Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Où sont les frontières de 67 ?

14 Juin 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Tribune libre

Dr.Oboler André

14-06-2011

http://www.jerusalemplus.tv/

Traduction française : Galila

 

J'ai souvent écrit au sujet de l'implication de la technologie pour fabriquer un récit anhistorique et contrefactuel, par exemple la géographie de substitution dans Google Earth, le transfert de Jérusalem-Est à la Palestine dans Yahoo Weather. L'histoire est un élément essentiel de la revendication juive en Terre d'Israël. La faire de façon juste est important.

 

Le discours actuel sur les " frontières de 67» dans les médias, la blogosphère et les médias sociaux, présente un récit si éloigné de la réalité que son effet de propagande peut circuler, via Google Maps et Wikipédia avec seulement quelqu'un pour les guider. La propagande a été déclenchée par une discussion sur la déclaration unilatérale de l'Etat palestinien.

 

De plus en plus les gens ont parlé des frontières d'Israël, et en particulier l'idée d'un «retour aux frontières de 67."

Ceux qui ont une connaissance de l'histoire doivent savoir qu'il n'y a rien de tel. Au départ, ils veulent dire pré-1967, pas 1967, et pour être tout à fait exact, ils veulent dire les frontières ou lignes mais pas les limites.

 

La perte du préfixe «pré» est la tentative la plus flagrante pour essuyer le récit historique, voir par exemple le récent éditorial dans le Washington Post de l'ancien ambassadeur en Arabie saoudite Turki al-Faisal. Même en Israël, il y a eu un abandon de la "ligne verte pour " les frontières de 67", des articles à la fois dans Haaretz et Jérusalem Post ont utilisé cette terminologie.

 

Cela n'est pas surprenant étant donné l'utilisation de cette terminologie par les dirigeants israéliens, le Premier ministre britannique, et de nombreux autres. La Maison Blanche, quoi qu'on pense de sa politique, a eu au moins la juste terminologie, en dépit des gros titres des médias et des rapports du contraire: les mots exacts du président Obama à l'AIPAC ont fait référence aux " lignes d'avant 1967», une formulation que le bureau de presse de la Maison Blanche a également utilisé de façon uniforme. 1949_lines.jpg Sur Google Maps la ligne est clairement et correctement étiquetée "ligne d'armistice de 1949."

 

Dans Wikipédia, l'article de la Ligne Verte, se réfère à la frontière comme " les lignes de démarcation exposées dans les Accords d'Armistice 1949 entre Israël et ses voisins (l'Egypte, la Jordanie, le Liban et la Syrie) après la Guerre israélo-arabe 1948.

"Le récit de frontières de 67 "est un récit palestinien. Il obscurcit le fait que le retour à ces frontières serait un retour à la position instable après la guerre d'indépendance. L'article de Wikipédia lui-même note que cela n'a jamais été une «frontière internationale ou permanente», il note également la position du droit international, exprimée par le conseiller juridique adjoint auprès du Département d'Etat américain dans l'American Journal of International Law (1970).

Il a dit: «... les modifications des lignes d'armistice de 1949 entre les Etats de l'ancien territoire de la Palestine sont légitimes si ces modifications sont ... " des modifications non substantielles nécessaires à une sécurité mutuelle » ou de plus importantes modifications - comme la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur l'ensemble de Jérusalem».  Le récit palestinien vise à bloquer l'idée minimaliste des modifications non substantielles et de faire même que cela ressemble à un sacrifice sérieux qui serait presque de trop à leur demander. L'histoire est importante.

 

La semaine dernière, c'était l'anniversaire de la guerre des Six jours, et la ressemblance avec aujourd'hui a été bien décrite par David Harris la semaine dernière. Le langage et la rhétorique sont également importants. Arrêtons le glisser dans le récit palestinien.

 

Commençons à parler des lignes de cessez-le-feu de 1949, du trauma psychologique de l'insécurité qu'elles ont imposés, du vrai danger qu'elles ont créé face à une menace de guerre conventionnelle, et pourquoi Abba Eban s'est rapporté à ces frontières indéfendables comme les frontières d'Auschwitz, ce qui signifie qu'elles ont mis les Juifs, dont beaucoup étaient à cette époque des survivants de la Shoah, à nouveau à la merci d'être abattus en masse par ceux qui leur voulaient du mal.

 

La récente expérience d'Israël avec le Hamas à Gaza justifie une préoccupation constante au sujet de ces frontières dangereuses. Non seulement il y a les tirs de roquettes sur Sderot, mais souvenons-nous aussi de Gilad Shalit, enlevé par des terroristes qui ont fait le court trajet de la bande de Gaza, il y a près de 5 ans./ Une solution à deux Etats est possible, et une grande partie de la future frontière peut en effet être le long de la ligne verte, mais la négociation et le débat public doivent avoir un fondement dans l'histoire et la vérité.

 

1949_lines.jpgCela ne peut être bâti sur les sables mouvants anhistoriques de la propagande palestinienne Entre-temps, chacun d'entre nous, des leaders internationaux médias et jusqu'aux utilisateurs de Facebook, nous devrions surveiller notre langage et nous assurer de ne pas renforcer un récit qui ne mènera pas à la paix, mais potentiellement à une reprise du carnage.

 

Si, malgré tous leurs défauts, Google Maps et Wikipédia pouvaient se corriger, ce serait alors possible pour chacun d'entre nous.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :