Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Le règne des charlatans

2 Juin 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

Posté le  1er Juin 2012,

par Caroline Glick

http://www.carolineglick.com/e/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com© 2012

 

Les deux Barak - l'un ministre de la Défense d'Israël et l'autre  Président américain - partagent beaucoup plus qu'un simple nom. 

                                                                          C'est pathétique. . . et dangereux!

 


Le Ministre de la Défense Ehud Barak a fait de nouveau parler de lui. S'exprimant mercredi à l'Institut pour les études de sécurité nationale à Tel-Aviv, Barak a informé que si Israël ne peut pas conclure prochainement d'accord avec les Palestiniens, il devrait envisager de céder unilatéralement la Judée et la Samarie, en échange de..... Rien.

 

 

Même les gauchistes purs et durs dans les médias ont eu du mal à avaler ses mots. Après tout, quand Barak a été Premier ministre, il a supervisé en 2000 la remise unilatérale par Israël du Liban sud. Barak a promis que , en rendant le sud-Liban, Israël forcerait le Hezbollah - armée par délégation de l'Iran, de désarmer et de se comporter comme un parti politique à l'Occidental.

 

Oups! 

 

 Alors bien sûr, il y a eu le précédent de Gaza.

Ignorant la leçon du Liban,de Barak son successeur Ariel Sharon a rejoué la politique de cession unilatérale de Gaza en 2005. Comme Barak, Sharon a promis qu'une fois que la bande de Gaza aura été nettoyé de toute présence juive, elle serait comme par magie transformée en une version moyen-orientale de Singapour.

 

Oups!

 

 Tant Barak que Sharon avaient promis que leurs politiques de capitulation unilatérale feraient plus que transformer simplement le Hezbollah et le Hamas en démocrates libéraux. Ils avaient dit qu'en coupant le cordon et en se retirant des territoires,Israël gagnerait la bienveillance de la communauté internationale et la réussite de l'alliance de ses semblables de Washington et de Bruxelles, ils avaient dit, que c'était l'élément le plus urgent sur l'agenda d'Israël.

 

Apparemment, Barak se référait au même impératif quand, mercredi il a dit qu'Israël doit agir vite,car " Nous sommes sur du temps emprunté. Nous fonçons dans le mur, et nous allons en payer le prix."

 

Alors oui, le Hezbollah a repris non seulement le sud du Liban, mais l'ensemble du Liban. Et c'est vrai, qu'il n'y a aujourd'hui, personne dans l'Autorité palestinienne qui soit prêt à accepter l'existence permanente d'Israël dans ses frontières. Mais cela signifie juste que nous avons besoin pour que l'Ouest nous aime encore plus. Et la seule manière d'obtenir que l'Occident nous aime est de mettre en péril notre propre existence en rendant notre "coeur" à des gens qui veulent détruire notre pays.

 

Étant donné la haute valeur que Barak et ses camarades placent dans la réussite de l'amitié de l'Ouest, il est utile de considérer ce qui motive l'Ouest - ou plus exactement, les Etats-Unis, qui mènent le monde occidental.

 

Malheureusement, la situation n'est pas très plaisante. Les politiques du président américain Barack Obama sont tout aussi irrationnelles que celles qu' Ehud Barak conseille à Israël de mettre en œuvre en pour gagner le soutien d'Obama. Et  les justifications d'Obama pour l'adoption de ces politiques sont tout aussi éloignées de la réalité que celles de Barak le sont.

 

Le lieu où cette irrationalité est  le plus en évidence  aujourd'hui dans la politique d'Obama c'est celle concernant l'Iran. Comme Michael Singh l'a noté à juste titre,  mercredi dans le New York Daily News, – sous Obama, la politique américaine envers l'Iran est basée sur le point de vue " que l'origine de la crise nucléaire iranienne est le conflit américano-iranien, et que la cause profonde de ce conflit c'est la méfiance. "

 

Cette  approche n'est que pure fantaisie. Aucun dirigeant iranien n'a jamais donné aux États-Unis une raison quelconque de croire que tel était le cas. Bien au contraire, chaque dirigeant iranien depuis la Révolution islamique de 1979 a clairement fait savoir que le régime se vouera à la destruction des États-Unis et d'Israël.

 

Les Iraniens ne veulent pas détruire les États-Unis et d'Israël, parce qu'ilsse méfient d'eux. Les semblables de l'ayatollah Khomeini, de l'ayatollah Khamenei, du président Ahmadinejad et de l'ensemble de leurs camarades veulent détruire Israël et les Etats-Unis parce qu'ils nous détestent. Ils nous haïssent parce qu'ils  voient, que les deux nations représentent des forces qui sont l'antithèse de l'objectif de leur révolution de la domination du monde par l'islam.

 

Plutôt que d'accepter cette vérité absolue, mais désagréable, Obama et ses conseillers basent leur politique  de l'engagement de l'Iran sur les contes de fées et des fatwas qui n'existent pas qui est censée avoir régné sur le développement des armes nucléaires. Comme le dit si délicatement cette semaine, le vice-Premier ministre Moshe Yaalon " l'Iran se moque de tout le chemin qui mènera à la bombe. " 

 

Yaalon a expliqué: " Pendant ses entretiens avec les puissances mondiales, les Iraniens ont réussi à enrichir 750 kilogrammes d'uranium à 3,5 pour cent, et 36 kilogrammes d'uranium à 20 pour cent."

 

Et tandis que les Iraniens enrichissaient tout cet uranium, ils détruisaient les bâtiments du site nucléaire de Parchin.

 selon l'imagerie prise par satellite et publiée mercredi par l'Institut pour la science et des affaires internationales.

 

Les bâtiments en question  étaient soupçonnés d'abriter des tests d'explosifs ad-hoc, puissants servant au développement des armes nucléaires.

 

Et pourtant, malgré  de mauvaise foi évidente, de l'Iran et malgré le fait que les sanctions tant vantées contre l'Iran, n'ont rien fait pour ralentir le rythme de sa course finale vers la ligne d'arrivée nucléaire, l'administration Obama insiste sur le fait de s'accrocher au délire qu'il peut convaincre les les Iraniens qu'ils peuvent faire confiance aux Etats-Unis et donc les convaincre de renoncer à leur programme d'armes nucléaires.

 

Faute de tout moyen de fond de défendre cette politique - de fée clochette (Tinkerbell) - envers la menace la plus pressante de la sécurité internationale aujourd'hui, la seule chose que l'administration Obama peut dire avec de plus en plus de difficulté aux dirigeants israéliens, c'est que nous devrions leur faire confiance. Ils savent ce qu'ils font.

 

Permettre à l'Iran d'atteindre le nucléaire n'est pas le seul prix qu'Obama est prêt à payer pour satisfaire son fantasme de résoudre les conflits de l'Iran avec les Etats-Unis en restaurant la confiance. Il est également prêt à détruire toute chance de la Syrie de devenir un acteur responsable sur la scène internationale.

 

La volonté d'Obama de s'asseoir et ne rien faire depuis 14 mois pendant que le président syrien Bachar Assad assassinait au moins 15.000 de ses compatriotes; ceci est dû en partie au désir d'Obama de gagner la confiance des ayatollahs de Téhéran. Comme Assad est le client de l'Iran, toute initiative américaine visant à le renverser affaiblirait l'Iran. Et depuis tout ce temps qu'Obama est préoccupé,  l'Iran n'a rien fait contre les États-Unis, mais il souffre tout simplement d'un manque chronique de confiance envers Washington, il serait stupide de porter atteinte aux intérêts de Téhéran en renversant le laquais syrien des ayatollahs.

 

La politique d'Obama en Syrie n'est pas seulement un produit à la base de sachimérique politique envers l'Iran. Elle est aussi un contrecoup  de sa politique inconséquente envers la Turquie. Plutôt que d'intervenir au début du conflit et de soutenir les forces pro-occidentales en Syrie comme une alternative à la tyrannie de M. Assad, le président Obama a sous-traité l'organisation de l'opposition syrienne à la Turquie islamique du Premier ministre Erdogan Recip.

 

Dans le monde fantasque d'Obama, Erdogan est un grand allié des Etats-Unis. Le fait que M. Erdogan a redéfini la Turquie s'est détourné de l'Occident et s'est tourné vers Téhéran et les Frères musulmans;  a rendu sa mission stratégique de l'OTAN incohérente; terminée l'alliance stratégique de la Turquie avec Israël; elle a utilisé les avancées technologiques des armes américaines pour tuer des civils kurdes, et menacer de guerre la Méditerranée orientale pour des ressources naturelles en gisements de gaz qui ne lui appartiennent pas mais c'est sans importance. Tout ce qui importe, c'est le fantasme que M. Erdogan est l'ami de l'Amérique. Et puisqu'Obama adhére à ce fantasme, il sous-traitante la formation de l'opposition turque à Erdogan.

 

Et voilà, l'opposition établie par Erdogan est dominée par les Frères musulmans. Et maintenant, selon un rapport publié par Jacques Nérija partir du Centre de Jérusalem pour les Affaires publiques, l'opposition syrienne est dominée non seulement par les Frères musulmans, mais de plus en plus par al-Qaida. Ainsi, alors qu' il y a un an les États-Unis ont eu l'occasion de construire et de guider au pouvoir d'un pays multiethnique, pro-occidental une opposition syrienne, dans les affres de ses fantasmes au sujet de l'Iran et de la Turquie, Obama a perdu cette occasion. Et le  résultat, aujourd'hui, nous sommes confrontés à la triste réalité que le monde aurait pu être plus sûr si Assad était resté seul plutôt que d'intervenir pour le renverser.

 

Cela nous ramène à Ehud Barak, et à l'establishment israélien qui ne peuvent pas se débarrasser de la notion que nous devons donner la "boutique" aux Palestiniens afin de gagner le soutien de la «communauté internationale», c'est-à-dire gagner le soutien d'Obama. Mais aussi bien envers les Palestiniens, Obama a adopté le rêve plutôt que la réalité. Cette semaine, le Département d'Etat a eu l'équivalent d'une " attaque d'apoplexie bureaucratique " quand il a appris que le sénateur américain Mark Kirk a initié un amendement au projet de loi de financement du Département d'Etat qui exigera du ministère de fournir au Congrès les deux éléments d'information suivants: le nombre de Palestiniens physiquement déplacés de leurs foyers dans ce qui est devenu Israël en 1948, et le nombre de leurs descendants administrés par l'Office de secours des Nations Unies, l'UNRWA.

 

Les Palestiniens affirment qu'il y a quelque cinq millions de réfugiés. Ils exigent qu'Israël permette à tous d' immigrer sur son territoire dans le cadre d'un accord de paix. L'UNRWA et les Palestiniens affirment que non seulement les Palestiniens qui ont quitté Israël en 1948 doivent être considérés comme des réfugiés, mais également leurs descendants doivent être considérés comme des réfugiés.

 

Selon les estimations, le nombre de Palestiniens vivant aujourd'hui, qui ont été physiquement déplacés en provenance d'Israël est de 30.000. 

 

Ce que Kirk veut, c'est l'information. Et pour son effort d'apporter quelques faits dans le discours sur le conflit palestinien avec Israël, le Département d'Etat lui " est tombé dessus lui comme la pauvreté sur le monde ". Dans une lettre à la commission sénatoriale des relations étrangères, le secrétaire d'État adjoint Thomas NIDES a écrit que l'amendement  que Kirk a proposé " serait considéré dans le monde entier comme si les États-Unis agissaient de préjuger et de déterminer l'issue de cette question sensible." 

 

En ce qui concerne le département d'État qui est concerné, jusqu'à ce que les Palestiniens et Israël parviennent à un accord, les États-Unis doivent garder  foi dans la communauté internationale en soutenant une politique concernant les réfugiés palestiniens ce qui est à la fois absurde et profondément hostile à Israël.

 

Cette politique est en parfait alignement avec la politique américaine sur Jérusalem. À la fin Mars, nous avons appris que dans l'intérêt de ne pas préjuger de l'issue des négociations qui n'existent pas entre Israël et les Palestiniens sur Jérusalem-Est, les Etats-Unis refuse de reconnaître la souveraineté israélienne, non seulement sur Jérusalem-Est, mais sur  quelque partie  de Jérusalem. Le fait que Jérusalem est la capitale d'Israël n'a pas d'intérêt. Le fait que la loi américaine exige que le gouvernement des États-Unis reconnaisse que Jérusalem est la capitale d'Israël et de localiser l'ambassade américaine à Jérusalem n'est pas pertinent. Pour apaiser la communauté internationale, les États-Unis ne reconnaissent même pas la souveraineté israélienne sur Jérusalem-Ouest.

 

Ainsi, selon Barak et ses acolytes, afin de prévenir l'isolement d'Israël en obtenant le soutien des États-Unis, Israël doit ignorer les leçons du retrait du Liban, le processus de paix bidon avec l'OLP, et le retrait de Gaza et de se déplacer à toute vitesse avec les politiques qui font qu'il est impossible de défendre le pays.

 

En ce qui concerne les États-Unis, pour gagner le soutien de l'Europe, l'Iran et la Turquie, Obama a adopté des politiques qui permettent à l'Iran de devenir une puissance nucléaire, d'assurer Assad comme le leader le plus attractif de Syrie, habiliter les forces les plus anti-américains en Turquie et faire pression sur Israël de renoncer à son droit et à la capacité de se défendre.

 

Publié au Jerusalem Post, Moyen-Orient Infos National Review Mairie © 2012 Caroline Glick Texte d'originePosted

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :