Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 13:57

par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/

Adapté par Mordeh'aÏ pour malaassot.com

 

Le narratif est dans toute guerre de l'information.

Si vous donnez à votre ennemi le récit, vous faites penché le jeu en sa faveur dès le début.

Les Arabes palestiniens répètent constamment leur mantra, le mythe qu'ils sont un peuple autochtone à qui nous avons volé leurs terres. C'est un article de foi en Europe, au Royaume-Uni, sur les campus américains, les cafés de Tel-Aviv et à la Maison Blanche.

Nos fonctionnaires agissent comme si ils croyaient à cela. Ils offrent de «rendre» des terres aux Palestiniens en échange de la sécurité contre leur terrorisme. Ils se sentent coupables et responsables des «réfugiés palestiniens» dont les ancêtres se sont souvent sauvés pour échapper à la guerre qu'eux et leurs alliés ont commencé et qui ont été maintenus dans des camps de réfugiés parce que les Etats arabes et (plus tard) l'OLP les voulait comme une armée contre Israël.

Le mythe est une histoire inventée. Ils ne sont pas des indigènes. Ils sont pour la plupart des Arabes venus de Syrie, d'Egypte et d'autres endroits dont les ancêtres sont arrivés ici au 19e et 20e siècle. Et ils n'auraient rien perdu si eux et leurs alliés n'avaient pas fait la guerre contre nous. Nous ne leur devons rien.

L'OLP semble vouloir un état paisible aux côtés d'Israël. Nos dirigeants, encore une fois, agissent comme si ils croyaient en cela. Nous l'avons ramené d'entre les morts, nous lui avons donné une base à côté de nous, nous l'avons armé et financé. Mais c'est le même gang terroriste qu'elle était en 1972, quand elle a assassiné nos athlètes à Munich. Des milliers de Juifs (et peu d'Arabes) sont morts à cause de cette bêtise monumentale.

Deux mythes - l'existence d'un peuple palestinien "lésé" et les intentions pacifiques de l'OLP. Ce sont les idées reçues dans la majeure partie du monde. Pourquoi devraient-ils en changer? Nous et la plupart de nos dirigeants ne le contestent pas!

Même le Premier ministre Netanyahu, qui sait certainement qu'il ne peut pas faire confiance à l'OLP, agit comme si il est possible de donner des terres à une sorte d'entité palestinienne "démilitarisée" en échange du calme.

Non. Donnez-lui une base et elle ve la fortifier et nous attaquera à partir d'elle. Mais le plus important, lui donner quoi que ce soit et elle légitimera ses exigences toujours plus conséquentes. Le soi-disant «processus de paix» n'était rien d'autre qu'un processus d'extorsion.

Nous devons nous remettre de l'erreur d'Oslo, et dire au monde à maintes reprises que nous ne reconnaissons pas le «peuple palestinien» comme une entité qui a le droit d'exiger quoi que ce soit de nous, et que nous considérons  l'OLP comme le Hamas et toutes les autres factions (agitant leurs fusils d'assaut AK en l'air) comme des terroristes qui se sont rendus coupables de plusieurs meurtres et crimes contre l'humanité.

Beaucoup de gens disent qu'il est utile de coopérer avec l'OLP contre le Hamas. Ils sont  ennemis et l'ennemi de notre ennemi, etc.... Je pense que cela n'en vaut pas la peine.

Notre relation à la fois avec l'OLP et le Hamas devrait être le même: répondre massivement et disproportionnellement au terrorisme. Il est également important de dire aux citoyens arabes d'Israël que nous ne allons pas les traiter comme une minorité nationale. Ils sont une minorité ethnique et religieuse, les Arabes  musulmans ou chrétiens, ont des droits civils comme citoyens de l'État. Ils ne sont pas «Palestiniens» et n'ont pas de droits politiques spéciaux. Contrairement à presque tous les Etats arabes, qui ont traité les Juifs comme une minorité nationale détestée et les ont expulsé, nous n'allons pas les expulser juste pour être des Arabes. Nous n'exigeons d'eux qu'ils n'essaient pas de nous assassiner.

Alors se sentent-ils opprimés en vivant dans un Etat juif? Où sont aussi libres sur la terre d'un état arabe ou musulman dans lequel les Arabes peuvent faire ce qu'ils veulent comme Israël? Quel genre de droits ont-ils en Egypte ou en Arabie Saoudite? Est-ce que le fait que nous chantons la Hatikva est plus douloureuse que la vraie répression dans ces pays? Cela montre que ce n'est pas une question de vouloir être libre de toute oppression, mais plutôt un désir d'être libéré du problème Juif.

Enfin, nous ne devons pas avoir honte de notre propre identité en tant qu'Etat juif, l'état du peuple juif. Contrairement aux "Palestiniens", nous avons une histoire. Je ne suis pas d'accord avec ce que Natan Sharansky appelle la philosophie «post-identitaire», mais qui s'en soucie? Les Européens, qui sont les grands partisans de l'élimination des identités nationales pour devenir des citoyens du monde, voient disparaître leurs anciennes civilisations, leur démographie à la fois par érosion et des milliers de coupes du terrorisme, d'assassinats et de viols.

Je suis pour dire la vérité, et de négocier sur la base de la vérité. Si nous ne le faisons pas, qui le fera?

Ne leur donner pas  le récit
Repost 0
mordeh'ai
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 11:00

 Par Ronn Torossian

http://www.frontpagemag.com/2014/ronn-torossian/netanyahus-father-said-the-holocaust-didnt-end/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

A la fin d'une semaine brutale où des Israéliens ont été tué pendant la prière, les leçons du héros sioniste Zeev Jabotinsky sont pertinentes, comme ce qu' il a écrit avant qu'il n'y ait un Etat juif:

 

Il est très, très triste que les juifs soient contraints d'apprendre à tirer. Mais nous y sommes contraints et il est inutile de s'opposer à la contrainte de la réalité historique. Que la contrainte dit que vous pouvez être bien formés, vous pouvez apprendre à labourer la terre et à construire des maisons, vous pouvez parler l'hébreu ... mais si en même temps vous ne savez pas comment tirer il n'y aura aucun espoir. Ce est la leçon de la réalité de notre temps et c'est la perspective de la durée de vie de nos enfants.

 

Ce que Jabotinsky avait déclaré dans les années 1930 en Europe reste vrai aujourd'hui. Ainsi, le font les paroles de son ancien secrétaire, Ben-Zion Netanyahu, le père du Premier ministre d'Israël qui dit en 2009: " L'Holocauste ne se arrêtera pas. Il continuera tout le temps." Les images brutales de Juifs tués en prière cette semaine à Jérusalem auraient pu venir de toute autre tragédie de l'histoire juive.

Ze'ev Jabotinsky avait noté,

 

Où il est question de guerre vous  vous levez pas et vous ne vous posez pas de questions quant à ce qui est «mieux», s'il faut tirer ou ne pas tirer. La seule question admissible dans de telles circonstances est au contraire "ce qui est pire" se laisser tués ou réduits à l'esclavage sans aucune résistance ou d'entreprendre la résistance avec toutes ses questions horribles. Car il n'y a pas de «meilleur» du tout. Tout ce qui concerne la guerre est mauvais, et ne peut être «bon». Lorsque vous tirez sur les soldats ennemis il ne faut pas se mentir à soi-même ou de se persuader soi-même que vous tirez sur des «coupables». Si vous commencez à calculer ce qui est "mieux" le calcul est très simple; si vous voulez être bon alors laissez-vous tuer et de renoncer à tout ce que vous souhaitez  défendre: la maison, le pays, la liberté, l'espoir. La plus noire de toutes les caractéristiques c'est la tradition du sang juif bon marché.

 

Dans l'essai légendaire " L'éthique du Mur de Fer ", Jabotinsky, le père du Likoud a écrit:

La société humaine est fondée sur la réciprocité. Si vous supprimez la réciprocité, la justice devient un mensonge. Une personne marchant quelque part dans une rue a le droit de vivre que parce que et uniquement dans la mesure où elle reconnaît mon droit de vivre. Mais, si il veut me tuer, à mon avis, il perd son droit d'exister - et cela vaut aussi pour les nations. Sinon, le monde deviendrait une zone de course pour les prédateurs vicieux, où non seulement les plus faibles seraient dévorés, mais les meilleurs.

Danny Danon, un membre du Likoud, de la Knesset a récemment déclaré que " Israël doit monter sa force et écraser les terroristes ", et le propriétaire de cette Agence de Relations Publiques a rejoint tous les honnêtes gens en deuil de la mort d'innocents à Jérusalem, en Israël. Le terrorisme doit être combattu et défié.

 

Repost 0
mordeh'ai
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 19:15

 Il y a un plan stratégique arabe palestinien. La mise en exergue d'Al Aqsa peut conduire à la ruine de l'ensemble de l'entreprise sioniste. C'est à nos risques et périls si nous l'ignorons.

 

Par Matan Peleg et Douglas Altabef

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Author.aspx/1333

Adaptation par Mordeh'aï pour malaassot.com

Dans la tradition juive, le Mont du Temple, Har Habayit, est uniquement saint, spécial et significatif.

Non seulement il est le lieu de l'emplacement du Premier et du Deuxième Temple, la montagne-le mont Moriah, est considéré comme l'endroit où Abraham a voulu sacrifier Isaac, Jacob y rêvait de l'échelle qui montait au ciel, et selon certaines interprétations, c'était le site du Gan Eden. (le jardin paradisiaque)

Et tandis que nos dirigeants politiques sont désireux de réduire sa portée, à contrario nos adversaires ont perçu correctement son importance. Dans la pure tradition de la religion de remplacement, ils ont élevé le Mont du Temple comme une question existentielle sous forme de menaces mythiques à la mosquée Al Aqsa.

Al Aqsa occupe un coin du Mont, la partie de l'extension Herodienne du plateau, non considérée pour être d'une quelconque signification pour les Juifs et franchement, un endroit de peu d'intérêt pour nous

Cependant, employant la classique des menaces du croque-mitaines, les forces anti-Israël de l'intérieur et de l'extérieur du pays, ont trouvé dans Al Aqsa, le grief qui englobe tout ainsi que le cri de ralliement pour attaquer Israël et tout Juif qui y vit.

Une fois de plus les Arabes ont sorti le Grand Mensonge, les menaces sur  Al Aqsa, et les accusations de judaïser le Mont du Temple, qui à son tour reflète leur profond désir de nous jeter hors du Mont. 

Jeter les Juifs hors de la montagne en criant que nous sommes censés leur faire (ce qui bien sûr ce qu'ils veulent clairement nous faire) fait partie de la bataille cruciale pour le contrôle de Jérusalem, et par extension de tout Israël.

Nos ennemis apprécient à juste titre que si nous abandonons ce qui est plus important pour nous, nous finirons par céder tout le reste.

Ce ne est pas un simple désaccord de guerre de territoire, ni une contestation sur un modus vivendi d'un espace sacré partagé. Plutôt, le Mont du Temple est pour nos adversaires le symbole de la souveraineté religieuse, et par extension la souveraineté politique.

Jamais ils n'ont utilisé la nuance ou la subtilité ou même être dissuadés par les faits, nos adversaires ont été admirable "sur le message:" Les Juifs tentent de détruire Al Aqsa, les Juifs essaient de se débarrasser de nos liens avec le Mont, les Juifs tentent de judaïser Jérusalem et commencent ici sur le Mont du Temple.

L'espoir et l'attente sont que le monde va se rallier à leur cause, et que leur insistance, soutenue par une violence terrible, va intimider les Israéliens qui pour les apaiser vont céder, sur les droits des Juifs et leur rapport avec le Mont, depuis des temps immémoriaux .

Mais dans cette lutte, nous ne pouvons pas céder le terrain. Nous ne pouvons pas abandonner. Nous devons voir le combat pour ce qu'il est devenu, la distillation de tous les griefs, de tout effort de nous vaincre.

La seule chose que nous devons concéder est leur hypothèse de base que le contrôle du Mont du Temple équivaut au contrôle spirituel de Jérusalem, et par extension de tout Israël.

Le concept du «statu quo» est devenu une absurdité cruelle,  depuis le nouveau «statu quo» que les Palestiniens cherchent à convaincre le monde qu'il est juste et approprié de  chasser les Juifs hors du Mont du Temple.

Dans leur nouveau statu quo l'ensemble du Mont est pour Al Aqsa, et par la force il y a pas de place pour les Juifs partout où il y a de l'espace saint musulman.

Après nous avoir chassé du Mont du Temple, les tambours vont inévitablement commencer leur battage pour le Kotel, le Mur occidental, qui bien sûr soutient leur sainte d'Al-Aqsa. Vous pouvez compter la-dessus.

Comme dit le proverbe le fil lâche un costume pas cher en polyester, en tirant le fil d'​​Al Aqsa il finira par conduire à la dislocation de l'ensemble de l'entreprise sioniste.

Ne vous méprenez pas. C'est le plan de la stratégie palestinienne. La plus grande erreur que nous pouvons faire c'est de l'ignorer, de le diminuer ou de le nier.

Ce qu'il nous faut maintenant, c'est un leadership aux yeux grands ouverts et qui comprend que le Mont du Temple est devenu le creuset dans lequel l'avenir de Jérusalem et d'Israël sera façonné.

Nous ne devons pas nous soustraire à notre histoire et nous ne pouvons pas compromettre notre avenir. Nous devons relever le défi.

Repost 0
mordeh'ai
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 15:03

 Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/4900/hamas-rebuild-gaza

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

La seule option à laquelle le Hamas fait face, est donc d'attaquer à nouveau Israël comme un moyen de se débarrasser de la grave crise dans la bande de Gaza et de la frustration croissante parmi les Palestiniens qui y vivent. La plus grande peur du Hamas est que cette frustration se traduise en désillusion de son régime. C'est pourquoi le Hamas cherche maintenant à diriger la colère de la rue palestinienne vers Israël.

 

Hamas espère aussi qu'une autre guerre accroîtra le sentiment anti-Israëlien dans le monde entier et fera gagner encore plus de sympathie pour les Palestiniens .

 

Les menaces du Hamas doivent être prises au sérieux.

 

Le Hamas menace une fois de plus d'attaquer Israël, cette fois après l'échec de la communauté internationale et de l'Autorité palestinienne de s'acquitter de leurs promesses pour reconstruire la bande de Gaza à la suite de l'opération Bordure de protection.

 

Les dirigeants du Hamas sont particulièrement en colère contre l'Autorité palestinienne [AP] et son président, Mahmoud Abbas, qu'ils accusent d'entraver les efforts de reconstruction des centaines de maisons détruites dans la bande de Gaza.  

 

Le Hamas est aussi en colère après les Egyptiens pour la fermeture du passage de Rafah après une attaque terroriste dans le Sinaï où 32 soldats égyptiens ont été tué.

 

En outre, le Hamas a rejeté le plan des Nations Unies pour reconstruire la bande de Gaza sous le prétexte qu'il «touche» le mouvement islamiste et permet à Israël de décider qui bénéficierait de l'œuvre. " Le plan de l'ONU est inacceptable et inefficace ", a déclaré le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri.

 

Selon le plan de l'ONU, qui a été annoncé en Septembre, le gouvernement de l'AP sera responsable de la réparation des maisons endommagées et des projets du secteur public, tandis que l'ONU mettra l'accent sur les écoles, les cliniques et les " services publics de base." Les matériaux de construction destinés à la bande de Gaza, selon le plan, devront être approuvés par les autorités israéliennes.

 

Le Hamas s'oppose au plan de l'ONU, principalement parce qu'il refuse à l'organisation islamiste tout rôle dans la reconstruction de la bande de Gaza. Le Hamas s'inquiète également que la participation de l'Autorité palestinienne dans l'effort de reconstruction saperait le contrôle du Hamas sur la bande de Gaza, et permettra à Abbas et à sa faction du Fatah à prendre le crédit d'aider les Palestiniens qui y vivent.

 

Le mois dernier, une conférence des donateurs au Caire s'étaient engagés à hauteur de  5,4 milliards $ pour la reconstruction de la bande de Gaza.

Toutefois, le Hamas maintient que, depuis lors, les Palestiniens dans la bande de Gaza n'ont vu aucun des fonds promis. Le Hamas a également fermement démenti des affirmations de certains responsables de l'AP qu'il avait demandé 20% des fonds pour lui-même.

 

Le représentant de l'Autorité palestinienne en Egypte, Barakat al-Farra, a accusé le Hamas d'entraver le lecteur de reconstruction; il a ajouté que le mouvement cherchait à mettre la  main sur des fonds destinés à la bande de Gaza. Le Hamas, pour sa part, affirme que l'Autorité palestinienne cherche elle, à s'accaparer, de plus de la moitié des fonds promis par la conférence des donateurs du Caire.

 

La hausse des tensions entre le Hamas et l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas sont la vraie raison pour laquelle la reconstruction de la bande de Gaza n'a pas encore commencé. Ces tensions ont atteint leur apogée lors des récents attentats qui ont visé les maisons et les véhicules de 15 loyalistes proches d'Abbas dans la bande de Gaza. Abbas a tenu le Hamas pour responsable des attentats - une accusation que le mouvement islamiste a fermement démenti.

 

La décision de l'Egypte de fermer le poste frontière de Rafah avec la bande de Gaza est également responsable du retard dans l'exécution du plan de reconstruction. Bien que le Hamas ait ouvertement accusé l'Autorité palestinienne, l'ONU et l'Egypte d'entraver le programme de reconstruction, maintenant il menace de reprendre ses attaques terroristes contre Israël.

 

Le Hamas ne peut pas lancer des attaques terroristes contre l'Autorité palestinienne, en Cisjordanie, qui peut remercier la présence des Forces de défense israéliennes [FDI] . Hamas se abstiendra également de le faire pour éviter d'être accusé par les Palestiniens de " détruire l'unité nationale." Le Hamas ne veut pas être tenu responsable d'une guerre civile palestinienne.

 

Le Hamas fait également attention de ne pas s'engager dans une confrontation avec l'Egypte, qui mène une campagne militaire massive contre les groupes terroristes dans le Sinaï.

 

Les relations entre le Hamas et l'Egypte semblent être au plus bas; beaucoup d'Egyptiens considèrent le mouvement comme une menace à leur sécurité nationale. Toute attaque du Hamas sur l'Egypte aura sans aucun doute pour réponse une très forte réaction de l'armée égyptienne - qui porterait sûrement un coup mortel au Hamas et ses partisans dans la bande de Gaza.

 

Et le Hamas ne va pas déclencher une crise avec l'ONU par crainte qu'une telle démarche ne rallie le monde contre le mouvement et mettrait fin aux services des organisations internationales et aux opérations de secours dans la bande de Gaza.

 

La seule option qu'il resye au Hamas, c'est donc de nouveau attaquer Israël comme un moyen de se débarrasser de la grave crise dans la bande de Gaza et de la frustration croissante parmi les Palestiniens qui y vivent.

 

La plus grande peur du Hamas est que cette frustration ne sera traduise en désillusion pour son régime. Ce est pourquoi le Hamas cherche maintenant à diriger la colère de la rue palestinienne contre Israël.

 

Les récentes déclarations de plusieurs représentants du Hamas montrent que le mouvement islamiste n'exclut pas la possibilité de mener une autre guerre contre Israël, en utilisant comme prétexte les promesses non tenues de reconstruction de la bande de Gaza.

 

Le Hamas maintenant parle d'une «explosion» imminente contre Israël si les promesses de reconstruction de Gaza ne sont pas remplies. Certains représentants du Hamas ont même l'audace de tenir Israël  pleinement responsable d'entraver la reconstruction de la bande de Gaza.

 

Les menaces du Hamas contre Israël doivent être prises au sérieux, surtout à la lumière des rapports que le mouvement continue de se préparer pour une autre guerre. Non seulement le Hamas continue à creuser des tunnels sous la frontière avec Israël; il a également testé des tirs de fusées en mer Méditerranée.

 

Le Hamas n'a pas beaucoup à perdre dans une autre confrontation militaire avec Israël.

 

Le meurtre de quelques centaines de Palestiniens en plus dans la bande de Gaza permettrait au Hamas de détourner l'attention de son échec à reconstruire la bande de Gaza et de blâmer Israël pour " mener une autre guerre " aux Palestiniens. Le Hamas espère aussi qu'une autre guerre va encore accroître le sentiment anti-Israëlien dans le monde et de gagner encore plus de sympathie pour les Palestiniens.

 

Abbas devrait également bénéficier d'une autre guerre dans la bande de Gaza. La reprise des combats le disculperait de sa responsabilité pour la reconstruction de la bande de Gaza. En outre, bien sûr, il y a toujours la possibilité qu'Israël  " ferait le travail pour lui " et le débarrasserait du Hamas. Et comme le Hamas, Abbas chercherait trop à profiter des combats pour lancer une autre campagne d'incitation contre Israël dans l'arène internationale.

Repost 0
mordeh'ai
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 18:54

Par Rick Moran

http://www.americanthinker.com/blog/2014/11/as_iran_nuke_deal_falters_israel_revisits_

the_military_option.html

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Cet article du Jerusalem Post  est alarmant parce que même si un accord est signé entre l'Iran et l'Occident, Israël peut se sentir obligé de toute façon de prendre une initiative militaire sur le programme nucléaire iranien .

Les Négociations historiques avec l'Iran vont atteindre un point d'inflexion lundi, que les puissances mondiales cherchent à conclure un accord global qui mettra, à leur satisfaction, fin sur la nature de leurs préoccupations sur son vaste programme nucléaire, vieux de dix ans.

Mais la réflexion sur l'accord en discussion avec le Jerusalem Post à la veille de la date limite, Israël a émis un avertissement public à ses alliés avec une argumentation claire: Les propositions actuelles garantissent la perpétuation d'une crise, la sauvegarde d'Israël dans un coin dont la force militaire contre l'Iran est la seule sortie logique.

L'accord sur la table

Les puissances mondiales ont présenté à l'Iran, un accord qui limiterait son programme nucléaire pendant environ dix ans et plafonnerait sa capacité à produire des matières fissiles pour une arme pendant d'une période supplémentaire minimum de neuf mois, ai lieu de trois actuellement.

Si Téhéran est d'accord, le deal peut s'appuyer sur la Russie qui convertirait le stock d'uranium actuel de l'Iran en barres de combustible pour l'utilisation civile. La proposition inclurait également un régime d'inspection qui tenterait de suivre la chaîne d'approvisionnement du programme, depuis l'extraction des matières premières au prélèvement de ce matériel dans les diverses installations nucléaires à travers l'Iran.

 Les leaders d'Israël croient au mieux à un scénario catastrophe, si cet accord doit être atteint, que des inspections puissent se faire parfaitement en allant partout en Iran et que ce dernier veuille se soumettre à l'accord pendant la période entière d'une décennie.

Mais " nos services de renseignements ne sont pas parfaits," a dit un responsable israélien.  " Nous n'avons rien su pendant des années de Natanz et Qom. Et les services d'inspection ne sont pas certainement parfaits non plus. Ils étaient dans le même cas en Corée du Nord et ce ne serait pas le cas maintenant? - l'Iran et l'AIEA se sont courus après pendant des années pour avoir des renseignements sur les activités passées de l'Iran." a déclaré un responsable israélien.

 " Qu'est-ce qui va se passer avec ça? " Le fonctionnaire a poursuivi " Vont-ils les dissimuler sous le tapis si il ya un accord. "

Samedi après-midi, les rapports de Vienne suggérés que les P5 + 1 - les Etats-Unis, Royaume-Uni, la France, la Russie, la Chine et l'Allemagne - sont prêts à arrêter de demander la divulgation complète par Téhéran de tout son travail de l'arme secrète .

S'adressant au JPost, un haut responsable américain a rejeté l'inquiétude sur la capacité de surveillance limitée, pendant ou après un accord. " Si nous pouvons conclure un accord global, nous aurons beaucoup plus de capacité à détecter les installations secrètes - même après sa durée - c'est ce que nous faisons aujourd'hui ", a déclaré le haut responsable américain. "

Après la durée de l'accord, les inspections les plus intrusives continueront: le Protocole additionnel - qui englobe la transparence très intrusive, et que l'Iran a déjà dit qu'il mettra en œuvre - se poursuivra."

Plus nous nous rapprochons de la date limite et plus les États-Unis et l'Ouest se désespérent de conclure le deal. L'Iran joue de ce sujet et traite la situation pour ce qu'elle vaut. L'Iran ne devra certainement pas parler de son propre programme d'armement passé, et le régime d'inspection ne sera pas délivré.

Mais même si apparemment on a échoué à obtenir d'énormes concessions de  l'Iran on ne s'est pas approché d'un quelconque accord. Ainsi, Israël est une fois de plus face à une menace existentielle et réfléchit à des options militaires. Qui sont désagréables pour la plupart. Toute attaque - qui n'incluera pas une invasion terrestre - ne détruirait probablement pas toute l'infrastructure nucléaire iranienne, ce qui signifierait que l'action militaire ne ferait que retarder le programme, pas y mettre fin. Et une attaque aurait des effets inconnus sur la région.

Il est clair que Israël est prêt à faire ce qu'il doit pour survivre - quel qu'en soit le coût. Les relations avec les États-Unis ne peuvent pas aller beaucoup plus mal se soucier de la réaction américaine à une attaque est assez loin dans la liste. Cela dit, toute attaque contre l'Iran  isolerait Israël diplomatiquement qui porte son propre ensemble de problèmes pour l'Etat juif.

Une attaque israélienne serait la conséquence de l'inaction américaine en confrontation avec l'Iran et son programme nucléaire alors qu'il y avait encore une chance d'éviter une guerre. Ce est la faute de personne uniquement d'Obama seul, mais il porte une grande responsabilité de rechercher le faux nirvanna d'un accord alors que l'Iran a continué de renforcer ses stocks de matière fissile.

Repost 0
mordeh'ai
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 14:10

Par Guy Millière

http://www.gatestoneinstitute.org/4902/obama-legacy-europe-israel

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

Il est difficile de penser que le président Obama - ou des leaders en Europe - veulent que leurs noms entrent dans l'histoire comme les imbéciles qui ont fait légitimé une entité dévoyée telle que "la Palestine" ou permis à l'Iran d'acquérir des armes nucléaires. Mais tout comme Neville Chamberlain est regardé comme la plus grande risée de l'histoire pour une «paix» prometteuse avec Hitler, ce ne peut donc pas être l'héritage d'Obama qui serait encore plus fou. Car après tout, Chamberlain, n'avait pas de Chamberlain pour le prévenir.

Le 30 Octobre, lorsque le gouvernement suédois a reconnu " l'Etat de Palestine," la ministre des Affaires étrangères Margot Wallstrom a dit qu'elle pensait que sa décision "montrerait le chemin" à d'autres gouvernements européens. Il semble qu'elle avait raison. Même plus tôt, le 30 Septembre, le président français François Hollande a déclaré que " bientôt la France reconnaîtra un Etat palestinien." Les représentants socialistes français travaillent actuellement sur ​​un texte dans ce sens. Et le 13 Octobre, le Parlement britannique a voté massivement en faveur de la reconnaissance officielle de la «Palestine», même si le vote était non contraignant.

Mais des votes non contraignants peuvent facilement conduire à des décisions contraignantes.

Effectivement, fidèle à la prédiction de Wallstrom, le 18 Novembre, le parlement espagnol a fait la même chose - le même jour d'une attaque terroriste meurtrière contre des civils israéliens priant dans une synagogue à Jérusalem. Wallstrom avait ajouté que la reconnaissance de l '«État de Palestine» par le gouvernement suédois aiderait à faciliter la reprise des négociations et renforcerait les positions des «modérés».

En réalité, cependant, toutes les récentes déclarations diplomatiques de Mahmoud Abbas [ Sauf une sous la contrainte diplomatique, avec tiédeur, condamnant le massacre ] et d'autres dirigeants "palestiniens" montrent une volonté de parvenir à une reconnaissance formelle de la «Palestine», mais sans les négociations ce dont ils avaient convenu en vertu du droit international d'Oslo II, et sans tout accord de paix.

C'est précisément cette reconnaissance, en violation du droit international, que la Suède donne à l'Autorité palestinienne [AP], et que d'autres gouvernements européens lui donneraient si ils suivaient la Suède.

Pendant ce temps, les plus récentes déclarations du président de l'AP Mahmoud Abbas et d'autres dirigeants "palestiniens" sur l'usage de la violence ne montrent aucune trace de la «modération».

Le conseiller d'Abbas et membre du Comité central du Fatah Sultan Abou Al-Einen a récemment déclaré , " Bénies soient vos armes de qualité, les roues de vos voitures, vos haches et vos couteaux de cuisine ... [parce qu'ils sont utilisés] selon la volonté d'Allah. Nous sommes les soldats d'Allah. "

Un autre responsable du Fatah, Muhammad al-Biqa'i, a annoncé à la télévision palestinienne officielle le 7 Novembre, que, « Jérusalem a besoin de sang pour se purifier des Juifs.»

Il y a d'innombrables autres exemples.

La direction palestinienne est encouragée à continuer, quand elle voit qu'elle peut publiquement faire l'éloge des meurtriers comme des héros et néanmoins être décrite comme «modérée».

Wallstrom a également souligné que le gouvernement suédois a agi selon " les principes définis par l'Union européenne." En Décembre 2009, le Conseil de l'Union européenne a adopté un document affirmant que «l'Etat de la Palestine» devrait être "officiellement reconnu" par l'UE et ses membres "dès que les conditions seront remplies." Le document souligne que les frontières du nouvel Etat devront être "les frontières d'avant 1967" et que sa capitale " doit être Jérusalem." Il souligne que " l'ajustement des frontières " sera acceptée par l'UE qu'avec le "plein accord des deux parties", une déclaration qui en langage clair signifie que tout ajustement des frontières ne sera acceptée par l'UE que si elle est pleinement acceptée par les "Palestiniens". Le document désigne également la Judée et la Samarie, historiquement la maison des Juifs pendant près de 4000 ans, comme «territoires palestiniens occupés.» Ce qui est affligeant, c'est que les dirigeants européens qui ont adopté ce document n'ignorent pas l'histoire. Ils savent que les soi-disant «frontières d'avant 1967» n'étaient pas des frontières mais des lignes d'armistice de 1949. Ils savent que:

◾La guerre des Six Jours était une guerre d'agression arabe visant à l'anéantissement d'Israël

◾Les Territoires perdus en 1967 ont été perdus par l'Egypte, la Jordanie et la Syrie, pas par la «Palestine».

◾En 1967, il n'y avait pas «territoires palestiniens» et pas de «peuple palestinien». Ils savent que l'Organisation de libération de la Palestine [OLP] ne prétendait pas alors à la création d'un "Etat palestinien" et ne voulait "libérer" qu'un seul territoire: Israël.

◾Aucun dirigeant "palestinien" n'a jamais accepté la création d'un "Etat palestinien" vivant en paix aux côtés de l'Etat juif d'Israël.

◾Il n'y aura donc jamais de traité de paix.

◾Le «processus de paix d'Oslo» a conduit uniquement à une vague d'attentats-suicides en Israël sans précédent .

◾Le «désengagement» israélien de Gaza a abouti à l'émergence d'une entité terroriste qui menace constamment Israël et utilise les Arabes vivant dans la bande de Gaza comme des boucliers humains.

◾Les lignes d'armistice de 1949 sont considérées comme militairement indéfendables par les Forces de défense israéliennes, et aucun gouvernement israélien ne peut, ou ne devrait accepter des frontières indéfendables.

Et ils savent, enfin, qu'aucun gouvernement israélien n'acceptera de diviser Jérusalem à nouveau et renoncer à la souveraineté israélienne sur la vieille ville et les lieux saints juifs. Il a déjà été essayé et échoué lamentablement. Sous la domination jordanienne, à partir de 1948 jusqu'en 1967, Jérusalem-Est et la vieille ville fortifiée ont été fermé aux Juifs - et profané. Des pierres tombales juives, par exemple, ont été arraché du cimetière du Mont des Oliviers et utilisées comme revêtement de sol pour les latrines jordaniennes.

La position des Européens, est cependant, tristement révélatrice, ils ont adopté la version falsifiée de l'histoire véhiculée par la propagande arabe. Les Européens choisissent des positions qui ignorent aussi bien l'histoire d'Israël que les besoins de sécurité d'Israël - même si cela s'ouvre sur les crimes les plus obscènes contre Israël et que lorsque les négociations échouent, comme il se doit, seul Israël est critiqué.

Encore plus malheureusement - car il implique leurs pays - les Européens choisissent aussi d'oublier ce qui sépare la démocratie et le totalitarisme, la barbarie et la primauté du droit, et de négliger les objectifs et les moyens des organisations terroristes palestiniennes et d'autres. Les buts tant dans le camp de l'Autorité que dans la Chartre du Hamas palestinien, il s'agit notamment non seulement de la destruction d'Israël, mais de génocide, du génocide des Juifs .

Tout en prétendant être neutres et équilibrés, les Européens ont eux-mêmes mis au service de ces objectifs les moyens. Ils prétendent être les amis d'Israël, mais ils parlent et agissent en tant que partenaires de la «cause palestinienne» et comme des ennemis d'Israël.

Comprendre leur position implique déchiffrer l'évolution de l'Europe depuis 1945.

L'Europe a été reconstruite après la Seconde Guerre mondiale sur la base d'une hypothèse: que l'État-nation et l'identité nationale sont la source de tous les maux. Israël est un État-nation et a une forte identité nationale, alors Israël est nécessairement mauvais. (De la même façon, bien sûr, que la Slovaquie et la Moldavie ne le sont apparemment pas.)

L'Europe a également été reconstruite dans l'ombre de la culpabilité européenne de l'Holocauste. Pour les Européens qui veulent se débarrasser de la culpabilité, en soutenant les "Palestiniens" cela leur permet de prétendre que les Juifs israéliens sont tout aussi criminels que les Européens l'étaient au moment du nazisme. Le vieux dicton que les Européens ne pardonneront jamais les Juifs pour Auschwitz reste vrai: pour se débarrasser de leur culpabilité, de nombreux Européens doivent trouver un moyen de déclarer que les Juifs sont coupables - de rien.

L'Europe a versé dans un discours multiculturaliste relativiste. "L'Impérialisme" a été ajouté à la liste des crimes présumés. Non pour s'excuser de l'impérialisme, mais au moins il a souvent apporté avec lui l'éducation. Combien de pays sont désormais gouvernés plus responsable après les impérialistes retirés?

Dans l'Europe d'aujourd'hui, toutes les cultures sont considérées comme égales . Pourtant, en raison de son «impérialisme» passé, la culture occidentale est considérée comme moins égale que d'autres. Israël, même si il n'exerce aucune exploitation économique, mais parce qu'il valorise la démocratie et d'autres libertés occidentales, a également été marqué par le péché indélébile de «l'impérialisme».

Sur un continent où l'idée que la paix à tout prix est devenu la valeur suprême, ainsi que la certitude que tous les conflits peuvent être résolus par l'apaisement, quand Israël doit répondre à une attaque soit par des actes de défense ou des actes de cession, les actes de défense semblent intolérables.

Un autre facteur important est le changement de la population européenne . Comme les minorités musulmanes ont augmenté, l'Europe s'est rapprochée de la vision du monde musulman. Les Européens sont effrayés par le risque d'émeutes musulmanes en Europe, de sorte qu'ils semblent prêts à sacrifier Israël comme un moyen, espèrent-ils, de maintenir le calme et de ne pas susciter la colère des musulmans.

La plupart des dirigeants européens sont obstinément certains que le «conflit israélo-palestinien" est le problème central au Moyen-Orient et la cause de toute la rage musulmane. Ils voient dans le refus d'Israël de se plier à tous "palestinienne" exige le principal obstacle empêchant la résolution du problème, et le principal obstacle à la «coopération» en harmonie avec le monde musulman.

Récemment, le nouveau Haut Représentant de l'UE pour les Affaires étrangères, la socialiste italienne Federica Mogherini , a visité le Moyen-Orient. Malgré les actes de violence terroriste et d'incitation au djihad prononcé par Mahmoud Abbas, ainsi que par les dirigeants du Hamas ou du Djihad islamique, elle a exprimé "la confiance" dans la capacité de se déplacer vers une "solution pacifique." Elle a ajouté que, «Nous devons Etat palestinien» avec "Jérusalem-Est" comme capitale, et que «c'est la position de l'ensemble de l'Union européenne.» Elle a dit ces mots à Gaza. Elle n'a pas condamné les attaques anti-israéliennes ou palestiniennes des appels à détruire Israël. Elle a dirigé toute sa critique contre le gouvernement israélien. Deux jours plus tôt, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait dit que les positions européennes étaient "irresponsables". Apparemment, elle n'était pas intéressée.

La prochaine étape dans offensives anti-israéliennes aura lieu très bientôt. Mahmoud Abbas et les dirigeants palestiniens iront à l'Organisation des Nations Unies, et demanderont la reconnaissance d'un "Etat palestinien" par le Conseil de sécurité de l'ONU. S'ils réussissent, la «Palestine» pourrait devenir un Etat membre à part entière de l'ONU sans avoir à faire des concessions à quiconque - et libre de continuer à provoquer le terrorisme, la terreur et commettre glorifiant ceux qui la pratiquent. Abbas et les dirigeants palestiniens pourraient alors exiger que le Conseil de sécurité fixe un délai pour le retrait d'Israël sur des "lignes d'avant 1967". La France et le Royaume-Uni, s'abstiendront, ce qui signifie qu'ils sont d'accord. La seule chose qui peut empêcher tout cela est le droit de veto des États-Unis. Cependant, les relations entre les Etats-Unis et Israël se sont si profondément détériorées depuis le début de la présidence Obama, que beaucoup de diplomates israéliens pensent que l'issue est incertaine ( http://www.timesofisrael.com/us-veto-at-security-council- veto peut-pas-plus-être-un-donnée / ).

Dans le cadre de la poursuite sans entraves de l'Iran vers l'arme nucléaire, un "Etat palestinien" en Judée-Samarie et Gaza bientôt deviendrait une menace vitale pour Israël.

Roquettes à courte portée pourraient frapper les principaux centres de population d'Israël. Israël aurait à répondre de manière décisive. Une guerre régionale pourrait bien suivre. Il est difficile de penser que Obama - ou les leaders en Europe - veulent vraiment que leurs noms entrent dans l'histoire comme ceux qui ont légitimé une entité dévoyée telle que "la Palestine" ou d'avoir permis à l'Iran d'acquérir des armes nucléaires. Mais tout comme Neville Chamberlain est vu comme le plus grand illuminé de l'histoire pour avoir cru en la promesse de «paix» d'Hitler, ne peut donc dire que l'héritage d'Obama sera celui d'un imbécile encore plus fou. Chamberlain, après tout, n'avait pas de Chamberlain pour le prévenir.

Repost 0
mordeh'ai
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 09:47

Le  MK Feiglin dit que ce serait une bonne idée de rassembler tous les partis nationalistes dans un seul bloc - mais seulement s'il est dirigé par un Likoud fort.

Par Hezki Ezra

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/187754#.VHGezZvLTDc

Adapté pour malaassot.com

 

Le Député Moshe Feiglin (Likoud) a déclaré samedi soir qu'il serait favorable à un scénario dans lequel tous les partis nationalistes seraient réunis sous un même toit.

Les commentaires sont venus en réponse aux rapports de Channel 2 Nouvelles vendredi, selon cette chaine de télévision, le Premier ministre Binyamin Netanyahu et  Naftali Bennett président de Habayit Hayehudu avaient discuté de la possibilité des'allier pour la prochaine élection, cette liste resemblerait à la liste conjointe du Likoud et d'Yisrael Beitenou dans la dernière élection.

Le rapport n'a pas encore été confirmé ni par le Likoud soit ni par Habayit hayehudi, et Bennett a déclaré dans une interview sur Channel 2 samedi soir que lui et Netanyahu n' avaient pas discuté d'une telle option.

 Feiglin a déclaré: "Je ai toujours dit que ce serait la bonne chose de rassembler, tout le camp nationaliste dans un grand bloc dirigé par le Likoud - tout comme le Parti républicain aux États-Unis.  Mais le processus auquel nous assistons est celui dans lequel le Likoud n' est plus le leader et il est en train de baisser. La perte des valeurs nationales ont abouti à la chute de 40 sièges du Likoud et devoir s'allier à Liberman pour rester au pouvoir ".

Feiglin a rajouté -"Liberman avait reçu un tiers de la puissance du Likoud sur la liste commune. Le Likoud donne maintenant Bennett la moitié de sa puissance. A ce rythme, le sort du Likoud qui a perdu ses valeurs peut finir comme celui de Kadima. Seulement le Likoud sous ma direction, sera un Likoud avec une politique et des valeurs, qui seront en mesure de faire revenir à la maison les électeurs en déserrance qui cherchent de différents substituts dans le camp national ".

Le Likoud et Yisrael Beitenou avaient forgé une alliance avant la dernière élection nationale. Alors que les enquêtes internes menées par le Likoud démontraient que la fusion augmenterait le nombre de mandats partagés par les partis, les analystes avaient prévenu que le mouvement pourrait devenir la plus grande erreur politique des élections.

En fin de compte, la liste commune n'a remporté seulement que 31 sièges aux élections, bien en deçà du nombre, qui lui était promis d'atteindre.

La liste commune était le plus grand parti de la Knesset, mais le nombre de sièges partagés entre les deux factions était en baisse - 42 sièges à la précédente Knesset.

En Juillet, Liberman a annoncé que son parti se séparait du Likoud et sera indépendant de celui-ci.

Avec la récente démission de la Knesset du Ministre de l'Intérieur Gideon Saar, le Likoud est devenu le deuxième plus grand parti à la Knesset derrière Yesh Atid de Yair Lapid, puisque Sa'ar a été remplacé par Leon Litinetski, membre du parti de Liberman

Repost 0
mordeh'ai
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 08:17

Par Leo Rennert

http://www.americanthinker.com/blog/2014/11/wapo_erases_temple_mount_from_jewish_heritage _mount_from_jewish_heritage .html

Adapté pour malaassot.com

 

Dans son édition du 20 novembre, le Washington Post  propose l'article en première page  sur l'attaque de la synagogue de Jérusalem. 

L'article, écrit par les correspondants William Booth et Ruth Eglash, se référé au Mont du Temple Comme un «brasier - l'attaque d'un site religieux connu, , que les musulmans Nomme le Noble Sanctuaire et les Juifs le Mont du Temple." 

Booth et Eglash décrivent ensuite que le Mont du Temple abrite la "Mosquée Al-Aqsa", le site du troisième lieu-saint de l'Islam. "C'est pourquoi il est si important pour les musulmans.

Cependant, ce qui est manifestement absent c'est la définition parallèle du Mont du Temple Comme le lieu saint du judaïsme - le site où se trouvaient les Premier et Deuxième Temples bibliques. C'est Pourquoi le site s'appelle le Mont du Temple et il est aussi important pour les Juifs..

C'est curieux, qu'après avoir Identifié le Mont du Temple comme le troisième site Le plus saint de l'Islam, Booth et Eglash omettent l'importance du Mont du Temple pour les Juifs et le judaïsme mondial.

En fait, c'est aussi l'endroit où Abraham était prêt à sacrifier son fils fils Isaac. Encore Une Fois, alors que La Mecque et Médine ont une place devant le Mont du Temple comme lieux saints et importants dans la religion musulmane, le Mont du Temple est Le n ° 1 des Sites sacrés pour les Juifs. Dans le judaïsme, rien ne le précède. Pourquoi cacher ce chapitre de l'histoire religieuse?

 Ces Journalistes du Post semblent avoir besoin d'un cours de recyclage sur l'Ancien Testament.

Repost 0
mordeh'ai
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 11:27

 Par Moshe Feiglin 

http://www.jewishpress.com/indepth/columns/moshe-feiglin/blame-the-jews-2/2014/11/20/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Lundi matin, une personnalité politique a affirmé que je suis responsable du fait que la Jordanie a rappelé son ambassadeur en Israël. " Feiglin a visité le Mont du Temple avec tous ses médias et voilà ce qui a suivi," a-t-il dit, selon le journaliste qui m'a appelé en demandant ma réaction.

La personnalité politique qui a fait cette accusation reflète parfaitement la politique irresponsable et veule d'Israël concernant le Mont du Temple , qui ne fera que conduire à une escalade de la violence et à beaucoup plus de victimes du terrorisme.

Le journal Maariv a rapporté lundi que lors de sa brève visite de la semaine dernière en Jordanie, le Premier ministre Netanyahu a demandé au roi Abdallah d'instruire le Waqf  islamique de Jérusalem de rétablir l'ordre sur le Mont du Temple. Cela révèle qui est le réel souverain sur le Mont du Temple  - au moins selon le Premier ministre; c'est nul autre que le roi de Jordanie représenté par le Wakf.

Je n'ai pas  visité le Mont du Temple ce mois-ci avec les médias à ma remorque. Je l'ai visité de la même façon que je l'ai visité tous les mois depuis ces 15 dernières années.

Et comme dans le théâtre de l'absurde, la "personnalité politique" qui m'a critiqué croit que j'aurais dû annuler ma visite après la tentative d'assassinat du militant pour le  Mont du Temple-Rabbi Yéhouda Glick. Apparemment, j'aurais dû récompenser le terrorisme. Apparemment, je devais acheter un peu de calme maintenant en échange de la terrible vague de violence qui descendra sur nous plus tard.

La politique d'Israël sur le Mont du Temple provient de la même approche irresponsable qui a conduit à la libération de nombreux et dangereux terroristes; c'est la même politique confuse et pusillanime qui a empêché une nette victoire dans la guerre de Gaza; c'est encore la même politique qui a préféré ignorer la vague de terrorisme à Jérusalem qui a émergé en raison de l'absence de victoire dans la bande de Gaza; c'est la même politique qui préfère maintenant accuser les Juifs - et non les assaillants - pour la crise, et à affirmer la souveraineté étrangère sur le Mont du Temple.

Après la tentative d'assassinat du rabbin Yehouda Glick, on se serait attendu que les figures des "seniors politiques " d'Israël envoient à l'ennemi un message clair: "La folie  meurtrière arabe" ne sert à rien. Elle ne fait que renforcer la souveraineté juive sur le Mont du Temple - le cœur de Jérusalem et le lieu très saint dans le monde pour la nation juive.

"Je m'y attendais," je l'ai dit au Premier ministre lors de la récente réunion du Likoud, " qu' après la tentative d'assassinat, tous les députés nationalistes seraient montés visiter le Mont du Temple, sous votre direction. Ce serait faire comprendre à tous que nulle tentative d'assassinat ne nous conduira pas à abandonner nos lieux saints. Telle aurait été la seule façon de rétablir le calme en Israël.

" Au lieu de cela, je suis critiqué pour ma volonté de préserver la souveraineté israélienne sur le Mont du Temple.

« Nous ne disposons pas de droits dans ce pays », a expliqué le Député Ahmed Tibi quand il a cérémonieusement visité le Mont du Temple. " Nous avons des droits sur l' ensemble du territoire. " Nous ne pouvons pas blâmer Tibi. Il a simplement accepté l'invitation claire du leadership politique d'Israël à venir reprendre le Mont du Temple de ses mains.

Repost 0
mordeh'ai
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 10:13

Par P. David Hornik

http://www.frontpagemag.com/2014/davidhornik/New-York-Times-morally-Confused-by-synagogue-massacre/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

 

L'Attentat terroriste de cette semaine dans une synagogue de Jérusalem a évoqué un éditorial non signé de 300 mots dans le New York Times.

Apparemment, c'était un cas simple: deux terroristes avec une arme à feu, des haches et des couteaux rentrent dans la synagogue et procédent à une boucherie sur des fidèles pacifiques priant et non armés. Mais pour le Times, rien n'est simple impliquant Israël.

Oui, le Times a appelé l'attaque un « déchaînement de violence sanglante » et a déclaré que le président d'autorité palestinienne Mahmoud Abbas « a obligation de présenter l'affaire morale qu'une telle brutalité et inhumanité ne peuvent seulement que faire honte au peuple palestinien » (qui, par ailleurs, il ne le fera jamais).

Mais le Times a également appelé l'attaque

 

une tragédie pour tous les Israéliens et les Palestiniens. Les deux communautés sont apparues plus en plus enfermées dans un cycle de haine et de désespoir, où les chances de stabilité, de paix sont beaucoup plus endémiques et semblent presque impossibles.

... il a aussi fait part d'une vague alarmante de la violence alimentée par un différend sur un lieu Saint dans la vieille ville que les musulmans nomment le Noble sanctuaire et les Juifs  le Mont du Temple.

 

La dérive ne peut être plus claire: les deux parties sont en tort, aussi bien celle qui a manifesté la « haine » que celle qui a manifesté de la « violence » qui rendent la paix « presque impossible ».

Mais est-ce vraiment vrai ?

L'attaque de la synagogue a immédiatement tué quatre Juifs, trois d'entre eux, des rabbins; une cinquième personne, un policier Druze israélien qui a combattu les terroristes — est mort le lendemain des suites de ses blessures.

En plus de ces cinq, six autres personnes ont été tué par le terrorisme palestinien depuis le 22 octobre: une jeune fillette israélienne de trois mois et une femme équatorienne percutées dans une attaque à la voiture-bélier, un patrouilleur de frontière israélien Druze et un jeune israélien de 17 ans dans une autre attaque, et encore un soldat israélien en permission tué d'un coup de poignard ainsi qu'une israélienne dans un attentat à la voiture-bélier/coups de couteau.

Un autre israélien, le Rabbin Yehuda Glick, a survécu à une tentative de meurtre par un terroriste palestinien. Et trois autres soldats ont été blessé dans un autre percutage de voiture qui maintenant s'avère aussi être un attentat terroriste.

Maintenant, au cours de ces cinq semaines, combien de Palestiniens ont été tué ou blessé dans les attaques de terreur? La réponse, bien sûr, aucun. Les seuls Palestiniens tués dans le « conflit » ont été abattu par des soldats ou des policiers israéliens pendant ou après les attaques.

Par cette norme, les États-Unis et ISIS sont « enfermés dans un cycle de haine » et de violence. Des Américains innocents ont été tués par ISIS ;  des membres d'ISIS ont été tué dans des frappes aériennes américaines. C'est la même chose, n'est-ce pas?

Si l'on remonte au 2 juillet dernier, vous trouverez un meurtre brutal de trois israéliens d'un garçon palestinien âgé de 16 ans nommé Muhammad Abu Khdeir (supposé être une "vengeance" pour la mise à mort plus tôt des trois jeunes ados Israéliens par des membres du Hamas). Les Israéliens auteurs de ce crime, qui a choqué et horrifié l'ensemble du pays, sont maintenant en prison en attente de jugement. Le chef des trois était un individu tellement anormal qu'il avait précédemment menacé de tuer sa fille d'un mois.

Tout celui qui assure le suivi du tout de ce « conflit » sait que la situation est très différente du côté palestinien, où les meurtriers d'Israéliens — tout israélien — sont systématiquement Honorés, glorifiés et si possible, rémunérés.

Dans le même temps mercredi, derrière la brume de la désinformation et les distorsions du New York Times et d'autres grands médias, un événement triste mais réconfortant a eu lieu en Israël.

Zidan Sayif, le policier Druze de 30 ans qui, avec deux autres policiers, ont combattu les terroristes de la synagogue mardi, pour ce faire il l'a payé de sa vie et laisse dans le deuil une femme et une fille de cinq mois, il a été enterré dans le village Druze de Yanuh-Jat dans le nord d'Israël. Les milliers de participants incluaient des notables druzes et le Président israélien, le Ministre de la sécurité intérieure, le Commissaire de police et d'autres fonctionnaires.

Des centaines de juifs ultra-orthodoxes d'Israël  ont également participé. La synagogue attaquée mardi était ultra-orthodoxe. Bien que les juifs ultra-orthodoxe ont tendance à être isolés, ils sont sortis pour montrer leur reconnaissance pour l'héroïsme de Zidan Sayif lui et ses collègues ont empêché ce qui aurait pu être un massacre beaucoup plus grand .

Lors des funérailles, l'ultra-orthodoxe Eli Yishai membre de la Knesset a dit :

 

Nous  pleurerons tous aux côtés de la famille. Nous sommes ici pour notre dernier hommage à un grand héros qui a donné sa vie.... Votre mémoire est gravée pour toujours dans nos coeurs.

 

Risha Segal, un résident de Jérusalem ultra-orthodoxe avait affiché plus tôt en ligne :

 

Nous appelons à la solidarité généralisée dans tout Israël, en mettant l'accent sur la reconnaissance. Nous ne sera pas ingrats et montrera notre Merci pour ceux qui ont sacrifié leur vie pour nous. C'est un des principes plus importants dans le judaïsme.

 

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu a appelé le père de Sayif mercredi et lui a dit :

 

La bravoure de votre fils a empêché de nombreuses victimes. Au nom des citoyens d'Israël, je tiens à offrir mes condoléances pour sa mort tout en remplissant son devoir. C'est précisément à ce moment que vous devez soulever votre tête haute avec fierté et savent que la mort de votre fils n'était pas en vain. Grâce à lui beaucoup de citoyens peuvent désormais continuer leur vie.

 

Et Sheikh Moafaq Tarif, chef spirituel de la communauté Druze israélienne, a déclaré lors des funérailles :

 

L'ensemble de la communauté Druze s'incline devant les familles des victimes du terrible massacre à Jérusalem, et nous espérons que seront plus sûrs, et plus calmes les jours à venir. Nous devons prendre notre Pacte de sang et le transformer en un Pacte de vie. Nous sommes un peuple pacifique, notre fils a servi cet État et sa population entière, et nous continuerons à le faire.

 

Les Arabes palestiniens de la Cisjordanie et de Gaza, aussi, pourraient vivre en paix avec les Juifs d'Israël et d'autres peuples épris de paix au Moyen Orient. Ils pourraient arranger leurs divergences avec Israël sans voitures-bélier, tir, piratage et sans poignarder des hommes, des femmes et des enfants. Cette compréhension, semble cependant, au-delà de l'entendement du New York Times.

Repost 0
mordeh'ai