Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

OBAMA Le Bluffeur

22 Mars 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

Par Lee Smith

Pour Tablet magazine a New Read on Jewich Life Mars 2012

http://www.tabletmag.com/jewish-news-and-politics/94017/obama-the-bluffer/

  

Le président dit qu'Israël est derrière lui concernant l'Iran. Alors, pourquoi la Maison Blanche n'a-t-elle pas préparée le public américain à une éventuelle frappe militaire?

 

 

 Le président des États-Unis Barack Obama dit qu'il ne bluff  pas de, mais qu’il n'y a rien de mal à bluffer — particulièrement lorsqu'il est question de guerre et de paix. La guerre est une duperie, a dit le prophète de l'Islam et des stratèges Occidentaux sont d'accord. Ce n'est pas la force brute qui fait d’Ulysse un adversaire redoutable, mais sa ruse. Plus récemment, le Jour J  le débarquement en Normandie a été grandement facilité par la déviation soigneusement tracée des Alliés, ce qui a convaincu les Nazis que l'invasion se ferait à Calais. Pour tous les vrais stratèges, le jeu, pour citer le Capitaine Kirk, ne sont pas les échecs, mais le poker.

Obama a dit qu'il pense être un assez bon joueur de poker, mais annoncer que vous ne bluffer pas est  pour le coup plus absurde que concevable. Un joueur expérimenté aurait juste gardé sa bouche fermée.

Peu importe que l'Administration d'Obama dit de garder toutes les options sur la table quand il s'agit de l'Iran, c'est très peu probable que les États-Unis choisissent de frapper militairement le  programme d'armes nucléaires de l'Iran.

Pourquoi? Le Plus important encore, c'est une année électorale. Le Président s'engage au désengagement du Moyen Orient, non  à une nouvelle participation militaire. Il a promis de nous sortir d'Irak et il l'a fait, et il retirera des troupes américaines d'Afghanistan à la fin de 2014. Comme tous les candidats sortants, il veut montrer qu’il tient ses promesses — comme de tuer Oussama Ben Laden

En réalité, il y a une quotité que l'Administration de Obama n'a pas mené à bien, particulièrement la politique au Moyen-Orient. Le Président a déclaré que le conflit palestino-israélien était la clé à toutes les autres questions régionales, et la résolution du problème rendrait plus facile la portée d'autres objectifs, comme gagner le soutien des arabes sunnites pour créer une coalition afin d’isoler l'Iran. Mais depuis l'Arabie saoudite et d'autres puissances arabes sunnites, comme les Émirats arabes Unis, l'Egypte et la Jordanie, avaient déjà indiqué clairement aux décideurs américains qu'ils étaient Unis contre la République islamique, ils ont, comme des joueurs plus expérimentés à la table, doivent avoir considéré la stratégie du président avec tristesse.

Pour montrer qu'il était sérieux, le président et son personnel ont publiquement affronté le gouvernement d'Israël sur les implantations à plusieurs reprises. La Maison Blanche a même appelé le Premier Ministre Benjamin Netanyahu  pour à un gel de la construction pour 10 mois. Mais à la lumière du jour cette mise au point entre les États-Unis et l'Israël n’a prouvé que sa futilité, parce que les Palestiniens attendaient qu’Obama fasse pression sur Netanyahu.

Le résultat, comme le dit le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a été qu’Obama à envoyé les Palestiniens en haut dz l'arbre et a emporté l'échelle. À ce stade, il n'y a aucune avancée dans le processus de paix.

 

Le discours du Caire, du président, de juin 2009 avait promis de soutenir les aspirations politiques des Musulmans autour de la région. Et encore quand les démocrates Iraniens sont descendus dans les rues  quelques semaines plus tard pour protester contre l'élection frauduleuse qui a maintenu le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad au pouvoir, Obama était resté silencieux. Pour un président qui est entré en fonction en souscrivant à l'utilisation du pouvoir de la non violence militaire - — ou « smart power » — pour promouvoir les valeurs américaines et les intérêts américains, ont été absents a cette occasion contre les mollahs et cela a été un échec stupéfiant. Obama a manqué le coche de nouveau avec le soulèvement syrien, où l'opposition menace de renverser l'allié clé de l'Iran, le régime de Bashar Al-Assad. Mais même maintenant, le président a fait peu pour assurer que la politique officielle des États-Unis —qu’Assad démissionne— vient de passer.

 

En fait, Obama semble avoir adopté l'ensemble des messages du régime syrien pour expliquer son propre manque d'action : l'opposition est composée de bandes armées et de membres d’Al-Qaida; L'armée syrienne est bien trop puissante; l'opposition doit négocier avec le régime qui assassine le peuple syrien. 

 

En fait, le président bluffe beaucoup. La tragédie consiste en ce que ses balivernes n'ont pas déconcerté les adversaires américains, mais ont révélé l'inexpérience d'Obama en nuisant aux alliés de l'Amérique, tels que les états Arabes Sunnites et Israël. Au début du mois, le président a dit à l’AIPAC qu'il avait Israël derrière lui, mais il n'a pas joué la carte qui indiquerait qu'il pourrait effectivement mener une opération militaire contre l'Iran. À savoir, qu’il n'a pas retourné l'électorat américain contre la République islamique d’Iran. Comme les nombreuses erreurs de l'Administration de Bush en Irak et en Afghanistan ont rappelé aux décideurs, qu’une campagne militaire sérieuse menée par une démocratie exige l’initiation prudente du soutien populaire. Il ne serait pas très difficile de gagner un tel appui du peuple Américain concernant l'Iran, si vraiment le président a en réalité l'intention d'attaquer. Un Sondage Gallup récent montre que le public américain classe déjà l'Iran moins favorablement que tout autre pays, à 10 %, voire plus bas que la Corée du Nord. 

 

Mais plutôt que de préparer le public américain à l’éventualité d’une frappe sur l'Iran, l'Administration d'Obama a averti à plusieurs reprises que ce serait un très mauvais calcul, si cette frappe était effectuée par les États-Unis ou Israël. Au lieu de mettre en évidence la menace que l'Iran fait courir aux intérêts américains dans le Golfe Persique riche en pétrole, ainsi que les atrocités perpétrées contre les Etats-Unis par l’Iran.

 

La Maison Blanche sous Obama, comme sous les administrations précédentes, les a en grande partie masquées. La communauté du renseignement américain sait très bien que l'Iran a fabriqué l'IEDS qui a tué et mutilé des milliers de troupes américaines en Irak et en Afghanistan. Mais les responsables américains ont tu ces informations peut-être de peur qu’elles ne mettent en colère le peuple américain et les fassent pleurer de vengeance contre les hommes de Téhéran qui ont tué ou blessé leurs proches. Si Obama était sérieux de garder une ‘option militaire sur la table’, il irait porter cette information au peuple américain

Cela mettrait le président dans une vraie posture de négociation, comme peut-être la seule personne capable de protéger le régime iranien de la puissance militaire et économique des États-Unis. il pourrait dire au Leader Suprême de l'Iran le peuple américain veut votre tête sur un plateau d'argent, et il n’y a rien que je peux faire pour les contenir. Abandonnez votre programme nucléaire et sauvez vous, de peur qu’il ne force ma main. Seulement je peux vous aider, mais je sers aussi le bon plaisir du peuple américain. Et après tout, c'est une année électorale.

Mais Obama ne joue pas au poker avec les Iraniens. Il exécute une opération d'information, et sa cible est le vote juif américain. Les mêmes trois-quarts d’électeurs Juifs qui ont voté pour Obama la fois dernière voteront pour lui encore une fois parce que Rick Santorum pour ces électeurs est un cosaque et Mitt Romney est un cyborg dont les poches de costume sont pleines de « faces de craie ».

Obama sait que sur la question du programme nucléaire de l'Iran et Israël, le vote juif veut juste qu’il lui soulage sa conscience afin de lui faciliter un tout petit peu de voter à nouveau pour lui. Vu sous cet angle, le président ne bluffe pas; Il ne joue juste qu'avec l'argent du "ménage".

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :