Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Napoléon 1er et sa solitude…juive !

8 Décembre 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Histoire

 

 Napoléon est le seul souverain  à avoir, non seulement manifesté de l’intérêt pour le peuple juif mais le seul,  depuis l’Antiquité, à avoir œuvré en faveur de son émancipation, voire davantage.En 1798,   soit quatre ans avant son couronnement, âgé de 29 ans,  il composa une Proclamation destinée aux Juifs d’Afrique et d’Asie, véritable brûlot nationaliste et sioniste,  où il promettait de rétablir le Peuple juif sur sa terre. Il alla même jusqu’à affirmer que les Juifs ne devaient pas désespérer de leur destin et il n’hésita pas à soutenir que le peuple juif avait été privé de ses droits en même temps que de sa terre. Comment Napoléon connut-il l’histoire du peuple Juif ?  Qui lui a appris qu’ils avaient été chassés de Judée? Ses connaissances religieuses se limitent au catéchisme (pour enfants) appris chez les Religieuses à Ajaccio. L’histoire juive et, nous le verrons plus loin, le fonctionnement de l’institution judiciaire hébraïque ne figuraient probablement pas au programme !

Napoléon était certes consommateur de livres. On ne lui connaît, toutefois,  que peu d’intérêt pour la religion judaïque ! Et, cependant ses initiatives personnelles en ce domaine furent aussi nombreuses qu’originales.

Les desseins impériaux  qui bénéficièrent aux Juifs ne se limitèrent pas à la France. Les Juifs Européens bénéficièrent des largesses napoléoniennes. Partout où la Grande Armée passait, les portes des ghettos étaient arrachées et les droits accordés aux Juifs.

L’œuvre considérable à l’avantage des Juifs commença en Juillet 1806, par la convocation à Paris  de tous les notables Juifs, assemblée présidée par Avraham Furtado de Bordeaux. Les notables durent répondre à une série de questions visées par l’Empereur lui-même, dont le but était de vérifier l’adaptation des Juifs à un état moderne. Mais le génie impérial ne s’arrêta pas là. Il fallut aux plus éminents rabbins de l’époque  confirmer les conclusions des notables. Ainsi se réunit le  « Grand Sanhédrin » composé de 71 membres, à l’image de celui évoqué dans le Talmud et présidé par le grand rabbin David Sinzeim.

Qui apprit  à Napoléon ce qu’était le Sanhédrin ? Qui lui a révélé que son chef s’appelait  Nassi titre que porta le Grand rabbin Sinzeim ? Qui lui a révélé que le Sanhédrin était composé de 71 Maîtres.

L’impression que provoqua  cette initiative sur les Juifs d’Europe fut profonde. Certains y virent l’amorce de la période messianique. Il faut relire la prière que chaque maître devait prononcer avant sa classe pour se rendre compte de l’immense impact. « Gratitude, » « reconnaissance éternelle » reviennent souvent accompagnées de vœux pour sa famille.

On connaît des conseillers dans tous les domaines où s’exerça le génie impérial. Les Maréchaux pour l’armée, des savants, des archéologues, des médecins, Champollion, Corvisart, etc… Aucun nom n’apparaît concernant les Juifs. Pourquoi cette solitude ? Pas même un nom exprimant sinon un désaccord, du moins des réserves. Sur un sujet aussi porteur, théologiquement parlant, même le saint Siège garde le silence ! Un souverain réhabilite les Juifs et le Vatican se tait ! Nous noterons que c’est  l’Eglise qui créa l’Inquisition et Napoléon qui la supprima !!!

Pourquoi Napoléon manifesta-t-il tant de sollicitude pour les Juifs ? On se perd en suppositions.  Ce qui est troublant néanmoins, c’est qu’on ne peut attribuer cette volonté de rédemption à un mouvement d’opinion qui globalement restait antisémite, pas plus qu’à des influences diverses dont l’empereur serait le porte-parole. Napoléon était le Chef d’orchestre, et, en même temps,  le Premier Violon, mais à ce point !  

Portalis qui, sous l’impulsion impériale rédigea le Code Civil fut un juriste de l’Ancien Régime et donc porteur d’un anti judaïsme doctrinal. Pourquoi l’Empereur n’a-t-il associé aucune personnalité à ses démarches salvatrices en faveur des Juifs ? Même Mollé, le grand ordonnateur du Sanhédrin, prévient qu’il agit sur instructions précises de Sa Majesté impériale. Toutes les instructions que recevait le ministre Champagny à ce sujet étaient rédigées de la main de l’Empereur !

Napoléon avait-il des origines juives qu’il gardait secrètes ? La thèse est audacieuse mais peu crédible. La nature secrète de l’Empereur ne favorisait guère les épanchements et personne ne put se vanter d’avoir reçu des explications ou des observations  impériales sur les projets concernant les Juifs. La réponse ou l’ébauche tient peut- être dans cette opposition entre des initiatives  intrépides, révolutionnaires et le vide, le secret dont Napoléon s’est délibérément   entouré pour toutes les décisions prises à l’égard des Juifs. Nulle part, il n’a expliqué ses motifs de rupture avec une histoire chrétienne, antijudaïque et antisémite.  . Sauf, peut-être à Sainte-Hélène, où Napoléon confie au médecin Irlandais Barry Edward O’Meara : «  Mon souhait est que les juifs soient traités en frères comme si nous faisions tous partie du judaïsme ».  (WIKIPEDIA) 

 C’est probablement dans cette solitude voulue par le vainqueur d’Austerlitz à propos de ses ordonnances  au sujet des Juifs,  que réside  le chemin qu’il faudra emprunter et qui pourrait révéler surprises, étonnement, voire stupéfaction.  Songer à faciliter le renouveau national  juif et vouloir reconstruire le Temple de Salomon ne sont pas des projets qui naissent par génération spontanée !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :