Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 10:20

Par Ari Lieberman

http://www.frontpagemag.com/2015/Ari-Lieberman/a-preview-of-Palestine/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

 

Toute personne désirant obtenir un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler ce futur Etat    « Palestinien », ne cherchez pas plus loin que les décisions récentes prises et des déclarations officielles faites par l'autorité palestinienne et son rival le Hamas le mois dernier. Alors que ces deux entités régissant l'autre se détestent (peut-être plus encore que l'infidèle, Yahud), il est difficile de discerner pourquoi, puisque ces deux organes directeurs vomissent presque la même rhétorique xénophobe et agissent avec cruauté typique d'autocratie d'étouffer toute odeur de dissensions internes. En substance, ils ont tous deux agi d'une manière qui n'est pas différente de la vingtaine chauvine, et antidémocratique Pseudo-Etats musulmans du Moyen-Orient.

La plupart des Israéliens émettent de sérieuses réserves sur la création d'un « Etat palestinien indépendant » pour une multitude de raisons. La principale d'entre elles est la crainte qu'un Etat palestinien pourrait dégénérer en une entité similaire à celle qui se trouve à Gaza et qui est un des meilleurs scénario. Il y a bien pire, plusieurs scénarios effrayants. Mais alors que Gaza est contenue dans le sud-ouest d'Israël et peut, relativement parlant, être surveillé et contrôlé, on ne peut pas en dire autant de la rive occidentale dont la bordure est longue et tortueuse le long de la ligne imaginaire verte (les lignes d'armistice de 1949). En outre, contrairement à la périphérie de Gaza, une grande partie de la population d'Israël et de l'industrie fait face à la Cisjordanie, qui s'avance comme un os dans la gorge d'Israël.

Mais même si l'autorité palestinienne, dirigée par son vieil, autocratique chef Mahmoud Abbas, elle réussit en répliquant à une prise de contrôle du Hamas – une perspective peu probable – la direction de l'autorité palestinienne s'est avérée pour être tout aussi extrême, xénophobe et malveillante que son rival à Gaza. La télévision de l'autorité palestinienne et les médias ainsi que les ONG soutenus par l'AP, systématiquement vomissent une kyrielle ancienne antisémite de bobards impliquant la diffamation rituelle de l'utilisation du sang et des théories de la conspiration lors de la Paque impliquant les tentatives de domination du monde Juif.

Le 5 avril, dans une interview du porte parole du Fatah, Osama Al-Qawasmi, à la télévision officielle de l'AP, a fait appel au faux document tsariste notoire du début du XXe siècle connu sous le nom des protocoles des sages de Sion pour sauvegarder ses affirmations fallacieuses contre Israël. Dans un souci de perspective, tant le Mein Kampf d'Hitler que la Charte du Hamas intègrent les protocoles pour étayer leurs vues suprématistes répugnantes et renforcer les anciennes calomnies.

Les commentaires d'al-Qawasmi, sont largement ignorés par l'Occident, ils représentent des vues qui sont monnaie courante au sein de l'autorité palestinienne. En fait, les plus hauts responsables au sein de l'autorité palestinienne sont abonnés à des thèses Hitleriennes et ce n'est pas surprenant étant donné que le père du mouvement « Palestinien » moderne et l'homme qui a donné naissance au nationalisme palestinien, Haj Amin al Husseini, était un collaborateur Nazi et un ami très cher du Führer. En janvier 2013, le « Président » Abbas, dont la propre entreprise de la négation de l'Holocauste est bien connue, abreuvait  al-Husseini du soutien d'Hitler - avec succès.

L'autorité palestinienne a également été appelé à perpétuer le rituel de la diffamation antique de l'utilisation du sang à la Pâque juive. En juillet 2014 Mahmoud Abbas a tous les jours, dans l'officiel de l'AP  Al-Hayat Al-Jadida, a eu un éditorial en vedette qui a affirmé que les Juifs utilisent le « sang des enfants [Palestiniens] » comme un ingrédient clé dans la matsa utilisée par les Juifs pendant la Pâque. Peu après, dans une variante de ce thème insidieux, la télévision de l'autorité palestinienne a affirmé qu'Israël opérait des injections de poison dans l'approvisionnement en eau des palestiniens.

En 2013, une panoplie de propagande palestinienne financée par l'Occident et tenue par un genre d'ONG palestinienne appelée MIFTAH (qui édite en français et en arabe) a publié un article en arabe critiquant le président Obama pour parler de la Pâque juive sous un jour favorable. L'auteur a ensuite invoquer la diffamation antique du sang déclarant :

 

Obama connait-il en fait la relation, par exemple, entre « la Pâque juive » et  « Le sang chrétien »..? ! Ou « la Pâque juive » et les « rituels de sang juif?!» Une grande partie des bavardages et commérages sur les rituels du sang juif historique en Europe sont vrais et faux pas comme ils le prétendent; les Juifs utilisent le sang des chrétiens lors de la Pâque juive.

 

Les Palestiniens qui systématiquement déversent la rumeur se révoltant en arabe contre des théories de complot absurdes sont nettement plus réservés lorsqu'ils s'adressent à un public occidental qui trouverait ces déclarations pour le moins inquiétantes.

Pour un apologiste de l'abjecte terrorisme comme Ashrawi, les diffamations de l'utilisation du sang font partie de son concept de « dialogue ouvert ». Seulement après le dessin, devant l'ire de ses donateurs occidentaux Ashrawi a fait contrition expresse et a publié des excuses embalées d'une dose requise de larmes de crocodile. Cela a servi à apaiser les facilitateurs Occidentaux crédules de MIFTAH.

Mais alors que les Palestiniens sont libres de vomir des "bobards" les plus odieux contre Israël et les Juifs, tout soupçon de critique ou de dissension dirigé contre tout organisme palestinien, le Hamas ou l'autorité palestinienne, est impitoyablement traité. En avril, un fonctionnaire palestinien a été arrêté pour avoir exprimé des vues une critique de Yasser Arafat sur Facebook. Plus précisément, il n'a pas souscrit à l'opinion qu'Arafat était un « martyr ». Il a été inculpé « d'attaquer et de blesser le martyr, le chef éternel et le symbole du peuple palestinien Abu Ammar, » nom de guerre de Arafat. Sa nièce a été expulsé de l'Université de Bir Zeit près de Ramallah pour avoir exprimé des vues similaires et toutes les autres universités palestiniennes ont reçu l'ordre de refuser son admission.

À Gaza, contrôlé par le Hamas, dans un spectacle rare de défiance, un groupe de 150 à 200 palestiniens ont manifesté contre les autorités. Les manifestants ont été frappé avec des bâtons, et certains ont été rassemblé comme du bétail dans des jeeps par des brutes du Hamas.

Ces deux incidents sont démonstratifs de l'absence totale de liberté d'expression et de la liberté de réunion dans les zones régies par les Palestiniens. À l'inverse, les Palestiniens sont complètement libres de se lâcher dans d'odieux "canards", aussi longtemps que les objets de dérision, de diffamation et de ridicule sont des juifs.

Un État palestinien, régi par le Hamas ou l'autorité palestinienne « dite modérée », ressemblera presque certainement aux 20 pseudo-États arabes existant actuellement. Il sera dysfonctionnel, autocratique, xénophobe et incapable de survivre sans une aide financière massive. Ce sera la nature de l'État qui vivra aux côtés de la frontière longue et tortueuse d'Israël avec la Cisjordanie. Ce sera l'Etat qui aura une vue totale sur tous les transports aériens commerciaux qui vont et viennent à l'aéroport International Ben Gourion. Et cet État s'avancerait dans l'étroite largeur de 9 milles d'Israël surplombant le littoral d'Israël fortement peuplé.

Compte tenu de ces faits, pourquoi la pression énorme de l'administration Obama sur Israël de céder le territoire stratégique vital et pourquoi il l'idée de démembrer Israël en l'éloignant des parties de son fief ancestral est idiote? La réponse réside dans une politique étrangère erronée qui récompense des régimes tyranniques et à poignarder dans le dos ses alliés; une politique étrangère qui favorise la fatwa iranienne sur des preuves empiriques concrètes de malversations.

Le Premier ministre Netanyahu vient de former un gouvernement de coalition avec une majorité sur le fil du rasoir. Ses partenaires de la coalition, conscients des dangers auxquels ils font face, sur le champ de bataille et dans l'arène politique, semblent encore être solidement derrière leur premier ministre. On ne peut qu'espérer que le premier ministre saura se montrer rapide face à une pression énorme qu'il est sûr de rencontrer avec l'administration Obama extrêmement hostile. Bonne chance Monsieur le premier ministre, vous allez en avoir besoin pour les 18 prochains mois.

Repost 0
mordeh'ai
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 08:18

Par Ronn Torossian

http://www.frontpagemag.com/2015/Ronn-Torossian/Israels-New-Justice-Minister-to-clamp-Down-on-New-Israel-Fund-radical-Left/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Comme d'habitude, les médias internationaux ont tort à propos d'Israël. L'Etat juif reste un phare novateur tourné vers l'avenir de la démocratie, l'égalité et la justice. Témoin Ayelet Shaked, la Ministre de la justice nouvellement nommée par Israël qui, à l'âge de 39 ans, est probablement l'une des rares femmes à occuper un tel poste de hautes responsabilités au sein d'un gouvernement de n'importe quel autre pays au monde. Elle est un chef de file laïque d'un parti religieux et vit dans le nord de Tel Aviv.

Les extrémistes sont à Gauche, ils détiennent une influence minime ou la puissance et heureusement, mais fort heureusement avec le parti habayt hayehudi de Shaked parti qui tient aujourd'hui des postes de direction dans la coalition de Netanyahu, la frange radicale du nouvel Israël (NFI), et ses acolytes sont susceptibles de faire face à des défis continus dans un avenir très proche. Leur désir de lancer de nouveaux dangers contre l'état d'Israël ne sera pas facile avec Shaked au pouvoir.

Tandis que la Haute Cour de Justice israélienne a récemment dénommé les boycots tels que ceux pris en charge par le New Israel Fund "terrorisme économique", Shaked a noté que «boycotter Israël en raison de ses politiques et parce qu'Israël veut se défendre lui-même n'est pas seulement antisioniste... c'est de l'antisémitisme du XXIe siècle.» Elle dit légitimement que boycotter Israël « devrait être illégal. » En Amérique, on ne peut pas légalement pratiquer le racisme ou l'intolérance – les mêmes règles seront susceptibles d'être appliquées en Israël.

Un autre membre du parti de Shaked a récemment déposé plainte contre le mari de la Présidente du New Israel Fund pour acte de trahison – on peut s'attendre à ce que cela continue avec le nouveau Ministre de la Justice.

Shaked, dans un éditorial l'an dernier, a fait remarquer que:

 

Le gouvernement israélien, qui investit beaucoup d'argent dans son budget de la défense, n'a toujours pas compris que la diplomatie est le nouveau champ de bataille et que de l'argent et des ressources doivent être investis pour repousser les vagues d'incitation et leur propagation qui se retrouvent dans le monde entier. Le champ de bataille de la diplomatie publique est aujourd'hui beaucoup plus important pour l'existence de l'Etat d'Israël qu'un bataillon de chars ou qu'un escadron d'hélicoptères-Apache.

 

Shaked reconnaît les dangers posés par les radicaux de l'extrême Gauche.

 

Elle a également critiqué ceux qui appellent à un boycott académique et économique d'Israël et qui présentent des pétitions contre les soldats des Forces de défense israéliennes (FDI) et les chefs des forces de sécurité. Ces ONG jouissent d'une grande puissance et investissent des millions d'euros dans leur activité d'incitation — c'est une sorte d'un « nouvel antisémitisme. »

 

Cela inclurait des organisations telles que Beyond the Silence – une organisation financée par le NIF – dont les donateurs sont Alisa Doctoroff, la Fondation Jim Joseph, et la Fondation Leichtag et d'autres. qui seront combattus.

Shaked a continué: « les états étrangers endommagent la souveraineté d'Israël avec poigne en finançant la ligne anti-israélienne — pour ne pas dire antisémite — tandis qu' Israël est incapable de répondre à ces organisations. » Elle a proposé un projet de loi – semblable à celui de la loi d'enregistrement d'agent étranger de l'Amérique (FARA) – qui exigera des pays étrangers, finançant de projets en Israël de les déclarer et de suivre les lois de divulgation. Ils arrêteront les extrémistes radicaux, du New Israel Fund qui sont déterminés à nuire à l'Etat juif.

Comme l'a noté le nouveau Ministre de la Justice entrant d'Israël,

 

Ces ONG endommagent l'image significative internationale d'Israël, en général et celle des soldats israéliens, en particulier, en aidant les pétitions de projet présentées devant diverses cours de justice d'Europe. Un exemple, l'importante contribution de l'organisation Adalah au rapport Goldstone: Israël doit toujours faire face aux retombées de ce document. Un autre exemple l'expertise fournie par l'organisation à une pétition présentée devant un tribunal espagnol contre les fonctionnaires supérieurs de la défense israélienne. Le projet de loi vise à limiter la capacité des entités étrangères d'influer sur les activités de ce genre.

 

Elle a raison, en tant que consultant démocratique Hank Sheinkopf et George Birnbaum ancien chef d'état-major de Netanyahu ont écrit souvent avec moi, « Si vous restez avec le New Israel Fund, vous vous tenez contre Israël ». Ces groupes dangereux, financés par le New Israel Fund ont un nouveau shérif, un nouveau ministre de la Justice à Jérusalem – et elle est intelligente, charismatique... et a récemment été nommée la plus beau femme de la Knesset.

Shaked ne restera pas silencieuse face aux ennemis, elle a dit ceci:

 

J-Street a pris sur lui le rôle du critique le plus fort d'Israël. On compte parmi ses actions une campagne médiatique contre la mise en place de sanctions contre l'Iran par le Congrès américain; la dénonciation de l'opération Plomb durci et sa définition comme « une opération illégitime et même criminelle »; la prise de contrôle en mer du navire Marmara comme "brutaux et cruels"; le soutien à la demande de l'administration américaine de geler la construction à Jérusalem; la pression sur l'administration américaine de ne pas opposer son veto à la proposition de l'autorité palestinienne pour dénoncer Israël pour la construction en Judée et Samarie et plus encore.

 

Naftali Bennett, le chef de son parti, ministre de l'éducation et des affaires de la Diaspora a dit:

 

Oui, je boycotterai le New Israel Fund, qui persécute les soldats israéliens. Je ne lui trouverai pas d'excuses et je n'en serai pas désolé pour cette ONG. Que les membres du New Israel Fund, m'écoutent attentivement: celui qui nuit, diffame et persécute les soldats israéliens ne sont pas mes frères. Le NIF travaille méthodiquement et systématiquement pour attaquer nos soldats israéliens, les accusent de crimes de guerre, de torturer des Palestiniens et d'attaquer intentionnellement des femmes et des enfants. Il se tourne vers les Nations Unies ainsi que des commissions qui sont le plus hostiles à Israël et essaient de mieux les convaincre qu'Israël est un criminel de guerre. Je le répète: ils disent que nos soldats - vous, moi, vos amis et vos familles, vos enfants et leurs amis - que nous sommes tous des criminels de guerre. Le New Israel Fund investit de grosses sommes d'argent par le biais de ses organisations avec un seul but - nuire aux soldats israéliens qui sont physiquement là pour nous protéger de leur corps.

 

Ayelet Shaked a dit avec raison que le boycott contre Israël est la plus grande menace à laquelle est confrontée le pays. On devrait s'attendre que le New Israel Fund (NIF) continuera à être davantage frappée d'ostracisme par la communauté juive dans le monde entier. Ceux qui financent la haine du NIF doivent cesser d'agir contre les intérêts d'Israël.

Repost 0
mordeh'ai
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 10:09

Par Joseph Puder

http://www.frontpagemag.com/2015/Joseph-Puder/San-Remo-Conference-legalized-the-Jewish-State/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Comme tant d'autres aspects de notre culture contemporaine, les faits historiques sont négligés au profit des "sentiments" et perçus comme des "droits". Dans les lycées américains d'aujourd'hui et les universités, les enseignants se concentrent sur les minorités lésées et les « victimes » de toutes sortes, plutôt que sur la vérité historique. Par exemple, beaucoup dans les médias et le milieu universitaire ont annoncé à plusieurs reprises la victimisation des palestino-arabes. Certains points de vente de professeurs et de médias en sont même venus à déduire que l'état d'Israël a été fondé sur des terres palestiniennes « volées ». Tandis que d'autres accusent Israël d'une « occupation » – un mensonge qui est devenu une vérité illégale admise.

 

 

Le 25 avril a marqué une date historique importante – inconnue par la plupart. À cette date en 1920, membres de la société des Nations, l'ancêtre des Nations Unies, s'est réunie dans la ville italienne de San Remo et a signé un acte – le premier en deux millénaires – celui d'accorder au peuple juif la totale et l'exclusive possession de la terre d'Israël. Les dirigeants des pays de la 1ère guerre mondiale des Alliés victorieux, y compris les États-Unis (observateur, mais non membre), la Grande-Bretagne, la France, l'Italie et le Japon ainsi que 51 autres Etats représentant la société des Nations, ont signé le document.

 

Le motif apparent de cette Assemblée à San Remo devait traiter du sort des territoires qui faisaient autrefois partie des empires défaits d'Allemagne, Autriche-Hongrie (Empire des Habsbourg) et l'Empire turc Ottoman. À la suite du démantèlement de ces empires (y compris l'Empire russe tsariste) de nouveaux État-nations sont nés en Europe, notamment en Pologne (démantelé en 1772 et divisé entre la Russie, la Prusse et l'Autriche-Hongrie), la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie. Dans le cas de l'Empire Ottoman, les vastes territoires du Moyen-Orient se sont retrouvés sans aucun droit de propriété.

 

Les puissances alliées à San Remo, traitent de la disposition des territoires Ottomans au Moyen-Orient. La Ligue a décidé d'accorder à la Grande-Bretagne et à la France un mandat pour administrer les territoires comme tutelles temporaires jusqu'à ce que les nations indépendantes puissent survenir. Les alliés ont aussi réaffirmé l'engagement contenu dans la Déclaration Balfour de novembre 1917, qui a approuvé la création d'une Maison Nationale Juive en Palestine. La délégation britannique à San Remo a été dirigée par le premier ministre David Lloyd George et Lord Curzon, qui a remplacé Lord Balfour comme ministre des affaires étrangères en 1919. La délégation Française a émis des réserves quant à l'introduction de la déclaration de Balfour dans le traité de paix, mais la persuasion britannique a réglé la question et les Français l'ont accepté.

 

La Conférence traitait de deux documents spécifiques : l'accord Sykes-Picot de 1916, entre la Grande-Bretagne et la France, qui a cartographié la division du Moyen-Orient entre elles deux ; et la déclaration de Balfour, qui a déclaré la création d'un foyer national pour le peuple juif sur la terre d'Israël, alors appelée Palestine.

 

Le Conseil américain des Relations avec l'étranger (US Council on Foreign Relations) a affiché la résolution de San Remo comme tel: « le présent accord entre monde d'après guerreet des puissances alliées (Grande-Bretagne, France, Italie et Japon) a été adoptée le 25 avril 1920 au cours de la Conférence de San Remo. Le mandat pour la Palestine se fonde sur cette résolution il a incorporé la Déclaration Balfour de 1917 et l'Alliance de l'Article 22 de la Ligue des Nations. La Grande-Bretagne a été accusée d'établir un « foyer national pour le peuple juif » en Palestine. Les limites territoriales n'étaient décidées que quatre ans après. La résolution elle-même se lit: " Il a été convenu d'accepter les termes de l'Article de mandats comme indiqué ci-dessous en ce qui concerne la Palestine, étant entendu qu'il a été inséré dans le processus – verbal entrepris par la puissance mandataire que cela n'entraîne pas la cession des droits jusqu'ici par les communautés non juives en Palestine..."

 

La doléance tardive de Howard, un juriste international et auteur du fondement juridique et des frontières d'Israël en vertu du Droit International a fait valoir que la résolution de San Remo a donné au peuple juif l'exclusivité juridique et politique en Palestine. Il a donné les les mêmes droits aux arabes dans le reste du Moyen-Orient. La doléance décrit « les arabes ont obtenu la part du lion... Je veux dire qu'ils ont obtenu la Syrie (le Levant), qui a été par la suite divisée entre la Syrie et le Liban, ils ont obtenu la Mésopotamie et toute l'Arabie. Il s'agit de ce que Balfour lui-même a dit: ' pourquoi se plaignent-ils '? Vous obtenez toutes ces terres, et nous accordons une niche – il l'a appelé une niche – au peuple juif qui allait obtenir de Palestine. »

 

Selon la doléance, la résolution de San Remo de 1920 a été remplacé plus tard par les résolutions de l'ONU. " Il y a une doctrine en droit International, une fois que vous reconnaissez une certaine situation, la question est exécutée. Vous ne pouvez pas la changer. L'Assemblée générale des Nations Unies a outrepassé sa compétence. Elle n'avait pas le pouvoir de diviser le pays." La doléance faisait allusion aux deux divisions historiques de la Palestine mandataire. La première en 1922, quand la Grande-Bretagne ampute de plus de 70 % de la Palestine mandataire assignée pour être la patrie juive pour créer l'émirat de Trans-Jordanie et plus tard le Royaume de Jordanie. La deuxième partition s'est produite en 1947, quand la résolution 181 de l'ONU a partagé le mandat restant entre Arabes et juifs. Les Juifs ont accepté la résolution qui suggérait une patrie juive tronquée et ils ont établi l'Etat d'Israël, tandis que les dirigeants arabes Palestiniens ont rejeté la résolution qui leur aurait donné l'autodétermination et l'indépendance. Ils ont plutôt choisi une guerre afin de détruire l'Etat juif.

 

Alors que le Secrétaire général Ban Ki-moon peut faire référence à des colonies "illégales" de peuplement israéliennes en Judée et Samarie, l'Article 6 du mandat pour la Palestine confère aux Juifs le droit à la colonisation. Il déclare: « l'administration de la Palestine, tout en s'assurant qu'il ne soit pas porté atteinte aux droits et aux positions des autres membres de la population, doit faciliter l'immigration juive dans des conditions appropriées et doit l'encourager, en coopération avec l'Agence juive, visé à l'Article 4, surveiller la colonisation par les Juifs sur la terre, dont les terres de l'État et des terres incultes, non requises pour cause d'utilité publique. » L'article 6 n'exclut pas une colonie juive en Cisjordanie ou partout ailleurs en vertu du mandat. En outre, la résolution 242 de l'ONU (1967) détermine qu' Israël abandonne des territoires (pas tous) en échange de la paix. Puisqu'il y a eu le terrorisme palestinien plutôt que la paix, Israël demeure l'administrateur légitime des territoires de Cisjordanie.

L'Ancienne Secrétaire d'Etat américain Madeleine Albright, à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies le 18 mars 1994, a notamment remarqué, " nous avons simplement pas soutenu la description des territoires occupés par Israël pendant la guerre de 1967 comme « territoire palestinien occupé ». De l'avis de mon gouvernement, cette langue pourrait être prise pour indiquer la souveraineté; une question qu'Israël et l'OLP ont convenu doit être tranchée dans les négociations sur le statut final des territoires. Comme convenu entre eux, ces négociations débuteront au plus tard deux ans après la mise en œuvre de la déclaration de principes. »

La citation, souvent attribuée au ministre de la propagande de l'Allemagne nazie,Josef Goebbels « si tu dis un mensonge suffisamment gros et le répètes, les gens en viendront finalement à le croire » cette doctrine s'applique autant aujourd'hui comme à l'époque. Les Arabes-palestiniens et leurs sympathisants occidentaux dans les universités et les médias ont répété les mantras des terres palestiniennes « volées » et « occupation illégale » depuis très longtemps, que beaucoup de monde, y compris Ban Ki-moon, l'ont apparemment accepté, si ce n'est y croire. La résolution de San Remo du 25 avril 1920 est le rappel d'une vérité indéniable.

Repost 0
mordeh'ai
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 18:17

Par Daniel Pipes

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=12519

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

 

Un homme politique iranien, Issa Kalantari, a récemment averti que des erreurs passées ont laissé l'Iran avec un approvisionnement en eau insuffisant alors que jusqu'à 70 % des habitants soient 55 millions des 78 millions d'iraniens, pourraientt être contraints d'abandonner leur pays natal pour les régions inconnues.

 

Beaucoup de faits prédisent l'apocalypse de karjantari: une fois loué dans la poésie, le lac d'Orumieh, le plus grand lac du Moyen-Orient, a perdu 95 % de son eau depuis 1996, passant de 31 à juste 1,5 milliards de mètres cubes. Ce que la Seine est à Paris, la Zayanderud était à Ispahan--sauf que ce dernier s'est asséché en 2010. Plus des deux tiers des villes de l'Iran sont "sur au bord de la pénurie d'eau" qui pourrait entraîner des manques d'eau potable ; déjà, des milliers de villages dépendent de camions-citernes. Des tempêtes de poussière sans précédent, perturbent l'activité économique et endommagent la santé.

 

Et les Iraniens ne sont pas les seuls. L'aridité touche beaucoup d'autres au Moyen-Orient et peut également contraindre à l'exil indésirable, à la misère, au désespoir. Avec une exception unique, magnifique, une grande partie du Moyen-Orient est à court d'eau à cause de ces maladies comme la croissance démographique, des dictateurs à courte vue, des incitations économiques déformées et la guerre qui détruit les infrastructures. Quelques détails :

  • L'Egypte: La hausse du niveau des mers menacent non seulement de submerger les villes côtières du pays (y compris Alexandrie, 4 millions de la population) mais aussi de contamination la nappe aquifère du Delta du Nil, un des plus grands réservoirs d'eau souterrain au monde. Le gouvernement éthiopien s'est enfin réveillé pour le potentiel hydraulique du Nil bleu qui prend sa source en Ethiopie et construit des barrages massifs qui peuvent réduire considérablement le débit d'eau de la rivière pour atteindre l'Egypte (et le Soudan).

 

  • Gaza: est ce qu'on appelle un « cauchemar hydrologique", l'intrusion et la fuite des eaux usées a rendu 95 % de l'aquifère côtier impropres à la consommation humaine.

 

  • Le Yémen: Envois de pétrole permettent yéménites pour s'adonner plus fortement que jamais auparavant à mâcher le qat (un stimulant amphétaminiques), une feuille dont les buissons absorbent beaucoup plus d'eau que les plantes qu'il a remplacé. L'Eau potable "est à moins d'un quart de litre par personne et par jour" dans de nombreuses régions montagneuses, rapporte le spécialiste de l'eau Gerhard Lichtenthaeler. Le Spécialiste Ilan Wulfsohn écrit que Sanaa " peut devenir la première capitale au monde à manquer d'eau ".

 

  • La Syrie: Le gouvernement syrien a perdu $ 15 milliards pour des projets d'irrigation qui ont échoué entre 1988 et 2000. Entre 2002 et 2008, presque tous les 420 000 puits illégaux se sont asséchés et les ressources en eau a diminué de moitié, obligeant près de 250 000 agriculteurs à abandonner leurs terres. En 2009, les problèmes de l'eau ont coûté plus de 800 000 emplois.

 

le New York Times rapportait qu'en 2010, dans l'arrière-pays de Raqqa, désormais capitale de l'Etat islamique « des systèmes d'irrigation anciens se sont effondrés, des sources d'eau souterraines ont fonctionné à sec et des centaines de villages ont été abandonné comme terres agricoles elles devenaient un désert fissuré et les animaux brouteurs mouraient », .

 

Irak : Spécialistes prévoient des eaux du fleuve Euphrate bientôt réduite de moitié (voir révélations 16:12 pour ces incidences). Fermer, dès 2011, le barrage de Mossoul, plus grande, de l'Irak due au débit insuffisant. L'eau de mer dans le golfe Persique a poussé à la hausse du Chatt al-Arab ; l'eau saumâtre a détruit des cultures, élevage et pêche.

 

Dans le nord de l'Irak, les pénuries d'eau ont conduit à l'abandon des villages, certains maintenant enfouis dans le sable, et diminuant de 95 % les cultures du blé et de l'orge. Les Dattiers ont diminué de 33 à 1 million. Saddam Hussein a drainé les marais du sud de l'Irak, à la fois il a détruit une écologie de la faune et privant ainsi les Arabes des marais de leur gagne-pain.

 

  • Golfe Persique: Ironie du sort, les efforts importants de dessalement ont augmenté le niveau de salinité de l'eau de mer du golfe de 32 000 à 47 000 parties par million, menaçant la faune et la vie marine.

 

  • Le Pakistan voisin sera peut être « un pays pauvre en eau » en 2022.

 

  • Israël fournit la seule exception à ce conte régional de malheur. Il subit aussi, dès les années 1990, les pénuries d'eau. Mais maintenant, grâce à une combinaison de conservation, de recyclage, de techniques agricoles novatrices et au dessalement d'une haute technologie, le pays est inondé par l'eau (autorité d'eau d'Israël: « Nous avons toute l'eau dont nous avons besoin »). J'ai trouvé il particulièrement frappant qu'Israël puisse dessaler environ 17 litres d'eau, pour un cent américain, et qu'il recycle environ cinq fois plus d'eau que ne le fait l'Espagne qui est au deuxième rang.

 

En d'autres termes, le bouleversement axé sur la sécheresse qui menace des populations --probablement le pire des nombreux problèmes profonds de la région -- peut être résolu, avec intelligence et maturité politique. Les Voisins désespérés pourraient penser à mettre fin à leur état futile de guerre avec la mégapuissance hydraulique et à la place apprendre d'elle les solutions et les traitements de la pénurie de l'eau.

Repost 0
mordeh'ai
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 10:52

Par Robert Cotta

La Lettre du Lien Israël-Diaspora

reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Enfin, après plus de deux mois de léthargie politique obligée pour cause d’élections législatives, il est plus que temps de… retourner voter pour instaurer un nouveau système électoral !

 

Car le nôtre ridiculise une fois de plus cette démocratie où le peuple vote non pour des députés mais pour des partis qui choisissent les députés à leur gré sans que les électeurs du pays puissent les désigner, alors qu’il est indispensable que les élus puissent être sanctionnés par les électeurs ou soutenus par eux s’ils le méritent. Aussi étrange que cela puisse paraître, jamais personne en Israël n’a mis un bulletin de vote au nom de Ben Gourion, de Peres, de Begin, de Rabin ou de Netanyahou ! C’est en effet impossible puisque l’électeur ne peut voter que pour un parti.

 

Pour comble de malheur, le vote est à la proportionnelle, ce qui rend impossible une majorité cohérente, conduit à des marchandages odieux et à des chantages scandaleux.

 

Alors que les électeurs ont voté en assez grande majorité pour la droite, voilà que le gouvernement qui en est sorti dépend d’un seul député. Pire encore, on a pu assister à la plus détestable des cuisines électorales où, loin de défendre l’intérêt général, chaque parti a cherché à s’attribuer la meilleure part du « fromage » au mépris de la justice, de l’équité et, bien sûr, de l’intérêt général. Certains ont ainsi manifesté leur absence de moralité, en particulier parmi les élus du Shass, dont le principal représentant a un passé pour le moins contestable.

 

Mais il faut reconnaître, hélas, qu’avec un tel système électoral, chaque homme manifeste le pire de lui-même.

 

Ce qui en est sorti n’est pas un programme, mais un bric à brac sans queue ni tête. Netanyahou a bien fait de garder pour lui le plus important ministère, non pour en profiter mais pour ouvrir sa majorité et rebattre totalement les cartes.

 

L’une des premières urgences pour Netanyahou serait au moins de réunir, hors système, les deux partis les plus importants sur un seul et unique sujet : l’élaboration en commun d’un nouveau système électoral puis sa mise en débat et enfin son vote par référendum. Pour y parvenir, il faudra une forte pression des électeurs. Cela ne pourra se faire avec un tel gouvernement dont les membres savent trop bien qu’ils n’auront jamais la chance de retrouver autant d’avantages en cas de nouvelles élections.

 

Le plus tôt sera le mieux.

Repost 0
mordeh'ai
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 15:29

Par Max Boot

https://www.commentarymagazine.com/2015/05/06/a-bad-iran-deal-must-be-stopped-now/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Les sceptiques au sujet de l'accord nucléaire qui se profile avec l'Iran peuvent être de prendre le confort des promesses de candidats Républicains de déchirer le traité dès qu'ils atteindront le Bureau ovale. Ce ne se fera pas. Même en supposant qu'un Républicain remporte la Maison Blanche l'année prochaine (à peine une certitude), le retrait de l'accord ne réglera pas nécessairement ses défauts. En fait, il pourrait rendre la situation encore pire.

 

L'Iran, ses dirigeants l'ont affirmé, attend un avantage immédiat de la signature des accords Si les fuites sont exactes, Obama offre à l'Iran une "prime à la signature" de 50 milliards de $ provenant du dégel d'une grande partie des fonds pétroliers iraniens détenus à l'étranger. Et cela est juste pour commencer. Les Iraniens s'attendent clairement que dans quelques semaines ou bientôt, de toute évidence, ils vont récolter encore plus d'allègement substantiel des sanctions de la part des États-Unis de l'ONU, de l'UE et ils ont probablement raison. Alors qu'Obama ne peut pas abroger formellement toutes les sanctions américaines sans action législative, il peut suspendre la plupart d'entre elles, et nos alliés avec empressement lui emboîteront le pas.

 

Obama nous assure que si l'Iran est pris à tricher les sanctions seront " immédiatement remises" en vigueur. Mais, en pratique, il n'y a aucune chance qu'aucune sanction ne sera appliquée de nouveau avant le 20 Janvier, 2017.

 

À ce moment même si un Républicain entre à la Maison Blanche il pourrait décider de remettre les sanctions. Mais l'Iran pourrait alors sprinter en avant avec une évasion nucléaire et rejettera la responsabilité sur les États-Unis devant l'opinion publique internationale. Et dans ce cas, le président ne serait pas en mesure de présenter une nouvelle demande de sanctions multilatérales qui ont été l'élément le plus important dans l'application de la pression sur l'Iran; cela exigerait des actions que la Russie et la Chine pourraient bloquer à l'ONU, et même nos alliés européens ne soutiendraient pas les Etats-Unis; parce qu'ils seraient en affaires avec Téhéran.

 

Les Etats-Unis deviendraient le pire des deux mondes: l'Iran se serait déjà été enrichi de centaines de milliards de dollars par l’allègement des sanctions et il serait bien en chemin pour les armes nucléaires avec la permission de facto de la communauté internationale. Pour éviter ce scénario catastrophe, le meilleur jeu du point de vue de l'Amérique pourrait bien être de garder l'accord en place pour au moins retarder la décision de l'Iran de militariser la recherche.

 

En bref, n'attendez pas de salut en 2017. Si l'accord est signé ses conséquences seront irrévocables. Quoique que fasse ou ne fasse pas le futur président, le régime de la ligne dure de l'Iran sera considérablement renforcé par l'accord. Cela rend d'autant plus impératif pour arrêter un mauvais accord maintenant et non d'ici deux ans.

 

Repost 0
mordeh'ai
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 11:15

Par WILLIAM KRISTOL

http://www.weeklystandard.com/articles/kerry-guarantee_941026.html?

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

John Forbes Kerry est le 68e Secrétaire  État des États-Unis d'Amérique. Si jamais vous êtes tentés de réfléchir au déclin américain, d'ailleurs au déclin de l'Occident, vous pourriez faire une pause pour refléter le fait que John Kerry a été précédé dans son bureau par, entre autres: Thomas Jefferson, James Madison, John Quincy Adams, Henry Clay, Daniel Webster, William Seward, John Hay, Elihu Root, Charles Evans Hughes, Henry Stimson, George Marshall, Dean Acheson, Henry Kissinger et George Shultz.

Mais laissons de côté ces pensées mélancoliques des gloires du passé. Concentrons-nous plutôt sur le (certes sombre) présent. Concentrons-nous sur quelque chose de John Kerry a déclaré en début de semaine dernière. Il est, même à la lumière de son propre triste record et par ses propres normes faibles, étonnamment stupide. Voici Kerry, à Jérusalem, pour tenter de rassurer les Israéliens sur le programme nucléaire de l'Iran:

" Je dis à tous les Israéliens qu'aujourd'hui, nous avons la capacité d'arrêter [les Iraniens] si ils décidaient de passer rapidement à une bombe et je garanti absoluement que dans l'avenir, nous aurons la capacité de savoir ce qu'ils font de sorte que nous pourrions encore les arrêter si ils décidaient de passer à la bombe."

Cette garantie de Kerry est ridicule. L'histoire montre, et tous les experts sérieux comprennent, qu'il ne peut y avoir aucune garantie-et encore moins une garantie qui nous saurions tout ce que le régime iranien est en train de faire dans ses efforts pour acquérir la technologie des armes nucléaires absolues. Ce serait le cas même si Kerry était en mesure, dans les négociations actuelles, de garantir un régime d'inspections en profondeur et intrusives, dont il est pas maitre. Avec le régime des inspections de l'administration Obama il semble peu probable à régler, nous ne serons pas en mesure de garantir, nous ne serons même pas en mesure d'avoir beaucoup de confiance, parce que nous saurons pas ce que l'Iran est en train de faire.

Pour avoir une idée de la façon dont la "garantie absolue" du farceur Kerry sera, voici ce que deux de ses illustres prédécesseurs, Kissinger et Shultz, ont à dire à propos de l'affaire prospective:

" Les négociations qui ont commencé il y a 12 ans comme un effort international visant à prévenir une capacité iranienne de développer un arsenal nucléaire se terminent avec un accord qui concède cette capacité,  au cours des 10 premières années. . . . Selon l'accord proposé, pendant 10 années, l'Iran ne sera jamais à plus d'un an d'une arme nucléaire et, après une décennie, il sera beaucoup plus proche. . . . Dans un grand pays avec de multiples installations et une vaste expérience dans la dissimulation nucléaire, les violations seront intrinsèquement difficiles à détecter. . . . Tout rapport d'une violation est susceptible de susciter un débat sur sa signification ou même des appels pour de nouvelles négociations avec Téhéran afin d'explorer la question. L'expérience du travail de l'Iran sur un réacteur à eau lourde au cours de la "accord intérimaire" période où l'activité suspecte a été identifié ....

Maintenant, on pourrait imaginer un cas sophistiqué pour un accord "non-entièrement rassurant" fait par un négociateur plus subtil que John Kerry: Ce n'est pas parfait, mais il a une certaine visibilité dans le programme ce qui est mieux que rien; nous allons probablement découvrir des tricheries une fois qu'il sera en cours depuis un certain temps; et, comme Clint Eastwood l'a dit, " Si vous voulez une garantie, vous pouvez acheter un grille-pain." Mais nous ne disposons pas de négociateur sérieux ou subtil. Nous avons John Kerry. Donc, l'affaire sera catastrophique. Et la défense de celà sera malhonnête.

Voilà pourquoi un groupe de sénateurs a combattu au cours des dernières semaines pour renforcer la législation-recherche Corker-Cardin et y a ajouté des normes qui rendraient clairement ce qu'est un accord acceptable serait, et de créer un processus qui permettrait d'établir un terrain de jeu équitable pour une discussion et votes sur l'affaire. Les sénateurs juniors ont fait de leur mieux. Nous les saluons pour lutter contre toute atente. Mais ils ne pouvaient pas vaincre la résistance de Corker de modifier ce qu'il avait négocié avec les Démocrates, la réticence des autres Républicains supérieurs de contester le travail d'un président de la commission, l'engagement de l'établissement pro-Israël du bipartisme, et un manque général d'urgence à propos d'agir maintenant pour arrêter une mauvaise affaire Iranienne.

L'effort était pas tout à fait vain. Ces sénateurs au moins ont commencé à éduquer leurs collègues et le pays des nombreuses façons dont l'affaire est menée et vers laquelle l'administration Obama se précipite est très mauvaise. Et peut-être la Chambre améliorera la législation comme il sied plus à ce corps.

Ce qui est crucial aujourd'hui est que l'effort plus large anti-nucléaire de l'Iran prendra dans les deux prochains mois le large tandis que Kerry négocie. Ce qui est crucial aujourd'hui est que les adversaires d'un Iran nucléaire mettent de côté les différences tactiques et se concentrer sur la tâche fondamentale: la prévention ou de jeter les bases pour vaincre-un accord qui ouvre la voie vers un Moyen-Orient dominé et intimidé par une terreur qui sponsorise, la haïne de  l'Amérique, le déni de l'Etat d'Israël, par des armes nucléaires de l'Iran, et dont l'économie sera  renforcée avec des sanctions levées et dont l'infrastructure des armes nucléaires  aura été béni par la «communauté internationale» .

Pour notre part, nous «garantissons absolument» que si il n'y a aucun effort pour rallier l'opposition à cet accord jusqu'à ce qu'il soit signé, il sera trop tard. Voilà pourquoi certains sénateurs avaient un sentiment d'urgence à propos de la formulation du débat maintenant. Ils ont été repoussé par leurs aînés au Sénat. Mais le combat continue. C'est un combat contre le renforcement du régime iranien à la maison et à l'étranger, un combat contre un bouclier nucléaire iranien au terrorisme, une lutte contre une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient, un combat pour une Amérique forte et pour un Israël sûr.

La bataille de Corker-Cardin est peut-être terminée. La lutte pour arrêter l'affaire Iran vient de commencer.

Repost 0
mordeh'ai
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 10:10

Par Yaakov Lappin

http://www.gatestoneinstitute.org/5704/Iran-Partner

Adaptation malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

La communauté internationale ne parvient pas à répondre aux armes et aux réseaux du terrorisme de l'Iran.

Ces dernières années, les réseaux de l'Iran se sont étendus considérablement, le plus souvent avec des résultats mortels pour la région.

Alors que le programme nucléaire iranien est au centre de l'attention intense, la communauté internationale fréquemment surplombe la contrebande d'armes sophistiquée des iraniens transnationales et ses réseaux de terrorisme, alimentant actuellement les guerres et l'instabilité dans tout le Moyen-Orient.

Des navires transportant des armes déguisés en cargos, des compagnies aériennes iraniennes qui transportent des armes, et au sol des convois transportant des missiles, des fusées, des armes et des munitions sont tous utilisés pour armer les membres du réseau régional de l'Iran.

Le 5 mars 2014, la marine d'Israël est montée à bord du Klos-C dans la mer rouge et trouve qu'il transporte en contrebande des munitions de l'Iran vers Gaza, dont un grand nombre de missiles M-302, trouvés dissimulés sous des sacs de ciment de Portland.

Le manque d'attention à ces actes d'agression est tout à fait surprenant compte tenu de l'étendue de l'influence néfaste qu'elles ont, non seulement pour le Moyen-Orient, mais pour la sécurité internationale dans son ensemble.

Aujourd'hui, il est possible d'envisager un certain nombre de batailles qui font rage dans la région; ce qui relie les unes aux autres dans ce réseau plus souvent qu'autrement est la stimulante influence de l'Iran.

La Force Qods, une unité d'élite de l'Iran, l'Armée des Gardiens de la révolution islamique révolutionnaire (IRGC) qui opère à l'étranger, gère le réseau. Les Fonds de la terreur, les armes iraniennes et maintenant les instructeurs pour la formation militaire ont plus de portée que jamais, et l'IRGC a consolidé sa présence en Amérique du Sud.

Comme un certain nombre de régimes du Moyen-Orient ont implosé, laissant derrière lui les Etats en déliquescence et aux luttes de factions, l'Iran a profité du chaos pour exercer un contrôle profond sur un nombre croissant de capitales arabes, y compris Sana'a, Bagdad, Damas et Beyrouth--ainsi que plusieurs régions dans les pays arabes--et vraisemblablement ne s'arrêtera pas là. Au Yémen, la puissante milice Houthi, soutenue par l'Iran chiite a récemment renversé le gouvernement. Ce proxy au Yémen pourrait permettre à l'Iran de s'emparer des routes maritimes cruciales et à l'étranglement de chaque côté de la péninsule saoudienne, dans le détroit d'Ormuz et le détroit de Bab El-Mandeb.

Pour sûr, toutes choses ne vont pas ainsi pour l'Iran. Des récents revers de champ de bataille pour le régime Assad sont de mauvaises nouvelles pour Téhéran, comme en témoigne une récente visite précipitée du ministre de la défense syrien en Iran pour des consultations et des instructions.

L'Intervention iranienne plus manifeste en Syrie, où l'Iran a agi comme un système de soutien vital du régime Assad, contribuant à alimenter un conflit, qui a tué plus de 250 000 personnes et a créé plus de 7 millions de réfugiés, et qui ne mène nulle part.

L'Iran considère le régime Assad comme une base régionale clé et comme un pont stratégique à son chef proxy: le Hezbollah au Liban.

Le soutien de l'Iran à Assad permet à ce conflit, le plus meurtrier dans le monde d'aujourd'hui, à rouler mois après mois. Ce conflit, à son tour, a directement conduit à la prolifération des groupes sunnites radicaux, en particulier l'État islamique.

Le Mandataire libanais de l'Iran, le Hezbollah, l'entité terroriste la plus lourdement armée dans le monde, se bat au coude-à-coude avec les forces du régime Assad. Ainsi que de l'Iran, le Hezbollah a essayé de mettre en place des bases terroristes dans le sud de la Syrie afin de lancer des attaques transfrontalières sur Israël.

Téhéran n'a pas seulement utilisé son réseau des Forces Al-Quods pour envoyer des missiles guidés et des roquettes au Hezbollah dans le Sud-Liban ; Il a aussi payé au Hamas des dizaines de millions de dollars pour continuer à creuser des tunnels de Gaza vers Israël, pour une utilisation à l'avenir d'attaques transfrontalières afin d'assassiner et kidnapper des Israéliens.

L'Ordre du jour de l'Iran est clair. Il souhaite utiliser son réseau régional de plus en plus afin de contrôler la région et d'utiliser ses mandataires pour attaquer indirectement des pays qui se dressent sur son chemin--tout en se présentant comme un partenaire raisonnable pour les Etats-Unis et l'Occident dans la guerre contre l'Etat islamique.

Alors que la communauté internationale est largement restée silencieuse sur l'ingérence exubérante de l'Iran dans la région, les acteurs locaux du Moyen-Orient menacés par ces actions ont répondu.

Une coalition sunnite dirigée par Arabie des forces aériennes arabes a lancé une guerre aérienne ces dernières semaines contre la milice Houthi au Yémen, pour tenter d'arrêter leur progression, jusqu'ici avec un succès limité. Les rebelles Houthi, frappant en retour, en lançant des mortiers et des roquettes de Katioucha sur une ville d'Arabie saoudite cette semaine, frappantdes écoles et des bâtiments résidentiels et forçant les Saoudiens à fermer un aéroport local.

Selon des reportages de médias internationaux, non confirmés par Israël, récemment le ciel au-dessus de la Syrie a vu des avions de chasse israéliens secrètement cibler les envois d'armes iraniennes et syriennes destiné au Hezbollah au Liban -- une série d'allégations de frappes israéliennes ciblaient des armes de pointe en contrebande pour le Hezbollah.

D'autres acteurs que ceux régionaux semblent répondre, aussi bien. À la fin du mois d'avril, l'US Navy a fait face aux navires iraniens navires transportant des armes pour les Houthis au Yémen, les forçant à rebrousser chemin. Comme le P5 + 1 semble continuer de tisser ensemble un mauvais accord nucléaire qui laissera ouvert les portes aux armes nucléaires pour l'Iran, l'agression de la République islamique va être en grande partie ignorée.

Repost 0
mordeh'ai
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 07:01

Par Isi Leibler

http://wordfromjerusalem.com/to-survive-netanyahu-must-broaden-his-new-government/

hebrew_button

Adapté pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Après des semaines de marchandages peu édifiant, de menaces et d'extorsions, aggravés par la malveillance personnelle, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a finalement bricolé une coalition intenable avec seulement une majorité d'un siège, que tout membre de la Knesset seul, dans la coalition pourrait abattre. Pour survivre, elle doit être élargie.

La plupart des Israéliens sont déçus que le gouvernement d'unité nationale ne puisse pas être formé à un moment où nous sommes confrontés à des défis politiques et diplomatiques de taille, en particulier la tension permanente entre Israël et l'administration Obama.

Pourtant, il y a encore beaucoup de spéculations que malgré les affirmations emphatiques au contraire à la fois de Netanyahu et d'Isaac Herzog préfèreraient servir dans un gouvernement d'union. Si cela est vrai, il est possible que, à un stade ultérieur la coalition s'élargira pour intégrer l'Union sioniste ou, en dernier recours, même Yesh Atid.

Condamnant Netanyahu d'avoir capitulé devant des exigences déraisonnables de partis minoritaires qui sont contraires à la volonté du peuple c'est très bien pour les critiques des populistes. Mais la responsabilité incombe à notre système politique dysfonctionnel et aux électeurs qui ont soutenu les petits partis. Si Herzog avait été à la place de Netanyahu, en remportant le plus grand nombre de voix il aurait été confronté à la tâche de rassembler une coalition, et il se serait comporté exactement de la même manière.

Pour former un gouvernement, Netanyahu a été contraint de renoncer aux meilleurs candidats disponibles pour certains postes ministériels et même nommer des ministres tout à fait inappropriés. En outre, il a été obligé de se soumettre aux demandes des petits partis unidimensionnels, adopter des politiques auxquelles le Likoud et la grande majorité des Israéliens sont fortement opposés.

Ironiquement, malgré la restriction Netanyahu à une majorité tirée par les cheveux, la décision calculée d'Avigdor Lieberman président de Yisrael Beitenou  de miner la position de Netanyahu et de rejoindre l'opposition ravira la plupart des Israéliens. Lieberman, qui a démissionné de son poste de ministre des Affaires étrangères, était l'antithèse de ce qu'Israël a besoin  pour ce rôle. Affirmant cyniquement d'être motivé de démissionner par des principes idéologiques cela a été pathétique pour Lieberman, qui est connu pour ses zigzag politiques. D'ailleurs, à part d'avoir un penchant pour les déclarations grossières qui peuvent faire appel à sa circonscription, mais de s'aliéner le reste du monde - comme son appel à "décapiter" les arabes Israéliens déloyaux  et sa condamnation publique du gouvernement en temps de guerre - Lieberman était probablement le ministre des Affaires étrangères d'Israël le moins apte .

Le président Naftali Bennett et son parti Habayit Hayehudi ont été traité misérablement par Netanyahu, qui a capitulé devant Shas à leurs dépens. Néanmoins, il avait accepté la demande de Bennett à être nommé ministre des Affaires étrangères, cela aurait également été désastreux. Bennett est éloquent et charismatique mais il est sur la ligne-qu'il ne serait jamais envisager un État palestinien et en favorisant l'annexion des territoires. Si Il avait été nommé ministre des Affaires étrangères, cela aurait fourni au président américain Barack Obama toutes les munitions nécessaires pour orchestrer une campagne mondiale imposante anti-Israëlienne.

Il a d'abord repoussé l'offre du ministère de l'Education c'est regrettable. L'éducation aurait dû être la préoccupation primordiale de Habayit Hayehudi. Bennett a une vision d'Israël et des valeurs juives au-delà de l'arène religieuse et comprend comment réintroduire les valeurs juives dans le courant de l'éducation laïque sans coercition religieuse. Le courage qu'il affichait dans ses incursions politiques précédentes suggèrent qu'il pouvait être un ministre de l'éducation exceptionnelle et faire adopter de grandes réformes dans le système.

Le rendez-vous de dernière minute de Ayelet Shaked au ministère de la Justice était la récupération de Bennett pour le traitement minable de Habayit Hayehudi par Netanyhu. Même si elle n'a pas de formation juridique, Shaked est extrêmement compétente et, en dehors de créer des tensions en cherchant à réduire le pouvoir excessif de la Haute Cour, elle sera, espérons le réduire le contrôle du rabbinat recherché par Shas.

Il y a un dégoût considérable avec les implications morales négatives de la nomination du chef de Shas, Aryeh Deri, un 'gredin' condamné, en tant que ministre. Heureusement, l'indignation du public et les pétitions l'ont empêché d'obtenir le ministère de l'Intérieur, qu'il convoitait (il a servi comme ministre de l'Intérieur, quand il a été inculpé en 1993). Mais ce qui nous a fait honte encore c'est qu'une telle personne puisse être nommé ministre des services religieux ainsi que ministre de l'économie.

En termes de politique réelle, le principal grief contre Netanyahu est en relation avec les questions d'Etat et  la religion. La rétraction de la décision de pénaliser et d'emprisonner les hommes ultra-orthodoxes qui refusent d'être enrôlés dans l'armée en 2017 était louable, car ce type de contrainte est un obstacle au progrès et, si elle est appliquée, elle aurait simplement transformé nos prisons en yeshivot et radicalisée l'opposition ultra-orthodoxe au projet.

Cependant, Netanyahu en capitulant à d'autres exigences ultra-orthodoxes il a effectivement  et totalement déplacé le parti Sioniste Habayit Hayehudi dans l'arène religieuse et rabbinique avec les partis ultra-orthodoxes. Mettant de côté les avantages et les inconvénients de l'augmentation massive du financement aux institutions ultra-orthodoxes, l'abrogation des sanctions financières aux yeshivot qui ne remplissent pas les quotas pour le projet ne feront qu'encourager la paresse.

La décision que les institutions éducatives ultra-orthodoxes parrainées par l'État ne sont plus tenues d'intégrer un programme de base - un élément crucial permettant aux diplômés des yeshivot d'obtenir un emploi - est également très rétrograde.

Un autre mouvement désastreux, qui va intensifier les tensions avec les Juifs de la Diaspora en les aliénant davantage, est l'annulation de la loi habilitant les Israéliens de choisir les rabbins pour le mariage, le divorce et la conversion plutôt que de se voir attribuer un rabbin par leur district. Cette exigence niera à des groupes rabbiniques orthodoxes modérés comme Tzohar la capacité d'opérer dans ces zones et éviter que des rabbins municipaux n'établissent leurs propres tribunaux de conversion. Ces services religieux de base seront contrôlés exclusivement par le Grand Rabbinat, qui a été détourné par des éléments ultra-orthodoxes des plus stricts.

Cette centralisation du contrôle ultra-orthodoxe est sans précédent et impose des interprétations les plus strictes dans tous les domaines de la loi juive sur l'ensemble de la nation. Dans le long terme, malgré un extraordinaire renouveau des valeurs juives, surtout en Israël, cela apportera le discrédit sur le rabbinat et la vie religieuse.

Il y a aussi une certaine inquiétude à propos de l'économie. Il est très louable que le ministre des Finances entrant Moshe Kahlon a des plans pour introduire des réformes au profit des secteurs les plus faibles, surtout dans le domaine du logement. Cependant, il y a une énorme différence entre la réforme de l'industrie du téléphone mobile - à laquelle il a été associé et qui a été indéniablement réussie - et de révolutionner l'économie nationale. À l'heure actuelle, Israël jouit d'une des économies les plus stables et les plus enviables dans le monde, mais cela pourrait changer du jour au lendemain avec la mise en œuvre de politiques populistes. Netanyahu devra travailler en étroite collaboration avec lui pour assurer que les réformes internes en souffrance ne causent pas de ravages à l'économie globale forte.

Avec une telle majorité sur le fil du rasoir, un autre inconvénient majeur du gouvernement est que l'innovation sera sévèrement limitée et des politiques constructives peuvent opposé son veto non seulement par l'absence de l'appui unanime de tous les petits partis, mais par un individu membre de la Knesset au gouvernement. Comme par le passé, l'absence de responsabilité du cabinet et de l'incapacité de Netanyahu d'imposer la discipline à ses ministres qui continueraient à agir comme des chefs de fiefs indépendants et de maintenir leur pratique de critiquer publiquement leur propre gouvernement va probablement continuer.

Dans les mois à venir, nous serons confrontés à d'énormes pressions, et pas seulement des Européens, mais de l'administration américaine aussi. Une fois qu'Obama achèvera ses efforts pour faire aboutir un accord avec l'Iran, qui effectivement le transformera en une puissance nucléaire de seuil, il est susceptible de remettre toute son attention sur Israël. Tous les indicateurs suggèrent qu'il entend mettre en œuvre sa menace que si Israël échoue aux pieds de sa ligne, les Etats-Unis refuseraient leur droit de veto à l'ONU.

Sa politique clairement énoncée est que les frontières d'Israël devraient être fondées sur les (indéfendables) lignes d'armistice de 1949  avec des échanges mutuels (qui n'a jamais pu être atteints avec des Palestiniens intransigeants), la division de Jérusalem, et un gel indéfini de toute construction de colonies qui, dans ce contexte, comprend les blocs de colonies et l'est de Jérusalem juive.

Inutile de dire, qu'Israël ne sera pas en mesure de faire de telles concessions et devra afficher un front uni pour faire en sorte que l'opinion publique américaine et le Congrès américain d'empêcher Obama de mettre en œuvre ses initiatives dangereuses. Beaucoup dépendra de l'opposition. L'Union sioniste a agi louablement depuis l'élection en ce qui concerne la question iranienne. Espérons qu'elle va continuer à éviter la démagogie et le populisme et approuver les politiques gouvernementales qui affectent notre intérêt national.

En effet, la plupart des Israéliens espèrent que, même si cela conduit à la défection de quelques-uns de ses députés extrémistes de gauche, l'Union sioniste deviendra finalement un partenaire dans un gouvernement d'union nationale. Si elle le fait, l'une des tâches les plus urgentes du gouvernement sera de se mettre sur les réformes électorales très en retard pour éviter une répétition de la situation intolérable actuelle.

Repost 0
mordeh'ai
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 08:58

"C'est fou ce qui se passe avec Avigdor Lieberman, le chef d'Yisrael Beytenu hein? Quel truc a-t-il arraché. Wow."

 

Par Dror Eydar

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?ID=12481

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Les médias n'ont pas retenu la leçon de la récente élection et méconnaissent la volonté du public une fois de plus. Au cours de ces dernières 24 heures dans les médias on a tout entendu et même applaudir. La personne qui jusqu'à récemment était la cape rouge pour la gauche est dépeinte aujourd'hui comme une figure romantique. Lieberman n'a pas été attaqué pour les promesses qu'il avait faites avant l'élection, pour ses déclarations d'engagement supposé dans le camp de la droite, pour l'envoi de tout un pays dans une spirale descendante qui pourrait bouleverser tout et conduire à une nouvelle élection et pour quoi, pour l'amour de Dieu? Non - absolument rien d'autre que pour sa propre rancœur pour le premier ministre Benjamin Netanyahu.

 

Pourquoi est-ce qu'ils devraient aller après Lieberman ? Parce que toute personne qui pourrait briser la coalition de Netanyahu est bien accueillie, même si les filles des Philistins se réjouissent et que l'économie israélienne stagne et que la dissuasion d'Israël de ses voisins est diminuée en raison de la faiblesse de son gouvernement. Que faire de tout ce qui est important? Si Lieberman parvient à blesser Netanyahu, nous sommes heureux. C'est pourquoi il y a eu une élection, après tout, pour humilier Netanyahu, et la droite? Quelle honte.

 

Comme nous l'avons vu hier, le journal Yedioth Ahronoth n'a pas déçu. Vedette de la première page une photo de Lieberman ressemblant à un prophète et avant de plus c'était l'un des titres qui apparut dans l'histoire du papier qu'il y a eu une fois une nation et qui est aujourd'hui heureux de la détruire: « Nous avons préféré les principes que de siéger [au gouvernement]. »

 

Les Chroniqueurs tels Nahum Barnea, qui ne pouvait pas cacher son sourire, et la fureur de Kadmon Sima, qui a décrété, « Lieberman n'avait aucun autre choix » (!), encourageons-le. Mieux que tout le monde c'était Shimon Shiffer, le comédien, qui dans un éditorial est allé de sa bénédiction: « les électeurs, même ceux qui sont en désaccord avec son coup d'éclat, ne peuvent s'empêcher de le respecter.» Tout simplement impossible. Shiffer a conclu en disant: « En fin de compte, ce n'est pas tous les jours qu'un homme politique opte pour ses principes plutôt que de siéger dans un gouvernement.» Oui, c'est tous les deux jours.

 

L'infatigable Amnon Abramovich, a par ailleurs, écrit un texte comparable à du Barnea et n'a pas contrôlé son vocabulaire quand il a employé une description brute de Netanyahu « se penchant. » Agréable. Ce n'est pas seulement Yedioth dont l'éditeur est Noni Mozes, c'est toute la vieille garde qui est guidée par sa haine et sa répugnance de l'autre Israël et tente de nous pousser dans le fossé, qu'elle a creusé pour elle-même.

 

Ces dernières années nous avons assisté à ce que j'ai appelé le « choix de Samson » par l'ancienne élite: si nous ne sommes plus les seuls joueurs, si les « ploucs » sont ceux qui déterminent notre destin, si les colons et les ultra-orthodoxes ne sont pas satisfaits étant les superviseurs de la cacheroute mais plutôt exigent une partie de la direction du navire sioniste--nous mourrons avec les Philistins , et l'État peut aller en enfer. L'admiration pour un acte de de vilenie de Lieberman est une preuve de plus de l'effondrement des valeurs des composantes du secteur qui, jusqu'à pas si longtemps ont porté la civière du sionisme.

 

Ce n'était pas une tactique politique; c'était une attaque contre la Démocratie israélienne et les forces vives de la Nation.

Repost 0
mordeh'ai