Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Le vote de la France a l'UNESCO: réflexions sur la responsabilité et l'amitié

3 Novembre 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Point de vue

Le journal de Yaron Gamburg, porte-parole de l'Ambassade d'Israel en France

http://yarongamburg.blogspot.com/

2, November 2011

 

Il y a six mois de cela le président Sarkozy s'exprimait sur l'initiative palestinienne d'obtenir une reconnaissance unilatérale, sans négociations avec Israël, à l'ONU. Sa position était claire: la France "prendra ses responsabilités". Apres le soutien de la France a ce coup de force à l'UNESCO, j'ai quelques difficultés à comprendre de quelles responsabilités il était question, ou peut être ai-je peur de comprendre.
Lors de ce vote, la France a vote avec la Russie et la Chine, les deux pays, que je qualifierais d'irresponsables, qui bloquent une décision cruciale pour l'avenir de la Syrie et de la région, celle d'une action de la communauté internationale envers le régime syrien qui assassine son peuple au vu et su de tous. La France a aussi vote a l'encontre de nombreux pays, responsables eux, comme le Canada, les Etats Unis, l'Allemagne et d'autres pays européens qui savent bien, tout comme la France d'ailleurs le sait fort bien, qu'il ne peut y avoir d'état par la force, que la reconnaissance d'un état ne signifie pas, en tout cas forcement, l'acquisition de la paix.
Ceci est-il responsable?
L'UNESCO a donne un prix à Mahmud Abbas pour sa stratégie de reconnaissance par la force. La France, celle-ci même qui a sa place au sein du quartet pour la paix au Moyen Orient, membre de l'Union Européenne, par son vote lundi a envoyé aux partisans de la force un message clair d'encouragement. Est-ce responsable? Est-ce responsable d'encourager la force plutôt que la négociation? La manœuvre politicarde plutôt que le dialogue constructif?
Quant à l'amitié…  Il est vrai que le président Sarkozy n'a eut cesse de répéter quel grand ami d'Israël il est et a toujours été et, accessoirement, que la France sera toujours aux cotés d'Israël.
 
Ca me rappelle l'un de vos beaux proverbes nationaux, "c'est dans l'adversité que l'on reconnait ses vrais amis". De deux choses l'une: ou bien les dirigeants francais n'ont pas identifié une situation de suffisante adversité dans laquelle se trouverait Israël, ou bien… je suis en droit de me poser des questions sur la sincérité de leur "amitié" envers l'état hébreu.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :