Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les historiens se moqueront d'Obama

4 Septembre 2013 , Rédigé par mordeh'ai

Le leader américain a perdu du temps et de l'énergie à former la coalition occidentale inutile, comme si la crise de la Syrie était la troisième guerre mondiale

Hagai Segal

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4426063,00.html

Adaptation: Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Le président Barack n'obtiendra pas de tableau d'honneur pour sa gestion de la crise Syrienne, même s'il intervient finalement militairement contre le régime d'Assad; les historiens néanmoins se moqueront de lui.

 

Ils écriront qu'il a créé en 2012 une ligne rouge dans son voccabulaire corporel qui aurait dû montré sa détermination, mais les actions projetées ont montré sa faiblesse.  

 

Il n'y avait aucun obstacle militaire ou constitutionnel qui empêchait Obama de frapper la Syrie il y a une semaine, quand le monde était encore sous l'émotion des images horribles de l'attaque chimique sur les bastions rebelles  proches de Damas. Les navires de guerre américains en Méditerranée ont suffisamment de missiles Tomahawk pour mener à bien une telle mission aussi simple. Il ne manquait pas de cibles. Deux ou trois salves, ça aurait été clair pour tous les fous du Moyen Orient.  Au lieu d'appeler Benny Gantz et le chef de Tsahal pour leur demander conseil sur la façon de bombarder la Syrie sans que la Haute Cour et B'Tselem, s'en emparent. La Maison Blanche a appelé tout le monde dans le monde pour obtenir l'approbation d'une frappe. La plus grande superpuissance dans le monde est devenue piteuse.  

 

 

Selon la plupart des rapports, Obama n'était pas furieux quand le parlement à Londres a voté contre une attaque. En fait, il a poussé un soupir de soulagement. Le refus britannique lui a donné l'inspiration pour le stratagème - prendre la décision d'une frappe en Syrie par le Congrès.  

 

Obama a volontairement compliqué la situation pour gagner une autre fenêtre de deux à trois semaines dont il espère éviter une opération militaire contre Assad. Il espère que pendant ce temps une offre de compromis fera surface ou qu'un événement distraira le monde de la situation en Syrie. Qui sait, peut-être que le gouvernement israélien va soudainement décider de construire sept appartements et demi  à Jérusalem-Est? Alors même que les Britishs neutres voteront avec enthousiasme en faveur d'une frappe.   

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :