Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Bombarder les armes syriennes, et l'avenir d'Israël

6 Mai 2013 , Rédigé par mordeh'ai

 

Par  Vic Rosenthal

FresnoZionism.org

http://fresnozionism.org/2013/05/bombing-syrian-weapons-and-israels-future/

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

6 mai 2013

 

Je ne vais pas ajouter à la spéculation quant à savoir si ce sont des armes  classiques destinées au Hezbollah, des armes chimiques, ou des   "installations de recherche militaire." Je pense que nous pouvons dire sans crainte de se tromper que c'est Israël qui l'a fait, pour la deuxième fois cette semaine.

Hier, j'ai écouté une discussion pour savoir s'il fallait être optimiste ou pessimiste quant à la survie d'Israël. Ma pensée fût: " Je suis prudemment optimiste." Les événements récents me donnent encore plus raison .

La façon dont je vois les choses, les tendances à long terme sont pour la plupart en faveur d'Israël, bien qu'il existe de sérieuses menaces à court terme qui doivent être surmontées.

L'un des plus important  changements à long terme est l'érosion du monopole pétrolier musulman. De nouvelles sources de pétrole et de gaz au Canada, aux États-Unis, en Chine, même certains en Israël, il sera plus difficile pour les ennemis d'Israël de faire pression sur l'Occident ou l'Extrême-Orient, et permettra de réduire le montant de l'excédent de trésorerie disponible pour acheter les politiciens et les universitaires.

Bien que la prise de contrôle de l'Egypte par les islamistes soit souvent placée dans la colonne négative, le fait est que l'Egypte - le plus redoutable ennemi d'Israël - est en train de s'effondrer, et  celà prouve une fois de plus que dans la mesure où un pays passe, à l'Islam n'est pas la réponse à ses problèmes.

Les problèmes économiques de l'Égypte sont immenses, et il sera longtemps avant qu'elle ne soit capable d'utiliser ses armes  fournies par les américains autrement que pour la répression des manifestations.

Il n'y a jamais rien eu qui unissse les musulmans du Moyen Orient autre que la haine pour Israel, aujourd'hui, les enjeux idéologiques et religieux qui les divisent sont plus importants que jamais.

La Syrie, un autre ennemi autrefois redoutable, alors que nous en parlons est en pleine implosion. Bien qu'il y ait des craintes légitimes que le régime sunnite radical soit encore plus hostile qu'Assad et peut prendre le relais, il semble que la décision qui a été prise par Jérusalem est le moindre malcomparée à une prise de pouvoir Iran/Hezbollah. Quoi qu'il en soit, quiconque succédera à Assad n'héritera pas de son arsenal imposant, car il n'y sera plus là au final.

La sortie d'Assad - tant que l'Iran est tenu à l'écart - coupera le Hezbollah de sa source d'armes, de l'argent et de l'experience. Ceci est important parce que le Hezbollah est l'une des principales menaces à court terme que j'ai mentionné ci-dessus.

La guerre avec le Hezbollah semble toujours possible, quoique moins probable qu'avant. En cas de guerre, ses 60.000 missiles devront aller quelque part - je m'attends à ce que certains soient détruits au sol, d'autres seront lancés et interceptés, et certains frapperont leurs cibles. Le Hezbollah a également construit de formidables défenses contre les attaques terrestres dans le sud du Liban, et a même des plans pour des incursions en Israël. Il faut prendre la menace au sérieux, mais par ailleurs, il ne fait aucun doute qu'Israël l'emportera.

Sans le soutien de la Syrie, le Hezbollah sera affaibli, et au Liban les forces qui lui sont hostiles et qui ne veulent pas voir leur infrastructure nationale encore et de  nouveau endommagée par une guerre inutile suite à la décision du Hezbollah - pourraient les retenir.

L'Irak est aussi en rupture, déchiré par des conflits internes.

Qu'en est-il de l'Iran? Il y a deux considérations à court et à long terme. À court terme, nous ne pouvons pas minimiser le danger de son programme nucléaire. La probabilité d'une action américaine semble infime, donc il devra être empêché de développer des armes réelles - et il ne doit pas aller plus loin - Israël devra le faire. Il est certes exact que le programme ne peut être que ralenti, et non détruit complètement .

Mais à long terme, le régime est très impopulaire. Comme le Liban, il y a un important segment, de la population relativement important qui préfère la paix et le développement à la belligérance et au fondamentalisme islamique. Les Persans n'ont pas non plus affiché le degré de haine des Juifs que l'on retrouve chez les Arabes, à moins que le régime actuel ait réussi à les «rééduquer» . Il y a de bonne chance qu'un régime plus modéré peut se naître, surtout si le peuple est encouragé par l'Occident à le faire .

Voilà pour la bonne considération. Qu'en est-il de la mauvaise et de l'atroce?

L'OLP et le Hamas ont peu de capacité militaire, mais leur haine est implacable et on peut s'attendre de continuer à faire tout ce qu'ils peuvent par le biais de la diplomatie, du terrorisme et de la subversion pour détruire l'Etat juif. Merci pour le programme «éducatif» mis en place par Yasser Arafat et poursuivi par la direction palestinienne actuelle - malgré les promesses de mettre fin à l'incitation - les résidents d'aujourd'hui des territoires sont plus pathologiquement minés par la haine que jamais.

Les possibilités d'Israël sont limitées - il doit continuer de prendre des précautions de sécurité, de travailler à assurer la loyauté de ses citoyens arabes, et de s'assurer que le reste du monde est conscient des véritables intentions de la direction «palestinienne» (dans la mesure où elle ne les partage pas- voir ci-dessous).

La seule chose qui peut faire  disparaître ce problème -- le temps et ce, seulement si l'incitation prend fin. Malheureusement, Israël n'a peu ou pas le pouvoir de contrôler cela.

Qu'historiquement la «cause palestinienne» a été habilité  par l'Union soviétique et les pétrodollars arabes. La Russie est aujourd'hui plus neutre dans ce conflit pour diverses raisons, et les Arabes ont de moins en moins de pétrodollars à jeter autour d'eux. Mais il y a un autre facteur, celui qui a été le coup d'envoi par ces mêmes forces, qui a pris sa  propre vie presque partout dans le monde - les pays musulmans, l'Europe et le secteur universitaire des Etats-Unis - la haine ancestrale du Juif, maintenant convertie en anti-sionisme.

Je ne vais pas argumenter de quelles manières Israël devrait y répondre, mais l'une d'elle est basée sur un principe psychologique simple: les hommes détestent la faiblesse et les victimes, ils aiment la force et les vainqueurs. La façon d'en finir avec la  haine du Juif ce n'est pas de s'excuser ou de se compromettre avec elle, et de ne faire appel qu'aux bons sentiments des pervers, mais plutôt de maintenir notre honneur: de combattre les ennemis de l'Etat juif avec détermination, de développer le respect - l'amour n'est pas utilisable- et la force de dissuasion, l'aspect politique de la peur.

Bombarder des dépôts d'armes syriennes est un bon début.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :