Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Quotidiens saoudiens : Le Liban au bord de l´explosion

22 Octobre 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

MEMRI Middle East Media Research Institute Dépêche spéciale n° 3288

Dans le contexte des tensions au Liban et de la crise politique en Irak, la presse saoudienne présente plusieurs articles, dont des éditoriaux, évoquant la possibilité d´une explosion au Liban et comparant la situation du pays à celle qui sévit en Irak. Ces articles accusent le Hezbollah de chercher à prendre le contrôle du Liban, dans le cadre d´un complot iranien. Un commentateur politique du quotidien Al-Jazirah estime que le Hezbollah essaie d´imiter au Liban les actions de l´Iran en Irak. Extraits :

 Al-Riyadh : les guerres de mots mènent aux guerres réelles

Le directeur du quotidien saoudien Al-Riyadh, Youssef Al-Kuwailit, a prévenu que si la crise libanaise n´était pas résolue, la guerre civile menaçait d´éclater : "…La situation actuelle au Liban est proche de l´explosion… La guerre civile [de 1975] a éclaté sous le coup de l´hégémonie ethnique d´un parti qui imposait sa politique et sa mainmise. Mais l´équation a été inversée quand tous les groupes ethniques – Palestiniens compris - sont entrés dans la guerre. Cela a changé la donne : l´une des modifications fut la sortie des forces étrangères [du pays] en raison de coups durs et inattendus – y compris d´Israël, qui s´est rendu compte que la résistance des fils du Sud était devenu une guerre d´usure insupportable pour tous, et qui a donc choisi d´échapper à ce piège.

Y a-t-il un quelconque élément qui puisse prendre le contrôle du Liban, même s´il possède des armes et des ressources humaines ? Les chrétiens ne parviennent pas unifier leurs rangs ; les sunnites ne parviennent pas élaborer une position stable, même s´ils représentent le gouvernement, en la personne du Premier ministre ; il en est de même du Hezbollah… Quel est le groupe ethnique qui compte sur [des éléments] étrangers pour obtenir un soutien matériel, économique et militaire ? Quel est le groupe qui a des liens, tantôt fatidiques, tantôt motivés par des équations politiques et des intérêts politiques étrangers, qu´ils soient arabes, régionaux ou internationaux ? Israël, par exemple, s´implique lourdement dans les affaires libanaises, affirmant préserver la sécurité au nord, et e cache pas ses intentions d´ingérence, à tout moment, dans une guerre contre le Hezbollah pour cette raison, vu le danger représenté par les armes nucléaires iraniennes et l´alliance [de l´Iran] avec le Hezbollah…

Les Etats occidentaux, et notamment la France, se prennent pour les parrains des chrétiens, sur la base de la culture et d´une communauté d´intérêts. Les Etats-Unis croient que leur alliance avec Israël justifie leur ingérence dans les affaires libanaises, et ils écartent toute idée de changement [du système politique] au Liban. Les Arabes, pour leur part, sont tous restés avec leurs propres fronts islamiques alliés, qu´ils soient sunnites, chiites, chrétiens ou druzes. Nous avons connu dans le passé des dirigeants libanais ayant échangé alliés et allégeances au gré du vent. Ainsi, aucun gouvernement légal ne bénéficie de stabilité et d´unité nationale.

Les éléments d´une implosion au Liban l´ont placé aux côtés de l´Irak, du Soudan et de la Somalie ; ainsi, un nouveau pays s´ajoute aux pays sous tension. Dans cette situation, on ne peut pas savoir si [le Liban] a créé sa crise actuelle ou si cette crise à été créée à son attention. Le fait est que les deux côtés ont choisi ce conflit et s´y sont engagés jusqu´à l´affrontement. Les guerres verbales débouchent sur de [vraies] guerres./ La situation actuelle est difficile et complexe – et si les parties ne soutiennent pas le nationalisme et la patrie, il pourrait y avoir de mauvaises surprises." (1)

Al-Watan : le Hezbollah entend prendre le contrôle du Liban

Un éditorial intitulé "Une organisation qui se dresse contre le Liban, pas contre Israël" paru dans le quotidien saoudien Al-Watan, affirme que le Hezbollah cherche à contrôler le Liban et sa population :

"L´incident [du 18 septembre 2010 suscité par] le Hezbollah à l´aéroport international de Rafiq Al-Hariri de Beyrouth, au cours duquel ses milices sont entrées dans l´aéroport, faisant irruption dans le lobby VIP et causant des dégâts – reflète sans aucun doute la nature militante de cette organisation sectaire, qui voudrait renverser le régime libanais, prendre le contrôle de son peuple civilisé et imposer le régime autocratique de Qom [en Iran].

Ces agissements peu avisés de l´organisation ne sont pas pour nous surprendre. En 2006, [le Hezbollah] se servait de l´Etat libanais comme d´un pion au service de ses objectifs et des aspirations des éléments de la région qui le financent. Ces derniers ont prouvé qu´ils ne se chargent pas de la responsabilité d´assurer la sécurité et la stabilité du Liban ; ils oeuvrent à la réalisation de leurs objectifs propres et égoïstes, comme le Hezbollah qui a recours à l´activisme plutôt qu´à la logique politique.

Chacun sait pertinemment que le [Hezbollah] n´a que faire de l´existence d´un Etat libanais, du régime libanais moderne et civilisé ou de la prévalence de la loi, qu´il ne tire pas les conséquences des résultats de la démocratie [les élections], qu´il représente une clique d´activistes qui veulent prendre le contrôle des ressources du Liban et de la volonté du peuple libanais. Il est prouvé et ne fait plus aucun doute que ce parti extrémiste ne croit pas à la démocratie, au gouvernement d´unité nationale ou au consensus libanais…

Les milices du Hezbollah ont révélé qu´elles n´adhèrent pas au concept de résistance face à l´ennemi et ont clairement exprimé leurs objectifs : contrôler la politique étrangère et intérieure de l´Etat libanais, affaiblir l´Etat et nuire à son régime et à son système judiciaire ; imposer leur contrôle au peuple libanais par la force, et prouver la supériorité et l´arrogance d´une seule communauté [les chiites] sur les autres communautés religieuses.

Aujourd´hui, les Libanais ont le choix entre deux solutions : soit ils érigent le Hezbollah et sa voie politique fermée, fanatique et raciste, en protecteur, lui permettant de choisir pour eux leurs gouvernements et de suivre la politique qui leur plaît et plaît à ceux qui les financent, soit le Liban défend sa souveraineté violée et son honneur profané, se défend et défend son Etat d´une façon qui ramènera le Hezbollah et toutes ses milices sur le droit chemin. De même, les forces régionales et internationales doivent comprendre que le Hezbollah n´est pas intéressé par la voie diplomatique, mais par la logique de la force armée, avec tout ce que cela implique. Cela signifie qu´il convient de penser à des moyens et des solutions pour sauver le Liban du mal qui le ronge." (2)

Un chroniqueur saoudien : le Hezbollah est l´agent du "pouvoir direct du religieux le plus qualifié" [le régime iranien] au Liban.

Le chroniqueur saoudien Jasser Al-Jasser, dans une veine similaire, écrit dans le quotidien Al-Jazirah un article intitulé "Erosion progressive au Liban". Il estime que le Hezbollah œuvre pour prendre le contrôle du gouvernement libanais, avec le soutien de l´Iran : "… D´abord, le Hezbollah a pris le contrôle du Sud Liban, prétextant la résistance contre l´occupation israélienne, et en tant qu´élément responsable sur place, a forcé l´armée et les forces de sécurité à se retirer. Plus tard, la banlieue sud de la capitale, Beyrouth, a été bouclée, et personne n´a osé rivaliser avec le Hezbollah pour [le contrôle de la banlieue]. Ensuite l´aile militaire [du Hezbollah] s´est répandue jusqu´à la partie ouest de Beyrouth, et le 7 mars, la capitale était ravagée. Les locaux des médias et les stations de télévision ont été incendiés et les membres d´une certaine communauté [les sunnites] ont été arrêtés et assassinés.

[Le Hezbollah] a réitéré [au Liban] les agissements de ses homologues en Irak, [qui comme eux sont] des agents iraniens. Le Hezbollah – branche militaire et politique communautaire du welayat al-faqih [pouvoir direct du religieux le plus qualifié, en référence à l´Iran] au Liban, est en train de prendre le contrôle total de tous les territoires libanais et des institutions d´Etat dans ce pays arabe, en passe de devenir la propriété exclusive du "pouvoir direct du religieux le plus qualifié", si nous laissons les événements suivre leur cours conformément au plan iranien.

[Dernièrement,] plus de quinze véhicules transportant des miliciens armés du Hezbollah ont donné l´assaut sur l´aéroport de Beyrouth, sans autorisation des autorités étatiques en charge de la sécurité, affichant leur force militaire en escortant Jamil Al-Sayyed, convoqué pour interrogatoire. Cette violation, cette infraction des règles de sécurité, cet acte dépravé de provocation contre les services de sécurité à l´aéroport international, ont suscité un vif étonnement et une profonde préoccupation, aussi bien au Liban que dans les pays qui ont des relations [diplomatiques] avec le Liban, dont les représentants et responsables [s´inquiètent pour] la sécurité du portail libanais sur le monde.

Les Libanais ont commencé à se poser des questions : Le Hezbollah a-t-il annexé l´aéroport international de Rafiq Al-Hariri à Beyrouth à ses quatre zones de sécurité ? L´aéroport international de Beyrouth est-il sous le contrôle sécuritaire de cette même organisation qui, il y a un an, a empêché le remplacement du chef de la sécurité de l´aéroport [Wafiq Shukeir, proche du Hezbollah] ainsi que le démantèlement du réseau de caméras mis en place pour surveiller les arrivées et départs du Liban ? Le pays passe progressivement sous le contrôle sécuritaire et militaire du Hezbollah…" (3)

Le Hezbollah fait au Liban ce que l´Iran fait en Irak

Dans un autre article d´Al-Jazira, intitulé "La prise en otage du Liban", Al-Jasser répète que le Hezbollah s´efforce de faire au Liban ce que l´Iran fait en Irak : "Le régime qui pousse au conflit dans la région (en référence à l´Iran) s´efforce de propager l´instabilité et l´anarchie politique dans les pays arabes, en renforçant progressivement ses mesures, afin d´imposer le contrôle de ses agents aux systèmes [politiques] du pays qu´il entend détruire… Les événements actuels en Irak sont les mêmes qu´au Liban.

L´Irak est sans gouvernement depuis plus de six mois, et tous savent que le régime des mollahs en Iran est à l´origine de ce retard. Le but de ce retard est de créer un vide politique, qui pourra être comblé par ceux qui collaborent avec ce régime féru de guerre, qui s´efforce sans honte de briser les fondations politiques, la sécurité et l´équilibre social [des autres pays]. Cela se fait au moyen de milices armées et de groupes qui agissent comme des pirates et des parrains de la mafia – c´est ce qui est arrivé en Irak, pays tombé entre les mains de gangs meurtriers et criminels et d´adorateurs de la mort qui ont tué des dizaines de milliers de personnes.

Aujourd´hui, on assiste à de tels agissements de manière récurrente au Liban, [tous] ayant le même [schéma] criminel : c´est une réalité terroriste imposée au pays, faisant entrer tous les Libanais dans le cycle de la peur. [Le Hezbollah] n´a pas fait que menacer les ministères et politiciens de haut rang ; il est allé jusqu´à menacer de réaliser un coup d´Etat et de s´emparer du gouvernement et de la rue par la force, comme [le 7 mai 2008], quand il a pris le contrôle de Beyrouth et assassiné des innocents.

Aujourd´hui, le Hezbollah et la faction [de Michel Aoun] qui ont trouvé en Jamil Al-Sayyed une façon de faire exploser la situation politique au Liban en déstabilisant socialement le pays, mènent une campagne d´intimidation et de terreur, afin de prendre le contrôle du Liban et le rattacher à la caravane du régime des mollahs en Iran. C´est ce qu´a voulu dire [Ahmadienajad] en annonçant que [le camp des] pays de la résistance grossissait et que de nouveaux pays se joignaient à lui – en référence à l´Irak et au Liban.

L´Irak tente de se libérer du [piège] communautaire, maintenant que les locaux ont réussi à déjouer [le complot] visant à le placer sous tutelle [iranienne]… Au Liban, ce sont le Hezbollah et Aoun qui exécutent le plan du régime des mollahs – un plan qui a atteint un stade très dangereux [et pourrait] générer un important conflit dans ce pays civilisé qu´ils essaient de plonger dans l´obscurantisme. (4)

 

[1] Al-Riyadh (Arabie Saudite), 9 septembre 2010.

[2] Al-Watan (Arabie Saudite), 20 septembre 2010.

[3] Al-Jazirah (Arabie Saudite), 21 septembre 2010.

[4] Al-Jazirah (Arabie Saudite), 20 septembre 2010

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :