Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 17:11

Par Yoram Ettinger

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=12101

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

La Coopération entre les Etats-Unis et Israël dans les domaines de la défense, de la science et du commerce est en pleine progression d'une manière sans précédent, au mépris de l'écart infranchissable entre les visions du monde du Président américain Barack Obama et du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

 

Par exemple, 250 grandes entreprises de haute technologie américaines ont des centres de recherche et de développement en Israël, qui est devenu une source majeure d'une technologie de pointe innovante. Cela sert à améliorer la compétitivité américaine, accroître les exportations américaines et développer l'emploi américain. En 2014, une start-up israélienne a déclenché un record de $ 3,4 milliards, pour la plupart des investisseurs américains. Israël opère des centaines de militaires américains et des systèmes de sécurité de patrie, fournissant aux industries de défense critique des États-Unis leur savoir-faire en exploitation, maintenance et réparations, ce qui améliore considérablement la qualité de ces systèmes et leur compétitivité. À son tour, cela améliore la recherche et le développement, les exportations et l'emploi des Etats-Unis.

 

La Coopération américano-israélienne dans les domaines des technologies cybernétiques, nano et espace est nettement à la hausse. Israël fournit aux États-Unis avec l'intelligence dépassant tous les renseignements fournis par tous les pays de l'OTAN réunis. La formulation de la tactique de combat américains, en général -- et la guerre urbaine en particulier-- repose en grande partie sur l'expérience des batailles d'Israël. Des exercices conjoints de la force aérienne américano-israélienne sont menés régulièrement. Des unités de l'US Army qui se rendent en Afghanistan sont formées par des experts israéliens au combat en zone urbaine, voitures piégées, kamikazes et engins explosifs improvisés.

 

Contrairement au type de relation du 'sens-unique' d'il y a 40 ans (les Etats-Unis ont donné et reçu d'Israël), les actuelles relations américano-israéliennes ont été transformé en une coopération mutuellement avantageuse à 'double-sens', en pleine expansion--surtout au moment des coupes sombres dans le budget américain de la défense et du retrait américain d'Irak, de l'Afghanistan et du Yémen. Cet échange à double sens n'est pas touché par les mauvaises relations entre Obama et Netanyahu.

 

Alors qu'Obama critique durement l'approche de Netanyahou de la question palestinienne, la sécurité nationale américaine et les intérêts commerciaux, ainsi que les relations américano-israéliennes et le legs d'Obama, tous transcendent, et de loin, la question palestinienne.

 

En outre, l'hypothèse d'Obama qu'une question palestinienne non résolue est une cause de base de la turbulence du Moyen-Orient donne sur les quatre dernières années du tsunami arabe, qui ont exposé le rôle marginal de la question palestinienne dans la mise en forme du Moyen Orient. Ainsi, les explosions tectoniques en Tunisie, en Libye, en Égypte, au Yémen, au Bahreïn, en Syrie et en Irak--ainsi que la menace iranienne létale pour tous les pays arabes pro-américains de la région -- sont indépendantes de la question palestinienne. En outre, les pays arabes arrosent les Palestiniens de discours, mais pas avec des ressources tangibles. Ils ne considèrent pas les Palestiniens comme le joyau de leur Couronne, mais plutôt une source de corruption supplémentaire, de subversion et de terrorisme.

 

Alors qu'Obama et Netanyahu sont sur une trajectoire de téléscopage, le Congrès américain--le plus auauthentique représentant de la constituante américaine et un égal, co-déterminant de la branche du gouvernement dans tous les domaines -- a été un partisan systématique du renforcement de la coopération américano-israélienne. C'est le Congrès qui a arrêté l'implication militaire américaine au Vietnam, en Angola et au Nicaragua (au mépris des présidents Richard Nixon et Ronald Reagan); déclenché l'effondrement du régime blanc en Afrique du Sud (de la substitution de veto de Reagan); forcé Moscou à autoriser la libre émigration; coupé les ailes de la communauté américaine du renseignement (défiant le président Gerald Ford); s'est abstenu de ratifier le traité d'interdiction des essais 1999 complète (signé par le Président Bill Clinton); a élargi considérablement la coopération stratégique avec Israël (au mépris de président George H. W. Bush et du Secrétaire d'Etat James Baker); forcé Obama d'opposer son veto à la résolution 2011 de l'anti-règlement du Conseil de sécurité des Nations Unies et de signer le 1er août 2014 $ 225 millions de crédit pour l'achat de batteries d'Iron Dome additionnelles ; etc.. Le système politique américain fournit des congrès avec le muscle politique de lancer et de modifier, de suspendre, de faire reculer et abandonner la politique présidentielle nationale, la politique étrangère et des initiatives de sécurité nationale.

 

Contrairement aux Etats-Unis des liens avec la plupart des autres pays, la relation spéciale avec l'Etat juif reflète les sentiments de la plupart des constituants US, indépendamment des politiques présidentielles. Elles reposent sur des valeurs judéo-chrétiennes datant du XVIIe siècle des pèlerins du Mayflower et l'Arabella, ayant quitté "l'Egypte, moderne", ont traversé la « mer rouge des temps modernes » et ont atterri au « modern jour en terre promise.» Aujourd'hui, il y a les statues de Moïse à la Chambre américaine des Représentants (en face de l'enceinte) et la Cour suprême des États-Unis (au-dessus du banc des juges), et on trouvera des dix commandements monument sur les Capitols de l'État du Texas et de l'Oklahoma.

 

Pour Netanyahu adopter des politiques de Obama sur l'Iran et la question palestinienne exigerait de ne pas tenir compte de la feuille de route de Obama au Moyen-Orient: Ce serait ignorer les antécédents d'Obama: il s'est félicité du tsunami arabe comme un printemps arabe de transition vers la démocratie; poignardé dans le dos le pro-américain, l'ancien président égyptien Hosni Mubarak et maintenant battant froid le Président actuel, Abdel-Fattah el-Sissi, tout en embrassant la plus grande organisation du terrorisme islamique et anti-américaine des Frères musulmans. Obama nie l'existence du terrorisme islamique ( ce ne serait d'après lui que de la «violence au travail » et de « l'extrémisme »); Obama affirme que « l'Islam a toujours été une partie de l'histoire américaine » (discours du Caire de 2009); Obama affirme que la cause du terrorisme est dûe à de la privation socio-économique; Il a laissé formé les Houthi anti-américains, par l' Iran favorable aux tribus du Yémen; Il appuie la domination progressive de l'Iran sur l'Irak , au Liban, en Syrie, au Yémen (qui contrôle le critique détroit de Bab-el-Mandeb), en supposant que « l'ennemi de mon ennemi est mon ami, » alors qu'en fait l'Iran est « mon ennemi »; Obama est préoccupé par les détails d'un accord avec l'Iran plutôt qu'avec les détails des voyous de l'Iran, terroriste, non conforme, apocalyptique, expansionniste, avec des antécédents anti-américains; Obama vise à contenir plutôt que d'empêcher un Iran nucléaire; Il a transformé la Libye dans l'un des plus grands incubateurs du terrorisme; il subordonne l'action unilatérale américaine au multilatéralisme; Il a perdu la confiance de l'Arabie saoudite et les autres États arabes pro-américains, érodant la force de dissuasion américaine à un creux sans précédent.

 

Pour Netanyahu embrasser les politiques de Obama sur l'Iran et la question palestinienne lui épargnerait la colère de la Maison Blanche, mais l'éloignerait de la réalité du Moyen-Orient, tout en condamnant l'Etat juif à sa destruction.

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com.

Repost 0
mordeh'ai
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 15:28

Par James Lewis

http://www.americanthinker.com/articles/2015/03/why_is_obama_so_obsessed_with_israel.html

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Barack Obama est un homme avec des croyances étonnamment arrêtées, qui semblent en orbite autour de la maison blanche à une certaine distance lointaine dans l'espace. Après Ferguson, les sentiments de rage de Obama contre les blancs et les flics sont difficiles à nier. L'Islamophilie de Obama et même son jihadophilie sont là pour tout voir, ainsi que la brutalité de cette administration digne du style de l’ère Chicago..

Mais ces jours-ci la plus grande obsession de Obama semble être Israël, qui agit comme toute autre nation souveraine qui ferait face à des ennemis mortels.

Ce simple fait semble faire enrager le Président des États-Unis d'Amérique.

La conviction délirante de la Gauche, que c'est le conflit israélo-palestinien qui est la clef de la paix au Moyen-Orient -- une conviction tellement bizarre et d'un autre monde qu'il est difficile d'imaginer qui l'a inventé. On dirait l'idée marxiste qui dit que l'amour et l'harmonie régneraient sur terre seulement que si vous avez anéanti jusqu'au dernier capitaliste. Chaque faction de Gauche a ces rêves « éradiquer les méchants ». Certaines féministes du LGBT fantasment honnêtement sur un monde à 100 % sans hommes.

Mais si Israël devait disparaître demain, toutes les autres guerres au Moyen-Orient continueraient leur effervescence.

Donc les Sh'ites en Irak tueraient encore des sunnites et vice-versa. La guerre civile ne s'arrêterait pas en Syrie, ni la guerre civile libyenne. Les djihadistes musulmans commettraient encore des atrocités contre les chrétiens, les Yazidis, et bien sûr, contre les Juifs qui ne sont pas encore partis. Les Turcs détesteraient toujours les Kurdes, le culte du duodécimal de l'Armageddon détesterait toujours moins les croyants de l'extrême et Boko Haram au Nigeria ferait encore enlèvements et abuserait de centaines de femmes du village africain et d'enfants à vendre sur les marchés d'esclaves. Le Soudan essayerait toujours d'anéantir les peuples des tribus africaines, et ISIS serait toujours déchaîné et mettrait en ligne des films sur internet.

La Paix sur la terre, bonne volonté des hommes?

Pas exactement.

Mais cela semble être l'idée d'Obama. Il suffit que l'on résolve 'un seul petit problème et shazzam! Le paradis sur terre.

Un autre prix Nobel pour Obama et sur sa nouvelle carrière comme Secrétaire général de l'ONU, alias le Président de la planète.

Si vous viviez dans un monde d'incorrigibles fausses croyances, rien ne marcherait jamais. Qu'importe le nombre d'ennemis que vous embarrasserez avec l'IRS, peu importe combien de Républicains vous salirez par le lynchage du gang des médias, peu importe comment vous ragez contre les cruautés du capitalisme et au réchauffement de la planète, rien n'irait mieux, parce que tous vos principes sont faux.

De fausses bases mènent à des conclusions fausses à chaque fois.

Obama a exigé qu'Israël doit se retirer sur des lignes de cessez-le-feu de la guerre d'indépendance de 1948, pour mériter une paix permanente avec les Arabes « Palestiniens » dont les arrière-grands-parents ont fui cette guerre.

Quand les gens sensés jettent un oeil sur la carte obtenue, ils ne peuvent pas croire que Obama veuille laisser un si petit morceau de territoire à Israël.

Compte tenu du fait qu'Israël a été agressé par plusieurs armées arabes quatre fois puisqu'il déclara son indépendance il y a soixante ans, et qu'il est actuellement en raison de menaces génocidaires quotidiennes par l'armement nucléaire desdes iraniens, l'idée de Obama semble franchement folle. Mais il est évident qu'Obama et son entourage sont persuadés qu'avoir un territoire défendable ne signifie rien. Toute l'histoire humaine est en contradiction avec cette idée.

La nouvelle proposition d'Obama est que les Iraniens accepteront d'attendre dix ans avant de se précipiter pour construire leurs armes nucléaires ce qui signifie simplement qu'Israël aura une dizaine d'années à attendre une attaque génocidaire. Des nations souveraines n'acceptent pas de devenir vulnérables et suicidaires, même après dix ans.

Et si Obama croit qu'Israël est en fait protégé par ses propres armes nucléaires qu'il ne comprend rien au sujet des armes nucléaires, qui sont uniquement des armes de dernier recours -- au moins pour les nations rationnelles. C'est pourquoi les Etats-Unis et l'Union soviétique n'en sont jamais venus à utiliser leurs armes nucléaires sur une période de quarante ans. Un échange nucléaire réel est un Pacte de suicide, et il n'y a seulement que ceux qui vénèrent les cultes du martyre tels que l'Iran et le Hamas en fait célébreraient ces tueries-suicidaires.

Ceci doit être évident pour toute personne sensée. Les dernières décennies de propagande massive et pression par l'euro-socialisme, les fascistes musulmans et les gens comme Obama qui ont donc juste une autre illusion du culte-Gauchiste. La Gauche vit dans un avenir farfelu qui ne vient jamais, et c'est tout simplement un autre exemple de ce trouble mental. Il n'y a pas si longtemps, elle défilait pour le désarmement nucléaire américain et contre la défense antimissiles américaine. Quand il s'agit de la réalité militaire, elle n'est vraiment pas saine d'esprit.

Au moins un Républicain, James Baker III, semble partager l'obsession anti-israélienne, comme indiqué dans son discours au groupe renégat J Street. Baker était là pour signaler à la Gauche anti-Israël que Jeb Bush est de leur côté. Baker est un gars du pétrole du Texas, et sa rancœur anti-israélienne remonte probablement à l'époque, il y a une quarantaine d'annéesquand chaque régime pétrolier arabe avait 'une dent contre' Israël.

Mais ce n'est simplement plus vrai. C'est une autre fausse croyance.

L'Égypte et Israël coopèrent étroitement dans la guerre du Président Sisi contre les frères musulmans et autres terroristes dans le désert du Sinaï. Israël vient de signer un accord de 4 milliards de dollars pour fournir du gaz naturel à l'Egypte. Les quarante ans de paix israélo-égyptienne se maintient. La Jordanie a une paix de fait avec Israël. C'est l'occupation du Liban par l'armée des sous-traitants de l'Iran le Hezbollah qui maintient cette frontière instable. Même la Syrie d'Assad avait une paix de facto avec Israël avant la guerre civile sanglante.

En ce moment les sunnites ont peur de l'agression de l'Iran, qui menace leur survie, ou dans le cas de l'Egypte, ils essaient de détruire les Frères musulmans avant que ses membres ne détruisent le régime en place.

Les Saoudiens ont eu des contacts avec Israël ces années et et se consultent étroitement sur la menace iranienne. La raison est évidente: Si l'Iran va devenir nucléaire (avec l'aide active de Obama) il y a seulement un contrepoids nucléaire dans la région, qui est Israël. Maintenant que l'Amérique a "perdu son esprit", et nous ne pouvons pas lui faire confiance pour protéger les pays arabes contre l'Iran, ils cherchent des alliés, n'importe lesquels qu'ils peuvent trouver. C'est ce qui arrive quand vous déstabilisez le Moyen-Orient musulman. Les gens ont peur et deviennent plus fragiles.

Les Iraniens ont eu les yeux gourmands sur les villes saintes de la Mecque et Médine depuis 1979, lorsque l'Ayatollah Khomeini a tenté de renverser la maison des Saoud durant le hajj (le pèlerinage à la Mecque). Mais les Shi'ites de l'Iran se considèrent comme les véritables héritiers de Mohammed, alors que les Saoudiens sont les traîtres qui possèdent à tort la Mecque et Médine. Cette guerre religieuse dure depuis 1200 ans environ, et il ne va pas être une autre solution miracle.

Il y a une autre erreur incroyable dans les rêves anti-Israëliens de la Gauche. Le Hamas et l'OLP ont verrouillé leurs objectifs génocidaires contre Israël dans leurs actes fondateurs. Ils n'ont jamais montré aucune volonté de changer l'objectif déclaré qui est le génocide. De plus, leurs dirigeants constamment en rage contre Israël en outrançant leurs propres politiques concurrentes. Et enfin, tout leur argent vient de la campagne de haine concertée par l'ONU, et ils seraient fauchés sans cette haine.

Mais attendez ! Il y a encore pire.

Si l'OLP n'a jamais publiquement reconnu le droit d'Israël d'exister, deux choses prévisibles se passeraient :

Tout d'abord, les factions plus extrêmes comme le Hamas et Djihad islamique fomenteraient de violentes révoltes contre l'OLP. Ils l'ont déjà fait avant.

Deuxièmement, la direction de l'OLP serait assassinée.

Anwar Sadat a fait la paix avec Israël il y a quarante ans et fut assassiné par les Frères musulmans qu'Obama aime tellement.

Les politiciens de carrière à l'OLP n'oublient pas que. Ils ont survécu, et au péril de leur vie et ce n'est pas dans leur playbook.

Vous pourriez penser que quelqu'un aurait expliqué les faits de la vie à M. Obama ces six dernières années. Mais Obama a du mal à l'écoute d'autrui, surtout s'ils ont des idées différentes aux siennes.

Ce qui rend impossible pour lui d'apprendre quoi que ce soit.

Résultat final : Obama est furieux parce qu'il est coincé dans ses fausses croyances à propos d'Israël et de ses alliés. En psychiatrie, cela s'appelle une obsession mentale. Les Obsessions n'ont pas des solutions dans le monde réel, elles ont juste à continuer à circuler, maintes et maintes fois.

Mais vous pouvez prédire qui obtiendra la condamnation...

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com.

Repost 0
mordeh'ai
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 23:05

Par Jacques-Kupfer

https://www.facebook.com/pages/Jacques-Kupfer-Officiel/1451298125132673?fref=ts

Dans quelques jours, le peuple juif fêtera la sortie d’Egypte, la fin de l’esclavage, la conquête de la liberté et le long chemin parcouru pour trouver la Terre promise pour les enfants héritiers de nos Patriarches Abraham et Isaac et Jacob. Une longue route parcourue non seulement face aux ennemis embusqués sur le chemin mais surtout difficile en raison des sceptiques, des défaitistes et des renégats.

Ils étaient déjà là ceux qui avaient rejoint Moise non par soif de liberté mais simplement poussés par les circonstances, non par idéologie juive mais par manque de choix, non pas les enfants d’Israël mais le « Erev rav » ce ramassis d’individus sans foi et poussés par les événements ou repoussés par les égyptiens. Ils étaient déjà là ceux qui refusaient de sauter devant la Mer qui s’ouvrait devant eux. Certains pleuraient l’exil et voulaient se rendre au Pharaon et lui demander sa clémence, certains priaient et ne prenaient pas part à la décision de ceux qui sautaient dans la mer et se préparaient au combat. Ils étaient déjà présents ceux qui oubliaient les miracles et en appelaient au pragmatisme politique, diffusaient les fausses nouvelles et calomniaient les dirigeants. Déjà là ceux qui prétendaient que le vrai problème à résoudre ne consistait pas dans l’édification de la Nation et sa défense mais était alimentaire. Le gout de la manne n’était pas assez succulent, et celle qui devait tomber le lendemain pas assez assurée. Déjà là, les impatients qui oublièrent Moise et ne croyaient pas à son retour avec les tables de la loi et s’empressèrent « maintenant » de construire un veau d’or et servir des idoles et des idéologies étrangères. Et pendant que les enfants d’Israël chantaient, eux se lamentaient. Ils ont retardé notre entrée en Terre Promise car ils voyaient les ennemis plus grands qu’ils ne l’étaient vraiment et il fallut attendre l’extinction de cette génération du désert.
Ils étaient déjà là et ils s’appelaient « la Gauche ».
Ils n’avaient pas voulu sortir d’Egypte, ils furent forcés d’avancer. Ils ne voulaient pas de cette loi divine qui risquait de leur attirer les foudres de tous les idolâtres, des « puissants » de ce monde mais ils n’eurent pas le choix. Ils n’avaient pas la foi en les miracles de Moise et Josué mais durent néanmoins combattre. La Gauche défaitiste, pessimiste et vaincue avant même que la bataille soit commencée. Cette gauche qui refusait l’appel de Jabotinsky de quitter l’exil et de prévenir la Shoa que notre Maître visionnaire décrivait. Cette gauche qui s’appelle « la Paix maintenant », Betselem, J street ou qui se donne parfois le nom de « Camp sioniste » pour se camoufler et entraver notre avance.
Même victorieux, leurs généraux s’excusent et se posent des questions sur le bienfondé de leurs combats gagnés. Ils sont dans le doute permanent et arrivent même à contaminer la Droite !
Et pourtant le peuple juif avance malgré cet handicap ! Il avance sur tous les fronts, franchit la Mer Rouge, reste fidèle à la loi reçue au Sinaï et jure fidélité à Jérusalem. Il libère les terres à l’ouest du Jourdain, remporte des victoires militaires, devient un centre mondial de technologie et de start-up, tient tête aux puissants de ce monde.
Au dernier moment notre peuple trouve la volonté et l’énergie nécessaire pour déjouer les sondages et maitriser son destin.
Effectivement ce dernier scrutin en est la meilleure illustration. Un premier ministre totalement impopulaire, des dollars et des euros comme s’il en pleuvaient par l’intermédiaire d’ONG financées par les puissances étrangères, une presse hostile de journalistes qui ne représentent que quelques pourcents de la population mais cent pourcent de cette profession, des spécialistes en communication dépêchés par l’islamiste de la Maison Blanche, des menaces non voilées pour qui ne voterait pas selon les desiderata de Washington et pourtant…la victoire de Netanyahou et du camp national.
Un journal au nom inapproprié (Haaretz) titrait ;« Il fait changer le peuple » alors qu’en fait c’est ce journaliste qui a déjà changé de peuple.
Les enfants d’Israël, ont voté pour la victoire de la réalisation sioniste. Ils ont voté pour la justice sociale et économique comme nous l’ont enseigné nos Prophètes, pour la souveraineté juive sur toute la Terre d’Israël, pour la fierté nationale et la victoire du drapeau bleu blanc. Ils ont voté et démontré que les campagnes d’intoxication médiatique de nos« élites journalistiques » et que les imprécations de la Maison Blanche n’avaient pas de prise sur eux.
Un peuple merveilleux dont nous devons être fiers !
Il ne reste plus qu’à tirer les leçons de notre Histoire et de la Hagada de Pesah ‘.
Ceux qui sont restés dans l’exil ont disparu.
Frères Juifs de France et d’Europe, frères Juifs encore en Exil, entamez la route du Retour, rejoignez la Terre Promise, venez participer à l’écriture de l’épopée sioniste et assurer la pérennité juive de vos enfants.
Formulons des vœux pour que le nouveau gouvernement israélien soit fidèle à la volonté du peuple, résiste à toutes les pressions et ne nous déçoive pas. Puisse Netanyahou continuer dans sa position de Premier Ministre à tenir les mêmes propos que ceux qu’il avait tenu comme candidat ! Puisse-t-il être conforme à l’idéal jabotinskyen et se présenter devant les nations « comme un Lion devant des lions ».
A notre peuple revenu sur sa Terre, à nos soldats sur terre, mer et air, à nos pionniers en Judée et en Samarie, à nos frères exilés sur le chemin du Retour, à nos amis dans le monde qui soutiennent le juste combat d’Israël, à vos familles :
« Hag Herout sameakh, joyeuses fêtes de Liberté ».

Repost 0
mordeh'ai
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 17:54

Par Jack Moore 

http://www.newsweek.com/palestinian-factions-committed-war-crimes-gaza-conflict-says-amnesty-316732

Adapté par Mordeh'aÏ pour malaassot.com

 

Les Militants palestiniens ont commis des meurtres directs et aveugles de civils dans le conflit de Gaza l'été dernier dans des actes qui "constituent des crimes de guerre", selon un nouveau rapport du groupe Amnesty International publié aujourd'hui.

 

Le rapport, intitulé «illégales et meurtrières: attaques de Rockets et de mortiers par des groupes armés palestiniens de Gaza au cours de la 2014 / Israël conflit ", affirme que les groupes armés dans l'enclave, tels que le Hamas et le Jihad Islamique font-fi de la vie de civils en Israël et dans la bande de Gaza lors de leurs tirs de roquettes et de mortiers.

 

«Les groupes armés palestiniens, dont la branche armée du Hamas, ont lancé à plusieurs reprises des attaques illégales pendant le conflit tuant six et en blessant des civils», a déclaré Philip Luther, directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d'Amnesty International. "En lançant ces attaques, ils ont fait preuve d'un mépris flagrant du droit international humanitaire et pour les conséquences de leurs violations contre les civils en Israël et dans la bande de Gaza."

 

"L'impact dévastateur des attaques israéliennes contre des civils palestiniens pendant le conflit est indéniable, mais les violations commises par un côté dans un conflit ne peut jamais justifier les violations par leurs adversaires," a-t-il ajouté.

 

Le rapport allègue que six civils en Israël, dont un garçon de quatre ans, ont été tué par les attaques des militants tandis que 13 civils, dont 11 enfants, ont été tués dans le camp de réfugiés d'al-Shati de Gaza le 28 Juillet quand un projectile, censé avoir été tiré par des militants palestiniens, a explosé à côté d'un supermarché.

 

Certains Palestiniens ont affirmé que l'armée israélienne était responsable de l'explosion de Shati, mais les rapports d'Amnesty International affirme qu'un expert indépendant a conclu que les munitions qui étaient en cause était bien une roquette palestinienne après avoir examiné les éléments de preuve disponibles.

 

Dans une attaque particulière effectuée le 22 Août, par l'aile armée du Hamas les Brigades al-Qassam en a revendiqué la responsabilité, les militants ont tiré au mortier sur le kibboutz Nahal Oz en Israël, frappant la voiture de la famille Tregerman, tuant leur  fils de quatre ans, Daniel.

 

"Mon mari et son fils étaient dans le salon et je leur criais de venir se mettre à l'abri. Un des Shrapnel [du mortier] est entré dans la tête de Daniel, le tuant immédiatement ", sa mère, Gila, a déclaré à Amnesty.

 

Le système de défense Dôme de Fer israélienne a intercepté un grand nombre de roquettes tirées depuis la bande de Gaza, mais, sur plus de 4 800 roquettes et 1700 obus de mortiers, 224 ont frappé des zones résidentielles israéliennes.

 

Du côté palestinien, au moins 16 245 maisons ont été détruites ou rendues inhabitables par les Forces de défense israéliennes (FDI) dans les attaques de l'opération intitulée «bordure de sécurité", que l'armée revendiquée et effectué dans le but d'anihiler tout un réseau de tunnels utilisés pour de la contrebande et faire des attaques contre des cibles israéliennes.

 

Luther a ajouté que la communauté internationale devrait "empêcher de nouvelles violations" par «les transferts aux groupes armés palestiniens et en Israël de toutes les armes et les équipements militaires qui pourraient être utilisés pour commettre des entorses se terminant par de graves violation du droit international "

.

Amnesty a également publié des rapports sur Israël "l'indifférence totale" dans les attaques sur les maisons de familles Palestiniennes dans la bande de Gaza et de la destruction par l'armée de bâtiments à grande hauteur dans le territoire l'an dernier. " C'est l'un d'une série de rapports que nous publions sur le dernier conflit dans le cadre de nos efforts pour obtenir les informations sur les violations et les crimes commis par les deux parties et faire pression pour la reddition de comptes," Deborah Hyams, chercheur d'Amnesty International sur Israël et la Palestine, l'a déclaré dans le nouveau rapport.

 

Dans le conflit de 50 jours de l'été dernier, plus de 2100 Palestiniens, au moins 1 585 civils dont 530 étaient des enfants-ont été tué, selon les Nations Unies et les comptes palestiniens, et 72 Israéliens, selon les comptes israéliens.

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com.

Repost 0
mordeh'ai
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 16:54

" Le leader du monde libre a toujours autant de difficulté à accepter que le peuple israélien a choisi son Premier ministre, contrairement à ses préférences," dit un éditorial du Wall Street Journal sur l'attitude d'Obama envers l'Israël de Netanyahou.

 

Par Yoni Hersch

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=24423

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com


Le Wall Street Journal a attaqué la politique étrangère du président américain Barack Obama concernant le Moyen-Orient dans un éditorial publié mardi; intitulé "Israël - Crise de colère d'Obama"

 

"Vous devrez pardonner le président Obama," pour sa franchise. "Le leader du monde libre a toujours de la difficulté à accepter que le peuple israélien qui s'est rendu aux urnes afin de choisir son propre Premier ministre, sans porter attention à ses préférences(d'Obama)."

 

L'article mentionne ensuite le discours prononcé par chef d'état-major Denis McDonough de la Maison Blanche à la conférence annuelle de J Street, dans laquelle il a déclaré que «une occupation qui dure depuis près de 50 ans doit prendre fin."

 

L'éditorial a souligné le fait que les commentaires publiques faits par le chef de cabinet doivent presque certainement être approuvés par le président lui-même, ajoutant qu'il est "d'autant plus affligeant que M. McDonough parle d'Israël avec des mots qui sont généralement associés aux groupes terroristes palestiniens. "

 

Le Journal a poursuivi en disant que Barack Obama avait espéré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne serait pas réélu et a ajouté que «le président avait fait ce qu'il pouvait pour aider cette défaite», mais que, après la victoire de Netanyahou, Obama « n'a pas adouci le discours et n'a pas cherché à rétablir les relations » comme on pouvait s'y attendre.

 

"Au lieu de cela," le vaudeville continu, " il semblerait que le président et son équipe cherchent à se venger."

 

Dans un effort pour trouver la raison derrière le comportement inattendu d'Obama, l'éditorial a suggéré que: " Peut-être que était-ce un signe que les négociations nucléaires avec l'Iran ne vont pas aussi bien que le président l'avait prévu ... Mais ces dernières crises de colère anti-Israël de la Maison Blanche pourraient bien signifier autre chose à savoir que le président Obama croit ce que lui et son équipe disent: " que les Israéliens sont d'injustes occupants, un obstacle à la paix dans la région."
reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com.

Repost 0
mordeh'ai
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 15:29

Le Pentagone vient de révéler une quantité étonnante d'informations sur certains secrets d'Israël, les plus jalousement gardés , y compris les détails de son programme nucléaire.

Par  Hana Levi Julian

​http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/us-declassifies-report-exposes-details-on-israels-nuclear-program/2015/03/25/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Dimona nuclear reactor, photographed in 1968 by the American KH-4 CORONA reconnaissance satellite.

Réacteur nucléaire de Dimona, photographié en 1968 par le satellite de reconnaissance américain KH-4 CORONA.(Crédit photo : KH-4 CORONA / GlobalSecurity.org (domaine public)

 

Les États-Unis viennent de révéler une quantité étonnante d'information sur certains secrets d'Israël que ce dernier gardait le plus jalousement: informations sur sa coopération militaire avec l'Amérique et la valeur de 20 ans de détails sur le développement de technologie nucléaire d'Israël, jusqu'aux années 1980.

 

Le rapport de 386 pages, composé en 1987 par l'Institut fédéral pour l'analyse de la défense, (une ONG qui opère sous administration du le Pentagone), est intitulé « Évaluation technologique critique en Israël et les pays de l'OTAN. »

 

Il a été déclassifié par le Pentagone au début de février – mais bizarrement, le rapport a été expurgé afin de black out ou de retenir tout ce que l'Institut a écrit sur les alliés de l'OTAN de l'Amérique – mais uniquement pour révéler tout ce que les experts Americains ont rassemblé sur Israël.

 

Les nouvelles de la trahison commencent à peine à filtrer dans les médias israéliens et en fait n'ont pas défrayé du tout les marchés des nouvelles aux États-Unis, où les réseaux semblent en grande partie inconscients du tsunami qui peut suivre lorsque les nouvelles coulent à la maison.

 

Étant donné le calendrier de la déclassification et la rédaction sélective du rapport, il faut s'interroger sur les choix qui ont été faits par le haut commandement. Mais une demande de publier le rapport a été déposée en vertu de la Loi - liberté de l'Information - il y a trois ans par le journaliste américain Grant Smith.

 

Une des parties la plus révélatrice du rapport stipule que les Israéliens ont "développé un genre de codes* qui leur permettront de faire des bombes à hydrogène .(* codes c'est-à-dire des processus de fission et de fusion de détail à un niveau microscopique et macroscopique.) »

 

Le rapport a également comparé les laboratoires d'Israël à ceux de Los Alamos, Lawrence Livermore et Oak Ridge des Laboratoires Nationaux .Les Installations israéliennes, que le rapport, a révélé « font un parallèle presque exact de la capacité existante actuellement dans nos laboratoires nationaux ».

 

Enfin, dans certains domaines, les scientifiques israéliens étaient apparemment en avance sur les américains; le rapport note avec admiration que les physiciens israéliens de chez "Rafael" (laboratoire de recherche et de développement en Israël) avaient trouvé « habilement et intelligement » des solutions aux problèmes difficiles. Néanmoins, le rapport a maintenu que les scientifiques israéliens n'avaient pas encore pas atteint le niveau de « partenaires », dans la mesure où ils avaient obtenu des technologies nucléaires « basées sur des extrapolations de nos équipements et idées » produites aux États-Unis.

 

Toutefois, il a été constaté après une enquête plus approfondie sur le site que l'Etat juif avait créé « un effort entièrement intégré dans le développement de systèmes dans l'ensemble de la nation ». Toutes les formes de combat électronique exploité au sein d'un « système intégré, pas séparés des systèmes pour l'armée, de la marine et de l'armée de l'Air. » La technologie dans certains cas « est plus avancée qu'aux Etats-Unis, » a déclaré l'expert.

 

* Une bombe à hydrogène est beaucoup plus puissante que la bombe atomique qui a anéanti Hiroshima dans les années 1940.

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

Repost 0
mordeh'ai
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 06:01

Par Michael Freund

http://www.michaelfreund.org/16331/anti-Zionism-apartheid

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Bien qu' une semaine à peine se soit écoulée depuis la réélection du Premier ministre Benjamin Netanyahu, les ennemis d'Israël se préparent déjà à salir l'Etat juif.

Un nouveau gouvernement de coalition n'a pas encore été formé, mais cela n'a pas empêché les critiques d'invoquer le mot « A » – apartheid – pour diaboliser l'administration du pays démocratiquement élu avant même qu'il prene ses fonctions.

Prenez, par exemple, une colonne dans un grand quotidien sud-africain, sous le titre « isoler les Israéliens et leur l'apartheid, » qui a averti que, " le peuple israélien a parlé, et leur choix est l'occupation et l'apartheid. Le monde doit répondre par l'isolement."

Et puis il y avait un blogueur sur la Colline, un site Web américain de politique qui couvre le Congrès, qui a déclaré inquiétant que « la  réélection de Netanyahu est un appel à la guerre contre les Palestiniens partout...C'est une obligation pour le gouvernement israélien de tuer des Palestiniens. Cela donne une licence à Netanyahu de poursuivre la politique de sept décennies d'un Israël de racisme et d'apartheid envers les gens à qui ils ont volé la terre. »

Évidemment, ce genre de balivernes absurdes a peu de liens avec la réalité. Après tout, le Président de la Commission des élections israéliennes, qui a supervisé le scrutin, était un juge chrétien arabe, Salim Joubran.

Et la liste arabe commune est maintenant le troisième parti à la Knesset, battant Bayit' Yehudi de Naftali Bennett de Droite et le Meretz de Gauche.

En outre, il y avait beaucoup d'Arabes israéliens, qui ont soutenu le Likoud et ses alliés de Droite, comme le village arabe de Galilée -Al Naim, au nord de Haïfa, où 76% des voix sont allées à Netanyahu et son parti.

Je ne sais pas si les résidents du village seraient très surpris d'apprendre que les observateurs à l'étranger considèrent qu'ils ont choisi le «racisme» ou «l'occupation».

Néanmoins, il est clair qu'un coup de pouce important vient d'isoler Israël et il a frappé fort avec diverses sanctions et boycottages, ce qui rend impératif que l'Etat juif et ses partisans à l'étranger se préparent à mener une intense campagne de hasbara, ou de la diplomatie publique.

Bien sûr, il est essentiel de répondre à chaque liaison, pour lutter contre le mensonge et la calomnie qui sont devenus de rigueur dans les médias internationaux. Nous avons la vérité de notre côté, ainsi nous pourrions la déployer aussi bien que possible.

Mais au-delà de la tactique défensive habituelle, il est non moins important, que nous allions à l'offensive pour contrer nos adversaires haineux. Nous devons porter la bataille sur leur terriain et mettre en évidence l'hypocrisie de leur position.

Un bon point de départ serait de souligner que les véritables praticiens de l'apartheid sont ceux qui s'opposent au Sionisme et cherchent à séparer Israël de la communauté internationale et de le traiter différemment que les autres nations.

L'apartheid, un mot Afrikaans qui signifie littéralement "Appart-capot" ou être à part, était un système qui fait preuve de discrimination contre un groupe de personnes en raison de leur identité.

C'est précisément le genre de politiques anti-sionistes qui soutiennent le boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) qu'ils cherchent à imposer contre l'Etat juif. Ils veulent qu'Israël soit confiné au statut de paria, jeté hors de la société respectable et empêché d'avoir des chances égales de se livrer à la culture, au commerce et aux échanges.

Mais le Sionisme, par définition, est le mouvement de libération nationale du peuple juif. Il représente le désir collectif des Juifs depuis deux millénaires d'exercer leur souveraineté dans leur ancienne patrie -- la terre d'Israël.

Pour refuser aux Juifs un tel droit, ou de chercher à les punir pour les faire respecter, c'est donc intrinsèquement discriminatoire et totalement injustifié.

Et la preuve qu'ils sont motivés par la haine pour ce que nous sommes, plutôt que ce que nous faisons, c'est évident du fait qu'ils n'appliquent pas la même norme de comportement à tous les États. Au lieu de cela, ils se concentrent seulement sur Israël pays démocratique tout en ignorant la conduite de nos voisins qui sont beaucoup moins-que-démocratiques.

Il suffit de jeter un coup d'oeil au Moyen-Orient et cela devient évident. En même temps que les critiques d'Israël qui fustigent ses dirigeants dûment élus, il y a au moins cinq gouvernements arabes, dont les armées bombardent actuellement leurs propres territoires.

Au Yémen, le gouvernement du Président et les rebelles ont utilisé des avions pour se bombarder mutuellement à Aden et ailleurs.

En Syrie, les hélicoptères militaires jettent des barils de poudre en guise de bombes sur Damas, Alep et Homs, tuant aveuglément des civils.

En Irak, l'aviation mène des raids contre des cibles à Tikrit dans le but de reprendre la ville aux rebelles appartenant à l'État islamique.

En Libye et au Soudan les gouvernements ont utilisé également la puissance aérienne contre leur propre peuple  ces dernières semaines.

Pourtant, malgré ce déferlement de violence dans la région et le piétinement quotidien des droits de l'homme qu'elle implique, c'est Israël qui est sélectionné pour un traitement spécial par les partisans des Palestiniens.

Ce ne peut pas et ne doit pas rester sans réponse. Quiconque s'oppose au Sonisme, ou qui cherche à traiter l'Etat juif d'une manière discriminatoire, doit être condamné pour ce qu'il est: un bigot,raciste et antisémite.

Les gens ont le droit de critiquer la politique israélienne, d'être en désaccord avec elle et protester contre elle. Mais priver de ses droits Israël ou en le soumettant à des embargos commerciaux ou à des sanctions n'est rien de plus qu'une forme d'apartheid diplomatique et il ne peut pas être laissé tranquille.

Donc au lieu de s'asseoir et regarder comment les autres enduisent notre intégrité nationale, nous allons retourner les tables sur ceux qui le font et préserver notre réputation.

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

Repost 0
mordeh'ai
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 17:07
La Maison-blanche intensifie la guerre contre Netanyahu avec des allégations d'espionnage

Obama est furieux, pas sur le prétendu espionnage d'Israël des pourparlers nucléaires mais de l'utilisation faite pour fournir des informations au Congrès afin de l'influencer

 

Par Tzvi Ben-Gedalyahu

http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/white-house-escalates-war-on-netanyahu-with-allegations-of-spying/2015/03/24/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Obama a tourné le dos à Benyamin Nétanyahou.

L'administration Obama a connu une escalade dans sa guerre politique qui l'oppose à Israël avec nouveaux chefs d'accusation – contestés par Israël – que Jérusalem fait pressionsur le Congrès contre un accord avec l'Iran en utilisant les renseignements recueillis en espionnant les pourparlers secrets.

Israël a formellement nié les allégations, admettant qu'il obtenu des renseignements mais expliquant qu'il n'a pas fait de l'espionnage de l'Iran et qu'il reçoit les renseignements par des fonctionnaires européens.

Le Wall Street Journal a rapporté mardi matin, « l'opération d'espionnage faisait partie d'une campagne plus large par le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de pénétrer les négociations et d'aider à monter un dossier contre les nouveaux termes de l'accord. »

Plus important encore, le journal a ajouté :

les fonctionnaires actuels et anciens ont dit: l'espionnage n'a pas bouleversé la Maison Blanche d'autant que le partage avec Israël d'informations intérieures avec des législateurs américains et d'autres pour mener lla prise en charge d'un accord très important qui a eu l'intention de limiter le programme nucléaire de l'Iran, .

" C'est une chose pour les Etats-Unis et Israël de s'espionner mutuellement. C'est autre chose qu'Israël vole les secrets des États-Unis et les lise aux législateurs américains afin de saper la diplomatie américaine, " a déclaré un haut responsable américain a fait un exposé sur la question.

Les accusations de la Maison Blanche sont basées sur les conclusions auxquelles Israël est arrivé en se basant sur une information acquise qui pourrait seulement provenir que de l'espionnage de pourparlers confidentiels de responsables américains.

Un haut fonctionnaire du Bureau du premier ministre Binyamin Netanyahu a déclaré au Journal :

Ces allégations sont totalement fausses. L'état d'Israël n'effectue pas d'espionnage contre les Etats-Unis ou d'autres alliés d'Israël. Les fausses allégations visent clairement à saper les liens étroits entre les Etats-Unis et Israël et la sécurité et la relation d'intelligence que nous partageons.

Personne ne croit que les Etats-Unis et Israël ne s'espionnent pas mutuellement, mais Israël fait moins l'ambitieux depuis que Jonathan Pollard a été capturé il y a près de 30 ans, exposant des informations secrètes du Pentagone à Israël.

Mais personne, sauf peut-être Obama, croit qu'Israël n'est pas capable d'espionnage contre l'Iran.

Un officiel Israëlien a dit:« L'administration a-t-elle vraiment cru que nous ne découvririons pas? les pourparlers à huis clos des responsables américains provenant d'autres sources,» .

Les responsables israéliens ont informé les hauts membres du Congrès des détails sur le projet de l'opération, y compris le compromis qui permettrait à l'Iran d'exploiter environ 6 500 centrifugeuses pour l'enrichissement de l'uranium.

Obama a deux problèmes concernant ses politiques avec Israël et l'Iran – Netanyahu et le Congrès. Les deux sont sûrs que tout accord avec l'Iran sur son programme de développement nucléaire sera une mauvaise affaire.

Le président Obama boude toujours au sujet de l'allocution de Netanyahou au Congrès il y a deux semaines, dans laquelle il a mis en garde contre un deal. Netanyahu a le soutien d'une majorité du Congrès et peut-être même assez pour outrepasser un veto présidentiel d'une loi qui l'obligerait à soumettre l'accord à l'Assemblée législative pour la révision.

Obama et Netanyahu sont devenus paranoïaques mutuellement. Le Premier ministre ne fait pas confiance au Président pour éviter à l'Iran d'avoir la capacité d'obtenir une arme nucléaire qui pourrait viser Israël et réaliser le rêve déclaré de la République islamique "effacer" Israël de la carte.

Obama et Netanyahu ont totalement perdu confiance l'un en l'autre au cours « two-state solution » adulée par la Maison Blanche et « une paix négociée » que ce président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas a abandonné il y a fort longtemps, mais qu'Obama veut faire de Netanyahu le bouc émissaire.

Pas par coïncidence, le Congrès est du côté d'Israël, alors que le président Obama et son équipe de politique étrangère ignorent l'incitation constante de l'autorité palestinienne qui a officialisé le terrorisme et de fermer les yeux sur les documents sur lesquels tout Israël est appelé "Palestine" présentés par l'Autorité.

Les experts de la conception vont tout faire pour que la soit-disant guerre froide avec Obama soit la faute de Netanyahu!

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

Repost 0
mordeh'ai
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 15:39

 

C'est une chose pour Obama que d'avoir un problème avec Netanyahu, mais il devrait au moins respecter les électeurs israéliens. Il est vrai, nous sommes un petit pays et nous avons besoin de nous entendre avec notre grand allié. Mais il doit aussi apprendre à s'habituer à vivre avec nous.

 

Par Boaz Bismuth

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=24365

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

|

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a présenté ses excuses à la communauté arabe israélienne, lundi, et il avait raison de le faire.

 

Depuis la victoire du Likoud aux élections il y a une semaine, il semble que nous avons perdu de vue les problèmes les plus importants, tels que les prix de l'immobilier et l'émergence du traité nucléaire avec l'Iran. Au lieu de cela, avec l'encouragement des médias, nous sommes passés aux conflits entre la Gauche et la Droite, entre Arabes et juifs, entre Juifs ashkénazes et Juifs séfarades . Nous avons même assisté à des combats entre des journalistes chevronnés sur ces questions. Alors que devons-nous faire dans une situation comme celle-ci? Tout d'abord, nous avons besoin de nous calmer. Les excuses de Netanyahu sont précisément dans cet esprit.

 

Netanyahu comprend qu'un Premier ministre dispose de privilèges, mais il a beaucoup plus de tâches. Un Premier ministre doit assurer la sécurité, le bien-être et, surtout, le calme. Cela signifie qu'il doit intervenir, en particulier après que ses commentaires de scrutin--que citoyens arabes venaient aux urnes en masse et ont été transportés par autobus pour aller voter par des ONG de Gauche -- ils ont été pris comme pernicieux par les Arabes israéliens. Netanyahu a estimé qu'il faisait un point politique, pas du racisme. Cependant, il est difficile de dire que c'était élégamment formulé.

 

Question politique légitime

 

Ce n'est pas un secret que la liste arabe commune inclut beaucoup de ceux qui ne sont pas --comment peut-on dire cela habilement--Sionistes. On peut supposer que ceux qui votent pour un parti qui comprend la députée Hanin Zoabi qui a tout fait pour que vous ne vous précipitez pas aux urnes pour voter Likoud. Et c'est leur droit.

 

Dans cette réalité sensible, Benyamin Nétanyahou aurait pu choisir de formuler ses observations différemment, si je n'ai aucun doute sur l'intention légitime de politique et pas raciste, derrière ses paroles. Alors que la communauté arabe israélienne s'est dit blessée, Netanyahu a dû intervenir. La guerre civile se trouve en Syrie, en Irak, au Yémen et au Liban, pas ici en Israël. Dans les Démocraties, il n'y a que des mots qui seuls--Dieu merci--blessent. Dans les Démocraties, les dirigeants s'excusent auprès de leurs citoyens.

 

Le bon pied droit

 

Cependant, la réponse à la lettre d'excuses m'a surpris. Lundi soir, j'ai été invité à un débat chez un média à Jaffa. Je me suis assis en face d'un ancien Travailliste -- Désolé, Union sioniste -- qui n'a pas accepté les excuses et aussi, ne comprenait pas pourquoi le Premier ministre s'est excusé, comme il l'a fait -- c'est à dire, aux dirigeants arabes, plutôt qu'aux membres de la liste commune arabe. Pardon?

 

Le Chef de la liste arabe Ayman Ouda -- un modéré, à ce que l'on dit -- s'est empressé de rejeter les excuses. Qu'attendait-il exactement de Netanyahou? De rejeter les résultats des élections? Transférer des 30 sièges de son parti? Ou peut-être qu'il voulait juste que le Likoud se joigne à la liste commune arabe.

 

Mais l'histoire n'est pas encore finie. Lorsqu'il est devenu clair lundi que Benyamin Nétanyahou avait une coalition, après que le chef de Kulanu Moshe Kahlon et Avigdor Lieberman le chef d'Yisrael Beytenu lui ont exprimé leur appui à l'entretien avec le Président Reuven Rivlin, la porte-parole du Département d'Etat américain Marie Harf a dit qu'il est difficile de croire les paroles de Netanyahu. « Ce que nous avons besoin de voir ce sont des actions ».

 

Actions ? Peut-être Netanyahu devrait prendre dans la coalition la liste commune des Arabes et leur offrir les Affaires étrangères et les portefeuilles des finances. Peut-être celui de la défense.

 

Il semble que la Maison Blanche a franchi la ligne ultime. Le Chef d'état-major de la Maison Blanche Denis McDonough ne cacha pas les avis de l'administration sur le clivage entre Washington et Jérusalem lorsqu'il a parlé à la Conférence annuelle de J Street lundi. La Maison Blanche veut un Etat palestinien aujourd'hui, et le nouveau gouvernement israélien n'en a pas l'intention. C'est une chose pour ceux à Washington d'avoir un problème avec Netanyahu, mais ils doivent au moins respecter les électeurs israéliens. C'est la Démocratie, N'est-ce pas ?

 

Les Excuses du Premier ministre lundi devraient permettre au nouveau gouvernement de commencer du bon pied. Mais c'est exactement le problème avec ceux qui ne peuvent pas accepter les résultats, y compris, apparemment, le Président américain Barack Obama. Selon ses plans, le gouvernement israélien était supposé commencer sur le pied Gauche. Les électeurs israéliens, toutefois, ont préféré le pied Droit.

 

Il est vrai, que nous sommes un petit pays et que nous avons besoin de nous entendre avec notre grand allié. Mais il doit aussi apprendre et s'habituer à vivre avec nous.

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

Repost 0
mordeh'ai
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 13:07

Bassam Tawil écrit que la position anti-israélienne du président Obama est le meilleur cadeau que les Américains ont pu donner aux terroristes islamistes. 

 

Par Bassam Tawil

http://www.gatestoneinstitute.org/5435/Obama-War-Israel

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Beaucoup d'arabes et de musulmans se frottent les mains dans la joie lorsqu'ils regardent le Président américain Barack Obama déclarer la guerre à Israël après la victoire du parti Likoud de Benjamin dans l'élection générale de la semaine dernière.

Ils ne voient pas la montée des tensions entre Obama et Netanyahu comme un conflit personnel entre les deux dirigeants. Au lieu de cela, le différend est vu par beaucoup d'arabes et de musulmans dans le cadre de la stratégie de l'Administration Obama de saper Israël et de le forcer à faire des concessions territoriales qui poseraient une menace existentielle pour Israël.

Au début de son premier mandat au bureau oval, il a soulevé de grands espoirs dans les pays arabes et islamiques quand il s'est précipité pour livrer un discours apologétique à l'Université d'Al-Azhar, affiliée aux Frères musulmans, au Caire. Son discours a laissé de nombreux arabes et musulmans avec l'impression qu'ici, enfin, il y avait un président américain qui était prêt à sacrifier Israël dans un souci d'apaiser ses ennemis.

Les musulmans considèrent depuis longtemps les Obama à être de leur côté dans le conflit avec Israël. Ils s'attendaient qu'il allait devenir le premier président américain à abandonner Israël en faveur des arabes et des musulmans. Mais depuis le discours de 2009 au Caire, il y a eu une grande déception avec Obama dans les pays arabes et islamiques pour avoir omis de « faire quelque chose » contre Israël.

Maintenant, enfin, l'hostilité accrue de l'Administration Obama envers Israël est saluée dans beaucoup de capitales islamiques et arabes. Ils sont ravis de voir que, après avoir échoué avec les arabes et les musulmans dans les six dernières années, Obama semble enfin se déplacer dans la « bonne » direction.

Les groupes terroristes tels que le Hamas, le Hezbollah, Al-Qaïda et le Jihad islamique, s'expriment également satisfaits de ce qu'ils considèrent comme « déclaration de guerre » d'Obama contre Israël. Les responsables de l'autorité palestinienne en Cisjordanie célèbrent également le fait qu'Israël est devenu l'ennemi numéro un de l'Administration Obama.

Cette semaine, un fonctionnaire de l'autorité palestinienne a été cité  disant que les Palestiniens ne seraient pas surpris si le président Obama lui-même se joint à leur campagne d'accusations de crimes de guerre contre Israël devant la Cour pénale internationale. Le fonctionnaire aurait dit à un diplomate occidental basé à Ramallah qu'Obama déteste Israël et c'était la bonne nouvelle pour les Palestiniens.

Les ennemis d'Israël se tiennent sur ses frontières et en attente d'une occasion de l'attaquer. Une des raisons pour lesquelles qu'ils ont hésité jusqu'à maintenant à mener une guerre totale pour la destruction d'Israël était leur crainte que les Etats-Unis viendraient au sauvetage d'Israël. Mais maintenant, le Hezbollah, le Hamas, le Jihad islamique, l'État islamique et d'autres groupes terroristes espèrent qu'Obama a finalement décidé d'abandonner Israël.

Les terroristes ont également suivi avec un grand enthousiasme le rapport que l'Administration Obama envisage de réévaluer sa politique au Moyen-Orient à la suite de la victoire électorale de Netanyahu. C'est exactement le genre de nouvelles qu'ils attendent d'entendre depuis de nombreuses années -- que les Etats-Unis ne considèrent plus Israël son principal allié stratégique au Moyen-Orient.

Les rapports que l'Administration Obama ne soutiendra plus Israël dans les forums internationaux et organismes, en particulier à l'Assemblée générale des Nations Unies et le Conseil de sécurité, sont vus par un nombre croissant d'arabes et les musulmans comme le début de la fin du partenariat entre les Etats-Unis et Israël. Ce partenariat a inquiété les ennemis d'Israël pendant des décennies, parce qu'il a fait obstacle pour atteindre leur objectif d'effacer Israël de la surface de la terre.

En bref, la position anti-israélienne de Obama est le meilleur cadeau que les Américains aurait pu donner aux terroristes islamistes et arabes radicaux. Pour la première fois, l'Administration Obama a créé un espoir parmi les ennemis d'Israël que les Etats-Unis leur donnera enfin son soutien sans réserve, juste comme il le fait avec l'Iran.

La crise aiguë entre l'Administration Obama et Israël a eu lieu à un moment où les États-Unis perdent la plupart de leurs amis arabes et musulmans, en particulier l'Égypte, la Jordanie, le Yémen, ainsi que d'autres pays. Elle arrive également à un moment où l'Iran saisira un pays arabe après l'autre et a maintenant entouré tous les gisements de pétrole dans le golfe Persique, ainsi qu'après avoir tranquillement pendant des années infiltré l'Amérique du Sud.

Grâce aux politiques de Obama, les Iraniens et leurs amis ont maintenant le contrôle de l'Irak, du Yémen, de la Syrie et du Liban et d'une grande partie du Bahreïn et ont cerné tousles champs pétrolifères du golfe Persique. Pendant ce temps, les États-Unis ont été contraint de fermer leurs ambassades dans trois pays arabes -- la Syrie, la Libye et le Yémen.

Au lieu de faire face aux dangers de l'itinéraire iranien de l'exportation de la révolution islamique à de nombreux pays arabes et islamiques dès que possible - avec l'aide d'une opération d'accélération à acquérir des armes nucléaires - Obama a transformé Israël en général, et Netanyahu en particulier, comme la principale menace pour la paix et la stabilité mondiale.

Et au lieu de féliciter le peuple israélien pour être l'un des rares pays du Moyen-Orient de tenir de véritables élections libres et démocratiques, Obama a décidé d'infliger une punition collective non à Netanyahu, mais à tous les Israéliens, même aux citoyens musulmans et chrétiens, pour avoir eu une élection d'ou n'est pas sorti son parti préféré.

Obama semble vouloir forcer Israël à accepter un Etat palestinien qui poserait une menace existentielle et devenir la source d'instabilité et de tensions dans la région. Obama semble aussi ne pas vouloir faire face au fait qu'en raison de ses retraits et de sa négligence, la situation au Moyen-Orient aujourd'hui, est ce qu'elle est. Avec la montée de l'Etat islamique et d'autres groupes terroristes, Ce n'est pas le même Moyen Orient d'il y a cinq ans.

Même les Palestiniens et les Arabes ainsi que l'Europe et les États-Unis ont conscients du fait que dans les circonstances actuelles un Etat palestinien serait tôt ou tard, contrôlé par les djihadistes et les terroristes islamiques, dont le rêve est la destruction d'Israël. 

Si Obama s'intéresse à reconsidérer sa politique au Moyen-Orient, il devrait commencer par examiner les répercussions de la création d'un Etat palestinien indépendant sur la sécurité régionale et internationale. La dernière chose que les Américains et les Européens ont besoin est d'un autre pays islamique extrémiste qui exporte le terrorisme - probablement avec des armes nucléaires - à toutes les parties de la terre.

Obama a besoin de se réveiller. Le véritable ennemi n'est pas Netanyahu. Les véritables ennemis sont l'Iran, le Hezbollah, le Hamas, le Jihad islamique et de l'Etat islamique.

Malheureusement, Obama - comme il continue de saper les musulmans et les Arabes modérés dans le monde libre - il a décidé de s'allier avec l'autre côté -- avec le mauvais côté.

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

Repost 0
mordeh'ai