu, et le ministre des Communications Gilad Erdan auraient été un partisan douteux.

 

Israël a raté l'occasion la semaine dernière de procéder à une invasion terrestre rapide, pénétrante de dangereux bastions du Hamas dans des villes de Gaza. Les ordres pour le motif de contre-terrorisme étaient prêts à être signé, mais ils ont été long à arriver..

 

Que ce soit la peur du "jour d'après" l'anarchie qui suivrait une incursion terrestre, la crainte d'un grand nombre de victimes israéliennes, la peur de la critique internationale, la peur d'interrompre le jeu de golf du président Barack Obama ou la crainte d'un père fouettard qui n'existe pas, le gouvernement et l'armée israélienne ont opté pour la poursuite des bombardements aériens qui endommagent certainement Hamas mais qui l'ont laissé assez fort pour imposer certaines conditions de l'accord de cessez-le-feu.

 

Certaines sources de sécurité se sont vantées dans les médias israéliens comment l'armée israélienne avait décimée le Hamas et l'avait forcé à se soumettre, mais alors que le Hamas n'a pas obtenu tout ce qu'il voulait, Israël n'a rien eu du tout qu'un arrêt des tirs de roquettes pour la 12e fois, ou peut-être est-ce la 13e fois.

 

Le Hamas a célébré le cessez-le-feu, 'une manière outrancière mais personne en Israël, sauf pour le petit parti, insignifiant d'extrême gauche, qui sautait de joie.

 

Peu de gens s'attendent à ce que le cessez-le-feu dure, mais le problème est qu'aussi longtemps que ce sera le cas, Israël sera contraint de faire des concessions, comme avec les Accords d'Oslo, qui sont devenus irréversibles alors que l'ennemi escroquait tout ce qu'il pouvait obtenir et puis après passait au round suivant pour le prochain chantage.

 

Israël va ouvrir les frontières, mais le Hamas n'a pas reçu de réponse pour sa demande d'un port en eau profonde et d'un aéroport, des questions qui sont mises en place pour les négociations dans un mois, avec la demande israélienne que le Hamas désarme.

 

Pouvez-vous imaginer que le Hamas va accepter de désarmer en échange d'un aéroport et d'un port dont les installations ne seront pas surveillées de sorte qu'il pourra importer des armes encore plus sophistiquées?

 

L'objectif déclaré d'Israël dans la guerre était le desarmement du Hamas. Netanyahu avait dit qu'il n'y aurait pas de cessez-le-feu sans que cet objectif ne soit atteint. Il avait également insisté sur le fait que pas plus tard qu'aujourd'hui qu'il n'y aurait pas de négociations sous les tirs.

 

Ces objectifs et ces promesses étaient clairement stérils.

 

Il est vrai que les négociateurs israéliens n'étaient pas au Caire, mais il est inconcevable que le Bureau du Premier ministre soit simplement assis en retrait alors que le Hamas et l'Egypte, avec l'aide du patron du Hamas, le Qatar, liés les bouts d'un cessez-le-feu sans consultation avec Israël.

 

En outre, Frank Lowenstein, " l'homme de terrain au Moyen-Orient," du Département d'Etat américain y a participé activement.

 

Il n'est pas possible que les Etats-Unis participent aux pourparlers secrets sans être en contact avec Netanyahou, qui a jeté de la poudre aux yeux du pays.

 

Le Premier ministre ne l'a peut-être pas remarqué, mais les sondages d'opinion de sa popularité ont chuté de façon spectaculaire la semaine dernière, après le large soutien au cours de la guerre.

 

Les gens lui avaient apporté un soutien sans précédent, de la gauche à la droite, mais il a explosé tout d'un coup, mardi soir, laissant tout le monde se gratter la tête collectivement et se demander: «Pourquoi?

 

Netanyahu est-il si prévoyant qu'il sait que le Hamas ne tiendra pas sa promesse et Israël aura enfin la tâche de tuer Amalek la prochaine fois?

 

Ou peut-être que l'administration Obama a fait pression sur lui en lui disant que le coût de ne pas accepter le cessez-le-feu serait une attitude plus souple sur l'Iran, ou plus de problèmes avec l'aide militaire, ou le soutien à Abbas à l'ONU?

 

Est-ce que les Forces de Défense Israeliennes ont des informations ou des renseignements qu'une opération terrestre intensive aurait été un désastre pour Israël?

 

Est-ce que Netanyahu a obtenu des points Brownie1 des États-Unis pour une autre étape pour renforcer la position d'Abbas en lui donnant le tremplin d'avoir ses forces de sécurité garder les frontières de Gaza et comprennent également un aéroport et port de mer en eau profonde dans ses demandes incessantes pour un Etat de l'Autorité palestinienne ?

 

Le premier ministre croit-il vraiment qu'en fin de compte le Hamas ne va pas se retrouver avec la haute main sur la bande de Gaza, avec ou sans Abbas?

 

Netanyahu est-il tout simplement trop faible pour conduire le pays vers la victoire?

 

=============================================================                                1-dans l'usage moderne sont un hypothétique monnaie sociale , qui peut être acquis en faisant de bonnes actions ou de gagner grâce aux yeux d'un autre, souvent son supérieur.

Repost 0
mordeh'ai
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 21:49

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a pris mardi ses responsabilités, sans consulter son Cabinet de sécurité, en acceptant un nouvel accord de cessez-le-feu avec le Hamas.

 

Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info

http://www.lemondejuif.info/2014/08/treve-gaza-netanyahu-assume-seul-risque-securitaire-politique/

 

Une décision vivement critiquée par quatre des huit ministres du Cabinet de sécurité. Le Bureau du Premier ministre a rappelé que le Cabinet avait préalablement autorisé Netanyahu à décider seul de l’extension de la trêve.

Faisant valoir que les clauses de la trêve permettront au Hamas de se réarmer rapidement et de renouveler ses attaques contre l’État hébreu, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman (Israel Beiteinu), le ministre des Communications Gilad Erdan, le ministre de l’Économie Naftali Bennett (Ha’Bait Ha’Yehudi) et le ministre de la Sécurité intérieur Yitzhak Aharonovitz se sont catégoriquement opposés au plan égyptien.

L’organisation terroriste islamiste du Hamas a qualifié l’accord de cessez-le-feu permanent dans la bande de Gaza négocié par l’Égypte de « victoire pour la résistance ». À l’annonce de l’accord, des milliers de Palestiniens sont descendus dans les rues de Gaza pour exulter leur joie. Pour l’occasion, les dirigeants des organisations terroristes, rescapés des éliminations ciblées israéliennes, sont sortis de leurs caches pour se mêler à la foule.

Entré en vigueur à 19h heure locale, le cessez-le-feu prévoit l’ouverture immédiate des points de passage entre Israël et la bande de Gaza.

L’accord permettra aussi d’étendre la zone de pêche jusqu’à six milles marins et la poursuite des négociations indirectes (au Caire) entre les deux parties sur les autres sujets dans un délai d’un mois après le début du cessez-le-feu, selon un communiqué du ministère égyptien des Affaires étrangères.

Un haut responsable du Hamas, Abu Zurhi, a loué Allah pour la « victoire remportée ». « La valeur de cette campagne n’est pas dans l’ouverture des points de passage mais ouvre la voie à la prochaine étape, celle de libérer Jérusalem. », a-t-il déclaré, avertissant que cette trêve n’est qu’ »une parenthèse dans la lutte du Hamas contre Israël ».

Les négociations sur les principales revendications du Hamas, à savoir l’ouverture d’un aéroport et la construction d’un port, débuteront d’ici un mois.

Mardi après-midi, un civil israélien gravement blessé suite à des tirs d’obus sur un kibboutz à Eshkol, dans le sud d’Israël, a succombé à ses blessures. Vingt et une roquettes se sont abattues sur le Conseil régional d’Eshkol en 30 minutes.

Le déluge de roquettes est intervenu peu de temps avant l’annonce d’un nouveau cessez-le-feu mardi soir à partir de 19h heure locale.

Selon l’armée israélienne, depuis minuit, les terroristes du Hamas ont tiré une centaine de roquettes depuis la bande de Gaza sur Israël.

Ce décès porte à cinq le nombre de civils israéliens tués depuis le début de l’opération Bordure protectrice, le 8 juillet.

Repost 0
mordeh'ai
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 21:19

Par Isi Leibler

http://wordfromjerusalem.com/?p=5203

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Operation Protective Edge — Gains and LossesLe verdict n'est toujours pas tombé et peu envieraient le défi du Premier ministre Benjamin Netanyahu de prendre les décisions difficiles nécessaires dans une situation extraordinairement complexe. Mais en dépit de l'auto-critique qui frise de temps en temps le masochisme, la plupart des Israéliens apprécient le leadership responsable affiché par le Premier ministre et le ministre de la Défense Moshe Yaalon dans la confrontation actuelle avec le Hamas.

 

L'obligation impérieuse actuelle du gouvernement est de répondre à l'incessant ciblage de ses citoyens par des missiles.

 

Pourtant, malgré des porte-paroles remarquables présentant habilement et très clairement, le cas d'Israël à se défendre, en réponse à un agresseur génocidaire, les médias mondiaux se concentrent sur les images horribles d'enfants palestiniens démembrés, souvent totalement hors contexte, conduit à raisonner émotionnellement d'un sentiment anti-Israëlien.

 

Il s'est transformé en sauvage antisémitisme d'une ampleur historique, comparable au Moyen Age, lorsque les Juifs ont été perçu comme source de toutes les catastrophes naturelles de l'humanité. Même la diffamation de sang a été relancé dans la représentation des Israéliens comme des tueurs d'enfants et des criminels de guerre. Les Gauchistes, les néo-nazis et les musulmans rassemblés dans des manifestations contre les Juifs, générant une violence  sans précédent depuis les années 1930.

 

Toutefois, dans l'évaluation de la confrontation militaire et politique réelle avec le Hamas, Israël a été plus fructueuse.

 

Dès le départ, M. Netanyahu a eu la clairvoyance de mettre en garde la nation qu'il n'y aurait pas de solutions miracles. Lui et le ministre de la Défense (à peine considéré comme une colombe) a résisté aux appels pour un conflit militaire à grande échelle. Bien que le premier ministre peut encore être obligé d'aller dans cette direction, il a compris que la prise de contrôle de toute la bande et de ses tunnels souterrains pourrait être extrêmement coûteux en termes de victimes israéliennes. Au-delà, il y avait toutes les chances que l'intervention globale, puisse-être même dirigée par les Etats-Unis, qui obligeraient Israël à se retirer sans condition, créant un triomphe pour le Hamas.

 

Israël ne peut pas prétendre à une «victoire» militaire tant que le Hamas reste dans la bande de Gaza et si ses roquettes ne sont pas bientôt réduites au silence, Israël peut encore être obligé de prendre une action militaire plus drastique au sol. Pendant ce temps l'organisation terroriste a pris d'énormes coups. Des Tunnels ont été détruits, des sites de missiles détruits, les infrastructures gravement endommagées et les principaux dirigeants assassinés. Les souffrances endurées par la population de Gaza doit avoir un impact sur leurs dirigeants, d'autant qu'ils peuvent être poussés à tenir une sorte d'élection dans un avenir pas trop lointain.

 

Un des plus grands obstacles d'Israël a été l'ambivalence et parfois l'attitude carrément négative de notre principal allié. A un moment, le président américain Barack Obama a exigé que les frontières d'Israël avec Gaza soient ouvertes avant la démilitarisation, présentant ainsi une victoire finale du Hamas. Son équivalence morale, le soutien à la participation des pro-Hamas le Qatar et la Turquie dans le processus de médiation, et - même au milieu d'une guerre - ses menaces à limiter les livraisons d'armes, étaient incompatibles avec les affirmations répétées de "supportons Israël". Ce comportement a encouragé le Hamas à croire qu'avec le soutien des médias occidentaux il y aurait une augmentation de la pression mondiale sur Israël à céder à ses exigences.

 

Côté positif, pour la première fois, la majorité des États Arabes ont snobé et même  condamné le Hamas. L'Egypte peut jouer un rôle crucial à l'avenir et pourrait être la clé de la démilitarisation ultime de Gaza. Il est évident que la volonté controversée de Netanyahu à s'engager dans des négociations indirectes avec le Hamas a été motivé par le désir de travailler en tandem avec l'Egypte.

 

L'aspect le plus complexe du problème est le rôle de l'Autorité palestinienne corrompue. Israël a appris de cette expérience de Gaza qu'il ne peut accepter qu'un Etat palestinien  totalement démilitarisé et avec lequel Israël conserve des frontières défendables. Sinon, Tel Aviv pourrait se réveiller avec des tunnels terroristes émergents dans le Théâtre Habima.

 

Il est tout à fait illusoire de rêver que Mahmoud Abbas pourrait nous fournir la sécurité. En l'absence des Forces de défense israéliennes, l'Autorité palestinienne pourrait à tout moment être pris en charge par le Hamas ou d'autres fanatiques islamiques. Il est également irréaliste de s'attendre qu' Israël adopte Abbas, qui, en dépit d'être heureux de voir son «partenaire» le Hamas humilié et vaincu, continue son incitation contre Israël. Il a annoncé à moins que le Conseil de sécurité de l'ONU oblige Israël à se retirer aux lignes d'armistice de 1949, l'Autorité palestinienne cherchera à charger Israël de crimes de guerre à la Cour pénale internationale.

 

Cependant Netanyahu peut encore chercher à négocier une «collaboration» avec l'Autorité palestinienne, sous réserve de la démilitarisation de la bande de Gaza et de la supervision responsable, ce qui permet à Israël de faciliter le blocus. Mais il est sans doute une plus grande possibilité d'imposer des contrôles stricts pour empêcher le Hamas de reconstituer son stock de roquettes et d'armes, pour lesquelles la coopération de l'Egypte est cruciale.

 

La prise de conscience mondiale, tardive, de la grave menace posée par ISIS en Irak, en Syrie et dans d'autres pays, accélérée par le choc des meurtres et des décapitations barbares, a permis de démontrer que Netanyahu avait raison et qu'ISIS et le Hamas sont deux oiseaux génocidaires d'une même plume. Il a déclaré que " le Hamas est ISIS et ISIS est le Hamas." ISIS n'a même pas la moitié des forces que possède le Hamas mais " regarder ce qu'il peut faire." Cependant, un porte-parole du département d'Etat américain a rejeté explicitement l'analogie de Netanyahu, ce qui implique que les terroristes djihadistes qui menacent l'Europe et les États-Unis personnifient le mal incarné tandis que les assassins des Juifs sont, au pire, des être qualifiés de «militants».

 

Au début du conflit, l'unité de la nation n'était pas sans rappeler celle, pendant la guerre des Six Jours. Aujourd'hui, en dépit d'une baisse de soutien, la majorité des Israéliens reste derrière Netanyahu.

 

Hélas, ce n'est jamais pleinement appliquée aux échelons politiques mais l'opposition a été tempéré dans son approche, suggérant même que Netanyahu avait répondu au début «trop timidement»  au Hamas.

 

Cependant, les membres du cabinet de sécurité ont agi honteusement.C'est sans précédent et inacceptable que, au milieu d'une guerre, les ministres critiquent les politiques de leur propre premier ministre, semant la confusion parmi le public et lui porter atteinte à l'échelle internationale. Certains se sont comportés comme des commentateurs politiques plutôt qu'en ministres. D'autres ont simplement promu des politiques qui à leur avis, leur fourniront des votes supplémentaires.

 

Le plus scandaleux est Avigdor Lieberman, qui a ignoré ses responsabilités en tant que ministre des Affaires étrangères et démagogiquement fustigé son propre gouvernement pour ne pas " en terminer avec le Hamas."  Mise à part la sagesse ou non de ses remarques, aucun ministre des Affaires étrangères ne s'est  jamais comporté de cette manière aussi irresponsable au milieu d'une guerre.

 

Le Ministre de l'Economie et du Commerce Naftali Bennet, a toujours appelé à l'arrêt immédiat des négociations et un assaut complet contre le Hamas - une vue qui peut être préconisée au cabinet de sécurité (ou dans l'opposition), mais ne doit jamais être diffusée publiquement par un ministre pendant une guerre en cours .

 

La Ministre de la Justice, Tzipi Livni, a condamné le gouvernement pour ne pas être assez agressif avec le Hamas et accusé Netanyahu d'utiliser cela comme une excuse pour éviter de traiter avec Abbas et l'Autorité palestinienne. Même le ministre des Finances Yair Lapid n'a pas pu se retenir de prononcer des remarques désobligeantes sur la relation de Netanyahu avec Obama.

 

Netanyahu a ignoré les sondages d'opinion, preuve d'un leadership, l'élaboration d'une politique qu'il croyait être dans l'intérêt national. Alors que la plupart des Israéliens aujourd'hui approuvent encore ses politiques, si une guerre prolongée d'usure s'éternise, son soutien peut diminuer et une constellation de forces politiques dans le camp national peut chercher à le déposer.

 

Mais quel que soit l'avenir politique à court terme de Netanyahou, s'il réussit en définitive à assurer la sécurité à long terme aux Israéliens, en particulier à ceux du sud, il aura gagné son héritage politique et sera admis dans l'histoire comme l'un des grands premiers ministres israéliens

Repost 0
mordeh'ai
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 15:39
Repost 0
mordeh'ai
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 08:31

Par Dror Eydar

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=9751

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Qui a dit qu'il n'y a pas de plan? Dès le début le plan a été d'assurer à long terme le calme, sur la base d'affaiblir le Hamas. Vous ne pouvez pas virer de bord sur les objectifs qui n'ont jamais existé - le renversement du Hamas ou le renouvellement du processus diplomatique - et ils se plaignent qu'ils n'ont pas été respecté.

 

Israël n'a pas besoin de s'impliquer dans la question de savoir qui doit contrôler la bande de Gaza. Si le Hamas veut continuer c'est sa décision, il doit accepter les exigences d'Israël. Pour l'instant, la bande de Gaza est matraquée et des hauts dirigeants du Hamas sont tués. Le Hamas lui-même contribue à la démilitarisation de la bande par sa surenchère de tirs de bombes. Le Hamas n'a pas l'initiative; ce qu'il a comme choix c'est de continuer à prendre une raclée ou accéder aux demandes d'Israël.

 

Les Européens, les Américains et d'autres à gauche veulent faire tomber le régime du Hamas - pas par haine pour Ismaïl Haniyeh et Khaled Mashaal, mais plutôt par amour pour le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le désir de reprendre les négociations. Abbas, lui aussi, veut se reconstruire sur les ruines du Hamas. Son désir nonobstant, ce n'est pas une mauvaise chose que le Hamas reste faible dans la bande de Gaza. Ce serait une pierre tombale vivante pour l'enterrement de l'idée d'un Etat palestinien à un jet de pierre du cœur d'Israël.

 

De grands héros ont traité le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Moshe Yaalon, et le chef d'état-major de Tsahal Benny Gantz Lt. de "lâches". Incroyable. Les génies ont également déclaré que " nous avons détruit la force de dissuasion israélienne." D'où cela vient-il? Ont-ils assez de recul pour faire une évaluation de ce genre? Certainement pas. Quel est donc ce radotage? Doubler les dirigeants israéliens est "lâche" en fait c'est une stimulation pour le Hamas.

 

Jeudi, a été interrogé sur la politique israélienne, le professeur Yehezkel Dror lauréat du Prix d'Israël qui a répondu plus ou moins que parce qu'il n'était pas familier services de renseignements, des militaires, des rapports internationaux et juridiques, il ne pouvait pas exprimer une opinion sérieuse qui ne serait pas considérée comme telle.

 

Israël a plusieurs fronts outre celui du sud, et là aussi, nos ennemis sont en attente. Aussi bien à l'intérieur d'Israël, . Et il y a le complexe système international: l'ONU, l'Europe et l'Amérique, qui est la raison pour laquelle Israël a accepté de multiples cessez-le-feu. La société israélienne, avec tous ses différents avis, est également un facteur qui doit être considéré. L'unité sociale et la fermeté sont des actifs stratégiques.

 

Haaretz et ses sbires travaillent jour et nuit pour briser cette unité. Vendredi dernier, l'homme de la destruction, Yossi Sarid, a trouvé la partie responsable des feux de mortier sur le sud d'Israël - les colons. Quelle obscénité! Le même groupe qui a ridiculisé toutes les prédictions de ceux qui s'étaient opposés au «désengagement» de Gaza continue de propager son venin et sa haine. Sarid rivalise en vieillissant avec la Sybil d'Ovide. Plus il vieillit, plus il se ratatine par la haine et la colère jusqu'à ce qu'il finisse par se consumer entièrement. Chaque roquette et obus de mortier tiré sur nous à partir de la bande de Gaza est étiqueté «La Paix Maintenant» en lettres géantes. Parce que c'est la vérité, le conflit actuel nous a enseigné: Du point de vue du Hamas (et la perspective arabe plus large aussi) nous sommes tous des «colons» dans notre pays, indépendamment des couleurs imaginaires des frontières.

 

Nous avons besoin de patience et de retenue pour atteindre le calme. "Nerfs de fer", comme a dit le rabbin Zvi Yehuda Kook. La stratégie du Hamas repose sur les roquettes et des tunnels. Ils ont tous les deux échoué et ont été bloqué. Le Hamas a également lancé les attaques terroristes par la mer et cela a échoué. Les résultats qu'il a obtenu sont relativement pathétiques, et ses pertes très lourdes. Quiconque doute est le bienvenu pour regarder les émissions des chaînes de télévision hostiles: BBC, CNN, et les stations palestiniennes et dirigées par le Hamas.

 

Le nombre de tirs de roquettes de ces derniers jours montrent que le Hamas est dans l'hystérie, non seulement à cause du prix rude qu'il a payé (y compris les conditions de vie des hauts fonctionnaires) mais aussi parce que le moment de vérité se rapproche et il veut désespérément une sorte de réalisation. Nous ne devons pas répondre à notre propre hystérie. Nous devons continuer à faire monter la pression sur l'ennemi. Jusque-là, nous avons besoin de patience. Et la foi.

Repost 0
mordeh'ai