Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Parler d'Israël aux Juifs américains

2 Novembre 2012 , Rédigé par mordeh'ai

Par Vic Rosental

http://fresnozionism.org/2012/10/10746/

Adapté pour malaassot©2012 par Mordeh'aï

 

Une partie de mon travail - pas mon emploi rémunéré, celui que je fais pour hashamayim - est de parler à mes amis juifs et de tenter de leur expliquer pourquoi l'existence d'un Etat juif est essentiel pour tous les Juifs, où qu'ils vivent, pourquoi une bonne relation avec les Etats-Unis est essentielle pour Israël, et pourquoi le soutien des juifs Américains est à son tour l'élément essentiel pour une telle relation.

    

Je rencontre beaucoup de résistance, ce qui n'est pas surprenant quand on sait que si on laisse de côté les Arabes et les musulmans, le mouvement mondial pour mettre fin à l'Etat juif est disproportionné et mené par des personnes  de descendence juive. Voici quelques-unes des raisons pour lesquelles il peut être difficile d'être un sioniste en Amérique:

  

La politisation d'Israël

Mon travail est récemment devenu beaucoup plus difficile en raison de l'introduction d'Israël comme une controverse dans le débat politique entre  Républicains et Démocrates . Le président Obama (pour  de multiples raisons que je n'étalerai pas ici, mais que j'ai déjà exposé ) n'est pas un ami d'Israël . Son administration et ses conseillers informels penchent également vers l'anti-sionisme, certains, d'entre eux, même très fortement.

Les Républicains ont remarqué et ont  fait un pas pour obtenir les voix juives. Alors maintenant, toute discussion au sujet d'Israël devient à ce propos une querelle d'Obama contre Romney.

C'est très regrettable, parce que les Juifs sont toujours des libéraux, et la critique de l'attitude de Barack Obama et de la politique envers Israël est comprise comme une «propagande pro-Républicaine» . De nombreux Juifs libéraux semblent penser que «Républicain» signifie «être de droite» signifie même «fasciste» ou «nazi». Même si elles ne vont pas aussi loin, quelques-unes des positions sociales et économiques du parti républicain d'aujourd'hui sont une abomination pour les libéraux.

  

Les universités

La difficulté est encore plus grande avec les universitaires ou ceux qui se disent «progressistes», pour se distinguer des simples libéraux . Dans leur cas, j'ai besoin de surmonter la vision du monde post-colonial, dans lequel Israël est traité comme une puissance colonialiste occidentale, qui opprime le tiers-monde palestinien. Cela fait d'Israël le méchant dès le début, et excuse presque tous les degrés de violence arabe comme une «résistance à l'oppression» Beaucoup de Juifs ont un diplôme universitaire, ce qui signifie qu'ils ont été soumis à cette idéologie pendant leurs années d'apprentissage intellectuel. Depuis les années 1960, le concept de liberté académique implique la permissivité à l'activisme politique, dans la salle de classe même si l'activisme est radical, .

 

La partialité des médias

Les médias libéraux, comme le New York Times, MSNBC, NPR, le Huffington Post, etc, invariablement ont tous ou presque une inclination vers l'anti-Israël dans leurs éditos. Il suffit aux médias tels que Radio Pacifica de présenter une ligne arabe ou iranienne, en assénant des accusations, des méfaits d'Israël comme vrais ou réels tout en ignorant ou en blanchissant la violence dont font l'objet les Israéliens. Si vous regardezou écoutez ce genre d'info  toute la journée, vous finissez par vous en imprégner.

L'effet des médias est amplifiée par le phénomène de la «bulle d'information»: tout simplement parce qu'ils se sentent bien d'avoir leur opinion confirmée, les gens cherchent des médias qui confirment leur opinion. Donc, les libéraux écoutent NPR et conservateurs Fox News. Ils choisissent des amis avec des idées semblables pour leurs conversations politiques. Vivre dans une bulle d'information idéologique renforce leur point de vue. Il s'agit d'une boucle de rétroaction positive.

 

Le cerveau humain

Jonathan Haidt, dans son excellent livre L'esprit vertueux:  Pourquoi les gens bons sont divisés par la politique et la religion, il explique quelques-unes des raisons pour lesquelles il est si difficile de changer l'esprit d'une personne sur des questions idéologiques. La première est que des opinions politiques découlent  les intuitions morales qui sont principalement basée sur l'émotion, et non du résultat d'une argumentation rationnelle. Ces intuitions morales basées sur l'émotion se produisent immédiatement après la perception, c'est seulement ensuite que la personne trouve des arguments pour justifier sa croyance. Arguments raisonnés à l'encontre d'autres arguments, mais ne touchez pas les intuitions sous-jacentes.

Une autre raison est le préjugé de confirmation . La recherche en psychologie a montré à maintes reprises que les humains ont tendance à se concentrer sur des preuves qui appuient leurs croyances en ignorant les preuves qui les stimulent. C'est pourquoi les scientifiques parfois collent aux théories discréditées malgré les preuves évidentes contradictoires (heureusement pour nous, d'autres scientifiques travaillent dur pour trouver des preuves pour infirmer les théories qu'ils opposent).

 

Que peut-on faire?

Voici quelques leçons:

Il ne sera jamais possible de déconnecter Israël de la politique américaine, mais bientôt l'élection sera de l'histoire ancienne. L'accent doit toujours être mis sur des politiques, et non sur des personnalités. Et c'est une mauvaise idée que de mélanger Israël avec d'autres questions. J'ai lu une fois un article convaincant, sur les raisons de la politique anti-Israëlienne d'Obama, mais qui concluait par une remarque négative sur l'Obamacare. C'est Stupide.

Il est important d'être en contact avec ce qui se passe sur les campus, s'opposer à la politisation flagrante des activités soi-disant académiques, et se battre pour éviter que les ressources des universités soient utilisées à des fins anti-israéliennes. Les départements Arabes et iraniens  ont des intérêts, des fonds et des programmes particuliers pour servir leurs propres intérêts; les sionistes devraient faire de même.

Il existe de nombreuses organisations qui s'opposent par le biais des médias traditionnels. Il serait également nécessaire de développer des médias alternatifs, mais des approches fortement partisanes ne seront pas efficaces en raison du phénomène de la bulle d'information.

Enfin, les arguments qui appuient les droits à l'existence d'Israël en vertu du droit international sont moins efficaces que les appels à l'équité, tel que le droit à l'autodétermination des juifs... , etc

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :