Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Le " Voleur de Cisjordanie "

13 Janvier 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Société

Editorial du Dr Emmanuel Navon

12 Janvier, 2012

http://navonsblog.blogspot.com/

Adaptation française Mordeh'aï © 2012 pour le blog malaassot

http://malaassot.over-blog.com/

 

Parce qu'Israël n'a pas d’élections de circonscription, qui fournirait des solutions viables à la vie quotidienne des électeurs n'est pas un critère pour les votes de ralliement. Plutôt l’ingrédient essentiel pour attirer l’attention de l’électeur serait malheureusement la célébrité.

 

Le lendemain que l’icône emblématique du journal télévisé d’Arutz2 Yair Lapid annonça qu'il quittait son emploi de journaliste pour être candidat à la députation à la Knesset, l’ancienne star du football Eric Cantona a déclaré qu'il se lançait dans la bataille pour la France dans la prochaine élection présidentielle. Alors que Cantona ne fonctionne qu’à des fins de relations publiques et ne recueillera probablement que 1% des voix, Lapid lui espère, conquérir 15 des 120 sièges de la Knesset et donc être le faiseur de roi du prochain gouvernement.

Outre ses vues anticléricales (qu'il a hérité de son défunt père Tommy, lui-même journaliste devenu politicien), Yair Lapid n'a aucune plate-forme.

Le fait qu'en Israël un éventuel politicien n'a pas besoin d'une plate-forme claire pour devenir un acteur majeur de la Knesset démontre ce qui ne va pas avec le système de scrutin d'Israël. Israël n'a pas de circonscription pour les élections à la Knesset.

Le pays entier constitue à lui-seul une circonscription simple.

Les électeurs ne choisissent pas de représentants d’arrondissements, mais des partis politiques dont le nombre de sièges à la Knesset est proportionnel au total des votes acquis par les partis aux consultations éléctorales(c’est pourquoi on connaît ce système de scrutin en tant que "représentation proportionnelle").

Parce qu'Israël n'a aucune élection d’arrondissements, fournissant des solutions viables à la vie quotidienne des électeurs n'est pas un critère pour obtenir un soutien.

L'ingrédient le plus crucial pour attirer l'attention des électeurs est tout simplement la célébrité (de là Noam Shalit, le père du soldat enlevé le plus célèbre d'Israël, annonce aussi cette semaine qu'il posera sa candidature à la Knesset).

L’ascension fulgurante deYair Lapid dans les sondages est encore une autre confirmation qu'Israël devrait remplacer la représentation proportionnelle par la représentation majoritaire basée sur des élections de circonscription.

Plutôt que l'essai honteux d'empêcher Lapid de poser sa candidature à la Knesset en façonnant une loi qui imposerait un délai de réflexion d'un an aux journalistes qui décideraient d'entrer en politique, nos législateurs devraient se focaliser de réformer un système électoral qui encourage le populisme et évite la responsabilité. Mais “ l'Effet Lapid ” confirme aussi l'esprit de clocher de l'électorat israélien et l'hypocrisie de la Gauche israélienne. Mais enfin, pourquoi voter pour un “ Parti Lapid ” qui répéterait les échecs passés? Israël a eu beaucoup de partis " centristes " qui ont essayé de défier tant le Likud que Avoda: " Dash " en 1977, le Parti du Centre en 1999, " Shinouï " en 2003 et même Kadima en 2006. Aucun de ces partis n'a perduré, parce qu'ils n'ont pas fourni d'alternative idéologique et pratique à la division authentique entre la Droite et la Gauche qui découle de deux lectures opposées de la nature humaine, ainsi que de la capacité de l'homme à changer la réalité.

Quant à l'accueil chaleureux de la gauche de la décision de Lapid, il  montrera de quoi se soucie vraiment la gauche en Israël. Enfin, Lapid n'est pas un pacifiste et aucunement socialiste. Il est même un Sioniste avoué. Un bourgeois de Tel-Aviv, Lapid est économiquement conservateur. Bien qu'il préfère le fait du retrait de la Cisjordanie, il ne croit plus que cette action apportera la paix. Dans une chronique qu’il a écrit pour Yediot Aharonot le 13 juin 2006, Lapid a reconnu que le retrait de 2005 de Gaza n'avait rien de commun avec la paix ou avec la démographie. Son but était plutôt “de donner une leçon aux colons.”

Donc, si Lapid ne croit pas dans la paix, dans le socialisme et dans le multiculturalisme, pourquoi la gauche est-elle si excitée de l’influence qu'il montrerait sans aucun doute à la Knesset?

De quoi se soucie vraiment la Gauche israélienne si ce n'est pas la paix, ni le socialisme ou le multiculturalisme.

De quoi se soucie-t-elle vraiment ─ du sort de la Cisjordanie. Et Yair Lapid peut-il l’aider à atteindre ce but. 

C'est pourquoi le chroniqueur Sima Kadmon du Yediot Aharonot a écrit le 9 janvier que “Lapid doit être l'homme qui réussira à mettre fin à l’importance dont la Droite jouit depuis trop longtemps.”

De la même façon que les 15 Membres de la Knesset de Tommy Lapid ont permis à Sharon “ de donner une leçon ” aux Juifs de Gaza, les espoirs de la Gauche israélienne sont les 15 futurs élus de la Knesset espérés de Yair Lapid qui permettront au prochain Premier ministre d'Israël de “ donner une leçon ” aux Juifs de Judée et de Samarie.

Comme on dit en Hébreu: " nous avons vu ce film auparavant." Et c’est la raison pour laquelle la Gauche Israélienne veut revoir le film à nouveau. Plutôt que de devenir politicien, Yair Lapid aurait du faire l’acteur de cinéma - comme Eric Cantona après qu'il ait quitté Manchester United.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :