Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les 10 plaies continuent à frapper l’Egypte et, par extension, le monde arabe

10 Février 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Réflexions

Par Arié Lévy

Pour geopolitiquebiblique.com

09/02/2011

Souvenez-vous, au début du Livre de l’Exode, Pharaon refuse de libérer le peuple juif. Ce n’est pas qu’il les aime, mais, en tant qu’esclaves ils constituent une main d’œuvre bon marché, et par ailleurs, il a une peur bleue qu’en les libérant ils ne se joignent à ses ennemis.

D., par le biais de Moïse et de son frère Aharon, se doit donc d’exercer un moyen de pression efficace sur le Pharaon pour le contraindre à laisser sortir ses Hébreux. Dix plaies successives s’abattent donc sur le pays d’Egypte. En vérité, une seule plaie, pas trop méchante, aurait suffi, mais Pharaon est têtu; à chaque plaie il promet de les laisser partir, puis fait volte face.^

Je me suis demandé si ces plaies, comme nous dit la Torah, étaient circonscrites dans le temps et dans l’espace, mais, en les passant en revue, j’ai eu la sensation, qu’en fait, elles n’ont jamais cessé; leur forme avait évolué, mais pas leur fond. Les 10 plaies continuent à frapper l’Egypte et, par extension, le monde arabe

Ire plaie: Les eaux du fleuve transformées en sang.

Pendant des millénaires, les Egyptiens se sont contentés de vivre « sur le dos » du Nil, qui fécondait leur terre, comme les Etats Arabes du Golfe vivent sur les revenus du gaz et du pétrole qu’Allah dans sa grande miséricorde a implanté dans leur sol. Si les eaux du Nil viennent à changer de couleur, ou si les ressources en gaz/pétrole viennent à s’épuiser, c’est la panique à bord, car aucun travail n’a été fourni, pour creuser des puits d’eau alternatifs, développer des industries de substitution, améliorer l’éducation. Bref, ne pas compter que sur les cadeaux de la providence. Se pencher pour boire l’eau du Nil ou demander à des compagnies étrangères de pomper le pétrole, ne demande pas un effort harassant!

2 ème plaie: Les grenouilles montèrent et recouvrirent l’Egypte

En fait, quand on lit attentivement le texte de la Torah, il est écrit : « la grenouille monta et envahit le pays d’Egypte ». Il s’agirait donc, au départ, d’une seule grenouille. Elle devait être très grosse, ou alors, c’est l’histoire de la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf. La grenouille gigantesque, en forme de dirigeant omniprésent et tout puissant, qui se gonfle et se goinfre des richesses que produit son peuple, est une constante dans les pays arabes, où un homme et ses proches s’approprient, sans partage, le pays qu’ils gouvernent. Tant que la grenouille est puissante, jeune et en bonne santé, elle se maintient au pouvoir. Dès qu’elle commence à montrer des signes de faiblesse, une autre grenouille se lève pour occuper la place. Alain Juppé appelle à « l’émergence de forces démocratiques en Egypte ». Cela part d’un bon sentiment, si ce n’est que la théorie de la génération spontanée a été définitivement enterrée par Pasteur. Une démocratie ne peut pas éclore dans un pays qui n’en a jamais eu les germes.

3 ème plaie: la poussière se changea en vermine.

Si la poussière du sol se changea en vermine, c’est peut être que la terre, en dehors du Nil et de son delta, était mal irriguée et que l’on assistait à un phénomène de désertification classique en Afrique et au Moyen-Orient, lorsqu’on ne plante pas assez d’arbres ou autres végétaux pour stopper l’avancée du désert. On a beau mettre la désertification progressive de la planète sur le dos du réchauffement climatique, le travail de l’homme y est quand même pour quelque chose. Imaginez un peu l’Etat d’Israël, si les juifs « n’avaient fait refleurir le désert », comme l’on dit poétiquement.

4 ème plaie: Les bêtes sauvages envahirent l’Egypte

L’Egypte n’a cessé d’être occupée par des envahisseurs de toute nature et de tous horizons: Perses, Grecs, Romains, Byzantins, Arabes, Ottomans, Anglais. En l’absence d’une grosse grenouille à la poigne de fer et à l’appétit d’ogre, capable de garantir peu ou prou la stabilité du pays et ses engagements internationaux, des bêtes féroces, déchaînées et fortement endoctrinées, comme les Frères musulmans, vont récupérer la fraicheur et la naïveté des manifestants et ramèneront le pays à l’âge de pierre avec des répercussions considérables, non seulement pour le Moyen-Orient mais pour toute la planète. Merci en passant à Obama, qui a tendance à confondre le loup et l’agneau.

9 ème plaie: Les Ténèbres

Les ténèbres qui s’abattirent sur l’Egypte et aussi sur les autres pays arabes ne durèrent pas que 3 jours, mais continuent immuables depuis la nuit des temps. L’obscurité, ou plutôt l’obscurantisme, y règnent en maîtres. L’apparition de l’Islam, malgré ce qu’en dit Obama, n’a guère contribué à faire entrer un tant soi peu de lumière dans les dans cette opacité. 10 ème plaie. Quant à la mort des premiers-nés, il ne faut pas oublier que l’initiative en revient au Pharaon.

« Un nouveau roi se leva en Egypte qui ne connut pas Joseph ». Mon œil !! Bien sûr qu’il connaissait l’apport considérable de Joseph à l’Egypte, mais de là à le reconnaître et à l’admettre, il y a un pas qu’il ne voulait pas franchir. Donc, bonjour l’ingratitude!! Que donc ont apporté les Juifs dans tous les pays où ils ont vécu ? Pour les récompenser pour leur apport à la vie économique, culturelle et scientifique du pays, ils se sont vus dépouiller de leurs biens et de leurs droits. Mieux encore, ils ont été envoyés dans des endroits qui portaient sur leur frontons Arbeiten macht frei, « le travail rend libre ». Pour ce qui est de l’Egypte, il leur fallait bâtir des villes d’approvisionnement et des pyramides, qui, 3500 ans plus tard, font toujours rentrer de la devise forte. Pour couronner le tout, le Pharaon enjoint aux sages-femmes de trucider systématiquement tous les premiers nés mâles juifs. Heureusement que Moïse l’a échappé belle.

La dernière plaie, qui, dit-on, valait toutes les autres réunies, était donc d’inspiration purement égyptienne. Mida keneged mida; une mesure pour une mesure. Voilà où cela mène de vouloir se débarrasser/exterminer les Juifs.

Je vous ai passé sous silence : la mort du bétail, les ulcères et pustules, la grêle et les sauterelles, car cet exercice est lassant. Vous pourrez vous livrer vous mêmes à des parallèles pertinents.

Je précise, en passant, que je n’ai que de la sympathie pour le peuple égyptien, à qui je souhaite all the best et surtout de veiller à ne pas se faire récupérer par les dogmatico-islamistes que sont les Frères musulmans, même si, de par le monde on tente, fort maladroitement, de les dédiaboliser.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :