Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Le Procureur Général doit être embarrassé

23 Décembre 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Histoire

Dr Aviad Hacohen 

http://www.israelhayom.com/ 

23/12/2011

Adaptée par Mordeh'aï pour malaassot ©2011

http://malaassot.over-blog.com/

 

Quelqu'un au ministère de la Justice est un peu confus. Plutôt que de faire la lumière avec les traditionnelles bougies de Hanoukka, le procureur général a publié une décision affublée d’une devinette de Pourim. Il y a comme un manque d’explication détaillée et digne, et donc il ne peut pas être critiqué, ni loué.

 

Comme une fois un Juge de la Cour suprême s'est joliement exprimé: "Il est extrêmement difficile de se disputer avec un sphinx". La décision vaguement exprimée du Procureur Général [de ne pas poursuivre la députée Hanin Zoabi et d'autres participants israéliens à la flottille de Gaza 2010] la rend encore plus incrédule  à la lumière de la durée qu'il lui a fallu pour l’atteindre..

 

Pourquoi autant de mois d’attente pour une décision d’un cas aussi simple? En lisant l'arrêt laconique de jeudi, la seule chose claire c’est le résultat final. "Des obstacles juridiques et des preuves insuffisantes" ont justifié la déclaration dans le phrasé du charabia juridique habituel.

 

Nous sommes toujours dans le noir quant aux charges auxquelles Zoabi et ses amis à bord du Bateau de l’Amitié auraient eu à faire face, si elles n’avaient pas été délibérées. Assaut? Violation de la sécurité nationale ou menaces sur les vies de citoyens israéliens? Violation de frontière ou d’une une zone militaire fermée ?



Quelles étaient exactement "les preuves insuffisantes?" la députée Zoabi revendique-t-elle que c'était son double qui était à bord du navire? Si on nous avait présenté une explication complète de la décision, peut-être serions nous convaincus que l'arrêté a un sens juridique, et par ailleurs, que c'était la chose rationnelle à faire.

 

Peut-être n'a-t- il  pas voulu ordonner de procès général qui aurait affecté collectivement un groupe qui comprenait à la fois coopérative et sympathisants d’ennemis d'Israël?

 

Peut-être était-ce la crainte d'alimenter la machine à propagande anti-Israël, qui aurait sûrement fait son apparition  en cas d'un procès public impliquant de nombreux témoins, qui a guidé le Procureur Général de résister à sa tendance naturelle à poursuivre ?

 

Peut-être a-t- il été guidé par un désir d'éviter un procès-spectacle qui aurait entrainé le pays tout entier dans une bataille juridique épuisante pour tout le monde et qui n’aurait probablement rapporté pas même l’ombre d’une condamnation.

 

Peut- être de ces "obstacles juridiques", découlaient les difficultés à poursuivre des crimes commis hors des frontières d'Israël, surtout lorsque les preuves n'étaient pas suffisantes pour prouver l'espionnage, la violation de la sécurité nationale ou la menace des vies des citoyens israéliens. Le navire, nous devons le rappeler, se dirigeait vers Gaza, et non pas vers Ashdod (où il a finalement accosté).

 

Ce n'est pas la meilleure des façons de présenter une décision, et ce n'est pas la bonne manière d’asseoir la confiance du public dans l'application de la loi.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :