Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Une guerre à quels termes

14 Juillet 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Scoop

Par C.GLICK

Originally published in the Jerusalem Post.

Posted on July 13,2010

Adaptation française Morrdeh'aï pour © 2010 malaassot.over-blog.com

Nous entrons dans des périodes difficiles. La certitude que cette guerre est à nos portes croît à chaque jour qui passe. Ce qui reste à déterminer est de savoir qui de l'Iran ou d'Israël va en dicter les limites.

L'Iran a de bonnes raisons d'aller à la guerre d’aujourd’hui. Le régime est au bord de l'effondrement. La semaine dernière, le baromètre de la politique iranienne qui est le centre commercial du pays - le bazar – a abandonné le régime. En 1979, c'est seulement après que les commerçants du bazar ont abandonné le Shah que les ayatollahs ont acquis la véhémence nécessaire pour renverser le régime.

Mardi dernier, les marchands du très important bazar de Téhéran ont fermé leurs échopes pour protester contre le plan du gouvernement qui veut augmenter leurs impôts de 70 pour cent. Les commerçants de Tabriz et d’Ispahan ont rapidement rejoint la contestation. Selon l'Associated Press, le régime s'est découragé et à la demande des commerçants a annulé la hausse des taxes. Et pourtant, la grève s’est poursuivie.

Selon le Los Angeles Times, pour cacher le fait que les marchands soient toujours en grève, dimanche le régime a annoncé que le bazar était officiellement fermé en raison des fortes chaleurs. Le Times a également rapporté que le chef de l'Union des commerçants de tissu du bazar de Téhéran a été arrêté pour avoir fomenté une manifestation contre le régime. Les étudiants ont rejoint cette protestation. Les « fiers à bras » du Régime ont attaqué les manifestants avec des gaz lacrymogènes et ils ont arrêté et battu un étudiant reconnu coupable d'enregistrer l'événement.

Fondamentalement, le Times a rapporté que jeudi dernier la grève du bazar dans de nombreux cas devenait ouvertement révolutionnaire . Citant un militant de l’opposition, qui disait que, " Jeudi, des centaines d'étudiants et de commerçants s'étaient rassemblés dans le quartier des cordonniers du vieux bazar, scandant des slogans tels que, " Mort à Ahmadinejad "," La victoire est à Dieu "," Victoire est proche " et " Mort à ce gouvernement fallacieux. "

La grève des commerçants est juste une indication des difficultés économiques du régime. Selon l’AP, le président Mahmoud Ahmadinejad est sous pression pour réaliser sa promesse de restreindre les subventions du gouvernement pour l'alimentation et le carburant . Bien qu'il soutienne cette démarche, il craint les manifestations de masse qui ne manqueront pas de suivre la mise en œuvre de ces restrictions.

Ryan Mauro du Front-Page a noté plus tôt cette semaine qu'il y a de plus en plus de désaffection à l'égard du régime iranien même dans le Corps de la Garde révolutionnaire(CGR). Un récent documentaire produit par le Guardian comportait quatre transfuges du CGR Iranien qui parlaient des désacords dans leurs rangs. Le régime a tellement peur de cette défection parmi les gardiens de la révolution qu'il en a retiré les membres les plus âgés et les a remplacés par des jeunes hommes pauvres de la campagne.

Le régime craint son opposition ce qui l'a obligé de sévir contre les libertés nationales . La semaine dernière, le régime a publié des directives concernant la coiffure pour les hommes. Les cheveux ébouriffés et les 'queues de cheval' sont décadents et officiellement interdits.

Dimanche Mohammed Boniadi, l'administrateur général du système scolaire de Téhéran, a annoncé qu'à partir de l'automne, un millier de clercs se rendront dans les écoles pour expurger l'influence occidentale de la Maison de l'Education. Comme il le dit, le travail des clercs sera de sensibiliser les étudiants au "complot et à l’arrogance de l’opposition".

Ces mouvements qui consistent à affaiblir l'influence occidentale sur la société iranienne vont de pair avec le nouveau boycott des produits «sionistes» par le régime. A la fin du mois dernier Ahmadinejad a signé une loi interdisant l’utilisation des produits de ces sociétés sionistes comme Intel, Coca Cola, Nestlé et IBM.

Toutes ces démarches mettent en évidence une peur hystérique de la part des dirigeants élus envers le peuple iranien. Les régimes forts reconnaissent eux-mêmes qu'ils n'ont jamais fait face à une menace aussi grande. Par exemple,le Guardian cite le commandant de l’ IRGC le major-général Mohammad Ali Jafari qui a déclaré récemment, "Bien que la rébellion de l'an dernier n'ait duré pas plus de huit mois, elle a été beaucoup plus dangereuse que la guerre [Iran-Irak].

Comme à son habitude, le régime a choisi de se défendre contre cette menace en réprimant ses ennemis de l'intérieur et à attaquer ses ennemis extérieurs. Dans un article le mois dernier à Forbes, Reza Kahlili, un ancien espion de la CIA au sein des gardiens de la révolution qui entretenait des relations à l'intérieur du régime, a assurait que le CGR a mis en place des camps de concentration à travers le pays en prévision des arrestations de masse pour toute campagne d'opposition contre le régime dans l'avenir .( suite de une guerre..... )

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :