Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Obama fera certainement un discours sur le Moyen Orient avant celui du Premier ministre israélien.

12 Mai 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

 Par HILARY LEILA KRIEGER

à WASHINGTON et TOVAH Los Angeles

Jerusalem Post 12/05/2011

http://www.jpost.com/International/Article.aspx?id=220151

Adaptation française de Sentinelle 5771 ©

 

Le président des USA cherche une opportunité pour définir une nouvelle stratégie au Moyen Orient ; il pourrait utiliser son discours comme plateforme de sa nouvelle proposition de paix israélo-palestinienne.

Le président des USA Barack Obama va certainement faire un discours important sur le Moyen Orient avant son voyage en Europe le 22 mai.

« Cela concernera le changement politique au Moyen Orient et en Amérique du Nord », a déclaré un officiel du gouvernement au ‘Jerusalem Post” mercredi.

L’officiel n’a pas dit si le discours posera une vision américaine pour résoudre le conflit israélo-palestinien, comme beaucoup l’ont demandé.

Bien que la date du discours d’Obama n’ait pas été fixée, les assistants de la Maison Blanche indiquent qu’il pourrait se situer la semaine prochaine. Le porte-parole d’Obama Jay Carney a dit mercredi que le président interviendrait « très bientôt ». La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a suggéré le mois dernier qu’Obama ferait un discours sur le Moyen Orient, et l’on s’attendait à ce que le président prête une attention toute particulière au processus de paix, même si le principal sujet serait les révolutions qui s’étendent dans la région.

Depuis lors cependant, le Hamas et le Fatah sont parvenus à un accord de gouvernement d’union qui a compliqué la posture américaine pour négocier avec les Palestiniens, et a écarté Israël de la table de négociation.

Dans le même temps, le président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas a menacé d’aller aux Nations Unies en Septembre pour y chercher la reconnaissance déclarée unilatéralement d’un Etat palestinien, ce que ni les USA ni Israël ne veulent voir advenir.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou est attendu à Washington pour y faire son propre discours devant le Congrès le 24 mai. On a suggéré qu’il tente de saisir l’initiative en donnant les contours d’une nouvelle position en faveur de la paix avant le discours d’Obama.

Maintenant cependant, il semble que le dirigeant des USA parle probablement en premier.

Les officiels d’Israël et des USA ont été en contact étroit concernant les discours à venir.

Les discours et la visite de Netanyahou – qui comprendra un entretien avec Obama le 30 mai et un discours devant l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) trois jours plus tard – surviennent à un moment où aussi bien les Israéliens et les Palestiniens ont insisté pour affirmer qu’ils ne peuvent pas négocier.

Les Palestiniens ont dit depuis longtemps qu’ils ne siègeront pas avec Israël jusqu’à que celui-ci cesse les activités d’implantations sur la rive Occidentale et la construction de quartiers juifs à Jerusalem Est.

Israël a déclaré qu’il ne négociera pas avec un gouvernement palestinien dont le partenaire est le Hamas, à moins que le Hamas reconnaisse les trois principes du Quartette : la renonciation au terrorisme, la reconnaissance d’Israël et l’acceptation des accords déjà passés.

Mercredi, le chef du Parti Hamas, Mahmoud Zahar, a déclaré à la radio ‘Ma’an’ que la reconnaissance d’Israël était impossible – même si son organisation pouvait accepter un Etat palestinien le long des lignes d’avant 1967.

Le Hamas accepterait un Etat palestinien « sur quelque partie de la Palestine » a-t-il dit dans un entretien à l’agence d’information palestinienne ‘Ma’an’.

Le Hamas a déclaré auparavant qu’il voulait accepter temporairement un Etat palestinien sur la Rive Occidentale et dans la bande de Gaza. L’objectif final cependant, sera un « Etat de Palestine dans sa totalité », a déclaré le chef du Hamas basé à Damas, Khaled Maschaal à Charlie Rose sur ‘PBS’ l’an dernier.

La reconnaissance formelle d’Israêl, a déclaré Zahar à Ma’an, basé à Gaza et qui sert de ‘ministre des affaires étrangères du Hamas, « annulerait le droit des futures générations à libérer les territoires ».

Il gâcherait le droit de retour pour les réfugiés palestiniens qui ont été exilés de la terre en 1948, quand Israël a été reconnu par les Nations Unies a-t-il ajouté.

Mais il a adouci la rhétorique et dit que le Hamas avait donné son accord pour le maintien de la trêve du Fatah avec Israël. Le geste faisait « partie de la résistance », et n’était « pas une annulation » a dit Zahar.« La trêve n’est pas la paix » a-t-il précisé à Ma’an.

Selon l’agence d’informations, le dirigeant du Fatah Nabil Sha’ath a déclaré mardi soir qu’un gouvernement d’union avec le Hamas pourrait être formé dans les 10 jours, même si Ma’an a rapporté que Abbas s’est vu déclarer qu’il ne pourrait pas visiter Gaza à cette date./ Selon Ma’an, un nouveau gouvernement sera formé dans les 10 jours, et une délégation sera certainement envoyée au Caire samedi pour discuter de sa formation.

La semaine dernière au Caire, le Hamas et le Fatah se sont accordés sur la formation d’un nouveau gouvernement technocratique de l’AP qui tiendrait des élections d’ici un an./ Des officiels israéliens ont déclaré que la création d’un gouvernement technocratique ne dissiperait leurs craintes d’un gouvernement palestinien lié au Hamas.

La question est de savoir qui prendra les décisions, et de dire ce qu’il y a à faire, ont-ils dit. Ils ont comparé le concept d’un gouvernement technocratique à des avocats marrons en costumes trois pièces, engagés par la maffia.

Ce que dit le Hamas, c’est ce qu’ils ont toujours dit : qu’ils veulent détruire Israël, et s’ils sont liés à un nouveau gouvernement palestinien, ils continueront de travailler à la destruction d’Israël à partir de la Rive Occidentale, ont déclaré les officiels.

Le Premier ministre adjoint Silvan Shalom à déclaré à la Knesset qu’une présence renouvelée du Hamas sur la Rive Occidentale confèrerait là-bas une emprise à l’Iran.

« Un Etat Hamas constituerait une autre branche de l’Iran dans la région » au moment où l’Occident se bat contre l’Iran pour le contrôle d’une région qui détient les réserves de pétrole du monde a-t-il ajouté.

« Nous devons faire savoir clairement au monde que si il reconnaît un Etat palestinien en septembre 2011, il pourrait se trouver en janvier 2012 qu’une entité iranienne a reçu une emprise supplémentaire au Moyen Orient ».

S’adressant au Parlement européen de Strasbourg, la chef de la politique étrangère européenne Catherine Ashton a déclaré que la « recherche d’un accord négocié a dominé la région depuis des décennies. Je continue de croire qu’une solution négociée est la seule voie d’avenir »

Mais dans le même temps, a-t-elle dit, elle espérait que l’unité du Fatah et du Hamas était un développement positif – l’un de ceux participant de façon importante au processus de solution à deux Etats.

Il était important de juger des efforts d’unité à leurs résultats, a dit Ashton.

En dehors de cela, elle a appelé Israël au transfert des ressources des taxes aux Palestiniens qu’Israël a retenues depuis le début du mois. Israël a refusé de donner l’argent à l’AP jusqu’à obtenir l’assurance que l’argent ne finira pas dans les coffres du Hamas.

Ashton est aussi intervenue contre des associations non gouvernementales qui essaient d’envoyer des bateaux à Gaza pour briser le blocus Israélien.

Je ne considère pas une flottille comme la bonne réponse à la situation humanitaire à Gaza” a dit Ashton, en appelant Israël à autoriser davantage de transports de biens et de personnes vers et hors de la bande.

« Je veux voir les gens de Gaza avec un avenir, et je veux aussi voir Gilad Shalit, captif depuis des années à Gaza, recevoir une chance de rentrer à la maison chez son père et sa mère, a-t-elle ajouté.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :