Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Obama montre à Netanyahu qu'Israël est vraiment seul

1 Septembre 2013 , Rédigé par mordeh'ai

 

Par Avi Issacharoff, analyste d'Israël au The Times of Moyen-Orient , remplit le même rôle pour Walla.

1 Septembre 2013,

http://www.timesofisrael.com/obama-shows-netanyahu-that-israel-is-truly-alone/

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

 

 

En Syrie, en Iran et au Liban, la décision du président de demander l'approbation du Congrès pour une frappe militaire apparait comme une preuve de faiblesse et d'hésitation. A Jérusalem, aussi !!

 

Bachar al-Assad peut se détendre. Barack Obama cligna des yeux, et a confié la décision d'attaquer la Syrie au Congrès.

 

C'est peut-être que c'était une étape nécessaire du point de vue de M. Obama. C'est peut-être que c'était une sage décision politique, dans une Amérique traumatisée par l'Irak et l'Afghanistan. Mais les sourires sur les visages des décideurs en Syrie, au Liban et en Iran, en entendant samedi le discours d'Obama, racontent leur propre histoire.

 

Jusqu'à Samedi, les politiques Moyen-Orientales d'Obama n'étaient généralement considérées par le monde Arabe comme embarrassées et incohérentes. A compter de ce jour, Obama sera perçu comme le plus faible des Présidents de l'histoire américaine.

 

Ce parfum de faiblesse a franchement saisi l'Iran, Amir Moussavi, le chef du centre de Téhéran pour les études de défense stratégique, a déclaré à Al-Jazeera dans le sillage immédiat du discours que Barack Obama: il est incertain et hésitant. À peu près au même moment, les gardiens de la révolution dont le commandant Mohammad Ali Jafari s'est vanté que " les États-Unis se trompent si ils pensent que la réaction à une frappe sur la Syrie sera limitée au territoire syrien." Cela  faisait probablement parti d'un effort visant à dissuader les membres du Congrès de soutenir une intervention militaire contre le régime Assad pour son utilisation d'armes chimiques. Dans un geste de solidarité, en attendant, une délégation parlementaire iranienne, dirigée par Alaeddin Boroujerdi, qui dirige le Comité de politique étrangère et de sécurité et proche du Guide suprême Ali Khamenei, qui est actuellement en visite à Damas.

 

Le shéma de la connexion entre la Syrie et l'Iran est inévitable. Si, après l'utilisation par Assad des armes de destruction massive pour tuer son propre peuple le secrétaire d'Etat John Kerry a spécifié qu'ils étaient 1.429 tués, Obama hésite - alors qu'Assad n'a pas de capacité réelle de nuire considérablement aux intérêts américains - que sera-t-il susceptible de le faire si l'Iran décide de développer des armes nucléaires? Khamenei et ses conseillers reconnaissent que la probabilité de cette administration utilisant la force militaire contre un pays qui a les capacités militaires de l'Iran sont très faibles, voire inexistantes.

 

Et ils ne sont pas les seuls à s'en rendre compte. Les mêmes conclusions sont tirées par le Hezbollah et Al-Qaïda.

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses collègues du Cabinet, qui sans doute ont regardé le discours du Rose Garden, auront intériorisé ce qu'ils avaient longtemps soupçonné: que Washington ne sera pas le lieu à partir duquel les bonnes nouvelles émaneront pour contrecarrer le programme nucléaire Iranien.

 

Entre-temps, la Syrie revient maintenant à la routine de la guerre civile. L'armée syrienne livre d'âpres batailles contre les forces rebelles à travers le pays, et Assad utilise sa force aérienne pour bombarder les quartiers résidentiels - pas, à Dieu ne plaise, avec des armes chimiques, simplement avec des armes conventionnelles.

 

Il est clair pour le régime d'Assad qu'une intervention américaine finira par venir. Mais  sera limité et faible - d'une échelle qui permettra Bachar al-Assad non seulement à survivre, mais à la victoire de la grêle.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :