Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les tombes de Josué et de Caleb, un lieu de pèlerinage

8 Mai 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Monde juif (halakha-min'hag)

(note de Mordeh'aï : Les Palestiniens  s'inventent encore  des liens sacrés et islamiques avec ces sepultures)

 

par Antoinette Bremond

pour un-echo-israel

jeudi 6 mai 2010,


On parle beaucoup de l’importance des pèlerinages sur les tombes de certains rabbins vénérés et priés comme Rabbi Shimon Bar Yohaï. On connaît également le tombeau de David à Jérusalem, celui des patriarches à Hébron, de Joseph en Samarie, de Samuel au nord de Jérusalem. Sans oublier ce lieu saint, très visité, de la tombe de Rachel à l’entrée de Bethléem, lieu de culte par excellence… Rahel imanou, Rachel, notre mère. Ce que l’on connaît moins, c’est l’existence, en Samarie, des tombes de Josué et de Caleb, ces deux « valeureux », les seuls de toute la génération du désert, à être entrés en Terre Promise, car ils avaient cru en la promesse de Dieu. Moïse, quant à lui, personne ne sait où il a été enterré.

 

Ces deux tombes se trouvent en Samarie non loin d’Ariel dans le village palestinien de Kifl Hares, identifié par certains à Timmath-Hérès biblique où Josué mourut selon le livre des Juges (2, 6-9). Certaines années, à la date d’anniversaire de la mort de Josué (le 26 Nissan selon le calendrier hébraïque), ce lieu attire des milliers de pèlerins juifs. « C’est la seule occasion où le peuple peut, sur la tombe de Josué, honorer l’un des chefs les plus importants du peuple juif », explique David Haivri, l’un des organisateurs.

Cette année, le vendredi 9 avril, 10 000 pèlerins étaient là, empruntant la route d’Ariel menant à ce village, certains arrivés déjà à partir de jeudi soir. Le village était placé sous couvre feu et les soldats portant des torches se tenaient le long de la route. Une foule d’hommes en chapeau noir, d’autres en tunique hassidique, d’autres enfin en sandales et jeans, venus en groupe ou en famille avec leurs enfants.

 

Les visiteurs s’arrêtèrent d’abord au tombeau de Caleb, coincé entre deux petites pièces voisines d’un cimetière musulman. On allume des bougies, on entend des prières, même des pleurs. Puis la tombe de Josué éclairée, une table avec des livres de prières. Certains hommes chantent et dansent. Du côté des femmes, des jeunes filles, venues pour la première fois, semblent profondément touchées. « C’est un signe de la Rédemption » dit Odaya qui explique aux autres l’importance de Josué. Elle poursuit : « Quand on se retrouve sur l’un de ces lieux saints, on réalise que tous ceux qui sont là ont un point commun : Dieu. » Une autre jeune est venue prier là pour la guérison de sa mère.

 

Pour les Palestiniens vivant dans ce village, les 3 tombes de Josué, de Noun son père et de Caleb sont toutes musulmanes. Le maire du village, Ahmed Bouzia, craint que les Juifs viennent un jour transporter ces tombes en Israël, ainsi que celles des Patriarches et de Rachel. « Ces trois tombes de mon village sont des tombes islamiques. L’une d’elles contient les restes d’un de mes ancêtres ».

 

Une chose est sûre : la première mention d’un pèlerinage sur la tombe de Josué remonte à 1258.

 

Même si certains, et pas des moindres, disent que les pèlerinages sur les tombes ne font pas partie de la foi juive, la piété populaire l’emporte largement. Le pèlerinage sur les tombeaux des personnages bibliques et des saints du judaïsme n’a jamais été aussi florissant qu’aujourd’hui.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :