Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

« Shalom Akh’shav » et l’Administration Obama : la collaboration en action…

8 Octobre 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

par Shraga Blum

08/10/2010

Israel7.com

Le mouvement de gauche « Shalom Akh’shav » n’éprouve guère de scrupules lorsqu’il s’agit de collaborer avec les ennemis d’Israël. Cette organisation pseudo-humaniste s’est spécialisée dans la délation concernant les localités juives de Judée-Samarie, et à l’aide de fonds venus de l’Union Européenne et des Etats-Unis, ainsi que de pays franchement hostiles à Israël, ses adhérents s’évertuent à relever tout ce qui se passe dans les localités juives de Judée-Samarie pour en rendre compte à leurs supérieurs. Ils effectuent même des « vols de reconnaissance » au dessus de la Judée-Samarie pour voir si à D-ieu ne plaise une famille nombreuse (juive) n’aurait pas rajouté une petite chambre ou une terrasse à son pavillon. Au début du gel de la construction, ils avaient également mis en place un « téléphone vert », baptisé par eux-mêmes « le délateur », demandant à tout citoyen d’avertir immédiatement le standard s’il apercevait des bulldozers ou des ouvriers en train de travailler sur un chantier juif de Judée-Samarie. Et ce qui est de toute évidence de la délation la plus vile, est appelé pudiquement par les militants de « Shalom Akh’shav…» d’information à destination du public » (et du suzerain américain) !

Mais toutes les justifications données par la direction de ce mouvement ne tiendront pas face à ce qui s’est passé cette semaine en Samarie, car il s’agit d’un cas patent de collaboration avec gouvernement étranger. Dodash Haivri, l’un des responsables du Département des Relations Extérieures du Conseil Régional de Samarie, circulait en voiture entre les localités de Barkan et Revava lorsqu’il aperçut deux Jeeps stationnées sur le côté de la route. A l’extérieur des véhicules, quelques personnes dont l’une photographiait en direction de Revava, et une autre lui donnant des explications sur un ton d’excitation, en désignant un nouveau quartier se construisant dans la localité. Haivri s’approcha, il vit avec stupéfaction que le « photographe » était Jonathan Kollan, Secrétaire politique au Consulat Général américain à Jérusalem-Est, et que sa « guide » n’était autre que Hagit Ofran, militante de « Shalom Akh’shav » et responsable du « suivi » des localités juives au sein de ce mouvement » ! Ofran est par ailleurs la petite-fille de Yeshayahou Leibovitz. La militante fut un peu gênée en voyant s’approcher Haivri et alla rapidement se réfugier dans l’une des Jeeps. Haivri s’adressa alors à Kollan – qu’il connaît par ailleurs – et lui demanda « s’il espionnait ce qui se passe dans les localités juives ? ». Après diverses hésitations, le diplomate s’excusa et lui indiqua «qu’il devait partir». Haivri apprit ensuite que l’équipe s’était également rendue à Kedoumim et à Kiryat Netafim.

Le Président du Conseil Régional, Gershon Messika, a réagi très vivement à cet événement :  ‘Shalkom Akh’shav’ porte gravement atteinte à l’Etat d’Israël. Certains de se comportent littéralement comme des délateurs moyennant paiement. Nous ne pouvons pas faire le lien avec les agissements de certains Juifs qui par le passé dénoncèrent leurs frères aux non-juifs. Ils ont franchi toutes les lignes rouges pour nuire à l’Etat d’Israël dans le monde entier ».

Suite à cela, Messika a écrit une lettre au Conseiller juridique du gouvernement, Yehouda Weinstein, lui demandant d’ouvrir une enquête pénale contre « Shalom Akh’shav » et Hagit Ofran, pour « espionnage, collaboration avec puissance étrangère et atteinte à la vie privée ».

Cette affaire est allée jusqu’au Etats-Unis, ou l’organisation ZOA (Organisation des Sionistes américains) a annoncé qu’elle irait jusqu’au Congrès pour demander des éclaircissements sur la politique américaine.

En réaction, le Consulat américain de Jérusalem a quant à lui, publié ce communiqué vague et laconique : « Les diplomates américains, de par leurs fonctions, se rendent régulièrement sur des sites de Judée-Samarie et s’entretiennent avec des personnes de tous bords. Ainsi en était-il près de Revava, car c’est notre fonction de rendre compte à Washington de ce qui se passe sur le terrain ».

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :