Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

OBAMA, JUSQU’A QUAND ?

7 Février 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Réflexions

 Publié le 7 février 2011 sur www.raison-garder

par Raphaël Draï, chronique de Radio J, le 7 février 2011.

Au terme d’un bras de fer qui dure à présent depuis plus de 10 jours, Hosni Moubarak n’a pas quitté l’Egypte. La comparaison avec Ben Ali a fait long feu, si l’on peut dire. Mais a fait long feu aussi la diplomatie incohérente et dangereuse de Barack Obama et de sa Secrétaire d’Etat, Hillary Clinton.

Diplomatie incohérente parce qu’il nous aura été donné de voir, en direct -comme si la Place Tahrir du Caire avait été translatée à Paris, Place de la Concorde-, les méfaits d’une politique néo – colonialiste, d’ingérence éhontée, dans les affaires d’un Etat souverain, en l’occurrence l’Egypte, de la part d’un autre Etat, les Etats-Unis, pour ne pas le nommer, et cela, tenons-nous bien, au nom des progrès de la démocratie et de la promotion des droits de l’Homme. Durant toute cette dernière semaine, nous aurons appris que le Président actuel des Etats-Unis faisait agir ses hommes de paille et activer en sous- main ses réseaux sur tout le territoire égyptien pour tenter d’y déloger le Président Moubarak ; et qu’il avait dépêché au Caire à son intention un émissaire spécial chargé de lui signifier d’avoir à se démettre sans délai. Hélas pour Barack Obama - l’auteur de l’inoubliable « Salam Aleikoum » délivré à l’université cairote d’El Azhar, dès le début de son mandat, mais en l’absence criante du Président Egyptien – Hosni Moubarak n’est vraiment pas Ben Ali. L’émissaire de Washington s’est fait, semble t-il, sérieusement savonner la tête par le Raïs, lequel est toujours en fonction tandis que la Place El Tahrir, lentement, se décongestionne. D’où cette question :

Barack Obama est –il réellement en mesure de présider aux destinées de la 1ère puissance politique de la planète, statut de moins en moins assuré sous sa présidence[1] ?

Diplomatie incohérente, mais dangereuse aussi, dés lors qu’elle consiste à déstabiliser des Etats entiers et de considérables ensembles humains, mais sans véritable politique alternative. Car pendant que les caméras du monde entier étaient braquées sur la désormais célèbre place centrale du Caire, la Tunisie du « Dégage ! » était perdue de vue[2], et l’on n’y suivait plus les suites du renversement de Ben Ali, afin de vérifier si elles s’inscrivaient ou non dans les schémas de la démocratie hyper – idéale chère à Barack Obama.

Pour l’instant, l’une des conséquences les plus préoccupantes de cette diplomatie inconséquente reste la mise en danger du Traité de paix passé entre l’Egypte et l’Etat d’Israël depuis 1979, avec la nécessité pour celui-ci de repenser complètement sa politique de défense à sa frontière sud. Cela, en espérant ne pas avoir à revenir à la situation qui prévalait avant 1973 et la guerre de Kippour.

Mais en 1973, Barack Obama était un pré- adolescent qui se faisait les poumons dans les vastes paysages de l’Indonésie.

Ils risquent d’être terribles, les temps où ceux qui prétendent aux plus hautes fonctions s’avèrent incapables de les assumer avec discernement.

 

[1] D’où, au bout du compte , la relative modération verbale de l’Union Européenne.

[2] Sans parler de la Côte d’Ivoire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :