Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 09:03

Peut-être que l'administration américaine devrait tout d'abord corriger et régler les problèmes des quartiers défavorisés de l'Amérique.

Par Jack Engelhard

http://www.israelnationalnews.com/articles/article.aspx/16852#.VUEGY9IcTDc

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Compte tenu de ce qui se passe à Baltimore, l'Administration Obama devrait réfléchir à deux fois avant de donner des cours magistraux à Israël quant à l'adoption d'une « solution-de-deux-état.»

 

Baltimore est la ville où un incident de brutalités policières présumées ont conduit à une fatalité et aux jours de pillages, d'incendies et d'émeutes. C'est toujours en cours au moment où nous écrivons.

 

Troubles au centre-ville sont quelque chose que nous devrions corriger par nous-mêmes et nous ne devons pas faire appel à des gens de l'extérieur pour nous dire quoi faire ou comment nous comporter.

 

Merci beaucoup, mais nous sommes bons pour réparer les choses. Nous sommes des Israéliens.

 

C'est pourquoi le mot du sous-secrétaire d'État des États-Unis, Wendy Sherman est une telle intrusion malvenue. Elle insiste sur le fait qu'Israël doit s'engager à une solution à deux Etats, sinon l'Etat juif peut oublier l'appui des Etats-Unis à l'ONU et qui sait où ailleurs.

 

Mauvais timing pour le département d'Etat de coller son nez dans ce qui est strictement l'affaire d'un autre pays.

 

Nous essayons, mais nous ne faisons pas toujours si bien nous-mêmes "entre les races". Même après le réveil des années 1960 vers le bas de la rue nous ne parlons même pas la même langue.

 

Y a-t-il une différence entre les troubles des quartiers défavorisés de l'Amérique et le conflit Israëlo-arabe palestinien? Sûr, beaucoup, mais voici où ils se rencontrent.

 

Dans les deux cas des griefs inflexibles définissent une minorité particulière.

 

Mais seulement Israël s'est écouvert lui-même associé à la culpabilité. Pourquoi, demande le monde, Israël ne peut-il pas faire la paix avec ces gens? Pas si facile quand vous avez affaire à des gens qui nourrissent une rancune irréconciliable. Demandez à Baltimore. À Baltimore il y a encore des signes d'émeutes qui ont eu lieu en 1968, quand pratiquement toute l'Amérique urbaine est partie en fumée.

Comme l'Amérique, Israël continue d'essayer, mais c'est dur d'aller vers les générations qui se sentent les ayant-droit à leurs ressentiments.

Ils l'appellent Nakba là-bas et ici nous l'appelons « colère » lorsque la haine devient une foule.

 

Le président Obama a pesé aujourd'hui sur « les troublantes interactions entre la police et les Américains d'origine africaine. »

 

Non-sens, après maintes fois décoré David Clarke, le Sheriff du Milwaukee County lui-même afro-américain. Clarke n'en aura aucun sauf quand il se réfère clairement aux criminels des quartiers défavorisés comme des "sous-hommes" opérant à partir d'une "sous-culture" toutes rendues possibles par une culture du libéralisme (qui a échoué).

Maintenant, lisez ceci pour tout ce que les médias ne vous parleront pas de notre choc des cultures.

Clarke poursuit: « quatre-vingt-dix pour cent des victimes d'homicide dans la région de Baltimore sont noirs comme 90 pour cent des suspects. » Ces tendances sont à l'échelle nationale.

 

Obama a dit que nous devons changer le « système » – et donc où a-t-il vécu pendant toutes ces années?

 

ette fois, Obama a presque vu juste lorsqu'il a mentionné «des foyers brisés »... pas de conseils, pas de pères.

 

C'est exact. Nous espérons que la police pourra faire le travail qui aurait dû être fait par les parents et les enseignants.

 

Nous exigeons que la police agisse comme des pères où il n'y a pas de pères et enseigne la discipline là où il n'y a aucune discipline.

 

La société n'arrive pas à le faire. Alors, besoin d'aide? Appeler un flic. Mais nous observons tout mouvement.

 

Entrer, nous disons, dans où les rues et les coins où sont brandi des couteaux, des armes, des drogues, où se manifeste le vol et le meurtre; brisons les combats de rue, réglons les différends domestiques, enrayons les émeutes, séparons les gangs--mais faites-le doucement. Soyez tendre avec les crétins, ou autre.

 

Si vous employez la force de toute sorte, écoutez le déclic de nos caméras et regardez notre indignation vertueuse. Nous vous jugerons!

 

Cela devrait paraître assez familier pour les américains et les Israéliens qui font face aux masses nourrissant le mécontentement d'amertume et de l'auto-accomplissement

 

Repost 0
mordeh'ai
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 18:25

Par Ari Lieberman

http://www.frontpagemag.com/2015/ari-lieberman/the-ny-times-israeli-hating-reporter/

reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

NY Times

 

Le 25 Avril, le New York Times , le papier qui est classé deuxième que le journaliste le plus malhonnête en 2014 et placé en premier l'année précédente, titrait, « les officiers de police israéliens ont tué deux hommes palestiniens.» L'article a été rédigé par Diaa Hadid; je dirais plus sur elle plus tard. Pas avant que l'on commence la lecture de l'article peut-on comprendre pourquoi les tirs ont eu lieu et dans quelles circonstances. Dans les deux cas, les forces de sécurité israéliennes ont été attaqué au couteau et la hache que brandissaient des terroristes palestiniens et dans au moins un de ces incidents, l'attaquant a réussi à poignarder un Israélien, mais heureusement, ses blessures étaient sans danger pour sa vie.

Clairement Hadid a du mal à comprendre (ou à accepter) le concept de cause à effet - les tentatives terroristes de poignarder appellent des réponses israéliennes et les israéliens en se défendant ont tiré sur le terroriste. Considérons la façon dont d'autres organes de presse ont couvert l'événement. Le Jerusalem Post titrait en relation avec exactement la même histoire; " des terroristes tués après avoir poignardé un policier des frontières à Hébron " . " Le Ha'aretz de gauche a couvert cet incident en rapportant quelque chose de semblable; la police a dit " qu' un palestinien a tenté de poignarder des policiers à Jérusalem et a été abattu. " Et le Boston Herald a noté ce qui suit:." "Et le Boston Herald a noté ce qui suit; " la police israélienne: 2 Palestiniens abattu après les attaques au couteau . "

Hadid a également utilisé l'article pour rappeler aux lecteurs une attaque terroriste anti-arabe perpétrée par un Israélien qui a eu lieu il y a plus de 21 ans et qui a abouti à la mort de 29 personnes. absent de son reportage c'est bien sûr le pogrom arabe, le massacre et l'expulsion de la communauté juive pacifique de Hébron en 1929 qui a abouti à la mort de 69 civils. Pas plus qu'elle ne se donne la peine de noter que, suite à l'occupation arabe d'Hébron en 1948, les Arabes ont lancé une campagne systématique pour éradiquer tous les vestiges de la présence juive dans la ville. L'ancien cimetière juif d'Hébron (qui, incidemment, contenait les corps de certaines des victimes du massacre de 1929) a été profané et les synagogues ont été détruites ou converties en enclos.

La majorité des points de vente de presse couvrant l'histoire ont entendu que les coups de feu ont été provoqué par des attaques meurtrières et pas simplement au sortir d'une dépression. Mais Diaa Hadid et ses rédacteurs en chef du New York Times ont un programme différent, celui qui substitue le reportage objectif avec le journalisme jaune, la propagande et l'obscurcissement. J'ai effectué une recherche sur Internet sur Hadid et je suis tombé sur quelques informations inquiétantes qui pourraient jeter un peu de lumière sur son reportage.

Hadid avait auparavant travaillé comme responsable des relations publiques pour Ittijah, Une ONG pro-palestinienne anti-israélienne virulente. Selon le moniteur à la tête de l'ONG-Ittijah, Amir Makhoul, qui a été condamné à neuf ans de prison pour espionnage au profit du Hezbollah. Le groupe approuve le Boycott antisémite désinvestissement et sanctions (BDS), propage la répugnante calomnie de "l'apartheid" et soutient le soi-disant «droit au retour» palestinien un surnom commun utilisé par les ennemis d'Israël au lieu d'appels à la destruction pure et simple de l'Etat juif pour rendre le concept de génocide plus acceptable pour le public occidental. L'Association de haut niveau passé entre Hadid avec Ittijah aurait dû à tout le moins, faire tinter la sonnette d'alarme au New York Times et aurait dû constituer une raison suffisante pour lui interdire de venir au bureau d'Israël .

Mais il y a plus sur Hadid. Dans un article intitulé « Mon Israël, Ma Palestine » Hadid est cité disant: « Je ne peux plus regarder les Israéliens. Je ne peux pas séparer le citoyen israélien moyen de l'occupation, je ne veux pas être amie avec eux, je ne veux pas parler pour eux.» Elle est à nouveau cité disant," A ce jour, je ne dirais jamais que je suis anti-quelqu'un. Mais mon objectivité en fait l'ai-je jeté par la fenêtre? Oui, parce que je devenais une arme israélienne pointant sur un palestinien. " Donc là vous l'avez. Hadid reconnaît sans vergogne que son objectivité a été jeté par la fenêtre et cela va loin pour expliquer pourquoi le New York Times l'a embauché.

Repost 0
mordeh'ai
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 17:42

Autorisé à la Publication : Plan d'enlèvement du Hamas Mega-terreur

Le Hamas avait prévu un enlèvement de masse des résidents de Kerem Shalom ce plan était dévastateur, il devait se produire lors de la première semaine de l'opération "bordure de protection".

 

Par Gil Ronen

http://www.israelnationalnews.com/news/news.aspx/194727#.VUDx9dIcTDc

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

Hamas terror tunnel attack (file)

Hamas terror tunnel attack (file)                                                       Screenshot from IDF video
 

L'information a été autorisé pour la publication -- la branche armée du Hamas avait prévu un enlèvement à grande échelle des résidents de la communauté de Kerem Shalom, dans la première semaine de l'opération "bordure de protection" de l'été dernier, a indiqué la Radio de l'armée.

 

L'organisation terroriste avait planifié d'enlever des dizaines de résidents et de mener des négociations pour la libération de prisonniers terroristes en échange de ces résidents.

 

Cependant, le feu vert pour mener à bien le plan n'a jamais été donné parce que le chef du Hamas Khaled Mashaal craignait qu'une telle opération n'ait des conséquences dévastatrices pour le Hamas à Gaza.

 

Dans un communiqué en août dernier, le premier ministre Binyamin Netanyahu a prêté foi aux rapports que le Hamas avait prévu une opération de grande envergure contre des civils israéliens, ses terroristes seraient sortis en même temps et par un grand nombre de nombreux tunnels creusés en Israël. Les terroristes auraient été alors en mesure de procéder à un massacre à grande échelle de civils et d'enlever d'autres vers Gaza à travers ces mêmes tunnels.

 

Netanyahu n'a pas désigné Kerem Shalom comme le but visé, à l'époque, ni n'a pas expliqué pourquoi l'attaque prévue n'avait pas été tenté.

 

Les rapports d'un plan du Hamas « Rosh Hashana » refait surface peu après le début de l'incursion terrestre dans la bande de Gaza et aurait reposé sur des aveux faits par des terroristes du Hamas faits prisonniers. Des témoignages non vérifiés affirment que les captifs, avaient déclaré que le Hamas avait fixé l'incursion pour la Rosh Hashana, le nouvel an juif.

 

Netanyahu ne mentionne pas spécifiquement Rosh Hashana mais dit que l'opération "bordure de protection" a "endommagé un tableau stratégique que le Hamas avait mis en place dans un effort énorme, pendant des années. La possibilité que le Hamas en creusant ces tunnels lui aurait permis d'enlever et d'assassiner de nombreux citoyens et des soldats de Tsahal par une attaque simultanée par de nombreux tunnels qui pénètrent sur notre territoire. »

 

Comment l'armée israélienne a fait pour le savoir ?

 

Des Responsables de l'armée israélienne ont affirmé que l'armée israélienne connaissait la menace de tunnel de la terreur lorsque l'opération a commencé. Cependant, l'armée israélienne avait été pleinement consciente de l'ampleur de la menace, sans aucun doute la démolition des tunnels aurait été mentionné comme l'objectif majeur de la guerre dès le départ. En réalité, le rapport initial avait déclaré les objectifs liés uniquement aux roquettes du Hamas et ne mentionnait pas les tunnels. Les tunnels sont devenus des principaux objectifs que lorsque Israël a été surpris à plusieurs reprises par des escadrons de terroristes qui ont émergé des tunnels et en raison de l'obstination du lobbying du ministre de l'Economie Naftali Bennett.

 

La vidéo montrant les 13 terroristes qui sortent d'un tunnel près de Sufa le 17 juillet a envoyé des ondes de choc dans l'opinion publique israélienne, qui n'avait jamais vu un tel spectacle effrayant ou imaginé qu'il fut possible. La vidéo de l'incident a été un facteur majeur dans l'insistance du gouvernement de décider sur fond d'offensive dans la bande de Gaza et avec la garantie du soutien du public et des médias.

 

Alors que l'armée israélienne a affirmé ne pas avoir été surprise par la pénétration, la requête semble douteuse lorsque l'on tient compte du fait que les terroristes n'étaient pas tués et se seraient échappé à nouveau dans la bande de Gaza. La vidéo de Tsahal de l'incident apparemment édité sur le temps écoulé entre réintégration du dernier terroriste dans le tunnel et l'explosion du missile qui a frappé à l'entrée du tunnel arbre. Il n'y a aucun rapport ni les photos des corps des terroristes après l'incident, et le Hamas a affirmé qu'ils sont tous revenus à Gaza en toute sécurité.

 

Repost 0
mordeh'ai
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 16:50

Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/5654/Palestinians-oppression

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

 

Les médias internationaux continuent d'ignorer le « sort » des Palestiniens vivant sous la loi de l'autorité palestinienne en Cisjordanie et du Hamas dans la bande de Gaza, ainsi que dans plusieurs pays arabes, notamment en Syrie, en Jordanie et au Liban.

« L'autorité palestinienne ne veut pas de la démocratie. » — la mère de Jihad Salim, agressé par des enquêteurs Palestiniens qui lui ont demandé pourquoi le Bloc islamique a remporté les élections étudiantes à l'Université de Bir Zeit.

La communauté internationale s'intéresse aux Palestiniens que lorsqu'ils sont « victimes » d'Israël. L'obsession constante des médias avec Israël autorise les pays arabes, ainsi que l'autorité palestinienne et le Hamas, de procéder aux violations des droits de l'homme et la liberté d'expression.systématiquement.

 

La communauté internationale semble avoir oublié que les Palestiniens vivent non seulement en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, mais aussi dans un certain nombre de pays arabes, notamment en Syrie, en Jordanie et au Liban.

 

Les journalistes occidentaux couvrant le conflit israélo-palestinien régulièrement mettant l'accent sur le « sort » des Palestiniens qui sont touchés par les politiques de sécurité israéliennes, tout en ignorant ce qui se passe pour les Palestiniens résidant dans les pays arabes voisins.

 

Ces journalistes, par exemple, souvent ferment les yeux sur l'assassinat quotidien de Palestiniens en Syrie et au fait que les Palestiniens vivant au Liban et dans d'autres pays arabes sont soumis à l'Apartheid et à des lois discriminatoires.

 

Un palestinien qui a tiré ou qui est mort après avoir poignardé un soldat israélien à Hébron reçoit plus de couverture dans les médias internationaux qu'une femme palestinienne qui meurt de faim en Syrie.

 

Le récit et les photos de Mahmoud Abu Jheisha, qui a été abattu après avoir poignardé un soldat à Hébron, a attiré l'attention de nombreux médias occidentaux, dont les journalistes et photographes qui sont arrivés dans la ville pour couvrir l’événement.

 

Mais le même jour de l'enterrement d'Abu Jheisha il a été rapporté, qu'une femme palestinienne vivant en Syrie est morte en raison du manque de nourriture et de médicaments. La femme a été identifiée comme Amneh Hussein Omari du camp de réfugiés de Yarmouk près de Damas, qui est assiégée par l'armée syrienne depuis 670 jours. Sa mort porte le nombre de réfugiés palestiniens morts par suite du manque de médicaments et de nourriture dans le camp à 176.

 

Le cas de Omari n'est pas couvert par l'un des journalistes occidentaux qui sont basés dans la région. Pour ce qui la concerne, son histoire n'est pas importante, parce qu'elle est morte dans un pays arabe.

 

Omari serait morte dans un village ou un camp de réfugiés de la Cisjordanie ou de la bande de Gaza, son histoire aurait eu les premières pages de la plupart des principaux journaux de l'Occident. C'est parce qu'ils auraient alors été en mesure de lier sa mort aux mesures de sécurité israéliennes en Cisjordanie ou au blocus de la bande de Gaza. Les mêmes journalistes qui déclarent que les conditions économiques sont difficiles dans la Cisjordanie et dans la bande de Gaza ne semblent pas se soucier des Palestiniens qui sont affamés et torturés à mort dans des pays arabes.

 

Aucun journaliste ne rapporte à ses lecteurs et téléspectateurs le fait que plus de 2800 palestiniens ont été tué en Syrie depuis le début de la guerre civile il y a quatre ans. Un rapport publié cette semaine par un groupe palestinien a également révélé que plus de 27 000 Palestiniens ont fui la Syrie vers différents pays européens au cours des quatre dernières années. Le rapport indique également que le camp de Yarmouk a été sans électricité pendant plus de 730 jours et sans eau pendant 224 jours.

 

Plus tôt ce mois-ci, un autre rapport dit que huit Palestiniens sont morts par la torture en prison syrienne. Trois des victimes étaient des femmes, y compris Nadin Abu Salah, 22 ans, qui était enceinte quand elle est morte. Le rapport dit que 83 Palestiniens sont morts torturés dans la prison syrienne au mois de mars de cette année.

 

Ces Palestiniens sont malheureux parce qu'ils ne vivent pas dans la Cisjordanie ou dans la bande de Gaza. La communauté internationale ne s'intéresse aux Palestiniens que lorsqu'ils sont « victimes » d'Israël.

 

De même, les médias internationaux continuent d'ignorer le « sort » des Palestiniens vivant sous la loi de l'autorité palestinienne (AP) en Cisjordanie et du Hamas dans la bande de Gaza.

 

En Cisjordanie, les forces de sécurité PA continuent l'arrestation de Palestiniens qui 'post' des remarques critiques sur Facebook ou dénoncent les dirigeants palestiniens.

 

La semaine dernière, par exemple, le Service de renseignements généraux palestiniens ont arrêté Khalil Afaneh, un employé du ministère du Wakf (Islamic Trust), pour « diffamation » de Yasser Arafat sur sa page Facebook.

 

Le 25 avril, l'autorité palestinienne a arrêté le journaliste Ahmed Abu Elhaija de Jénine alors qu'il se rendait à une conférence en Jordanie. Aucune raison n'a été donnée à son arrestation, ce qui n'est pas le premier du genre impliquant des blogueurs et des journalistes palestiniens.

 

Une autre histoire qui a été ignoré par les médias internationaux impliquant Jihad Salim, membre du Bloc islamique Hamas-affilié à l'Université de Bir Zeit en Cisjordanie. Salim a été arrêté par des agents de sécurité palestiniens, peu après que le Bloc islamique ait remporté l'élection du Conseil étudiant de l'Université.

 

À sa libération, il a dit qu'il avait été agressé par ses inquisiteurs, qui l'ont questionné pour connaitre les raisons-pourquoi le Bloc islamique a remporté le scrutin-. « L'autorité palestinienne ne veut pas de la démocratie, » a dit sa mère après sa libération. « Pourquoi ils arrêtent étudiants et à qui cela sert-il? »

 

La situation concernant la bande de Gaza n'est pas très différente. La plupart des histoires qui apparaissent dans les médias internationaux ignorent les pratiques et les violations commises par le Hamas contre les Palestiniens. Prenez, par exemple, la décision récente du Hamas d'imposer une nouvelle taxe sur un certain nombre de marchandises. La décision a attiré de vives critiques de nombreux Palestiniens, avec certains réclamant ouvertement une rébellion contre le Hamas.

Repost 0
mordeh'ai
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 10:31
Comment l'Iran a sauvé la "responsabilité de l'Amérique" d'Obama pour sa politique étrangère

Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/2015/dgreenfield/how-iran-saved-obamas-blame-america-foreign-policy/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

La politique Moyen-Orientale d'Obama a été vouée à l'échec parce qu'elle était fondée sur le mythe que tout ce qui n'allait pas bien dans la région était la faute de l'Amérique.

Le sénateur Obama avait fait valoir que l'Irak se stabiliserait une fois que nous serions partis. Sans l'Amérique, les Irakiens crééraient une «solution politique». Au lieu de cela les chiites ont utilisé le retrait pour prendre en charge le gouvernement et Al-Qaïda et ont rebondi en dominant les sunnites. Après des années de déni de ce qui se passait, il a été contraint de retourner en Irak après le génocide et les décapitations qui ont envahi chaque écran de télévision.

L'Egypte a connu plusieurs coups d'Etat. La violence de la rue en Tunisie le naufrage du pays qui fourni des milliers de combattants à ISIS. Sa guerre de changement de régime en Libye a conduit à des prises de contrôle par les terroristes de sa capitale. Al-Qaïda a presque pris le Mali. Les djihadistes Houthi soutenus par l'Iran ont repris la capitale du Yémen. Les Saoudiens bombardent le Yémen. Les Egyptiens bombardent la Libye. Les Français se battent encore au Mali. Depuis la Maison Blanche, il a déployé la "Solution Irak" à travers le Moyen-Orient par le retrait de l'appui aux alliés américains et le soutien à des groupes terroristes comme les Frères musulmans. Le chaos a déchiré la région et remis des villes et des pays entiers à des terroristes.

L'Iran et Al-Qaïda se sont divisés l'Irak, la Syrie et le Yémen.

Retirer la puissance américaine et son influence n'a pas fonctionné parce que nous n'avions jamais été le problème. Les soldats américains n'étaient pas la cause des combats entre sunnites et les chiites. Ils étaient la seule chose qui les en empêchait. La puissance américaine et l'influence à travers le Moyen-Orient n'a pas été le frein à la liberté et aux droits de l'homme, elle était la seule chose qui garantissait un minimum de liberté aux êtres vivant dans des endroits comme l'Egypte et la Tunisie, qui sont rapidement tombées dans des régimes islamistes lors du printemps arabe, ce qui entraîna la violence de rue, la torture, le terrorisme et  les coups d'Etat militaires.

La gauche avait eu tort fondamentalement sur la cause des problèmes du Moyen-Orient. Obama a saccagé la région en suivant ses doctrines aberrantes.

Une fois l' "Anathème Américain" de la politique étrangère a été mis en œuvre, la région est alléé vers l'enfer, il ne savait pas quoi faire ensuite. Intervenir en Libye signifiait quelque chose selon la doctrine "Responsabilité de l'Amérique» parce que Kadhafi avait récemment passé un accord avec les Etats-Unis et qui empêchait les djihadistes de mettre en œuvre la version locale du Printemps arabe en coordination avec les Frères musulmans.

Mais il n'est pas intervenu en Syrie. Assad n'était pas un allié américain. Par conséquent, selon la doctrine "Responsabilité de l'Amérique" il devait rester seul.Mais il obstruait le printemps arabe. Le renverser laisserait les Frères musulmans prétendre à un autre pays, mais aliénerait les vues de l'Iran et gâcherait toute réconciliation.

Impossible de prendre une décision finale, Obama a viré et revient entre l'Iran et les Frères musulmans. Certains jours, il semblait sur le point de bombarder la Syrie et d'autres jours, il était même contre de fournir des armes promises aux rebelles sunnites. Même ses partisans l'ont accusé de n'avoir aucun plan.

Même le gouvernement chiite en Irak, soutenu par l'Iran, voulait l'intervention américaine. La seule et véritable ligne qu'il avait tiré via sa politique étrangère. C'est la ligne rouge de la Syrie. Au lieu de faire du mieux au Moyen-Orient, ses retraits n'avaient fait qu'empirer les choses. Et les bénéficiaires de sa politique étrangère, ont été en particulier les Frères musulmans, qui ont été jusqu'à réclamer une plus grande intervention de l'armée américaine.

La Politique étrangère d'Obama avait créé un nouvel ensemble d'états clients douteux qui ont dû être maintenus en vie par l'intervention américaine. La grande blague de sa politique étrangère était que ces nouveaux Etats terroristes ont agi exactement comme les anciens dictateurs qu'ils étaient censés remplacer. Ils voulaient des armes et des soldats américains. Leurs propres gens les détestaient et détestaient l'Amérique par extension. Le point culminant du printemps arabe est venu de la foule sur la place Tahrir qui dénonçait Obama et les Frères musulmans pour agir comme son état client.

La politique étrangère "Responsabilité de l'Amérique" avait conduit à encore plus à l'accusation de l'Amérique. Les nouveaux gouvernements islamistes «démocratiques» qu'il a aidé à porter au pouvoir pour apaiser la rue arabe et expier les péchés de soutien aux anciens dictateurs laïques ont produit un retour de flamme en faisant que la rue arabe nous haïsse plus que jamais.

L'Iran a sauvé la politique étrangère d'Obama. Tout comme il trébuchait sur la Syrie et pleurant d'être coincé sur un retour en Irak, les agents de l'Iran et son Lobby suggéré que tout ce gâchis pourrait être regroupé et traité à l'unisson. L'Iran et les Etats-Unis allaient se battre du même côté contre ISIS en Syrie et en Irak. Et cette coopération pourrait être utilisée pour forger un accord nucléaire qui serait rétroactif afin de justifier le prix Nobel d'Obama.

Le seul problème était que tout le monde dans la région était complètement contre cette idée.

Le Loby Iranien jeta une bouée de sauvetage à la politique étrangère d'Obama qui avait échoué et il la saisit. Le bombardement de la Syrie était oublié. Assad a rendu quelques armes de destruction massive, mais a poursuivi en utilisant d'autres. Les États-Unis ont commencé à agir en utilisant les forces de l'armée de l'air pour aider les milices chiites de l'Iran en Irak tandis que les Kurdes et les cheikhs sunnites de l'Identité nationale ont été écarté.

Lorsque les Houthis ont repris le Yémen, Obama haussa les épaules. Lorsque les Saoudiens ont commencé à bombarder le Yémen, ils ne lui ont pas dit parce qu'ils ont eu peur que ces nouvelles fuiraient vers l'Iran. Et l'administration a commencé discrètement à faire pression sur eux pour arrêter, confirmant ainsi qu'il prenait aujourd'hui ses ordres de marche depuis Téhéran, et pas à Riyad .

Obama a ignoré l'opposition orale, en particulier de Netanyahu d'Israël, parce que l'affaire de l'Iran était la seule chose qui  maintenait leur politique étrangère ensemble. Il a fait paraître comme si il savait ce qu'il faisait. Otez l'affaire d'Iran et il n'y avait plus une seule stratégie, juste une série de réponses incohérentes paniquées.

Voilà pourquoi il continue à s'accrocher à l'affaire de l'Iran. Sans elle, la politique étrangère de l'empereur est nue.

L'accord avec l'Iran a récupéré la politique étrangère "Responsabilité de l'Amérique" en réorientant loin de la Fraternité musulmane pour faire face à notre grand ennemi dans la région. En adhérant au programme nucléaire de l'Iran, Obama pourrait finalement tout normaliser pour compenser le plus grand péché de la politique étrangère de l'Amérique dans la région.

Malgré ses antécédents de sa famille musulmane, Obama n'a jamais compris le Moyen-Orient. Au lieu de cela il a regardé la région à travers une lentille gauchistee et ne voyait que les crimes de l'Amérique.

Les sunnites et les chiites, les Arabes, les Kurdes et les Turkmènes, les Perses, ne se battaient pas à cause de l'Amérique. Ils se disputaient à cause de différences de religion, de l'ethnicité et de clan. La gauche a toujours pensé que la façon de normaliser le Moyen-Orient était de retirer l'influence américaine.Au lieu de cela elle a déstabilisé la région et a créé un vide du pouvoir que la Russie et l'Iran ont été plus qu'heureux de remplir.

Dernier acte de la politique étrangère d'Obama était de tomber directement dans les mains de l'Iran et le piège d'Al-Qaïda.

L'Iran et les divers groupes d'Al-Qaïda s'étaient effectivement partager des parties de la région entre eux. En embrassant l'Iran, Obama a aliéné les sunnites Moyen-Orient et a poussé des populations entières en attente de l'étreinte de Al-Qaïda. Il a complété le processus de polarisation qu'il a commencé avec le printemps arabe en vendant les modérés aux extrémistes dans l'attente que tout le monde dans la région aime l'Amérique à nouveau.

Mais les Frères musulmans ont perdu face à ses plus pointus-les enfants d'Al-Qaïda. L'Egypte et les Saoudiens se bousculent pour tenir ensemble une sorte de centre sunnite sans les Etats-Unis et contre son gré. L'alignement d'Obama sur l'Iran, son rejet du nouveau gouvernement de l'Egypte et de son incapacité à soutenir les Saoudiens au Yémen ont envoyé le message que la seule alternative légitime à Al-Qaïda c'est l'Iran.

Cela ne veut pas dire que c'est une alternative que la plupart des sunnites peuvent accepter. Beaucoup préfèrent se tenir avec Al-Qaïda que l'Iran.

Le Rejet publique d'Obama de tous les alliés, d'Israël à l'Egypte à l'Arabie saoudite, a finalement créé le Moyen-Orient Post-américain que sa doctrine "Responsabilité de l'Amérique" ait recherché. Le Moyen-Orient Post-American est une ruche de groupes terroristes et une course aux armements nucléaires de la région, où les despotes meurtriers avec de vastes armées rêvent de ressusciter l'Empire ottoman, l'Empire perse et le califat abbasside.

Alors que le génocide continue, les esclaves sexuels sont violées sous la domination d'un calife et des drapeaux noirs sont déployés et les armes nucléaires sont développées pour satisfaire les prophéties apocalyptiques islamiques, Obama sourit pour l'appareil photo et attend son deuxième Prix Nobel.

Il a été tout au long la faute de l'Amérique. Maintenant que l'Iran et Al-Qaïda sont en charge des affaires, tout ira bien.

Repost 0
mordeh'ai
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 11:30

Par Zach Pyzer

http://www.breakingisraelnews.com/37434/outrage-over-pending-un-decision-on-the-temple-mount-jerusalem/#sGMZlf67Z5rG4Uld.97

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Une décision potentiellement explosive, proposée par la Jordanie, aux Nations Unies est susceptible de passer cette semaine. Elle risque d'aggraver les tensions existantes tant nationales que religieuses dans la vieille ville de Jérusalem, l'UNESCO organe de l'ONU responsable des sites du patrimoine mondial est sur le point d'adopter une proposition condamnant et limitant, l'activité juive et israélienne dans et autour du site du Mont du Temple.

 

S'adressant à l'Agence de presse de Tazpit, Lisa Rahmani, de l'organisation « Visage d'Israël », a enregistré son indignation devant la teneur supposée du document. «Nous sommes indignés par la proposition. Non seulement elle viole l'article 9 du traité de paix entre Israël et la Jordanie, mais aussi l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, concernant la liberté de religion.»

 

Il est prévu que ce projet de décision passera au cours de la 196e session du Comité, en raison de la composition des membres du Comité et l'automatique vote de bloc que la Jordanie a dans ces organes de l'ONU.

 

Soumise par la Jordanie et se rapportant à la vieille ville de Jérusalem, les articles clés de la proposition condamnent potentiellement l'activité israélienne dans la vieille ville et l'accès des visiteurs Juifs au Mont du Temple. En outre, l'excavation et activité archéologique d'Israël et des organisations juives sont condamnées.

 

 

Le projet de décision demande au Comité de l'UNESCO de demander l'arrêt immédiat de toutes les mesures prises par Israël, entravant prétendument 19 projets proposés par la Jordanie sur le Mont du Temple et alléguant qu'Israël fait obstacle à l'accès au site des musulmans et des chrétiens.

 

Les adversaires de la décision de l'UNESCO disent que le texte proposé est rempli d'une rhétorique antisémite et anti-israélienne et repose sur de la désinformation et une interprétation erronée des faits et du droit international.

 

Dans une lettre urgente d'appel à l'UNESCO par le « Forum juridique International » et « visage d'Israël », le directeur du Forum juridique, Procureur Yifa Segal, ajoute «la décision peut causer beaucoup de tort à tous les Israéliens ainsi qu'aux juifs du monde entier et peut mettre en danger les valeurs de cœur sur lesquelles votre organisation est construite. Nous demandons que vous refusiez d'adopter cette résolution controversée à ce stade et nous laissiez la possibilité de vous présenter les faits et les preuves à l'appui à notre demande.»

 

Repost 0
mordeh'ai
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 08:43

Par le personnel de TheTower.org

http://www.thetower.org/1943-idf-strikes-hezbollah-infiltrators-planting-bomb-on-israel-syria-border-4-reported-killed/
Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

 

L'aviation israélienne a repéré et a frappé un groupe d'agents infiltrés, portant une mine à la frontière d'Israël et de la Syrie dimanche soir, a rapporté The Times of Israël :

 

Un raid aérien israélien a ciblé et tué un groupe de militants qui a été repéré plaçant un explosif à la frontière nord dimanche soir, un jour après le prétendu bombardement israélien sur des positions du Hezbollah en Syrie.

 

L'armée israélienne a déclaré que trois ou quatre personnes ont été tuées par un avion de l'armée de l'air, après que qu'ils aient été repéré traversant la frontière en territoire israélien avec un engin explosif dimanche en fin de soirée.

 

IDF porte-parole le colonel Peter Lerner a déclaré que la cellule était composée de quatre personnes qui ont été « identifiés clairement pose une mine et ont été abattus par un avion de l'armée de l'Air israélienne. »

 

La tentative de l'infiltration vient après des déclarations de frappes israéliennes contre des cibles militaires en Syrie.

 

Sans donner de crédit à ces frappes déclarées par la Syrie, le ministre de la défense israélien Moshe Ya'alon a mis en garde l'Iran ne pas armer le Hezbollah.

 

« L'Iran continue à essayer d'armer le Hezbollah et il s'efforce d'approvisionner le groupe terroriste libanais d'armes sophistiquées par tous les moyens qu'il peut et en utilisant toutes les possibilités » Ya'alon a dit dans un discours prononcé au siège militaire israélien à Tel-Aviv. « Nous ne permettrons pas le transfert d'armes recherchées à des groupes terroristes et en particulier au Hezbollah. »

 

« Nous savons comment l'atteindre [le Hezbollah] et ceux qui le dirigent, à tout moment et en tout lieu, » a poursuivi Ya'alon. « Nous ne permettrons pas au Hezbollah d'établir une infrastructure de la terreur à nos frontières avec la Syrie, et nous savons trouver la main sur quiconque menace les citoyens israéliens, le long de nos frontières ou même loin d'elles. »

 

Israël aurait frappé un dépôt d'armes en Syrie, censé abriter des missiles S-300 destinés au Hezbollah en décembre dernier.

 

En janvier de cette année, une frappe aérienne attribuée à Israël a touché un convoi transportant de hauts membres du personnel du Hezbollah et d'iraniens, tuant Hezbollah le commandant Jihad Mughniyeh et le général Mohammad Ali Allahdadi du Corps de la Garde de la Révolution islamique. Une semaine et demi après une attaque transfrontalière du Hezbollah avait tué deux soldats israéliens patrouillant à la frontière israélo-libanaise.

Repost 0
mordeh'ai
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 08:14

Par Michael Freund

http://www.michaelfreund.org/16451/independence-day
Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com                                                                 reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

 

L'état d'Israël fête ses 67 ans depuis sa remarquable renaissance, il devient de plus en plus facile de perdre de vue l'époque miraculeuse que nous vivons.

 

Le stress de la vie quotidienne, mais aussi la critique cinglante des médias, fournit des distractions puissantes, attirant notre attention sur l'incroyable succès de l'entreprise sioniste.

 

Tout le monde est tellement occupé à se lamenter, ou se plaindre, (kvetching), plutôt que d'être fier et laisser éclater sa joie, son bonheur (kvelling), que nous oublions ce que le peuple juif a réussi à atteindre dans un si court laps de temps ici dans l'Etat juif.

 

Donc, on met de côté pour le moment toute crainte vous avez de ce gars à la Maison Blanche ou des tyrans de Téhéran et ingérer la dose saine suivante du point de vue patriotique indispensable.

 

Depuis 1948, la population juive en terre d'Israël a augmenté de près de dix fois, comme des millions d'immigrants venant de partout dans le monde, ont été absorbé. En Sept décennies, 6 millions de Juifs ont été gazé, brûlé et abattus dans toute l'Europe. De nos jours, 6 millions de Juifs résident dans l'Etat juif, remplissant les rues de Jérusalem, de Tel-Aviv, de Haïfa et d'ailleurs.

 

En un clin de œil, nous sommes allés de l'histoire juive tachée de sang à la floraison du destin juif. Si ce n'est pas un miracle, alors c'est quoi? Et en parlant de miracles, Israël a fait une fleur du désert, pris d'assaut le monde de la haute technologie et construit un pays libre au milieu d'une mer de despotisme, tout en moins de temps qu'il a fallu pour construire la tour penchée de Pise (177 ans), la grande muraille de Chine (des siècles), ou même la Cathédrale nationale de Washington (83 ans). Pas mal, qu'en pensez-vous? Dans le domaine spirituel, nous avons aussi atteint de nouveaux sommets. Israël abrite aujourd'hui plusieurs yeshivot celà n'avait jamais existé à aucun moment de toute l'histoire juive. Chaque jour, plus de Torah est étudiée que jamais auparavant, davantage de pages du Talmud sont en cours d'examen, et davantage de Juifs visitent des sites tels que le mur des lamentations et le tombeau des patriarches.

 

En effet, dans à peu près tous les domaines imaginables, que ce soit la littérature ou la musique, le théâtre ou les arts, la créativité juive en Israël est à un niveau sans précédent.

 

A son retour en février 1896, Theodor Herzl écrit ce qui suit dans son livre, Der Judenstaat (l'État juif): " les Juifs qui seront de retour dans leur terre d'élection....ils doivent atteindre leur état. Nous allons vivre enfin comme des hommes libres sur notre propre sol et dans nos propres maisons paisiblement y mourir. Le monde va être libéré par notre liberté... enrichie par notre richesse, amplifié par notre grandeur.

 

« Et tout ce que nous essayons là pour notre propre bénéfice rejaillira puissamment et avantageusement pour le bien de l'humanité toute entière ».

 

Nous sommes plus proches que jamais de l'accomplissement de cet objectif noble.

 

Bien sûr, il existe de nombreux problèmes et défis à la maison et à l'étranger, et personne dans son bon esprit ne niera que beaucoup de travail reste à faire.

 

Mais on ne peut et on ne doit pas laisser les difficultés nous tirer vers le bas ou submerger notre sentiment de gratitude pour le don que Dieu nous a donné en rétablissant la souveraineté juive.

 

À cet égard, il est utile de rappeler une histoire très particulière sur le « Tsadik de Jérusalem, » le rabbin Aryeh Levin et Dr Hillel Seidman, l'écrivain Yiddish et le journaliste qui a survécu au Ghetto de Varsovie.

 

C'était en 1949 et Dr Seidman était en visite en Israël. À la veille du jour de l'indépendance, il aventuré dans les rues de Jérusalem avec sa femme de voir la foule qui célébrait la naissance de l'Etat juif.

 

« J'ai été surpris », a raconté le Dr Seidman à l'auteur Simcha Raz, « de croiser le rabbin Aryeh danser avec des jeunes dans les rues de la ville. » À l'époque, le rabbin Levin était âgé de 64 ans. Dr Seidman a dit: « Son visage » , « rayonnait de joie car il a dansé avec la ferveur religieuse. »

 

Peut-être qu'en apercevant l'étonnement sur le visage du Dr Seidman, le Rabbin Levin lui dit: « après la mer de larmes et le flot de difficultés qui se sont abattus sur nos frères juifs pendant l'Holocauste, nous avons enfin la chance de voir des enfants juifs danser avec la joie dans leur cœur. Vous me direz, n'est-ce pas une raison suffisante pour glorifier et rendre des actions de grâces au Seigneur de l'Univers? » çà l'est certainement.

 

Bonne fête de l'indépendance!

Repost 0
mordeh'ai
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 06:57

Par Moshe Phillips et Benyamin Korn

http://www.frontpagemag.com/2015/Moshe-Phillips-and-Benyamin-Korn/Israel-quietly-Fights-Terror-As-PA-stands-idly-by/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com                                                                   reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Trois actions sereines de lutte contre le terrorisme par les forces de sécurité israéliennes ont eu lieu la semaine dernière et ont apporté plus de lumière sur la situation israélo-palestinienne que tous les discours, déclarations diplomatiques et « expertises » qui encombrent nos ondes tous les jours.

 

Dans la nuit du 13 avril, des policiers et des soldats israéliens ont arrêté 29 terroristes du Hamas à Sch'em (Naplouse). Certains étaient d'anciens terroristes qui sont retournés dans leurs anciennes habitudes après avoir été libéré de prison; certains étaient des recrues plus récentes. Ils avaient l'intention de faire divers massacres de Juifs, mais comme ils n'avaient pas encore agi, les médias internationaux ne s'y sont pas intéressés. Les coups ratés de justesse ne comptent pas.

 

Une fois de plus, les médias américains sont absents de la grande histoire. Selon les accords d'Oslo, c'est à l'autorité palestinienne, pas à Israël, d'agir contre les terroristes à Naplouse. Lorsque le premier ministre Yitzhak Rabin a retiré les forces d'Israël de ces territoires, (et les autres villes où résident les 95 % des Palestiniens), il l'a fait avec une garantie écrite explicite que l'autorité palestinienne éradiquerait les terroristes dans ces régions.

 

Mais l'autorité palestinienne a fait fi de ses obligations de lutte contre le terrorisme.

 

Dans un article de presse du 23 mars 2014, même le New York Times, pas exactement connu pour scruter le comportement de l'autorité palestinienne, a reconnu que les troupes israéliennes ont récemment dû entrer dans le camp de réfugiés de Djénine dans la poursuite de terroristes parce que bien que Jénine est sous le "contrôle total" de l'autorité palestinienne, " les forces de sécurité palestiniennes n'ont pas généralement opéré dans des camps de réfugiés."

 

Djénine, Naplouse et autres villes contrôlées par l'AP sont ainsi devenues des havres pour les terroristes – ce qui est la raison pour laquelle Israël a été contraint d'envoyer ses troupes cette semaine.

 

Pendant ce temps, les forces de sécurité israéliennes ont capturé également une cellule organisée de terroristes palestiniens dans le quartier d'Abou Dis de Jérusalem. Les terroristes avaient déjà acheté une automobile, obtenu des fusils et des munitions, engagés dans le choix de la cible et de l'endroit près d'Abou Dis, d'où ils prévoyaient de tirer sur des passants Israéliens.

 

Abou Dis est l'un d'un certain nombre de quartiers de Jérusalem qui sont techniquement au-delà de la ligne d'armistice d'avant 1967. Nous nous rappelons tous comment alors la secrétaire d'État Hillary Clinton a réprimandé le premier ministre d'Israël pendant 45 minutes (!) lorsque le gouvernement israélien a annoncé son intention de construire des appartements un jour dans l'un de ces quartiers.

 

Maintenant, imaginez si Israël avait accepté la position de l'administration Obama que ces quartiers soient "territoire arabe occupé" et avait permis à Abou Dis et ses environs de faire partie d'un Etat palestinien. Le résultat, bien sûr, est que les terroristes qui ont été arrêtés cette semaine ne seraient pas derrière les barreaux, mais s'apprêteraient à réaliser les embuscades qu'ils avaient l'intention de réaliser.

 

Un troisième développement d'importance qui n'a pas fait l'actualité cette semaine, a eu lieu dans un tribunal militaire israélien. Mme Khalida Jarrar, activiste et membre du Conseil législatif palestinien de l'autorité palestinienne, a répondu de douze chefs d'accusation de terrorisme, y compris une connexion à un complot pour kidnapper des Israéliens.

 

Lorsque le gouvernement de Rabin a accepté les Accords d'Oslo, il se fondait en partie sur l'argument que le fait de donner de l'autonomie aux Palestiniens conduirait à devenir responsables et modérés. Une fois qu'ils auraient leur propre Parlement, sûrement qu'ils abandonneraient leurs anciennes méthodes terroristes. Voici encore un membre respectable du Parlement palestinien, qui, dans l'intervalle, entre les votes et les discours parvient à trouver du temps afin de conspirer pour kidnapper des Israéliens.

 

Mme Jarrar, est par ailleurs, membre du Front populaire de libération de la Palestine, qui est devenu tristement célèbre dans les années 1970 pour les détournements d'avions (y compris le détournement d'Entebbe), sans oublier l'assassinat en 2001 du ministre israélien Rehavam Ze'evi. À ce jour, le FPLP est la deuxième organisation membre- de l'OLP, qui est l'organe de tutelle de l'autorité palestinienne.

 

Malgré les accords d'Oslo – et malgré le fait que le FPLP est sur la liste officielle des groupes de terroristes des Etats-Unis – le FPLP n'a jamais été proscrit ou expulsé de l'OLP. Ce qui signifie qu'une partie des $ 500 millions que l'administration Obama envoie aux Palestiniens chaque année probablement finit, directement ou indirectement, dans les poches de terroristes du FPLP.

 

Donc : le FPLP bénéficie des avantages de faire partie de l'OLP, des terroristes palestiniens jouissent de la liberté dans les zones contrôlées par l'autorité palestinienne, jouissent de l'autorité palestinienne et de son paquet d'aide américaine annuelle – et l'administration Obama réprimande Israël chaque fois qu'il pense même à construire des appartements à Jérusalem.

 

Qu'est-ce qui cloche dans ce scénario? TOUT!

Repost 0
mordeh'ai
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 20:08

Un djihadiste déguisé en "flic" avait prévu d'attaquer deux églises dans Paris.......cela a tourné court suite une maladresse -- il s'est tiré une balle dans la jambe!

Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/2015/dgreenfield/Jihadists-Plot-to-Attack-Paris-Church-disguised-As-COP-flops-after-Shooting-Self-in-leg/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com 

 

 

 

Un résident algérien, djihadiste musulman en France a assassiné Aurelie Chatelain, un professeur de remise en forme, française, et a comploté pour attaquer des églises de Paris déguisé en flic.

 

Mais au lieu de cela sa machination est partie en fumée quand il s'est tiré une balle dans la jambe et a dû appeler une ambulance, le conduisant à la vraie police qui l'a arrêté.

 

Les autorités, ont déclaré mercredi: les plans du présumé terroriste islamique d'organiser des attaques contre des églises françaises ont été contrarié lorsque par accident il s'est tiré une balle dans la jambe et a appelé une ambulance, menant à la découverte d'armes à feu chargées, des gilets pare-balles et paralysant notes sur les cibles éventuelles.

 

Un fonctionnaire de sécurité a annoncé mercredi: La police française croit que le suspect est un algérien de 24 ans, qui planifiait une attaque imminente ce dimanche sur une ou plusieurs églises à Paris quand il s'est tiré une balle, . Le suspect, qui n'est pas nommé, est un étudiant en informatique.

 

Je ne sais pas s'il voulait juste un poste... dans le califat.

 

Les policiers qui sont arrivés sur les lieux ont trouvé une traînée de sang les conduisant à sa voiture, avec des fusils chargés, des gilets pare-balles et des notes sur des cibles potentielles à l'intérieur.

 

Selon France 24, c'est la radio RTL qui le rapporte, à l'intérieur de la voiture, un girophare bleu que les autorités de police fixent magnétiquement sur le toit de la voiture et des brassards de « Police » orange utilisés par les policiers Français.

 

Bien qu'il soit facile de rire de cet idiot, les terroristes du 9/11 étaient presque aussi nuls et incompétents. Les bombardiers du World Trade Center ont été localisés en essayant de récupérer un dépôt de garantie de loyer. Nos ennemis ne sont pas des génies. C'est pourquoi tant de comploteurs de musulmans ont été arrêté.

 

C'est la déliquescence libérale qui nous empêche de gagner.

 

Et tandis qu'à Paris des attaques églises ne se sont pas concrétisées, le résident musulman a réussi à assassiner une femme française.

 

 

L'arrestation est survenue quelques heures seulement après le meurtre d'Aurelie Chatelain, une mère de 33 ans et instructeur en conditionnement physique, qui a été criblé de balles, alors qu'elle était assise dans sa voiture dans un parking dans la banlieue parisienne de Villejuif.

 

Aurélie était la mère d'une petite fille de 5 ans.

Repost 0
mordeh'ai