Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Reconquérir le langage de la Gauche

26 Mai 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

 25 mai 2010

Par Caroline B. Glick

http://www.jpost.com/Opinion/Column...

Adaptation française de Sentinelle 5770 ©

 

Au cours de la génération passée, la Gauche a inversé la terminologie des droits de l’homme, de la liberté, de la moralité, de l’héroïsme, de la démocratie et de la victimisation. Grâce au Premier Ministre turc Recep Tayip Erdogan, jeudi, Israël sera de nouveau la cible d’une attaque de propagande des jihadistes gauchistes. Une flottille de neufs bateaux se dirigent vers Gaza depuis Chypre au début de la semaine et leur arrivée est programmée à notre seuil.

L’objectif exprimé par les organisateurs de la flottille est d’apporter illégalement de l’aide et du réconfort au Hamas – organisation terroriste illégale. Depuis qu’il s’est emparé du pouvoir à Gaza il y a trois ans, le Hamas, engagé ouvertement dans le génocide de la communauté juive dans le monde et l’éradication physique d’Israël, a transformé la bande de Gaza en un centre de jihad mondial. Il détient illégalement en otage Gilad Shalit au secret depuis quatre ans. Et il est perpétuellement engagé dans l’accumulation massive d’armes financées par l’Iran avant sa prochaine agression.

 Au-delà de l’apport d’aide au Hamas, l’objectif déclaré du mouvement “libérez Gaza” est d’obliger Israël à fournir au Hamas un debouché sur la mer. Cela est aussi en contravention avec la loi internationale qui interdit expressément aux acteurs étatiques et non étatiques d’apporter un soutien à des organisations terroristes.

En envoyant le tout dernier groupe de bateaux, la Turquie et ses partenaires irlandais, grecs et suédois cherchent à s’approprier l’imagerie de la lutte juive pré-étatique pour l’indépendance de la Grande Bretagne. Dans une tentative de se concilier les précurseurs jihadistes du Hamas, les autorités mandataires britanniques en 1939 brisèrent la loi internationale et interdirent l’immigration juive en Palestine mandataire. La lettre du Mandat de la Ligue des Nations à la grande Bretagne enjoignait aux Britanniques de faciliter l’immigration juive vers la terre d’Israël. Pourtant, suite à la guerre terroriste arabe de 1936-39, les Britanniques publièrent le ‘Livre Blanc’ qui ne faisait que prohiber l’immigration juive. Cette décision bloqua la seule place sur Terre où les Juifs européens étaient désirés et acceptés et elle prit ainsi dans la nasse 6 millions de Juifs dans l’Europe d’Hitler.

Après la guerre, la Grande Bretagne maintint sa prohibition de l’immigration juive. Pour combattre cette politique britannique, la direction sioniste de l’Israël pré-étatique organisa le plan ‘B’ de l’Aliya par l’immigration illégale, des agents de l’Agence Juive parcoururent le monde à la recherche de bateaux suffisamment grands pour amener les réfugiés juifs d’Europe vers la terre d’Israël.

Le bateau le plus emblématique de cette période a été ‘l’Exodus’. L’Exodus qui partit de France en juillet 1947 avec 4515 survivants juifs de l’Holocauste à son bord était la réponse sioniste à une nouvelle politique britannique pour forcer les bateaux d’immigrants illégaux à retourner en Europe.

Les Britanniques abordèrent l’Exodus à Haïfa. Ils montèrent à bord et tuèrent trois défenseurs juifs. Puis ils obligèrent ses passagers à monter dans des bateaux prison qui les ramenèrent en Europe. Les autorités françaises refusèrent aux bateaux le droit d’accoster en France, aussi les Britanniques se dirigèrent vers Hambourg en Allemagne, où les réfugiés furent obligés de débarquer.

Le scandale international contre la Grande Bretagne suite à l’affaire de l’Exodus couvrit de honte Londres au point de l’obliger à annuler sa nouvelle politique. ll ouvrit aussi la voie à l’indépendance d’Israël 10 mois plus tard.

Maintenant la collusion des gouvernements turcs, grecs, suédois et irlandais s’opère avec le Hamas pour dérober l’imagerie de l’Exodus et l’héroïsme du Peuple juif dans les années conduisant à son Etat, et la projection de cette imagerie sur l’organisation terroriste qui cherche à achever la besogne d’Hitler. Ils cherchent encore à inverser la réalité en dépeignant Israël, qui cherche à s’opposer et à vaincre le Hamas en accord avec la loi internationale comme une combinaison des nazis allemands et des impérialistes britanniques.

Jusqu’à présent, ils trichent avec cela. Jusqu’à présent, pour leurs efforts au nom de l’organisation terroriste génocidaire, Erdogan et ses affidés sont vantés comme des champions des droits de l’homme. En empêchant tout évènement inattendu, Israël endurera jeudi un autre désastre dans sa communication quand les bateaux approcheront de Gaza.

Comment cela est-il survenu ? Comme se fait-il que nous soyons si débordés par la propagande de la Gauche que la plupart de nos dirigeants politiques et notre élite intellectuelle soient incapables de seulement décrire le mal qui est préparé contre nous ?

Au cours de la génération passée, la Gauche a commandé notre langage. Elle a inversé la terminologie des droits de l’homme, de la liberté, de la moralité, de l’héroïsme, de la démocratie et de la victimisation. Sa perversion du langage a rendu presque impossible aux membres des sociétés morales, démocratiques, respectant les droits de l’homme, de décrire les menaces auxquelles ils sont confrontés avec leurs ennemis tyranniques, génocidaires, destructeurs des droits de l’homme. Grâce aux efforts de la Gauche internationale, ceux-ci sont transformés en champions comme victimes de ceux qu’ils cherchent à annihiler.

Deux incidents au cours des semaines récentes ont montré clairement le désastre représenté par le vol global par la Gauche du langage et à travers lui, l’inversion de la réalité que cela a constitué pour Israël.

Lundi dernier, Noam Chomsky est arrivé au pont Allenby et a demandé un visa d’entrée en Israël et dans l’Autorité Palestinienne. La police des frontières a rejeté sa demande. Le radical gauchiste dénigreur d’Israël a fait un scandale et attendu plusieurs heures avant de retourner en Jordanie.

Chomsky a quitté la Jordanie à la fin de la semaine pour voyager au Liban. Pour la deuxième fois en quatre ans, vendredi, Chomsky a fait une tournée qu Liban Sud avec un guide du Hezbollah. Désormais invité officiel du Hezbollah, Chomsky est attendu pour un discours à Beyrouth mardi pour célébrer le retrait de Tsahal du Sud Liban il y a dix ans.

Comme David Hornik l’a détaillé dans ' FrontPage Magazine’ vendredi, les media israéliens dominés par les gauchistes s’en sont donné à cœur joie quand ils ont découvert que Chomsky avait été repoussé à la frontière. ‘Yediot Aharonot’ et ‘Haaretz’ ont décrit Chomsky comme un grand esprit et proclamé hystériquement que le refus de le laisser entrer dans le pays marquait la fin de la démocratie israélienne et le début d’un glissement vers le fascisme. Les media occidentaux ont rapidement mis le paquet et en quelques heures, le droit d’Israël de refuser l’entrée à ses ennemis avoués était attaqué.

Et Chomsky est l’ennemi d’Israël. Comme Hornik l’a souligné, Chomsky a défendu de façon répétée les négationnistes de l’Holocauste en accusant Israël d’être l’héritier idéologique de l’Allemagne nazie. Quand il n’était pas assez occupé à faire l’apologie des Khmers Rouges et de Joseph Staline, et à attaquer les USA comme le grand Satan, Chomsky a consacré une grande partie de son temps et de son énergie à appeler à l’éradication d’Israël et à défendre les terroristes palestiniens et du Hezbollah.

C’était la fonction du gouvernement de souligner cela. Mais à la place, confronté à l’attaque gauchiste contre son droit à contrôler ses frontières, le gouvernement s’est écrasé. Au lieu d’expliquer que Chomsky est un ennemi d’Israël et un complice et un défenseur du génocide, le porte-parole du Premier ministre Binyamin Netanyahou Mark Regev promit aussi que si Chomsky revenait, il se verrait accorder un visa d’entrée.

La prise en charge lâche par le gouvernement de l’incident Chomsky est le témoin du succès de la propagande et des mensonges gauchistes, pour intimider les dirigeants occidentaux au point qu’au lieu de résister à cette propagande, ils les acceptent comme vérité et collaborent même à leur dissémination.

Certainement, le bureau du Premier ministre considérait que personne n’écouterait s’il disait la vérité au sujet de Chomsky. Il perçut probablement que défendre la décision d’empêcher l’entrée de Chomsky dans le pays ne ferait que susciter un deuxième tir de barrage d’attaques des media.

Et peut-être avaient-ils raison. Mais le fait que la Gauche reste sourde n’excuse pas la capitulation abjecte du gouvernement sur la vérité de Chomsky avec les ennemis de Gauche d’Israël qui dépeignent le Pr. du MIT comme un activiste des droits de l’homme et un grand intellectuel humaniste. Comme David Horowitz et Peter Collier le prouvent dans leur livre 'The Anti-Chomsky Reader’, il ne semble pas exister un seul tyran dont Chomsky ne se soit pas fait le champion ou une victime que Chomsky n’ait pas diabolisée au long de ses 50 ans de carrière d’activiste radical.

Le gouvernement n’est pas seul à craindre de montrer et de combattre la campagne de la Gauche pour vilipender le pays.

La capacité de la Gauche radicale à bloquer des voix contestataires contre leurs positions anti-Israël et anti-liberté a été pareillement démontrée il y a deux semaines à la réunion du Bureau des Gouverneurs de l’Université de Tel Aviv.

Pendant plusieurs années, un groupe nombreux et bruyant de professeurs titulaires de l’Université ont participé activement à la campagne internationale de boycott des universités et universitaires israéliens en soutenant le Hamas et le Hezbollah. C’est-à-dire que beaucoup de professeurs d’université, dont les salaires sont payés par les donateurs de l’université et les contribuables israéliens, ont utilisé leurs titres à l’université pour la dénigrer et faire avancer la cause de la destruction d’Israël.

Cette année, le bureau des gouverneurs de l’université a décerné un Doctorat ‘Honoris Causa’ au Professeur de Droit à Harvard Alan Dershowitz. Dans son discours de réception, Dershowitz a interpellé ces professeurs pour leur vil comportement et désigné trois des ennemis les plus bruyants de l’université et d’Israël sur la scène internationale : les professeurs Anat Matar, Rachel Giora et Shlomo Sand.

Les activistes antisionistes titulaires de l’université furent prompts aux représailles. Plus de 46 professeurs signèrent une lettre au président de l’université Joseph Klaffler exigeant que l’université se dissocie des déclarations de Dershowitz./ Klaffter fut prompt à obtempérer. A la réunion du bureau des gouverneurs, Klaffler fit taire le membre du bureau Mark Tanenbaum quand il essaya d’avancer une résolution appelant à une action disciplinaire contre les professeurs d’université utilisant leurs titres universitaires pour diffamer l’université d’Israël. Klaffler, qui n’est pas même membre du bureau des gouverneurs, aurait arraché le micro de Tanenbaum et ajourné la réunion. Klaffler justifia son refus physique de liberté d’expression à Tanenbaum en disant qu’il défendait la liberté académique.

Comme les excuses du bureau du Premier ministre à Noam Chomsky, l’action de Klaffler – en dehors du fait qu’elle est probablement prohibée par la réglementation même de son université – était une nouvelle preuve du succès de la Gauche dans l’appropriation du langage et de l’imagerie de la liberté et de la tolérance au service des forces qui cherchent à détruire la liberté et à mettre fin à la tolérance.

Jeudi, les facilitateurs du Hamas en provenance d’Europe, de Turquie et au-delà arriveront à notre seuil. La marine bloquera leur entrée à Gaza. Israël sera vilipendé par les complices des terroristes déguisés en activistes des droits de l’homme et par les journalistes du monde entier. Et l’affaire ouvrira la voie à la prochaine attaque contre le droit à l’existence d’Israël.

Ce cercle sans fin de diabolisation et d’agression continuera à s’élargir et à monter jusqu’à ce que nos dirigeants politiques et notre élite intellectuelle reconquiert notre langage sur ceux de la Gauche complice du terrorisme. C’est vrai, la reprise de notre langage ne se fera pas sans résistance. Mais si nous n’affirmons pas notre droit à décrire la réalité objective, notre incapacité à expliquer pourquoi nous avons raison et nos détracteurs sont au service du mal sera notre perte.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :