Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Pour moi, mais pas pour toi

19 Juillet 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Réflexions

Par Emmanuel Navon

 17 juillet 2011

www.navon.com

Adaptation française de Sentinelle 5771 ©

 

La semaine dernière (jour de la prise de la Bastille), la nouvelle République du Sud Soudan est devenue un Etat membre des Nations Unies. Après avoir été opprimés, massacrés et pillés depuis des décennies par Khartoum, le Peuple du Sud Soudan a obtenu finalement l’Etat indépendant pour lequel ils se sont battus. Théoriquement, les Palestiniens devraient se réjouir et demander à l’ONU pourquoi ils se voient refuser ce que les Sud Soudanais viennent d’obtenir. Au lieu de cela, Mahmoud Abbas a adressé une lettre au président soudanais Omar Hassan al-Bashir (homme accusé de génocide et de crimes contre l’humanité par la Cour Internationale de Justice) pour exprimer son opposition à l’indépendance du Sud Soudan. Pour moi, cela s’appelle l’autodétermination, mais pas pour toi./ Juste au moment où Abbas allait recevoir la médaille d’or de l’hypocrisie, Catherine Ashton a atteint un nouveau record. Après que la Knesset eût adopté la semaine dernière une loi qui permet aux citoyens israéliens de poursuivre devant les tribunaux civils les personnes ou les organisations qui mettent en place des boycotts anti-Israël, Ashton a exprimé une préoccupation publique sur la liberté d’expression en Israël. Cela fait d’Ashton une candidate pour la médaille d’or de l’hypocrisie aussi, parce qu’en Europe, le boycott anti-Israël est un délit criminel. En France par exemple, vous pouvez être condamné à trois ans de prison et à 45.000 euros d’amende pour avoir tenté de gêner l’activité économique à partir de préjugés politique, ethnique ou religieux (Articles 225-1 et 225-2 du “Code pénal”).

 

La loi française est plus rigoureuse que celle récemment adoptée par la Knesset. La nouvelle loi israélienne ne criminalise pas le boycott. Elle autorise seulement « des citoyens à poursuivre devant les tribunaux civils les personnes et les organisations qui appellent à des boycotts économiques, culturels ou universitaires contre Israël, des institutions israéliennes ou des régions sous contrôle israélien ». Aussi la déclaration du ‘New Israel Fund’ qui prétend que la nouvelle loi « criminalise la liberté d’expression » est fausse et trompeuse. La nouvelle loi israélienne ne criminalise pas le boycott, sans parler de la liberté d’expression. La loi française, au contraire, criminalise vraiment le boycott.

 

La loi américaine interdit aussi le boycott anti-israélien. Les lois anti-boycott selon la loi gouvernementale sur l’exportation de 1979 (amendée en 1999) interdit aux compagnies américaines d’étendre ou de soutenir le boycott d’Israël. Les pénalités imposées pour toute violation peuvent être une amende allant jusqu’à 50.000 $, ou bien cinq fois la valeur des produits d’exportation impliqués (soit la somme la plus importante des deux), et un emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans.

 

Ironiquement, les mêmes personnes qui en Israël prétendent que la liberté d’expression ne peut souffrir d’aucune transgression, on dit totalement le contraire il y a deux semaines quand la police a arrêté le Rabbi Dov Lior. On nous déclara à ce moment-là que la liberté d’expression peut et doit être limitée quand elle frôle l’incitation [à la haine, NdT). C’est vrai, il y a une différence entre l’incitation et le boycott (bien que le boycott se transforme souvent en incitation). Mais soit la liberté d’expression ne souffre pas de limitation, soit elle en adlmet. Et des démocraties comme les USA et la France limitent réellement la liberté d’expression de façon à empêcher l’incitation ainsi que le boycott. Aussi vous êtes autorisé à limiter la liberté d’expression de façon à prévenir la discrimination en Amérique et en France, mais pas en Israël.

 

Pour moi, on appelle cela la liberté d’expression, mais pas pour toi.

 

Pas moins ironique, le fait que précisément les mêmes personnes qui en Israël ont dit après l’arrestation du Rabbi Lior que la loi est sacro-sainte, se font un point d’honneur maintenant à mettre publiquement la loi au défi en boycottant les biens israéliens produits au-delà de la « ligne verte » (en France, comme explicité ci-dessus, ils pourraient être emprisonnés pour de tels actes). Il y a deux semaines, la loi était sacro-sainte. Maintenant, c’est un devoir moral que de la transgresser.

 

On appelle cela l’application de la loi pour toi, mais pas pour moi.

 

Alors, qui obtient la médaille d’or de l’hypocrisie ? Mahmoud Abbas, Catherine Ashton, ou Zehava Gal-On ? Le concours est tellement serré : faisons un compromis. Accordons la citoyenneté française à Zehava Gal-On pour la dissuader de discriminer entre les produits israéliens pour des raisons politiques. Demandons à Catherine Ashton d’écrire un essai sur

« Pourquoi les poursuites civiles sont plus dangereuses pour la liberté d’expression que les poursuites criminelles » ? Et nommons Mahmoud Abbas « Envoyé Spécial de l’ONU pour l’exécution Universelle de la solution à deux Etats comprenant entre autres le Soudan, la Libye, le Liban, le Maroc, Chypre, la Belgique, le Canada et la Chine ».

 

Cela s’appelle faire de toi un imbécile, mais pas de moi.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :