Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

On savait, mais sans pouvoir l’empêcher

19 Août 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Sécurité

Alex Fishman – Yediot Aharonot

19 août 2011

Source : Revue de presse de l’Ambassade de France

 

On peut parfois critiquer le Shabak. Dans d’autres cas, il fait son travail de manière admirable, comme hier.

Pour preuve, le fait que, quelques heures à peine après la série d’attentats commis par les Comités de résistance populaire, le Shabak ait mené une opération dans laquelle ont été éliminés d’un seul coup tous les dirigeants de cette organisation à Gaza. D’ailleurs, si ces dirigeants n’ont pas été éliminés plus tôt, c’est uniquement parce que le gouvernement israélien a décidé, pour des raisons politiques, de ne pas éliminer les dirigeants d’organisations terroristes dans la bande de Gaza.

Pourquoi alors les préparatifs face à la possibilité d’un attentat étaient-il si mauvais et pourquoi un bilan aussi lourd ?

 

La réponse à ces questions se trouve probablement dans le processus de décision du commandement militaire de la région sud. Il s’agit en effet d’évaluer les risques que l’on est prêt à prendre face aux menaces.

La route numéro 12 est une route importante qui mène à Eilat. On ne peut pas la fermer à la va-vite, surtout pas en pleine saison touristique.

On est donc face à une mauvaise évaluation de la situation de la part du commandement sud de l’armée où on devait penser que les terroristes, cherchant à enlever un soldat, agiraient la nuit et ne passeraient pas à proximité du poste des forces égyptiennes. Le mode opératoire des terroristes a surpris les responsables militaires.

Cet attentat en plusieurs phases porte clairement la marque du Hezbollah ou des Gardiens de la Révolution qui ont probablement entraîné ses auteurs. Si, en fin de compte, ont été tués six terroristes, nul n’est capable de dire avec précision combien de membres comptait la cellule.

Le résultat des événements d’hier est mauvais. On avait déjà vu des opérations de ce type le long de la clôture frontalière avec la bande de Gaza. On peut supposer à présent que de telles opérations seront commises à la frontière égyptienne. La leçon que l’on peut tirer des ces événements c’est qu’au niveau stratégique, il nous faut changer complètement d’approche vis-à-vis de ce qui se passe dans le Sinaï et y investir beaucoup plus dans les renseignements. Dans ce domaine, on ne peut compter sur la coopération avec l’Egypte. Il faut aussi réclamer des Egyptiens qu’ils affirment leur souveraineté dans le Sinaï et reprennent leurs efforts pour empêcher la circulation de terroristes de la bande de Gaza vers le Sinaï.

Il ne faut pas non plus oublier la dissuasion dans la bande de Gaza. Cette cellule aurait probablement pu être arrêtée avant son départ pour le Sinaï. Le cabinet restreint de sécurité devra décider de la suite des opérations dans la bande de Gaza : Israël se contentera-t-il de raids aériens « de routine » ou la réaction sera-t-elle plus sévère ?

Sur un plan tactique : Il faut rapidement finir de construire la clôture frontalière avec l’Egypte. En attendant, il faudra traiter la frontière avec l’Egypte de manière un peu plus professionnelle. Israël ne peut se permettre de négliger plus longtemps sa frontière avec l’Egypte./.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :