Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Nul doute qu’Ehud Barak a fait sienne la vision politique proche-orientale du président américain

26 Mai 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

 

Par Mati Ben Avraham
Rubrique: Politique
Publié le 26 mai 2010

bibi
Le Ministre de la Défense se démarque de plus en plus de la gestion globale du pays menée par Binyamin Netanyahou. Nul doute qu’Ehud Barak a fait sienne la vision politique proche-orientale du président américain

 

C’était au cours du dernier Conseil des ministres. Le ministre de la Défense a élevé le ton.

Et pour finir, il a hurlé " Je n’accepte pas la manière de gouverner qui est la vôtre", en s’adressant à Binyamin Netanyahou  et au secrétaire général du gouvernement Tzi Hauser. La raison de cette ruée dans les brancards : une proposition de loi visant à accorder une année universitaire gratuite aux jeunes achevant ou leur service militaire obligatoire ou leur service national. Une proposition de loi mal fagotée selon Ehud Barak, qui avait demandé qu’elle soit retirée de l’ordre du jour.

C’est la deuxième fois, en deux semaines, que Monsieur Sécurité d’Israël manifeste une irritation certaine. La fois précédente, il avait tenu des propos acerbes contre “…ces ministres qui parlent à tort et à travers”, suscitant ainsi des malentendus avec les meilleurs amis de l’Etat hébreu sur la place mondiale.

Depuis son retour de Washington, où il s’était entretenu avec tous les personnages-clé de l’administration américaine – bénéficiant même d’une visite de courtoisie inopinée du président Obama lors d’une séance de travail avec le patron du Conseil national de sécurité – tout se passe comme si le ministre de la Défense tenait à se démarquer de plus en plus de la gestion globale du pays menée par Binyamin Netanyahou. Comme si, par petites touches, il préparait sa sortie et celle des siens…

Nul doute qu’Ehud Barak a fait sienne la vision politique proche-orientale du président américain, à savoir que pour réduire, autant que faire se peut, le terrorisme islamiste et contrer l’ambition nucléaire iranienne, il fallait, et d’une, parvenir à un accord israélo-palestinien dans les meilleurs délais et de deux, instaurer une paix régionale. Le ministre de la Défense, à bien l’écouter, n’a pas dit autre chose en commentant la farce irano-turco-brésilienne qui s’est tenue à Téhéran. De plus, les récentes mesures prises par le ministère de la Défense en Cisjordanie vont, en fait, dans le sens prôné par Georges Mitchell.

 

Question : Mais Ehud Barak pouvait-il se permettre, disons des largesses vis-à-vis de l’Autorité palestinienne sans la bénédiction de son Premier ministre?

L’impatience manifeste du ministre de la Défense découle-t-elle de divergences quant au fond ou à la forme ? Estime-t-il que le meilleur moyen d’amener l’adversaire à se découvrir est de l’acculer, et non pas d’attendre et voir comme semble le dicter Binyamin Netanyahou ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :