Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

UN NOUVEAU MOTIF DE GUERRE: LE CARACTERE JUIF DE L’ETAT D’ISRAËL !

22 Juillet 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Monde juif (halakha-min'hag)

SOURCE: http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

 

La gravité des propos tenus par le Ministre Français des Affaires Etrangères a échappé à la plupart des observateurs. En effet, la paix obtenue en échange de la terre est une chimère de plus offerte en pâture à la naïveté.  L’édification de l’Etat Palestinien n’entraînera pas la paix escomptée. Cette étape n’est qu’une bataille dans la guerre israélo arabe et Mr Alain Juppé,  vient d’indiquer, la nature de la poursuite du différend appelé à se poursuivre  après l’indépendance palestinienne : la contestation du caractère  juif de l’Etat d’Israël.

 

 Après avoir réclamé la terre, on reprend les épées rouillées et  éculées mais toujours assassines : celles, par lesquelles,  l’âme d’Israël devenue insupportable aux Nations, on tentera de la saigner, une bonne fois pour toutes. Et, assaisonnement ironique de l’histoire, ces vieilles lames tenues d’une main pendant que l’autre  allumait  les bûchers et autodafés, seront,  pour la circonstance, alliées  au ressentiment arabe.

 

 On observera le droit d’ingérence tout à fait inacceptable que constitue la condamnation d’Israël au motif qu’il  entend se définir à partir de valeurs et de principes que l’Occident a acceptés en intégrant le Christianisme comme donnée fondamentale de sa civilisation. Contester le caractère Juif de l’Etat d’Israël, c’est neutraliser une part non négligeable de la culture occidentale.

Le Ministre Français en soulignant qu’ « il y avait aussi des Arabes en Israël, » semble  confirmer la justesse au regard de la France d’un combat visant à relativiser la valeur déterminante  du sionisme,  comme base fondatrice de l’Etat. Ces propos sont graves et lourds de conséquences. Ils indiquent que l’indépendance de la Palestine acquise, la guerre israélo arabe se poursuivra sur un autre terrain, qu’on croyait définitivement acquis depuis l’adoption du plan de partage de 1947 : le caractère juif de l’Etat d’Israël ! Les propos de Mr Juppé sont gravissimes,  car la nature du grief, ainsi défini,  loin d’être extérieur  à la collectivité nationale, pose précisément la question de la légitimité du maintien de celle-ci ! Exiger l’éloignement du caractère juif de l’Etat d’Israël, s’il n’est pas forcément l’expression de la volonté de faire disparaître cet Etat, est loin d’être la confirmation d’une amitié hautement proclamée.

La Palestine indépendante,  encore en gestation,  n’empêche pas que soit implicitement rappelé le caractère intemporel et permanent de l’hostilité arabe. On vient de recevoir  notification que le relais de la poursuite de la guerre est assuré. Il faudra désormais se justifier pour rester Juifs. Après avoir contesté à Israël son droit au Retour et, considérant, que la poursuite des hostilités pour ce motif,  ne générait pas la victoire attendue, l’ennemi porte l’enjeu en retournant à ses premières amours, pardon ses premières haines, la contestation de l’identité hébraïque qui rejoint directement un conflit d’ordre religieux.

En effet, pendant deux millénaires, c’est  la permanence du caractère Juif qui était niée ainsi que des prétentions qui lui étaient liées et, incongruité de l’histoire, voilà qu’un gouvernement ne se réclamant pas de la Loi de Moïse va devoir puiser ses arguments dans une conception élitiste et rédemptrice de l’histoire juive pour répondre à ses détracteurs.

Curieusement, en portant le différend sur ce terrain, les détracteurs d’Israël obligeront ce dernier à s’immerger aux sources de sa Tradition  pour expliquer les raisons pour lesquelles, il n’entend pas que l’Etat des Juifs soit autre chose que l’Etat Juif.

Il est donc prévisible que  les représentants Israéliens dans toutes les instances internationales tiendront  un langage qui s’éloignera de la Science Politique pour rejoindre ce domaine où l’ineffable débordant de compassion pour la destinée humaine,  conduit celle-ci à reconnaître ses limites.  Car, répondre à la question « Pourquoi l’Etat d’Israël n’abandonne pas son caractère Juif, implique plus de requérir à Rabbi Akiba ou Rabbi Yahanan Ben Zacaï  qu’à  Bialik, AB Yéochoua ou Amos OZ… »

La lutte imposée désormais à Israël amorcera une vision de l’histoire où Israël contraint d’être lui-même,  sera authentique, donc grand, pour lui-même d’abord, pour les autres ensuite.

Nul n’échappe à son Destin. Le Peuple Juif, moins que quiconque.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :