Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 20:37

Posted by Emmanuel Navon

http://navonsblog.blogspot.com/

26, Novembre 2011

Adaptée par Mordeh’aï © 2011 pour malaassot overblog.com

 http://malaassot.over-blog.com/

 

La nouvelle d’Edgar Allan Poe "la Lettre Dérobée" offre la parfaite allégorie pour comprendre pourquoi tant de personnes ont été trompées depuis si longtemps. Une lettre qui disait contenir des informations compromettantes a été volée par un voleur génial. La police fouille méticuleusement la maison du voleur, utilisant même des microscopes, mais en vain. Comment la canaille a-t-elle trompé la police ? En affichant simplement la lettre au lieu de la cacher. C'est précisément parce que la police s’attendait à ce que la lettre soit cachée qu'elle n’a pas pu la voir.

 

Pendant des décennies, beaucoup de personnes en Israël se sont demandées pourquoi des gouvernements de droite sont généralement incapables de mettre en œuvre leurs politiques et finissent souvent par adopter la rhétorique de la Gauche. Témoin le fait, par exemple, que Netanyahu a officiellement approuvé l'établissement d'un état palestinien contrairement à la plate-forme de son propre parti, que son gouvernement pourrait être renversé dans quelques mois s'il observe l'injonction de Justice de la Cour Suprême de démanteler des avant-postes ainsi qu'à l'unisson avec la gauche quelques ministres et députés du Likud se démarquent sur le besoin de préserver le système de cooptation afin de garantir l'homogénéité idéologique de la Cour suprême.

 

La réponse à cette énigme a été fourni par le professeur de droit de Tel-Aviv Menachem Mautner  dans son livre "Droit et Culture en Israël au Seuil du Vingt et unième Siècle " (l'University Press de Tel-Aviv, 2008): La gauche israélienne a perdu son monopole sur le pouvoir avec la victoire électorale de la droite en 1977, et elle a avec succès essayé de garder son influence par le biais du système juridique, du monde universitaire et des médias. À la Cour suprême, les Juges sont choisis et nommés par des Juges et ils s’octroient le droit d'abroger des lois considérées "inconstitutionnelles" (indépendamment du fait qu'Israël n'a aucune constitution). De là "l'activisme judiciaire " incarné par le juge Aharon Barak: si la majorité ne légifère pas en fonction de la volonté et de la vision du monde des «sages» (pour employer les mots de Barak), donc les lois doivent être abrogées par les juges auto-désignés qui connaissent mieux le Droit.

 

Dans le milieu universitaire, il est pratiquement impossible pour des universitaires de pensée conservatrice d’être titularisé dans les sciences sociales et en sciences humaines en dehors de l'université Bar-Ilan. En dehors des journaux Makor Rishon et, plus récemment, Israël Hayom on ne trouve pas de journalistes "dissidents". Le vote des Députés sur la législation récente condamnée par la Gauche (par exemple sur le boycott, le financement d'ONG, sur la nomination de Juges de Cour suprême, ou sur la diffamation révèle finalement que la Droite israélienne ait finalement remarqué que "la lettre dérobée" était affichée et prend des mesures pour statuer pour régner selon la volonté de ses électeurs. Mais ce n'est qu'à moitié vrai.

 

Pour commencer, quelques-unes des lois récemment lancées par la droite sont contre-productives. Le fait que les boycotteurs peuvent maintenant être poursuivis en justice pour des dommages financiers doit dissuader le Gauche de participer à la campagne de BDS et de boycotter des implantations. Mais selon la même loi, l'Université Ben-Gurion (BGU) peut maintenant poursuivre en justice le mouvement d'étudiant Im Tirtzu pour demander aux donateurs du BGU de garder leur argent loin de cette université jusqu'à ce que son Département des sciences Politiques respecte le pluralisme. De même, la nouvelle législation vise d'augmenter de six fois les amendes pour diffamation c’est plus une menace pour un petit journal conservateur comme Makor Rishon qu’un journal puissant et libéral comme le Yediot Aharonot. Quant à la loi limitant le financement d’ONG israéliennes par des gouvernements étrangers, elle nuira certainement plus à Shalom Archav et Adalah, mais ce ne sera guère facile pour Im Tirtzu ou pour Mon Israël de collecter des fonds.

 

Outre de s’être tiré une balle dans le pied avec une législation contre-productive, la droite israélienne est désespérément absente de la scène intellectuelle. Le Centre Shalem est censé produire des penseurs conservateurs, mais il a pratiquement disparu de la scène intellectuelle d'Israël en raison de sa focalisation du démarrage d'une nouvelle université d'arts libéraux. Shalem met fin même à la publication d'Azur, le seul journal conservateur de haute qualité d'Israël.Le Collège Shalem pourrait réussir à produire un autre type de leaders intellectuels, mais cela prendra deux ou trois décennies pour le faire. Un autre journal conservateur israélien, Nativ, a fermé il y a deux ans. La seule revue conservatrice est autour d’Hauma.

Publié par l'Institut Jabotinsky (lui-même situé au siège du Likoud), Hauma a un tirage limité et prêche les convertis. Quant à l'Institut des stratégies sionistes, ses recherches et papiers sont pour la plupart tenus loin du public par les médias.

 

La gauche israélienne est en hausse en pouvoir, mais en vérité il n’y a pas lieu de s'inquiéter. En dehors de faire du bon travail de tenir le système judiciaire, les universités et les médias, la gauche israélienne a un actif qui est à la fois une évidence et imperceptible telle la «lettre dérobée»: elle intimide la droite.

Les anciens "princes" du Likud qui ont grandi avec ce complexe d'infériorité vis-à-vis de la gauche. Ils sont pétrifiés par l'accusation de Haaretz de ne pas respecter "l'état de droit."  Ils sont imprégnés de l'idée que les gens qui lisent Haaretz et qui vivent à Tel-Aviv sont plus intelligents, et que vous avez besoin de leur approbation pour que votre QI soit déclaré supérieur à la moyenne. Haaretz a récemment canonisé Menahem Begin comme le démocrate, le plus formidable d'Israël, mais il y a trois décennies il l'a décrié comme un belliciste, un bigot et un fasciste. Pourquoi? Pour s'assurer que son fils reçoive le message: Continue à être un bon garçon et ne touche pas à la Cour suprême.

 

Tzipi Livni est l'exemple suprême d'une légèreté intellectuelle facilement intimidée par la gauche. Elle est devenue le porte-parole de Haaretz pas parce qu’elle a soudainement découvert qu'il y a des Arabes en Cisjordanie, mais parce qu'elle manquait de base intellectuelle pour mettre en évidence ses croyances.

 

Ce dont la droite israélienne a besoin de faire c’est de produire des intellectuels. C'est ce que les institutions et les mouvements tels que le Centre Diplomatie juif, Im Tirtzu, les Fonds Tikva et l'avenir du Collège Shalem essayent d'atteindre. Mais ces initiatives importantes émergent près de quarante ans après la victoire électorale de la droite. Pour l'ensemble et à son corps défendant, la gauche israélienne peut se détendre: sûrement la droite a pris quarante ans pour trouver la lettre volée, mais ce n’est pas une raison d'être hypocondriaque..

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai - dans Tribune libre