Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Le risque Égyptien pour la sécurité d'Israël

15 Février 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

Numéro 975 - 15.02.2011 - 11 AdarI 5771 

 

Le risque Égyptien pour la sécurité d'Israël  : paroles d'experts
par Israel Infos Redaction(Source La Dépêche)

Les experts soulignent le risque --même s'il n'est pas immédiat-- pesant sur le traité de paix de 1979 qui a libéré Israël de la menace d'un front sud, le long de la frontière égyptienne, et lui a donné les coudées franches avec les Palestiniens, ainsi qu'au nord, face à la Syrie et au Liban.Paroles d'experts...

"Israël doit faire comprendre qu'une violation des accords de paix constituerait un casus belli", a déclaré à l'AFP l'ancien chef d'état major adjoint, Uzi Dayan.

Il estime toutefois qu'Israël, avant d'agir, pourra mettre à contribution son principal allié, les Etats-Unis, qui équipent l'armée égyptienne.

En attendant, Dayan relève que "la révolution égyptienne n'est pas islamique", même si à l'instar des dirigeants israéliens, il s'inquiète d'une montée en puissance des Frères musulmans en Egypte et d'un renforcement du mouvement islamiste Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza.
"Face à toute éventualité, l'armée israélienne doit améliorer sa flexibilité, en se dotant d'armes rapidement transférables d'un front à l'autre, comme des hélicoptères de combat", plaide ce général de réserve.

L'ex-chef du département Analyse du Renseignement militaire, le général de réserve Yaakov Amidror, interviewé à la radio, considère pour sa part que "l'armée devrait envisager à plus long terme la reconstitution d'un corps d'armée sur le front sud", démantelé depuis la paix avec l'Egypte.

Pour Amir Oren, analyste militaire du quotidien Haaretz, le danger principal est la reconstitution d'un "front oriental" à la suite de bouleversements en Irak et en Jordanie, ce qui ramènerait Israël à la "situation d'encerclement" d'avant la Guerre des Six-Jours (juin 1967).
"L'armée va devoir renforcer son corps de réserve et s'équiper de nouvelles divisions, ce qui va exiger une nouvelle augmentation de son budget", prédit M. Oren.

En revanche, l'analyste de défense Euven Pedatzur rejette ces scénarios apocalyptiques, jugeant qu'"ils servent au pouvoir (israélien) à faire peur et au ministère de la Défense à arracher de nouvelles rallonges budgétaires", notant que l'armée a déjà obtenu discrètement une rallonge de 200 millions de dollars.
"Israël ne court aucun risque: si le régime égyptien reste en place en se démocratisant, il sera le premier à préserver le traité de paix, puisque l'armée égyptienne ne saurait renoncer à une aide américaine d'1,3 milliard de dollars", assure-t-il.
Et dans le pire des cas, des forces blindées égyptiennes pénétrant dans la péninsule du Sinaï "seraient extrêmement vulnérables à des attaques aériennes israéliennes", ajoute-t-il.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est félicité samedi des "assurances" de l'armée égyptienne selon lesquelles l'Egypte continuera à respecter les traités internationaux qu'elle a signés.
Il a néanmoins rappelé lundi que l'armée était "prête à toutes les éventualités", au moment où un "tremblement de terre secoue tout le monde arabe", lors de la cérémonie d'intronisation du nouveau chef d'état-major israélien, le général Benny Gantz.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :