Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Nos droits réels sur cette terre

26 Décembre 2009 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Tribune libre

Editorial du Yated Nééman du 9 'Hechwan 5770


De nos jours, il faut savoir présenter de la meilleure manière possible nos droits sur cette terre, la Terre sainte, sous peine de voir les arabes gagner sans cesse les batailles d'emprise que se livrent notre peuple et leurs divers porte-parole.


Il est clair à nos yeux que le fond du conflit se joue à un niveau beaucoup plus élevé, où il est question des mérites de notre peuple sur la terre que l'Eternel a promise à Avraham - et sur notre attente de la fin du mérite de Yichma'ël d'avoir accepté de pratiquer la Mila. Si cette dimension spirituelle est évidente pour nous, il n'empêche qu'il faut également savoir se battre sur terre également - ce qui signifie de nos jours : dans l'arène des médias.


L'éditorialiste du Yated pose à cet égard une question lancinante : les responsables politiques actuels, qui ont la charge de la défense morale d'Israël, sont-ils en mesure d'assumer réellement ce conflit ? En acceptant de rentrer dans le jeu arabe - pour qui la création d'Israël est une conséquence de la Shoah, venue apporter une «compensation« au peuple juif - le peuple juif ne renonce-t-il pas aux vrais arguments : ceux de ses droits historiques sur cette terre ?


Au total, l'Israël laïc peut-il faire reposer son argumentaire sur de tels éléments, qui n'occupent pas grande place dans la pratique quotidienne de la majorité des Israéliens !?


L'échec dans le domaine de la guerre de propagande qu'essuie Israël ne date pas de l'opération «Plomb durci», et ne sera pas évité par le biais d'une commission d'enquête - si toutefois ce projet prend forme. Il prend sa source dans un problème de méconnaissance profonde de notre histoire plurimillénaire, qui a pour conséquence cette incapacité d'expliquer aux nations quelles sont les bases réelles sur lesquelles les Juifs fondent leur prétention d'avoir droit à cette terre. Le sujet du mont du Temple et de l'endroit où était érigé le Saint des Saints (sans aborder ici l'interdit absolu pour les Juifs d'y monter) est un exemple de sujet sur lequel le monde musulman ne cesse de diffuser le message le plus mensonger dans le monde, sans qu'Israël y réponde avec suffisamment de force.


Les Arabes sont plongés depuis des années dans une révision de l'histoire. Partout où ils le peuvent, dans le pays comme à l'étranger, ils proclament que le mont du Temple est un site musulman antique, et que jamais il n'y a eu de Temple en cet endroit. Pour eux, le Temple est une « invention juive » qui n'a aucun fondement dans l'histoire. Cela peut nous sembler stupide, ridicule et peut-être même infantile, quand c'est dit une première fois, puis une seconde. Mais quand le message est répété comme un mantra (condensée formée d'une série de sons répétée de nombreuses fois suivant un certain rythme), avec la fougue typique des Arabes, quand on fait paraître des analyses et des livres mensongers qui « prouvent » que jamais les Juifs n'avaient de Temple à Jérusalem et que ce message est relayé par d'autres médias, cet argument, pour douteux qu'il soit, finit par occuper une place légitime (!) dans les éléments du débat local. Un point de discussion de plus entre les deux protagonistes. Le propre d'un mensonge, quand on le répète souvent, est de se transformer en un argument convaincant, au point qu'il semble bien que les arabes croient réellement que telle est la véritable réalité des choses.

[.] Il en sera de même pour les droits des Juifs à habiter sur cette terre. Le monde entier est convaincu que le Yichouv [l'installation] des Juifs en Erets Israël n'existe que parce que les nazis ont exterminé six millions de Juifs durant la Choa, et que les Nations ont voulu régler le problème des Juifs en créant un Etat pour les rescapés du génocide. Les Arabes, en réponse à cette conception, protestent dans tous les forums internationaux possibles qu'il s'agit là d'un scandale historique, car il n'est pas concevable que l'on puisse résoudre les problèmes d'un peuple en provoquant une catastrophe pour un autre. En termes plus simples : les Palestiniens n'ont pas de raison de faire les frais de l'extermination des Juifs.


Et à ce niveau également, le conflit concernant la légitimité du Yichouv en Erets Israël finit par se transformer en un débat concernant la Choa, - et non point en une discussion à l'égard des droits historiques des Juifs de s'installer dans ce pays. Le monde arabe, et surtout palestinien, a réussi à transformer ces sujets parmi d'autres en débat d'apparence légitime, avec deux positions équivalentes, quand de manière naturelle les nations qui n'aiment pas particulièrement Israël font preuve d'une sympathie claire envers le peuple palestinien « pourchassé » et « digne de pitié ».

Tombe de notre Patriarche Yits'haq à 'Hévron


Tombe de notre Patriarche Yits'haq à 'Hévron Le problème est que, pour persuader les nations que les Juifs ont le droit de vivre dans cette partie du monde, il faut tout d'abord en convaincre les autochtones. Ce droit repose, on le sait bien, sur la promesse divine accordée aux patriarches de notre peuple - mais pour se reposer sur cette promesse, il faut être croyant ! Or comme le système éducatif israélien se refuse d'inculquer que le Livre des livres est éternel, qu'il représente la Vérité absolue, que tout le peuple juif doit l'étudier et le suivre dans ses moindres détails, on ne peut faire le choix d'un autre élément et l'utiliser pour construire sur lui un Etat ! On ne peut pas davantage convaincre une génération pour laquelle la notion de Temple n'a aucun contenu que l'endroit où était érigé le Temple revient aux Juifs !

Avant de venir éduquer les Arabes ou de tenter de convaincre les nations de tout cela, il faut d'abord convaincre les Juifs. Or eux-mêmes ne sont pas persuadés qu'en dehors de la Choa, nous ayons encore d'autres arguments à opposer dans ce débat.


Si certains pensent que le remède à cette situation - suicidaire à terme - consisterait à modifier durablement les programmes scolaires, à approcher les médias non religieux, à multiplier les conférences sur ce sujet, etc., d'autres font valablement remarquer que tant que les religieux seront marginalisés et démonisés, aucun progrès ne sera enregistré dans la connaissance de nos droits historiques sur cette terre chez ceux pour qui elle fait le plus défaut. Un publicitaire déclarait en privé : « Il faudrait faire un film qui ait l'impact des
Dix Commandements. Ou transformer le 9 Av en une commémoration nationale : mais comment provoquer une adhésion de tous autour d'un jeûne complet de 25 heures ? Par contre, si on arrivait à démontrer que le monde et les affaires se porteraient beaucoup mieux avec le Temple que sans lui, alors, en réveillant l'intérêt des forces économiques, on pourrait peut-être espérer une modification de tendance. »

Source :
Kountrass News nº 121 - Kisslew 5770 / Novembre 2009

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :