Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Le nouveau défi

18 Mai 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Point de vue

Par: Moshe Feiglin

Publié: 16 mai 2012 

http://www.jewishpress.com/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com©2012

 

Il y a deux semaines, dans ma chronique hebdomadaire sur le site Web de NRG, j'ai écrit: «Personne ne comprend vraiment pourquoi Israël va vers des élections anticipées." Alors lorsque j'ai entendu que le « tour de manège » avait été annulé, j'ai été heureux.

 

Il est vrai que l'annulation se fait au prix d'incorporer Kadima dans la coalition gouvernementale. Kadima est peu recommandable, un parti ‘de trop’. Mais si c'est le prix que le Premier ministre Netanyahu a ressenti qu'il devait payer pour préserver la stabilité et la continuité gouvernementale pendant quatre années pleines, je peux certainement le comprendre. Si cette brillante initiative apporte un changement dans la culture des normes régissant Israël, culture qui impose que tout gouvernement en Israël ne dure en moyenne que moins de trois ans, alors nous aurons tous acquis une norme plus importante et fondamentale.

 

Le problème avec ces mouvements brillants, cependant, c'est qu’ils sont comme des carreaux de sol: plus brillants, ils sont, plus il est facile de glisser et de se ‘briser les reins’.

 

Le pouvoir que cette alliance confère au gouvernement c’est de prendre et de faire appliquer des décisions sur des sujets de manière responsable et mesurée, sans se sentir contraint de danser au son des tambourins des médias et du chœur de la gauche. Deux mines majeures sont maintenant au seuil du nouveau gouvernement. Dans les deux cas, la logique, la sagesse et la justice sont d'un côté, le populisme médiatique est de l'autre. Cela peut être une excellente occasion de faire de bonne chose, ou la tentation est grande d'être emporté par le flux trouble du populisme. La balle est maintenant dans son camp. Netanyahu et son nouveau partenaire politique, Shaul Mofaz, chef de file de Kadima, décideront dans quel sens elle ira.

 

Les deux grandes questions sur la table sont la menace de destruction du quartier sur la colline Ulpana voisin de Beit El et la rédaction de la loi d’incorporation dans l'armée des ultra-orthodoxes. Il est assez facile de comprendre que si le projet immoral ‘Holyland’ n'a pas été démoli - et pas plus que les dizaines de milliers de maisons arabes construites illégalement et que personne n'ose toucher - il n'y a aucune raison au monde pour démolir le quartier d’Ulpana. Le gouvernement d'union nationale peut légiférer une solution à ce problème et facilement absorber les diatribes du chœur de gauche et de ses ramifications qui se penchera avec consternation, comment les victimes de la destruction programmée sont saisies.

 

Sur la question du projet haredi, la réalité montre que la demande pour l’enrôlement dans un cadre haredi approprié est à la hausse et a déjà dépassé l'offre que l'armée israélienne ne peut fournir. Cette tendance va se poursuivre, car il est impossible de l'arrêter. Il n’est juste question que de la création d’encadrement de plus en plus approprié dans lequel les ultra-orthodoxes pourront servir tout en maintenant leurs normes d’observance religieuse. En fait, il n'y a qu'une seule chose qui peut arrêter cette tendance positive: le projet d’obligation d’un cadre militaire actuel, que la communauté ultra-orthodoxe considère comme une contrainte antireligieuse. Celui qui veut être sûr que les haredim ne s'enrôleront plus doit aller dans le sens de l'opinion populiste.

 

Tels sont les défis du nouveau gouvernement. D'une part, il a toutes les possibilités, de l'autre, il est en danger de chuter vite et fort. Il peut réussir et glorifier l'Etat d'Israël et le Likoud, ou il peut glisser et se ‘briser’. Il suffit de regarder ce qui s'est passé pour Ariel Sharon et Kadima.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :