Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 20:13

La Synagogue, où Jésus a prêché découverte sur les rives occidentales de la mer de Galilée

Par David Lazarus

http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/25707/default.aspx

Adapté pour malaassot.com

 

 

Une synagogue, où Jésus probablement a prêché a été découverte sur les rives occidentales de la mer de Galilée au nord d'Israël. On a découvert la maison juive, de prière, du Ier siècle au milieu des ruines de l'ancienne ville de Magdala, qui abrite la maison de la plus célèbre disciple feminine de Jésus - Mary Magdalene.

« C'est la première synagogue jamais fouillée où Jésus a marché et a prêché, » a déclaré le père Eamon Kelly de l'Organisation catholique du développement de la propriété. « C'est extrêmement important pour les Juifs et les chrétiens », a-t-il ajouté. La synagogue est seulement l'un des sept sites qui remonte au temps de Jésus découvert de par le monde.

Il y a une très forte probabilité que Jésus a prêché dans cette synagogue. Avant Tibère avait erigé la construction de  Magdala qui était la seule ville sur la rive ouest de la mer de Galilée. Selon le Nouveau Testament-Matthieu 15:39 nous dit que Jésus a atterri là après avoir « renvoyé la foule, il prit un bateau et est venu sur la côte de Magdala.», Jésus voyagea beaucoup dans cette région, pour enseigner et prêcher dans les synagogues locales.

Magdala est à quelques kilomètres au sud de Capharnaüm, le village de pêcheurs où Jésus rencontra Simon Pierre et non loin du Mont des Béatitudes où Jésus a prêché son légendaire  Sermon sur la montagne. La ville est également située sur la route  de Nazareth et Bethsaïde que Jésus prenait pour aller à Capharnaüm.

Ce domaine est sur la Via Maris - une ancienne route commerciale qui reliait l'Égypte le long de la Méditerranée, puis vers le haut de la rive occidentale de la mer de Galilée jusqu'à la Syrie. Jésus a passé beaucoup de temps ici qu'elle a fourni une occasion importante pour lui d'enseigner aux nombreux promeneurs.

Les gens ont tendance à penser à Bethléem ou à Jérusalem comme lieu central dans la vie de Jésus, mais en réalité Jésus a passé la majeure partie de sa vie et avait son ministère en Galilée au nord d'Israël. « Quatre-vingt pour cent de la vie publique de Jésus était ici, » dit le père Kelly, pointant  la région de Galilée.

À l'époque de Jésus, la synagogue locale n'était pas juste un endroit pour la prière, mais aussi un centre communautaire où les gens se réunissaient pour discuter de l'actualité ou partager des informations sur les événements de l'actualité. Chaque fois qu'un nouveau rabbin arrivait en ville, c'était une obligation pour lui de venir à la synagogue locale, de rencontrer les gens et d'enseigner.

Selon les archéologues, la synagogue de Magdala fut détruite en 67 ou 68 de notre ère par les Romains. Un bas-relief de calcaire sculpté représentant une menorah a été découvert dans le centre de la synagogue. C'est la plus ancienne menorah gravée dans la pierre jamais découverte.

Les archéologues ont également trouvé des bassins de pêche et les bains rituels juifs sur le site, qui est maintenant ouvert aux visiteurs.

Repost 0
mordeh'ai
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 09:24

Par Moshe Phillips et Benyamin Korn

http://www.frontpagemag.com/2014/Moshe-Phillips-and-Benyamin-Korn/Why-do-80-of-Palestinians-support-Murder/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

F121214IR01-1Dans la plupart des régions du monde, il n'est pas facile de trouver une question majeure à laquelle 80 % de la population adhère. Une victoire électorale aux Etats-Unis est considérée comme un « glissement de terrain » si le vainqueur reçoit plus d'environ 60 % des suffrages. (Par exemple, Richard Nixon avait remporté 65 % des suffrages contre George McGovern dans la course présidentielle de 1972.)

 

Mais parmi les Arabes palestiniens en Judée-Samarie (Cisjordanie) et Gaza, il s'avère qu'il y a une question sur laquelle le soutien est plus que tout autre chose: le meurtre aléatoire de Juifs israéliens.

 

Palestinian Center for Policy and Survey Research la semaine dernière ont demandé à un échantillon de 1 270 adultes arabes palestiniens dans les territoires ce qu'ils pensaient de la récente vague d'attentats dans lesquels les Palestiniens ont poignardé des israéliens ou leur ont roulés dessus avec leurs voitures. A fond 80 % ont répondu qu'ils soutiennent de telles attaques.

 

Notez que les 80% cités n'avaient pas parler d'attaques futures ou théoriques. Ils commentaient les récentes attaques dont ils savent tout. Voici ce qu'ils disent approuver:

 

– La voiture-bélier dans la foule à une gare de Tram à Jérusalem. Le nombre de morts a inclus un nourrisson de trois mois.

– Avoir poignardé une jeune femme non armée debout à un arrêt de bus de Gush Etzion.

– Attaque et mitraillage de quatre rabbins en prière dans une synagogue de Jérusalem.

 

L'approbation de 80 % serait-elle un coup du hasard? Une aberration ponctuelle? Un moment d'inattention en bon jugement, stimulé par les récentes tensions?

 

Pas du tout. Il y a une uniformité remarquable dans l'opinion publique palestinienne. L'établissement de bureaux de vote qui ont sondé les 1 200 palestiniens dans les territoires à la fin septembre, ont même trouvé que 80 % étaient en faveur de la reprise des tirs de roquettes de Gaza vers Israël.

 

Pourquoi est-ce que 80 % des Palestiniens embrassent le meurtre brutal et veulent terroriser des civils israéliens ?

 

Trois raisons émergent.

 

Tout d'abord, il y a la brutalité générale de la société arabe palestinienne. Violence par des membres de la famille contre les femmes soupçonnées d'immoralité, la violence par des extrémistes musulmans contre les arabes chrétiens, violence par le régime de l'autorité palestinienne contre le banal, contre tous les dissidents – cela se passe dans les territoires gérés par l'Autorité. Cela rend plus facile pour le citoyen moyen de voir la violence comme acceptable.

 

Deuxièmement, il y a un sens au fonctionnement de la violence. Enlèvement d'Israéliens a permis la libération de la prison de milliers de terroristes palestiniens. Des décennies d'attentats et de détournements d'avions ont conduit à un large appui international de l'État palestinien. Les récents attentats de Jérusalem ont conduit à des appels à rediviser la ville (récemment, par l'envoyé américain au Proche-Orient Martin Indyk).

 

Troisièmement et peut-être la plus importante, l'influence de l'incitation anti-israélienne et antijuive des dirigeants palestiniens. Le Secrétaire d'État John Kerry a souligné que le massacre de la synagogue de Jérusalem était, comme il le dit, « un résultat pur d'incitation ». Les déclarations constantes de Mahmoud Abbas Président de l'autorité palestinienne et autres dirigeants louant des terroristes comme des héros et accusant Israël de profaner les lieux de culte musulman, ont créé une atmosphère dans laquelle le soutien pour le meurtre des Juifs est devenu la norme.

 

La justification de la violence palestinienne présumée normale – disant que c'est une réaction à « l'occupation » – ne tient pas debout. Depuis 1995, plus de 95 % des palestiniens de la Judée et Samarie (Cisjordanie) vivent sous l'administration de l'autorité palestinienne, qui contrôle tous les aspects de la vie palestinienne, à l'exception des visas et de la sécurité extérieure. Et depuis 2005, les Palestiniens controlent eux-mêmes Gaza .

 

Les Accords d'Oslo étaient censés mettre un terme à tout cela. Les dirigeants palestiniens étaient censés sensibiliser leur peuple à embrasser la paix. Ils ont promis de changer les cœurs et les esprits des Palestiniens moyens, pour éduquer une génération prête à vivre en paix avec Israël. Au lieu de cela, ils ont décidé de faire exactement le contraire.

 

Et, comme le démontre le nouveau sondage, ils ont réussi

Repost 0
mordeh'ai
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 13:01

Par Ryan Jones

http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/25692/Default.aspx

Adapé pour malaassot.com

 

http://www.israeltoday.co.il/Portals/0/news/141222_herzog.jpg

La direction du front de Gauche-Parti travailliste a promis dimanche avant la prochaine élection nationale qu'ils allaient maintenir Jérusalem unifiée sous souveraineté israélienne si le vote du peuple les amène au pouvoir.

Le Chef du Parti Isaac Herzog et l'ancienne ministre de la Justice Tzipi Livni, qui a fusionné son propre parti Hatnua avec les travaillistes, a fait la promesse lors d'une cérémonie d'allumage des bougies de Hanoucca au Mur occidental de Jérusalem.

" Nous sommes déterminés à préserver ... Jérusalem comme notre capitale, d'assurer son avenir et à la protection de ce lieu saint ", a déclaré Herzog. " Nous allons tout faire pour éviter qu'elle ne soit divisée. Nous nous efforcerons de conserver son caractère social et pour ce faire que Jérusalem ne soit pas seulement que des pierres ".

Livni a été encore plus claire dans sa déclaration: " Nous nous engageons à ce que - quoi qu'il arrive  -  Jérusalem reste nôtre, au peuple juif, qu'elle restera sous juridiction de l'Etat d'Israël."

Les déclarations étaient curieuses pour de nombreux observateurs, étant donné que les deux (Herzog et Livni) préconisent de satisfaire la plupart des demandes palestiniennes dans une poursuite d'un accord de la terre contre la paix. Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas, que ces deux dirigeants jugent comme un véritable partenaire pour la paix, a déclaré à plusieurs reprises qu'il n'y aurait pas de paix tant qu'Israël ne remettra pas aux palestiniens la moitié orientale de Jérusalem.

Canal Knesset a publié un sondage lundi qui continue à montrer que le tandem Livni, Herzog et le Parti travailliste sortent gagnants de l'élection du 17 Mars 2015. Si ce scénario était vrai, Herzog serait très probablement le prochain Premier ministre d'Israël.

PHOTO: Herzog et Livni dans la vieille ville de Jérusalem, une zone que les Palestiniens exigent d'avoir en échange de la paix.

Repost 0
mordeh'ai
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 08:51

Par Michael Freund

http://www.michaelfreund.org/15821/maccabean-solution-Gaza-Strip

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Vendredi dernier, des terroristes palestiniens à Gaza ont tiré une roquette dans le sud d'Israël sans aucune provocation, déclenchant les sirènes de raid aérien et ravivant les craintes d'un retour aux hostilités de cet été.

 

En effet, à peine quatre mois se sont écoulés depuis la fin de l'opération bordure de protection, le Hamas est censé se préparer activement pour le prochain conflit, reconstruisant  son réseau de tunnels de terreur et travaillant à améliorer la précision de son arsenal.

 

Il n'est pas étonnant, alors, que les renseignements militaires d'Israël prévoient une possible reprise des combats en 2015.

 

L'énigme de Gaza, qui a été un obstacle agaçant pour l'État juif lors de ces années, en particulier depuis la prise de contrôle de la région par le Hamas, continue à déconcerter les gouvernements israéliens successifs. Les frappes aériennes, les restrictions sur l'importation de marchandises, les incursions limitées au sol et les opérations militaires d'envergure ont toutes échouées à supprimer la menace croissante posée par le Hamas à Gaza, laissant un grand nombre à se demander si il est possible de mettre un terme à ce péril actuel.

 

La réponse est un retentissant « Oui! » et il suffit de penser aux Maccabées, les héros de Hanukka, pour voir ce qui peut être fait.

 

C'est en l'an 145 av. J.-C., une vingtaine d'années après la libération du Temple de Jérusalem et le miracle de l'huile, que Jonathan le roi hasmonéen, le plus jeune des cinq enfants de Matityahu, a attaqué Gaza et sa population hostile.

 

Suivant les traces de son frère aîné Juda le Maccabée, Jonathan s'est attaché à vaincre héroïquement ses ennemis.

 

Comme l'écrit l'historien Flavius Josèphe dans ses " Antiquités judaïques "(Volume 13, 5:5),  .... une partie de son armée cerna la ville de Gaza elle-même, et avec le reste ils envahirent leurs terres et détruisirent et brûlèrent tout ce qui était en elle. Quand le peuple de Gaza vit lui-même cet état de désolation... alors le peuple envoya à Jonathan des émissaires qui lui promirent que les habitants se conduiraient en ami et lui prêteraient assistance." En d'autres termes, Jonathan conquit la région, qu'il pacifia complètement et contraint les habitants de Gaza à opter pour la paix.

 

Néanmoins, malgré leur profession d'amitié, des résidents de Gaza continuèrent de s'agiter contre Israël, conduisant Simon le Maccabée, qui avait succédé à Jonathan, de terminer ce que son frère avait commencé.

 

Comme raconté dans le premier livre des Maccabées, "à l'époque, Simon a campé devant Gaza et  assiègea ses alentours. .... et régla le sort de la ville ..."

 

" les soldats de Simon entrèrent dans la ville de Gaza, ce qui a conduit la population locale à « implorer d'une voix forte, solicitant Simon de leur accorder la paix.»  Ils ont supplié le Maccabee: « Ne traite pas avec nous selon notre scélératesse mais selon ta miséricorde. »

 

Simon a accepté, mais pas avant de prendre une série de mesures pour tenter de faire en sorte que Gaza ne constituerait plus jamais une menace.

 

Parmi la population, il «plaça ses hommes qui feraient observer la Loi et la renderaient plus forte qu'elle ne l'était avant » essentiellement en rétablissant la sécurité sur la bande d'indisciplinés. Simon a également envoyé des Juifs s'établir dans la région, et il a même construit une maison à Gaza, comme pour souligner le fait que le peuple juif avait vraiment l'intention d'y rester.

 

Mais même ces mesures n'ont pas atténué pour autant le problème de Gaza.

 

C'est seulement quand Alexander Jannaeus(103-76), arrière-petit-fils de Matityahu, prit la ville en l'an 100 avant notre ère, que la menace s'est enfin terminée et la frontière sud-ouest de l'Etat juif Hasmonéen apprécia enfin une certaine paix. Flavius Josèphe nous dit: " Alexander a totalement détruit leur ville... après avoir passé un an à faire son siège."

 

C'est remarquable comment l'histoire peut apparemment se répéter, même après un tronçon de plus de 2 000 ans. De nos jours, tout comme les Macchabées nous nous trouvons attaqué à plusieurs reprises par une Gaza hostile, qui prétend vouloir la paix mais qui ne manque pas une occasion d'attaquer ou de nous nuire. Les opérations militaires récurrentes, comme celles de Jonathan et de Simon les Maccabées, apportent le calme temporaire à la zone, mais c'est seulement une fois qu'un Alexander défait complètement  Gaza et qu'il la ramène sous son contrôle total que la violence anti-israélienne se termine.

 

Il n'y a ici qu'une leçon que l'Etat juif d'aujourd'hui a désespérément besoin d'apprendre.

 

Comme les Maccabées d'autrefois, nous devons rester fermes, rassembler le courage et la détermination qui sont nécessaires pour vaincre nos ennemis, qu'ils soient à Gaza ou ailleurs. On ne peut et on ne doit pas tolérer une situation dans laquelle Gaza devient une plate-forme pour la guerre prolongée contre Israël, ni ne pouvons nous asseoir bras croisés pendant que le Hamas s'arme pour nous attaquer. Il est donc temps pour Israël d'adopter la solution à la Maccabée à Gaza et de livrer un coup décisif aux groupes terroristes palestiniens qui la contrôlent.

 

Tout comme les bougies de Hanukka que nous allumons chaque soir qui se tiennent droites, donnant au large lumière au mépris de leur environnement, de même Israël doit faire maintenant la même chose, prenant l'initiative de prévenir la possibilité de milliers de roquettes ne pleuvent sur le pays en 2015 ou au-delà.

 

Il a fallu aux Maccabées près de cinq décennies pour se rendre compte que Gaza devait être vaincu totalement et inconditionnellement. Nous allons apprendre de leur expérience et mettre un terme à ce problème une fois pour toutes.
Repost 0
mordeh'ai
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 13:39

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

"OK, here's my idea for how we can stick it to Bibi..."

"OK, voici mon idée comment nous pouvons tenir Bibi "

 

Comme vous vous en souvenez, Shimon Peres et Yossi Beilin ont contribué aux négociations de l'accord du pré-Oslo avec l'OLP dans le dos des premiers ministres Shamir et Rabin, puis ont présenté l'affaire comme un fait accompli à Rabin. On ne sait pas ce que Rabin en pensait au fond de lui (bien que le regard sur son visage quand il a serré la main d'Arafat sur ​​la pelouse de la Maison Blanche pouvait nous donner un indice), mais il n'avait pas publiquement d'autre choix que d'adopter l'initiative et de faire de son mieux pour minimiser les dégâts.

 

 

 

Dialoguer avec l'OLP était encore hors la loi en Israël en 1992, et qui plus est un ministre des Affaires étrangères - que Peres était devenu dans le gouvernement Rabin - ce qui lui avait certainement permis de s'engager dans la diplomatie secrète, de le faire dans un tel contexte sensible sans en avertir le Premier Ministre ce qui était contraire à l'éthique et à la limite de la trahison.

 

Mais Peres a obtenu son prix Nobel (et Israël a obtenu la deuxième Intifada et plus d'un millier de nouvelles tombes) à la suite de cette négociation secrète. Et maintenant - il est avec l'un des plus cynique politiciens israéliens, salivant-de-soif-du-pouvoir --Tzipi Livni, apparemment il est encore une fois engagé dans la diplomatie privée.

 

Livni a confirmé qu'elle et Peres, maintenant citoyen privé, se sont rapprochés du Secrétaire d'Etat américain John Kerry et lui ont suggéré de retarder le vote du Conseil de sécurité de l'ONU sur une proposition de l'OLP pour forcer Israël à se retirer de la Judée et de la Samarie jusqu'après les élections israéliennes, parce qu'un vote maintenant aiderait ses adversaires Benjamin Netanyahu et Naftali Bennett. Selon un rapport publié dans Foreign Policy Magazine, Kerry a dit aux envoyés de l'UE lors d'une réunion récente de bien suivre les conseils des Etats-Unis.

 

"Kerry a été très, très clair que pour les États-Unis, ce n'était pas une option de discuter de n'importe quel texte avant la fin de l'élection israélienne", selon un diplomate européen.

 

Le diplomate, qui parlait sous couvert d'anonymat parce que le déjeuner était confidentiel, a déclaré que Kerry a expliqué que les dirigeants politiques libéraux d'Israël, Shimon Peres et Tipzi Livni, avaient exprimé leur inquiétude que le passage au Conseil de sécurité à faire pression sur Israël à la veille de l'élection ne ferait que renforcer les extrémistes israéliens, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et Naftali Bennett , un ennemi implacable d'un Etat palestinien et chef de la droite du parti Habayit Yehudi. Netanyahu est également farouchement opposé à l'effort des Palestiniens à obtenir le soutien du Conseil de sécurité pour qvoir un Etat.

 

Il est difficile d'imaginer pire comportement pour un candidat politique que de conspirer avec une puissance étrangère - dont les objectifs dans ce domaine sont clairement opposés à ceux d'Israël - afin de faire avancer sa candidature, c'est ce que Livni a fait (avec l'aide du conspirateur appliqué-Peres).

 

Le Département d'Etat a récemment fortement suggéré que les Etats-Unis mettraient leur veto à une telle résolution palestinienne . Reporter le vote pourrait bien être contre l'intérêt d'Israël, car il est difficile de prédire ce que l'attitude des États-Unis sera à l'avenir.

 

Mais apparemment, Livni et Peres pensent que c'est dans l'intérêt du parti travailliste. Parce que rien n'est plus urgent pour la Gauche impuissante d'arriver au pouvoir

Repost 0
mordeh'ai
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 12:39

Par Khaled Abu Toameh
http://www.gatestoneinstitute.org/4971/eu-hamas-green-light

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

La décision du tribunal de l'UE porte un "coup sévère à l'Autorité palestinienne et l'Egypte", selon l'analyste politique palestinien Raed Abu Dayer.

 

Toute victoire pour le Hamas, aussi petite que symbolique soit-elle, est une victoire pour l'État islamique, Al-Qaïda, le Jihad islamique, les Frères musulmans et d'autres groupes fondamentalistes, et provoque des dégâts considérables à ces musulmans qui s'opposent à l'islam radical.

 

Quelques heures avant la décision du tribunal de l'UE ne soit rendue publique, le dirigeant du Hamas Mahmoud Zahar a annoncé que son mouvement ne reconnaîtrait jamais Israël, et que le Hamas cherche à renverser l'Autorité palestinienne et prendre le contrôle de la Cisjordanie.

 

La décision du tribunal de l'UE a également coïncidé avec un rapprochement entre le Hamas et l'Iran. Maintenant, les Iraniens et d'autres pays, comme la Turquie et le Qatar, sont susceptibles d'interpréter la décision de la cour de l'UE comme un feu vert pour reprendre l'aide financière et militaire, y compris des roquettes et des missiles, au Hamas - non seulement à Gaza, mais en Cisjordanie aussi - pour soutenir les Palestiniens dont le but est d'éliminer Israël.

 

Moins de 48 heures après qu'un tribunal de l'Union européenne ait statué que le Hamas devrait être retiré de la liste du bloc des groupes terroristes, les partisans du mouvement islamiste palestinien ont répondu en tirant une roquette sur Israël. L'attaque, qui n'a pas fait de victimes ou de dommages, n'a pas fait l'effet d'une surprise.

 

Soutenus par la décision du tribunal de l'UE, les dirigeants du Hamas et les porte-parole la voient comme un "succès politique et juridique" et une "grande victoire" pour la "lutte armée" contre Israël.

 

Musa Abu Marzouk, un haut dirigeant du Hamas, a publié une déclaration remerciant le tribunal de l'UE pour sa décision. Il a salué la décision de supprimer son mouvement de la liste terroriste comme une " victoire pour tous ceux qui soutiennent le droit des Palestiniens à la résistance."

 

Lorsque les dirigeants du Hamas parlent de "résistance", ils font référence aux attaques terroristes, telles que le lancement de roquettes et les attentats suicides contre Israël. En d'autres termes, le Hamas a interprété la décision de la cour comme un feu vert pour mener de nouvelles attaques dans le cadre de son ambition de détruire Israël.

 

La fusée qui a été tiré de la bande de Gaza sur Israël quelques jours seulement après la décision du tribunal n'est pas susceptible d'être la dernière.

 

Bien que le tribunal de l'UE a dit que sa décision était «techniquement» controversée  et n'était pas une réévaluation de la classification du Hamas comme un groupe terroriste, les dirigeants du mouvement islamiste estiment que le mouvement finira par gagner une légitimité sur la scène internationale.

 

Ironiquement, la décision du tribunal de l'UE a coïncidé avec les célébrations du Hamas marquant le 27ème anniversaire de sa fondation. Une fois de plus, le Hamas a utilisé les célébrations pour rappeler à tous que son véritable objectif est de détruire Israël. Et, bien sûr, le Hamas a utilisé l'événement pour afficher son arsenal d'armes qui comprend divers types de roquettes et de missiles, ainsi que des drones.

 

 

Des milliers de soldats armés du Hamas ont fait découvrir leur matériel militaire à un défilé le 14 décembre 2014 à Gaza, marquant 27ème anniversaire de l'organisation. (Source de l'image: PressTV vidéo capture d'écran)

 

Des heures avant la décision du tribunal de l'UE a été rendue publique, le dirigeant du Hamas Mahmoud Zahar a annoncé que son mouvement ne reconnaîtrait jamais Israël. Zahar a également précisé que le Hamas cherche à renverser le régime de l'Autorité palestinienne [AP] et prendre le contrôle de la Cisjordanie.

 

La décision du tribunal de l'UE a également coïncidé avec des efforts accrus pour atteindre le rapprochement entre le Hamas et l'Iran. Récemment, une délégation de haut niveau de la direction du Hamas a visité Téhéran dans le cadre des efforts visant à réconcilier les deux parties. Le but principal de la visite était de persuader les Iraniens de reprendre l'aide militaire et financière au Hamas. La visite, selon les responsables du Hamas, semble avoir été "couronnée de succès."

 

"Il y a beaucoup de signes qui montrent que nos relations sont de retour sur la bonne voie", a expliqué Musa Abu Marzouk du Hamas. "Le Hamas et l'Iran ont restauré leurs relations, d'avant la crise syrienne." Les relations entre le Hamas et l'Iran se sont détériorées en raison du refus du mouvement islamiste à soutenir le régime du président syrien Bachar al-Assad.

 

Maintenant, les Iraniens sont susceptibles d'interpréter la décision du tribunal de l'UE à retirer le Hamas de la liste des groupes terroristes comme un feu vert pour reprendre l'aide financière et militaire au mouvement.

 

Les dirigeants iraniens ont récemment annoncé leur intention d'envoyer des armes non seulement à la bande de Gaza, mais en Cisjordanie ainsi, dans le cadre de l'effort de Téhéran de soutenir les Palestiniens qui luttent pour éliminer Israël.

 

En outre, la décision du tribunal de l'UE encouragera également les autres pays qui fournissent de l'aide politique et financière au Hamas, d'abord et avant tout le Qatar et la Turquie. Les pays du Golfe, riches en pétrole comme le Koweït, Bahreïn, Oman et l'Arabie Saoudite vont maintenant faire face à la pression de nombreux Arabes et de musulmans de rejoindre le Qatar, la Turquie et l'Iran pour étendre leur soutien au Hamas.

 

Les plus grands perdants, en attendant, sont les président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et Abdel Fattah al-Sissi de l'Egypte. Au cours des derniers mois, les deux hommes ont fait tout leur possible pour saper le Hamas et mettre fin à sa domination sur la bande de Gaza.

 

Abbas a été en lutte contre le Hamas en bloquant l'aide financière et humanitaire et en arrêtant ses partisans en Cisjordanie, tandis que Sisi continue de resserrer le blocus de la bande de Gaza et de détruire des dizaines de tunnels de contrebande le long de la frontière avec l'Egypte.

 

La décision du tribunal de l'UE représente un "coup sévère à l'Autorité palestinienne et à l'Egypte," a noté l'analyste politique palestinien Raed Abu Dayer. "En ce qui est d'Abbas il est concerné, par la décision qui accorde au Hamas une légitimité politique et qui conteste sa demande d'être le seul dirigeant légitime [des Palestiniens]. En ce qui concerne l'Egypte, la décision du tribunal européen remet en cause les décisions d'interrogation des tribunaux égyptiens est-ce que le Hamas est une organisation terroriste. "

 

Même si la décision du tribunal de l'UE est inversée dans l'avenir, il ne fait aucun doute qu'elle a déjà causé des dégâts considérables, en particulier chez les musulmans qui s'opposent à l'islam radical.

 

Toute victoire pour le Hamas, même petite et symbolique, est une victoire pour l'État islamique, Al-Qaïda, le Jihad islamique, les Frères musulmans et d'autres groupes fondamentalistes dans le monde entier.

 

La décision a laissé de nombreux Arabes et musulmans avec l'impression que le Hamas, après tout, n'est pas une organisation terroriste, en particulier si les non-musulmans en Europe le disent à travers l'un de leurs meilleurs tribunaux. Pire encore, la décision est une menace réelle et immédiate pour Israël, comme il ressort de la dernière attaque à la roquette.

 

Si les Européens ont abouti à la conclusion que le Hamas n'est pas une organisation terroriste, alors pourquoi leurs gouvernements n'invitent-ils pas ouvertement des dizaines de milliers de membres et partisans du Hamas à se déplacer à Londres, Paris et Rome? Et ils ne devraient pas oublier de demander aux membres du Hamas d'apporter avec eux leur arsenal d'armes.

Repost 0
mordeh'ai
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 09:56

Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/2014/dgreenfield/Kerry-interfered-in-Israeli-Elections-to-help-Left/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Apparemment le seul cas où Kerry peut aider Israël c'est quand il va à la pêche à la ligne, il évite ainsi de faire du mal à Israel en aidant la Gauche.

 

Le Secrétaire d'État des États-Unis, John Kerry, a été catégorique avec les fonctionnaires de l'UE ne pas pousser la résolution anti-Israëlienne de l'autorité palestinienne (AP) devant le Conseil de l'ONU qu'après les élections de mars 2015, un diplomate européen de politique étrangère.l'a dit vendredi

 

Le diplomate a déclaré: « Kerry a été très, très clair que pour les États-Unis ce n'était pas une option de discuter le texte avant la fin de l'élection israélienne »,  .

 

Kerry a dit que la mise en garde provient d'une réunion qu'il avait eu avec l'ancien président Shimon Peres et la Présidente de Hatnua Tzipi Livni, qui ont fait appel à lui concernant leurs préoccupations sur la résolution anti-israélienne – si elle est adoptée avant les élections – elle influencerait le vote vers le parti Likoud du premier ministre Binyamin Netanyahu et celui de Benett, Ministre de l'économie, et Président de Habayit yehudi.

 

Ce sont de ces deux partis conservateurs qu'avaient signalé les deux gauchistes à Kerry qu'une résolution de l'ONU aurait l'effet inverse en aidant la Droite. Kerry, comme il l'a montré ces derniers temps, n'est pas contre la résolution. Il est contre Netanyahu.

 

Ayelet Shaked,(Habayit Yehudi) Député à la Knesset qui l'a écrit sur Facebook que cette intervention de la part de Peres et Livni relevait de la «Subversion gauchiste».

 

« Ils ont demandé de reporter le guet-apens d'Israël, non pas parce qu'il n'est pas bon pour le pays, mais parce qu'il n'est pas bon pour la Gauche aux élections, » a conclu Shaked. « C'est sans précédent ».

 

Malheureusement, ça ne l'est pas. La Gauche a toujours montré qu'il valait mieux de détruire Israël que d'en perdre le contrôle. La « Solution à deux états  » était leur plan original pour le faire. Leur option « une Solution à un état » est  celle de Samson - la destruction d'Israël plutôt que de le céder démocratiquement aux Juifs.

Repost 0
mordeh'ai
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 21:04

Robert Cohen-Tanugi

La Lettre du Lien Israël-Diaspora du 21 décembre 2014

 

Décidément - l’Europe - mais pas seulement elle, bien qu’elle mène le mouvement - se ligue contre nous.Tous sonnent l’hallali et croient enfin qu’ils vont réussir à nous faire plier le genou. Il est normal que de nombreux Juifs aient peur et pensent qu’Israël est en train de perdre tout soutien européen à cause de l'intransigeance du gouvernement Netanyahou.

 

Ce serait pourtant très facile d’inverser la tendance et d’être applaudi par les Nations : Il suffirait d’accepter de diviser Jérusalem, de donner aux Palestiniens toutes les villes, les routes, les équipements de la Judée-Samarie, de réintégrer quelques millions de réfugiés, de libérer les terroristes aux mains ensanglantées, de faire de la Cisjordanie un nouveau Gaza terroriste, de couper Israël en deux en reliant Gaza à la Cisjordanie etc. etc. Ah comme l’Occident nous aimerait si Israël... se suicidait !

 

C’est une habitude de l’Occident de haïr les Juifs vivants et de les pleurer et leur faire des musées quand ils sont morts.

 

Rassurez-vous: nous avons subi bien pire des siècles durant et nous avons résisté. RESISTER ! Telle est le maître mot du peuple juif.

 

Jacob est devenu le père des Juifs à cause de cela ! Face à l’Ange de la nuit qui veut le tuer à l’heure se sa rencontre avec Esaü (Essav) Jacob a lutté et résisté toute la nuit, jusqu’à ce que l’ange renonce à le tuer, le bénisse et le surnomme désormais « Israël ». C’est devenu son nom et c’est devenu le nôtre. Et ce fut notre force durant trois mille ans.

 

Résister à l’idolâtrie, résister à Pharaon, résister à Nabuchodonosor, résister à Antiochus, résister à César, résister au christianisme, résister à l’Islam, résister à l’antisémitisme, résister aux pogroms, résister à Hitler, résister à Arafat et à l’Iran islamiste et à leurs deux anges de la mort, le Hezbollah et le Hamas.

 

Résister même à « nos amis qui nous veulent du bien » Obama, Hollande, les Européens du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest, tous unis pour nous spolier de Jérusalem et mettre sur notre gorge, le couteau des islamo-barbares.

 

Résister au soi-disant concert des nations et à l’ONU qui condamnent la paille dans l’œil d’Israël, et la poutre dans leurs yeux.

 

Résister à la bêtise, résister à l’ignorance, résister au mensonge, à la propagande et à l’opinion publique qui en est gorgée.

 

Résister à nos propres Juifs qui ne supportent pas que Netanyahu résiste comme il le peut aux diktats d’Obama.

 

Notre ligne est claire et droite. Nous ne voulons plus être ballotés comme des Juifs errants, nous voulons notre propre pays, celui des Juifs, sur la terre de la Bible là où nous sommes nés. « Un Etat juif, c’est quoi, ça ! » s’est exclamé Mahmoud Abbas. Tant que vous ne reconnaitrez pas notre Etat juif, Monsieur Abbas, vous n’aurez pas votre Etat palestinien. Vous l’aurez peut-être à l’ONU, dans les journaux, ou les manifs, mais pas à Jérusalem ou en Cisjordanie. Vous n’aurez pas un Etat arabe en plus des 58 qui existent déjà et qui refusent de reconnaître Israël comme l’Etat des Juifs à deux exceptions près peut-être.

 

Nous ne vous laisserons pas diviser Jérusalem comme avant 1967 pour faire - comme vous le préparez dans vos plans d’urbanisme - en chassant les Juifs du Mur des Lamentations pour en faire le mur de Barak, le cheval ailé mythique de Mahomet. Nous ne vous laisserons pas réintroduire des millions de réfugiés et leur amalgamer les Arabes israéliens dans l’espoir de submerger les Juifs d’Israël pour déjudaïser notre pays.

 

Car, Juifs, il faut le savoir : il y a à peine un mois, Abbas a exigé que 6 millions de réfugiés aient le droit s’il le veulent de s’installer en Israël. Pas en Cisjordanie, en Israël ! Avec Ehud Barak, avec Olmert, avec Tzipi Livni, les Palestiniens ont exigé toujours le retour des réfugiés et c’est sur ce point que les accords ont toujours raté.

 

Nous ne vous laisserons pas faire de la Cisjordanie un nouveau Gaza peuplé de terroristes masqués, armés jusqu’aux dents protégés par leur propres enfants en guise de boucliers.

 

Nous ne vous laisserons pas laisser pleuvoir vos roquettes sur Israël et bombarder les nôtres à coups de mortier.

 

Alors, Juifs, RESISTONS, à Abbas, à l’Europe et à Obama.

Repost 0
mordeh'ai
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 08:29
Photo Credit: OhevChadashot / Rotter.net

Photo Credit: OhevChadashot / Rotter.net

Par Jewish Press News & Adapté par Mordeh'aï

 

 Les forces de police d'Israël devaient être épuisées après une dure semaine à arrêter des enfants juifs sur le Mont du Temple avec des bougies et une Hanoukia ou pour oser dire une prière à haute voix; parce qu'elles étaient manifestement incapables de faire quoi que ce soit contre ​​la marche du Hamas sur le Mont du Temple aujourd'hui.

 

Les Sites de médias sociaux arabes sont pleins de photos d'une marche qui s'est tenue  ouvertement pour le Hamas sur le Mont du Temple, plein de des dizaines d'hommes masqués, bandeaux verts du Hamas et drapeaux. La seule chose qui manquait 'étaient les fusils et les lance-roquettes.

 

Si la police continue à faire cet excellent travail, n'en doutons pas il y en aura certainement la prochaine fois.

 

Dans une histoire sans rapport, le Premier ministre Netanyahu et le Ministre de la Défense Yaalon ont autorisé des centaines de Gazaouis à entrer en Israël aujourd'hui pour qu'ils puissent visiter le Mont du Temple et pour y prier.

 

Repost 0
mordeh'ai
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 23:18

Par Dror Eydar

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?ID=10981

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

1. Ils ne se sont pas encore réveillés. Certainement pas en Australie. Même après l'attaque terroriste mortelle dans un café de Sydney, des parties des médias institutionnalisés australiens  tentent encore de tromper leur public, maintenant qu'il s'agissait d'un « loup solitaire » qui a perpétré l'agression terrifiante. Le premier ministre australien « s'est réconforté » en apprenant que l'agresseur avait des antécédents de maladie mentale.

Un tribunal européen a décidé cette semaine que le Hamas n'est pas une organisation terroriste--c'est un groupe de charité avec certains « loups solitaires » comme membres. Les arcanes primaires  de l'Occident sont devenues mornes, après des décennies de répression de son propre mécanisme de survie en s'auto-imposant un régime sévère du "politiquement correct". La plupart des figures de proue de l'Ouest (et en Israël) sont plus soucieuses du comment elles sont perçues par la communauté et qu'elles disent les mots « corrects » qu'elles sont autorisées à dire, lorsqu'elles  sont en fait face à la vérité.

Qui est responsable de la majeure partie des actes terroristes partout dans le monde aujourd'hui? Mère Theresa? Quel est le pourcentage de musulmans qui soutiennent les organisations islamistes militantes? Ce ne sont pas des « loups solitaires » -- il s'agit d'un phénomène grave avec des implications graves sur le monde libre. C'est quelque chose qui a besoin d'être confronté, plutôt que de se liguer contre quiconque le fait remarquer.

En février 2007, le professeur Raphael Israeli--un expert international de l'Islam et professeur à l'Université hébraïque -- a été interviewé par un journal australien. Dans l'interview, Israëli a averti que la minorité musulmane vivant sur le continent constituait une menace réelle pour les australiens. Ses études donnent à penser que la vie peut devenir insupportable lorsque la population musulmane d'un pays occidental atteint une masse critique (dans une étude, il a défini  le nombre même qui est joint à cette idée de masse critique: 10 pour cent de la population générale). C'est une règle, dit-il, et si elle s'applique partout, elle s'applique certainement en Australie.

À titre d'exemple, il cite les émeutes à Paris en 2006. Israëli a suggéré que les Australiens interdisent l'entrée des musulmans radicaux et adoptent une approche préventive pour éviter l'inondation du continent par des immigrants en provenance d'Indonésie. Les immigrants musulmans, a-t-il soutenu, ont la réputation de profiter de la tolérance de l'Ouest et de l'accueil pour faire avancer leurs propres fins. Les Trains à Londres et à Madrid n'ont pas été dynamités par des chrétiens ou des bouddhistes. Ils ont été dynamités par des musulmans. Des précautions doivent être prises, a-t-il averti.

Pas très loin de l'Australie, à Bali, les organisations islamistes ont perpétré deux attaques terroristes horribles en 2002 et en 2005. A Bali le plastiqueur Amrozi bin Nurhasin, qui était accusé d'avoir causé la mort de plus de 200 personnes, se leva devant la Cour et devant tous les médias mondiaux présents il s'est écrié "Juifs ! N'oubliez pas Khaibar. L'armée de Mahomet va revenir et vous battre. » Pas une des 200 victimes n'était juive. Les Australiens ont regardé, lu les avertissements et s'en sont retournés à leurs occupations.

Quand Israëli a été interrogé, les attentats de Bali étaient encore frais, et le politiquement correct du régime a fait en sorte de ne pas assumer la responsabilité de l'interview. Israëli est devenu la cible d'une chasse aux sorcières de style bolchevique. Il a été accusé de racisme, de xénophobie et on l'a appelé d'une pléthore de noms d'oiseaux. Il a reçu des menaces de mort. En réponse, l'expert du Moyen-Orient a dit aux Australiens d'attendre et de voir ce qui va se passer. Cette semaine, on peut espérer que les Australiens se sont rappelés les mots de mise en garde d' Israëli.  Peut-être que certains d'entre eux se demandent pourquoi ils n'ont pas tenu compte de son avertissement. Peut-être.....

 

2. Lundi, une personnalité de la radio,Tali Lipkin-Shahak, a interviewé le professeur Israéli. Ce n'était pas l'interview qui a été remarquable, mais le style dans lequel elles s'est déroulée -- un style partagé notamment par plusieurs journalistes israéliens et des journalistes occidentaux en général. « Vous étiez en avance sur votre temps, » lui dit-elle. Israëli a répondu qu'il enquêtait sur la « diaspora » musulmane dans les pays occidentaux depuis plus d'une décennie, et que, à cette époque, la population musulmane est passée à des proportions alarmantes.

« Mais pourquoi avez-vous attribué des intentions violentes au processus d'immigration? » lui demande l'interviewer. Il a dit,« Joseph a immigré aussi en Egypte,»  se référant au livre de la Genèse.

Certes, le professeur a répondu, en remarquant qu'il avait écrit cinq livres sur le sujet, « mais la famille de Joseph n'a pas proclamé qu'elle prévoyait la conquête de l'Égypte ou de convertir l'Égypte à devenir israélite. »

"Les musulmans, eux, disent explicitement qu'ils ne venaient pas en Europe afin de devenir européens, mais d'islamiser l'Europe". Ils ont juré qu'un drapeau musulman flotterait au dessus du 10 Downing Street, en Angleterre et sur le château de Versailles en France dans les 25 ans, a-t-il expliqué.

Lipkin-Shahak a ensuite dit que " l'on peut toujours [toujours] ! parler de ces personnes en ce qui concerne une minorité négligeable, extrémiste, y compris les assaillants terroristes." ISIS même, dit-elle, « n'a pas plus de quelques milliers de membres ».

Israëli a insisté que ces atrocités ne sont pas nouvelles. Dans le passé, les musulmans ayant immigré en Australie, en Scandinavie et en Allemagne, ainsi que dans d'autres endroits, ont perpétré des attaques très graves.

Les intervieweurs trop préoccupés se sont précipités pour protéger les oreilles de leurs auditeurs d'appel d'offres, disant "Je dois être celle qui doit adoucir le ton des choses, ou au moins présenter la thèse opposée." " Ce que vous dites, est très grave. Vous vilipendez une population entière; vous contribuez au processus de la haine et la contre-haine, qui fait du tort et intensifie la violence".

Israëli n'était pas surpris. " C'est exactement ce qu'ils m'ont dit en Australie, jusqu'à ce qu'ils soient devenus les victimes d'une catastrophe...C'est mon travail. Tous ceux qui veulent écouter peuvent écouter. Toute personne qui ne le fait pas, peut attendre la prochaine catastrophe."

Lipkin-Shahak reste fidèle à ses idées: « nous avons écouté, mais nous avons exprimé une opinion sceptique. Nous sommes en désaccord. »

« Sur quoi  basez-vous votre opinion? » Israëli s'est demandé en désespoir de cause. "Je fonde mon opinion sur trente années de recherche, d'étude de l'Islam, et vous vous basez sur une tendance, sur le fait qu'il n'est pas agréable de dire ces choses. Nous parlons sur deux plans complètement différents".

En effet, deux mondes complètement différents. Faits contre croyances. Réalité contre rêve. Faites l'amour pas la guerre; Imaginez aussi qu'il n'y a aucun pays et aucune religion. Un type très particulier d'intégrisme libéral. Au moment où la vérité vient frapper, ils se retirent dans leur coquille du politiquement correct et ne reconnaîssent pas les faits. Il n'existe pas de terrorisme musulman. Les terroristes viennent de l'espace inter-sidéral. L'Islam est une religion de paix et d'amour nous ne devons pas la relier à tous ces terribles actes perpétrés en son nom. Malheureusement, les gens qui pensent de cette façon--le politiquement correct--ont le micro. Le chercheur avec les faits est seulement un invité momentané.

 

3. Le mécanisme du politiquement correct permet le blanchiment de la langue que nous utilisons et la rend très difficile pour exprimer le doute dans les fantasmes de John Lennon-esque, comme les Accords d'Oslo par exemple. Il peut être difficile de le croire, mais à ce jour les principes des Accords d'Oslo sont toujours commercialisés, sous de nouveaux noms. Exemple: les récentes déclarations vides faites par les partenaires de fraiche date --Tzipi Livni et Isaac Herzog quant à leur capacité à résoudre le conflit israélo-palestinien.

Pour notre propre bien, il faut examiner les remarques faites par l'ancien ministre arabo-palestinien Ziad Abu Ein, qui, en 1979, a assassiné Boaz Lahav de Tibériade et David Lankri de Beit Shean et grièvement blessé cinq autres personnes quand il a fait détonner un engin explosif à l'intérieur d'une poubelle dans une rue très fréquentée de Tibériade.

En juillet 2006, Abu Ein dit à la télévision iranienne Al-Alam  que "les Accords d'Oslo ne sont pas le rêve du peuple palestinien. Cependant, il n'y aurait jamais eu de résistance en Palestine sans Oslo. Oslo est efficace et a un effet de serre puissant qui a fait connaitre la résistance palestinienne."

"Sans Oslo, il n'y aurait jamais eu la résistance, dans tous les territoires occupés, nous ne pouvions pas bouger un seul pistolet d'un endroit à l'autre. Réarmé par Oslo

Sans Oslo, pas de zones de l'autorité palestinienne, pas de formation, pas de camps, pas de protection accordée par Oslo, sans Oslo pas de libération de milliers de prisonniers palestiniens -- cette résistance palestinienne que nous n'aurions pas été en mesure de créer et cette grande Intifada palestinienne sans le biais de Oslo "

N'est-il pas temps de nous réveiller ?

Repost 0
mordeh'ai