Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Obama et le vote juif

11 Décembre 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Réflexions

Professeur Abraham Ben-Zvi

Pour Israel Hayom http://www.israelhayom.com/

Adaptation Mordeh’aï © 2011

pour http://malaassot.over-blog.com/

 

À première vue, les chances que les électeurs juifs à prochaine élection présidentielle des Etats-Unis migrent du parti Démocrate vers le giron  des rivaux Républicains semble improbable. Après tout, l'affinité entre les Juifs américains et le camp démocrate est profondément ancrée dans l'évolution politique et sociale qui a eu lieu il y a quelque huit décennies. Durant la Grande Dépression, le président Franklin D. Roosevelt a créé une «grande coalition», dont la communauté juive était une composante centrale. À une exception près, les républicains n'ont pas réussi à gagner plus de 35 pour cent du soutien juif depuis 1932. (Richard Nixon et George HW Bush ont gagné respectivement 35% du vote juif en 1972 et 1988.) La seule exception fut Ronald Reagan, qui a remporté pas moins de 39% du vote juif en 1980 – et ce fut surtout parce que son concurrent, le président démocrate Jimmy Carter, a eu des « prises de bec » avec les gouvernements de Menahem Begin pendant quatre ans, laissant beaucoup de ressentiment au sein de la communauté juive américaine surtout à la lumière des vues de Carter sur les Palestiniens.

 

En tenant compte de ce précédent, la question est maintenant de savoir si, 32 ans plus tard, un autre président démocrate - Barack Obama - perdra une partie importante de sa base juive. Il y a trois ans, Barack Obama l’a remporté avec 78% du vote juif, en dépit de la prudence sur sa candidature et le fait que son rival républicain, John McCain, était un ardent partisan d'Israël. A ce stade de la lutte pour courtiser les électeurs, il semble y avoir une profonde érosion de l'appui juif en faveur du 44e président. Le record de Carter [45% du vote juif] pourrait même être battu, puisque de récents sondages ont montré que 51% des Juifs semblent disposés à donner à Obama un délai supplémentaire à la Maison Blanche.

 

Il y a diverses raisons à l’ érosion du soutien à Obama, le principal étant ses positions à contre-courant sur Israël, comme en témoignent les crises de ses appels à un gel des colonies ou en basant les négociations de paix avec les Palestiniens sur les lignes de 1967 avec des échanges de terres – ce qui a suscité les critiques d'Obama des Juifs américains. Obama a été perçu comme étant bizarre et déconnecté de la «relation spéciale» que Washington et Jérusalem ont longtemps partagé, celle qui est fondée sur des valeurs historiques, sociales, culturelles réciproques. Il y a quelques jours, la Maison Blanche a exprimé son soutien à Howard Gutman, l'ambassadeur américain en Belgique (et généreux donateur pour la campagne d'Obama avant sa nomination) qui a dit que l'antisémitisme parmi les musulmans d'Europe découle du conflit israélo-palestinien. Ce mouvement, avec les remarques de la Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton au sujet du statut des femmes en Israël, a servi à renforcer son image hostile.

 

Non seulement la Maison Blanche a affiché envers Israël un accueil plutôt froid pendant la majeure partie du premier mandat d'Obama, mais ses positions sur de nombreuses questions diplomatiques sont en contraste marqué avec le parti républicain et ses principaux candidats Mitt Romney et Newt Gingrich, pour ne citer que ces deux, qui marquent une empathie importante, compréhesion et affection de l'approche à Israël. Ce ferme soutien républicain qui est accompagné par la critique véhémente du président de sa politique  provient, entre autres idées sur les questions de sécurité – pourrait avoir pour effet la baisse du vote des électeurs juifs, surtout dans la communauté Orthodoxe.

 

La crise financière continue également d’affecter la médiocre réputation  d’Obama et pourrait avoir un impact sur les électeurs juifs qui l'ont soutenu en 2008, mais indiquent maintenant la défection pour le camp ennemi. Il n'y a aucun doute que l'administration fera des efforts désespérés pour tendre une main conciliante à Israël au cours des 11 prochains mois – en raison de la participation exceptionnellement élevé chez les électeurs juifs et la concentration importante des électeurs juifs dans les principaux états clés. Est-ce trop peu ou trop tard? Les prochains mois montreront si candidat républicain peut exploiter la fenêtre d'opportunité qui s'est ouverte pour révolutionner des dessins du vote juif et finalement conquérir la Maison Blanche.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :