Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les États-Unis ne veulent pas voir le Hamas écrasé

20 Novembre 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Point de vue

Par Vic Rosental
19 novembre 2012
Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com©2012
 
Chef des pourparlers de personnel Gantz Benny aux troupes d'attente près de la frontière de Gaza

Chef d'Etat Major Benny Gantz  au milieu des troupes en attente près de la frontière de Gaza

Jusqu'à récemment, les communautés juives dans les principautés chrétiennes ou musulmanes ont existé sur la souffrance faite par les rois et des princes. Si la règle n'est pas théologiquement hostile aux juifs et / ou s'ils trouvaient leur présence utile, alors qu'ils étaient en mesure de vivre une vie relativement sans encombre, bien que dans la plupart des cas, il y avait des restrictions qui leur étaient imposées, allant de l'interdiction faite à un Juif de monter à cheval dans les pays musulmans, à l'exclusion des Juifs de différents métiers en Europe.

 

Mais si le prince avait un problème avec le judaïsme, dus aux grandes dettes locales des prêteurs juifs, alors les choses pouvaient mal tourner.  Les dirigeants pouvaient fermer les yeux sur les  pogroms - ou même  les inciter - et l'expulsion totale des Juifs d'une nation était possible, comme cela est arrivé en Angleterre en 1290, France en 1306 et en Espagne en 1492.

 

Le sionisme était en partie censé être une solution à l'impuissance juive et à sa dépendance. Dans un Etat juif souverain, il ne serait plus nécessaire de soudoyer, et  flatter les autorités non juives pour exister.

 

Eh bien, l'ironie semble nous poursuivre. Bien qu'il y ait un Etat juif souverain, Israël, il est «le Juif parmi les nations», en essayant de rester dans la faveur des nobles puissants du monde (y compris le plus puissant, le Président des États-Unis).

 

Bien sûr, il y a une différence: les Juifs de la diaspora étaient physiquement impuissants, tandis qu'Israël a Tsahal. Mais à quoi sert une armée si quelqu'un d'autre a droit de veto sur son usage?

 

La situation actuelle, dans laquelle les antisémites sauvages ont lancé (pour ainsi dire) un pogrom contre les Juifs d'Israël, c'est précisément le bon moment pour utiliser le pouvoir de l'Etat juif, de faire ce que les juifs de Kichinev ne pouvait pas faire en 1903: arrêter le pogrom et détruire la capacité des antisémites à leur faire du mal à l'avenir.

 

Cela peut être fait avec le Hamas et les autres factions terroristes à Gaza, mais il exige une incursion dans les noyaux très peuplés des villes où les centres de commandement du Hamas se sont installés. Une solution militaire

partielle , comme cela a été accompli antérieurement par l'opération "Plomb durci" en 2008-9, donne seulement du temps  aux terroristes et leur permetnde se réarmer et de se préparer pour le prochain round, intégrant les leçons apprises.

 

Cela ne peut pas être accompli par des négociations . La diplomatie réussit quand elle peut offrir des avantages pour les deux parties, mais quand d'un côté raison est celle  de détruire l'autre, il n'y a pas une solution mutuellement bénéfique.

 

Mais le bras d'Israël est retenu par le patron auquel il est le plus redevable, les Etats-Unis, aussi bien que les potentats moins importants pour lui tels que l'UE et  l'ONU. Premier ministre israélien semble avoir accepté - ou a été obligé de l'accepter - d'attendre quelques jours pour voir si un accord acceptable négocié par l'Egypte peut se produire. Pendant ce temps, les chars et les soldats de réserve restent les bras croisés près de la frontière de Gaza.

 

Les princes internationaux sont manifestement horrifié par le potentiel de nuire aux civils (ce qui par des gens qui ont brûlé Dresde et Tokyo!), Mais il est difficile de leur porter crédit alors que 30.000 personnes pour la plupart-des civils ont été tué dans la guerre civile en Syrie, sans parler des millions d'Africains noirs qui meurent dans des conflits sans fin sur ce continent, avec peu ou pas de réponse au-delà du débat.

 

Quelle qu'en soit la raison, ils ne veulent pas voir le Hamas écrasé.

 

Les dirigeants israéliens savent qu'il n'y a pas de solution diplomatique. Mais que peuvent-ils faire? Au fil des années, Israël est devenu tellement dépendant des États-Unis - pour des armes de pointe, pièces détachées, etc - qu'il est presque impossible de dire non aux demandes américaines. Peut-être  aussi, que quelques-unes des attitudes que nous avions prises au Moyen Age sont restées ancré en nous,.

 

Je n'ai pas de solution miracle. Peut-être une petite nation comme le peuple juif doit toujours être dépendante dans une certaine mesure. Mais ce devrait être un objectif national de réduire cette dépendance, autant que possible, être en mesure de survivre même lorsque les occupants des palais royaux du monde sont hostiles.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :