Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

L'aberration de la « solution à deux Etats »

19 Juin 2013 , Rédigé par mordeh'ai

 

Par Vic Rosental

http://fresnozionism.org/2013/06/the-idiocy-of-the-two-state-solution/

Adapté par Mordeh’aï pour le blog malaassot.com

 

"Solution à deux Etats", la Commission Peel 1937

"Solution à deux Etats", la Commission Peel 1937

 

Hier Naftali Bennett de Habayt hayehudi est devenu le dernier membre du cabinet israélien à demander que soit mis fin au prétexte d’une «solution à deux États» qui se voudrait être pourrait être une «solution» dans tous les sens du terme.

L'idée d'avoir une solution à deux Etats établis sur la terre d'Israël est maintenant dans l’ impasse, jamais dans l'histoire juive tant d’individus ont discuté et dépensé tellement d'énergie dans quelque chose d'aussi futile, a-t-il dit.

 

Au lieu de cela,

 

Bennett a réitéré sa position selon laquelle Israël devrait annexe - « aussi rapidement que possible » - pratiquement toutes les terres de la [Zone C] qui n'ont pas été remis à l'Autorité palestinienne en vertu des accords d'Oslo, y compris les communautés juives et une poignée de villes palestiniennes. Il a en outre plaidé pour qu'Israël concçoive de nouveaux plans «agressifs» pour améliorer considérablement le bien-être économique des deux communautés juive et arabe habitant la Judée et la Samarie.

 

Bennett a dit que Israël devait poursuivre son activité d’implantation en Judée et en Samarie "pleinement et viguoureusement, parce que seuls les faits sur le terrain feraient comprendre à tous qu'il s'agit d'une proposition peu réaliste d'avoir une entité palestinienne sur la terre d'Israël."

 

Naturellement, cela a conduit à une tempête de critiques - dans certains cas, très violentes – de la part des Palestiniens, et de la gauche israélienne, de l'Europe et de l'Administration Obama, tout comme pour la remarque faite la semaine dernière par le Ministre-adjoint de la Défense Danny Danon que l’Etat ne soutiendrait pas la «solution de deux Etats ".

 

Alors, quelle est l'histoire de la "solution à deux Etats»?

 

Le Mandat original de la Palestine a été conçu pour l’établissement d'un Etat juif dans une partie de la zone de la prise à l’Empire ottoman qui s’est effondré après la Première Guerre mondiale. Les puissances alliées victorieuses ont également établi un mandat dans ce qui allait devenir l'état actuel d'Irak, un pour le Liban et la Syrie, etc Les Britanniques ont pris environ 70% de la Palestine mandataire et ont créé l'Etat arabe de Transjordanie.

 

Mais en dépit de la pléthore de nouveaux Etats arabes (mandats qui sont devus des Etats), l'opposition violente à la souveraineté juive dans ce qui restait de la Palestine a surgi parmi les Arabes, et pour des raisons diverses – le pétrole entre autre - la Grande-Bretagne a abandonné sa responsabilité envers le peuple juif . Lorsque les Britanniques ont finalement été chassé de la région - dans une large mesure par la résistance juive - ils s’allièrent aux Arabes dans une tentative de faire avorter la création d'un Etat juif.

 

Dans le cadre des préparatifs de la guerre de 1948, il y a eu diverses propositions de séparation pour réduire encore davantage la zone allouée au foyer juif, qui était acceptable pour les Juifs. Il y a eu le rapport de la Commission Peel de 1937, qui proposait un petit Etat juif, un Etat arabe plus large et une partie comprenant Jérusalem qui resterait  sous administration britannique. Et bien sûr, il y a eu la résolution de partition de l'ONU de 1947. Les deux ont été rejetées par les Arabes, qui n'ont pas - comme ils le font encore  aujourd'hui - accepter l'idée d'une souveraineté juive en Palestine.

 

Notez que les différentes «solutions à deux états» étaient censées résoudre - l'opposition arabe à la souveraineté juive. Bien sûr que l'élimination totale de l'Etat juif pourrait aussi les satisfaire.

 

Après la guerre de 1967, Israël a accepté la résolution du Conseil de sécurité 242, en vertu de laquelle Israël donnerait les terres qu'il occupait à ses voisins en échange de traités de paix qui garantiraient en retour des " frontières sûres et reconnues." L'intention claire de la résolution était qu'Israël donnerait à son tour certaines terres, mais pas nécessairement la totalité, notamment parce que les frontières d'avant-guerre n'étaient pas «sûres».

 

Israël a signé un accord de paix avec l'Egypte et a évacué le Sinaï (malheureusement Sadate n'a pas voulu reprendre Gaza ). Mais en 1988, la Jordanie a cédé son influence sur la Judée et la Samarie à l'OLP. Alors,  tout traité de paix dans le cadre de la 242, devrait passer par l'OLP.

Les accords d'Oslo de 1993 visaient à aboutir à un tel accord de paix. Comme chacun le sait, l'OLP n'était pas prêt à accepter les conditions offertes à Camp David et à Taba en 2000/2001, et a choisi de faire la guerre à la place - une guerre dans laquelle plus d'un millier Israéliens (essentiellement des civils) et éventuellement 3,000 Arabes (principalement des combattants) ont été tué.

Le rejet des offres par OLP n'était pas une question de détails techniques, mais de croyances idéologiques fondamentales. Ceci est illustré par le refus de l'OLP de modifier sa charte en dépit d'un effort massif du président américain Bill Clinton pour les amener à le faire, par la persistance et  l'incitation du terrorisme tout au long de la période d'Oslo, et par le recours ultime à la guerre contre la population civile d'Israël .

Néanmoins, une autre proposition a été faite, cette fois par le Premier ministre Olmert en 2008. Cette offre était encore plus généreuse que celle faite en 2000/2001. Lorsque son contenu a été révélé récemment, de nombreux Israéliens ont été choqué. Mais cette offre a été aussirejeté.

Israël a évacué jusqu'au dernier Juif de la bande de Gaza en 2005. La communauté a même déterré les corps des cimetières et  les a fait enlever. Pour des raisons que je n'ai jamais compris, l'OLP était furieuse que le retrait n'a pas été «coordonné» avec elle. Israël n'a absolument aucune confiance à donner aux Palestiniens ce qu'ils avaient demandé et qu'ils voulaient depuis des années! Bien sûr, deux ans plus tard, le Hamas est arrivé et a par la violence pris le contrôle de Gaza, tuant de nombreux fonctionnaires de l'OLP. Mais ce n'était pas parce que le retrait n'avait pas été «coordonné». En tout cas, il a montré que l'évacuation du territoire à proximité des populations israéliennes était une mauvaise idée quand le Hamas a intensifié ses tirs de roquettes sur le territoire israélien.

Ce qui m'a toujours fasciné chez ceux qui appellent à une «solution à deux Etats» sc'est qu'ils semblent croire qu'une fois qu'un accord est signé et que l'armée israélienne aura quitté les territoires, alors il y aura la paix. Y a-t-il un précédent qui montrerait que les Arabes peuvent honorer un accord? Un  changement de régime du côté arabe pourrait entraîner l'abrogation de l'accord? Il suffit de se poser ces questions pour démontrer "l'idiotie" de la "solution à deux Etats!"

Comme Abraham Katsman affirme ici , les conséquences pour la sécurité d'un retrait de Judée et de Samarie sont inacceptables:

 

... l'histoire indique que le retrait aux lignes d'avant 1967, des changements majeurs sont absents, c'est sans doute l'acte le plus contreproductif imaginable pour une paix durable. Il n'y a pas de plus grand obstacle à la paix que la tentation perpétuelle de lancer une nouvelle guerre contre Israël à partir de ces frontières bancales.

 De toute façon qu'est-ce qui rend sacré ces lignes d'avant 1967?

En 1967, il n'y avait ni paix, ni une entité palestinienne indépendante. Les lignes similaires faisaient partie du plan de partition de 1947, qui ont été prises d'assaut par les armées arabes. Les lignes d'avant 1967 n'ont jamais été considérées comme une frontière internationalement reconnue - à cause de l'insistance arabe pour qu'elles  ne sle oient pas. Elles étaient simplement des lignes d'armistice de 1949, une armistice moins honorée  que battue en brèche. En 1967, les armées arabes finalement déchiré l'armistice en attaquant par ces lignes, en dépit des plaidoyers israéliens vers le roi Hussein de Jordanie de ne pas le faire. Avec de nouvelles lignes de cessez-le-feu en 1967 et 1973, les lignes d'avant 1967 ont été vidées de leur sens, n'ayant durées que 18 ans, de 1949 à 1967. R.I.P(qu'elles reposent en paix)

 

Même en mettant de côté propres prétentions juridiques, culturels, historiques et légitimes d'Israël sur ces territoires contestés, le retrait israélien de ces lignes ne se fera pas maintenant à cause de l'aversion israélienne pour la vulnérabilité existentielle.

 

La ligne de fond pour Israël c'est un Etat juif souverain avec des frontières défendables. La raison pour laquelle l'OLP veut mettre fin à l'Etat juif. Ce qui est surprenant, c'est que John Kerry et d'autres continuent à penser qu'il y a place pour un accord qui pourrait être compatible avec les deux

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :