Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les Amis américains d'Israël

20 Mai 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

Par Caroline Glick

http://www.carolineglick.com/e/

 Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com ©2012

 

Il y a deux semaines, Joe Walsh du Congrès américain, a publié un éditorial dans le Washington Times dans lequel il appelait les Etats-Unis et Israël à abandonner la solution de deux Etats. Après avoir parcouru le dossier de la duplicité palestinienne, sans foi de gouvernance, le terrorisme et le mal, il a appelé Israël à appliquer sa souveraineté en Judée et en Samarie. Dans ses mots, Israël devrait " adopter la seule solution qui apportera la vraie paix au Moyen-Orient:. Un seul état israélien de la rivière du Jourdain à la mer méditerranéenne d'Israël est le seul pays dans la région dédiée à la paix et la seule puissance capable d'un gouvernement stable, juste et démocratique dans la région."

 

La preuve est écrasante que l'édification de deux Etats a échoué. Les Palestiniens par leur « décision de rejeter un Etat à Camp David en 2000 et de se lancer dans une guerre terroriste contre Israël ont clairement indiqué qu'ils n'avaient pas abandonné leur refus depuis 1947 d'accepter la partition de la Terre d'Israël avec les Juifs. Egalement, l'élection du Hamas lors des les élections Palestiniennes de 2006, et leur guerre des missiles contre Israël depuis Gaza à la suite du retrait total d'Israël de Gaza en 2005, ont tout fait pour être clairs qu'ils ne sont pas intéressés par un Etat palestinien. Bien au contraire, leur principal désir est l'anéantissement d'Israël.

 

Par conséquent, il n'y a aucune chance que l'archétype de deux États puisse y contribuer. En effet, le fait qu'il n'y a pas de leader palestinien prêt à reconnaître le droit d'Israël à exister met en évidence que si un Etat palestinien est établi en Judée et Samarie - en plus de l'état de fait palestinien de Gaza - Cet Etat sera en état de guerre avec Israël. Tout le territoire sous son contrôle sera utilisé pour attaquer l'État croupion juif.

 

Compte tenu de l'échec lamentable du rêve de deux Etats, il est clair que, pour toutes les complications qui peuvent être associées à l'application de la souveraineté israélienne sur la Judée et la Samarie, la meilleure option pour Israël est de rendre israéliennes ces zones.

 

La tribune libre de Walsh n'est pas sa première déclaration de soutien de l'annexion israélienne. En septembre dernier, avant l'Assemblée Générale de l'ONU, Walsh était l'auteur de la résolution 394 du Congrès qui soutenait le droit d'Israël d'annexer la Judée et la Samarie, au cas où les Palestiniens demanderaient à l'ONU de reconnaître un Etat palestinien en dehors du cadre d'un traité de paix avec Israël. Quarante-quatre autres membres du Congrès ont co-parrainé cette résolution.

 

Et cela a du sens.

 

Les Palestiniens par «leur décision de faire reconnaitre un Etat palestinien par les Nations unies constituait une violation de fond des traités de l'OLP signés avec Israël. Ces accords stipulaient que les deux parties ont convenu que leur conflit serait résolu par la négociation et non par des actions unilatérales. En mettant fin à des négociations avec Israël et en portant la question de la reconnaissance de l'Etat aux Nations unies, les Palestiniens ont cassé leurs traités avec Israël. Par conséquent, Israël n'est plus lié par ces accords et il est libre de prendre des décisions unilatérales, y compris l'application de ses lois en Judée-Samarie comme il l'a fait pour Jérusalem et le Golan dans le passé.

 

Pour son soutien indéfectible à Israël, Walsh a fait l'objet d'une agression sauvage par les juifs américains de gauche. Ron Kampeas de JTA (Jewish Telegraphic Agency), par exemple, a attaqué Walsh, l'accusant que son attitude n'êst pas différente de celle des ennemis d'Israël qui cherchent à détruire Israël en mettant fin à sa capacité à se définir comme un état ​​juif par le biais de ce qu'ils appellent la "solution à un Etat." 

Kampeas a fustigé Walsh pour suggérer que les Palestiniens qui ne veulent pas vivre sous la domination israélienne pourraient émigrer vers la Jordanie qui, avec sa majorité palestinienne de 75%, est effectivement l'Etat palestinien. Pour appuyer sa condamnation, Kampeas a cité Robert Wright qui a écrit dans The Atlantic : « Spontanément, dans ma vie je ne me souviens pas qu'un membre du Congrès le Rep. Joe Walsh de l'Illinois approuve quelque chose d'aussi grotesque en contradiction avec les idéaux américains telles que Membre du Congrès Approuve Apartheid, Purification ethnique des Palestiniens.»


" Pour sa part, la communauté juive anti-Israëlienne - J Street a mobilisé ses partisans afin de faire battre Walsh aux prochaines élections de novembre, sollicitant des contributions pour son challenger Démocrate. Jeremy Ben-Ami directeur exécutif  de J-Street a écrit que « les conseils de Walsh mettraient fin à l'Etat démocratique d'Israël comme la patrie du peuple juif ».

 

Il est difficile de savoir où commence l'altercation de cette agression par les juifs Américains qui ont attaqué l'un des plus fervents supporters d'Israël, simplement parce qu'il a eu le courage de reconnaître la réalité et d'appeler les États-Unis à soutenir une victoire israélienne contre nos ennemis qui cherchent à notre destruction.

 

Tout d'abord, il est important de considérer que la demande de Walsh est allée à l'encontre des idéaux américains en suggérant, «Les Palestiniens qui le désirent peuvent quitter leur Fatah-Hamas et les bidonvilles créés et d'émigrer vers l'état d'origine palestinienne:.la  Jordanie. Le Mandat britannique pour la Palestine a créé la Jordanie comme le pays des Palestiniens. C'est la seule justification à sa création. Même maintenant, 75% de sa population sont d'origine palestinienne. "

 

La question est que la formule de deux Etats repose sur l'hypothèse qu'un Etat palestinien sera vidé ethniquement des Juifs avant qu'il ne soit établi. Alors que Walsh dit en quelque sorte, en opposition aux idéaux américains car il suggère que les Palestiniens peuvent volontairement immigrer en Jourdanie, Kampeas, Ben-Ami et leurs cohortes n'ont par ailleurs aucun problème avec le concept d'une Palestine éthniquement pirifiée de Juifs et -l 'expulsion forcée d'un maximum de 675.000 Juifs de leurs maisons en Judée, Samarie et à Jérusalem-Est tout simplement parce qu'ils sont juifs ne leur pose aucun état d'âme. Mis à part leur hypocrisie pernicieuse et leur aveuglement moral, qui ressortent dans leurs agressions contre les écrits de Walsh, c'est qu'ils ne peuvent pas faire la différence entre les ennemis d'Israël qui cherchent sa destruction de la soi-disant solution à un Etat, et les amis d'Israël, qui  veulent à la défaite de ses ennemis et vivre en sécurité et en paix. Pour les semblables de Kampeas et Ben-Ami, il n'y a pas de différence entre Walsh et les pires ennemis d'Israël.

 

Partie de ce problème est leur acceptation inconditionnelle apparente du mythe de la bombe démographique à retardement . Ils ne semblent pas avoir remarqué que la supercherie des Palestiniens que d'ici 2015 il y aura une majorité arabe à l'ouest du Jourdain — c'est une falsification totale.

 

La vérité est que si demain Israël appliquait ses lois à la Judée et la Samarie et même si tous les Palestiniens dans ces régions devenaient de citoyenneté israélienne, Israël conserverait toujours deux tiers de majorité – juive.

En outre, toutes les tendances démographiques d'Israël, compris le taux de natalité qui augmente et le taux d'immigration, sont positifs. Et toutes les tendances démographiques pour les Palestiniens, y compris les taux de natalité sont en baisse et le taux d'immigration, sont négatifs. Selon le chercheur Yoram Ettinger, la démographie israélienne en 2030, sera probablement juive et représentera 80% de la population d'Israël, Judée et  Samarie.

 

Donc, l'argument de Ben-Ami, que la souveraineté israélienne sur la Judée et la Samarie, signifie la fin de la démocratie israélienne est tout simplement inexacte.

 

Mais à part leur hypocrisie et leur refus d'accepter les réalités arithmétiques simples, ce qui ressort clairement dans l'attaque de ces Juifs de « la gauche américaine » contre Walsh est de comprendre comment ils sont devenus des ‘accros' à la fable de la solution à deux Etats. Leur - dépendance à cette fable - qui fait valoir que, après un siècle de ferveur palestinienne à l'anéantissement d'Israël, ces mêmes Palestiniens sont soudainnement prêt à faire la moitié du chemin vers Israël - est ce que c'est ce qui pousse ces activistes juifs à attaquer quiconque souligne la réalité. C'est ce qui les pousse à ‘ estampiller ‘ comme ennemi toute personne  dont la témérité a été de suggérer une meilleure voie pour avancer.

 

La beauté de la fable des deux Etats, consiste à faire supporter le fardeau de la paix par Israël.

 

S'il est vrai que les Palestiniens veulent faire la paix, donc Israël doit faire la paix. Et si tous les Palestiniens exigent pour faire la paix avec Israël que celui-ci quitte la Judée, la Samarie et  Jérusalem, alors Israël doit le faire, y compris avec les 675 000 Juifs qui y vivent.

 

La vraie tragédie ne consiste évidemment pas à ce que les semblables à Kampeas et Ben-Ami maintiennent leur foi dans le conte de fée que la volonté des Palestiniens est de vivre en paix avec Israël.

La véritable tragédie c'est que ce mythe a été la politique officielle du gouvernement d'Israël dans les 19 dernières années. Depuis que, le Premier ministre Yitzhak Rabin a lancé le processus de paix avec Yasser Arafat en Septembre 1993, à des degrés plus ou moins importants, chaque gouvernement israélien a gardé la foi dans le mensonge de la solution à deux Etats.

 

Il a peu importé que les Palestiniens aient rejeté l'établissement d'un Etat ainsi que la paix — non pas une fois, mais deux fois. Il a peu importé que les Palestiniens aient reçu les clés de Gaza,  sans aucune condition et utilisent ce territoire pour lancer une guerre injustifiable de missiles contre des civils israéliens. Le fait que les deux, Arafat et son successeur, soi-disant modéré, Mahmoud Abbas, ont rejeté la partition et ont maintenu leur attachement à la destruction d'Israël n'a pas arrêté le Premier ministre Binyamin Netanyahu de céder aux pressions des États-Unis et d'embrasser ce jeu de dupes.

 

Des gens comme Kampeas sont les premiers à déplorer le piteux état d'Israël dans le domaine de la diplomatie internationale. Ils dénoncent les efforts de la ' hasbara ' d'Israël  comme pathétiques et ratés. Mais ce qu'ils ne parviennent pas à reconnaître, c'est que c'est le piège des deux Etats qui rend la construction et l'exécution d'une stratégie diplomatique internationale inefficace et impossible.

 

 Afin de maintenir la foi en cette politique ratée, les dirigeants d'Israël et ses représentants ne sont pas seulement tenus d'ignorer 90 dernières années de l'histoire du rejet palestinien et d'agression. Ils sont tenus d'ignorer l'actualité.

 

Ils sont contraints d'ignorer non seulement ce qui s'est passé en 1947, mais ce qui est arrivé à 7 heures du matin.

 

Et cela nous ramène au Sénateur Rep. Walsh. Il peut y avoir des choses à critiquer l'argument politique de Walsh. Par exemple, il appelle au «droit de vote limité» aux Palestiniens sous souveraineté israélienne. En vérité, il n'y a aucune raison pour eux de recevoir quoi que ce soit, surtout pas le droit de vote.

 

Mais il faut être aveugle et occulter la réalité pour ne voir en lui (Walsh) autre chose qu'un ami d'Israël.

 

Heureusement, tout le monde ne reste pas immobile en Israël. Les membres de la Knesset ont lancé des tentatives répétées ces derniers mois pour débattre d'une législation appelant Israël à appliquer sa souveraineté sur tout ou partie de la Judée et la Samarie. Mercredi prochain, la Députée Miri Regev organise une conférence pour lancer un nouvau Comité éléctoral à la  Knesset pour l'adoption de cette politique.

 

Ces dernières années, sondage après sondage a montré que la majorité des Israéliens ne croient pas que le conte de deux Etats apportera la paix ou que si un Etat palestinien est créé, il vivra en paix avec Israël.

 

Et pourtant, à cause de l'emprise que Kampeas et leurs homologues israéliens Ben-Ami qu'ils ont sur le cours du discours national, le peuple israélien n'a été aucune autre option à la réflexion. Plutôt, on nous a dit maintes et maintes fois de donner à nos ennemis un droit de veto sur nos droits, à la terre et à la sécurité était la seule alternative.

 

Nous devrions encourager leur volonté d'inverser le consensus et de leur soutien. Et nous devrions prendre en considération leur prudence et la responsabilité de leurs recommandations politiques raisonnables et de soutien.

Car Walsh et les 44 autres membres du Congrès qui ont co-parrainé sa résolution sont des amis d'Israël. .

 

Publié à l'origine dans The Jerusalem Post. Posté le 18 mai 2012

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :