Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Le hideux visage anti-israélien de l’administration Obama

20 Février 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

source:- JSSNews
Par Guy Millière
le Feb 20th, 2011
Ceux qui veulent voir uniquement ce qu’ils veulent voir et qui s’aveuglent sur le reste diront que Barack Obama a, cette année, condamné la répression contre les manifestants en Iran. Pouvait-il faire autrement sans apparaître trop clairement partial. Pour l’heure, deux régimes alliés des Etats-Unis, la Tunisie et l’Egypte sont tombés et, pour avec l’Egypte, c’est le cœur du monde arabe qui est dans la tourmente : Youssef al-Qaradawi, en exil au Qatar a pu rentrer au Caire ce vendredi et haranguer la foule sur la place Tahrir, les Frères musulmans forment un parti politique et espèrent rafler la mise, la rédaction d’une nouvelle Constitution se fait sous la supervision de Tarek al-Bishry, un juriste islamiste.
Des vaisseaux militaires iraniens se sont vus autoriser à traverser le canal de Suez par les militaires au pouvoir au Caire. Condamner la répression en Iran, dans ces conditions, ne coûte rien : le régime iranien fera ce qu’il décide et pourra tuer autant de manifestants qu’il le décide sans prêter la moindre attention aux paroles venues de la Maison Blanche.


Ceux qui veulent voir uniquement ce qu’ils veulent voir diront aussi que les Etats-Unis ont mis leur veto aux Nations Unies à une résolution condamnant la présence israélienne en Judée-Samarie. Mais là encore, Barack Obama pouvait-il faire autrement ? Disons que Barack Obama a tout fait pour que Susan Rice, son ambassadrice aux Nations Unies, n’use pas du veto américain.  Et disons que c’est un veto contraint et forcé, dans un contexte où l’administration Obama a eu tout loisir pour montrer son hideux visage anti-israélien.

Pendant plusieurs jours en effet, l’administration Obama a tout fait, strictement tout, pour que soit présenté au Conseil de Sécurité une version allégée de la résolution, un texte qui condamnerait Israël, et qui pourrait permettre aux Etats-Unis de pratiquer l’ « antisionisme » en harmonie avec les pays de l’Organisation de la Conférence Islamique et les dirigeants palestiniens : la version allégée se serait appelée seulement déclaration (« statement »).

Les pays de l’Organisation de la Conférence Islamique et les dirigeants palestiniens n’ont pas voulu de la version allégée. Ils n’ont pas même voulu changer un mot du texte : s’ils avaient accepté que le mot « illégal » soit remplacé par le mot « illégitime » Susan Rice a dit qu’il n’y aurait pas de veto américain.

Sans doute les pays de l’Organisation de la Conférence Islamique et les dirigeants palestiniens préféraient-ils, plutôt que d’accepter la main de l’amitié fraternelle « antisioniste » tendue par l’administration Obama pouvoir montrer que les Etats-Unis restaient dans le « mauvais camp ». En ces temps où les vents de l’islam radical soufflent sur le Proche-Orient comme une tempête, pouvoir montrer que, même lorsqu’ils se mettent à plat ventre, on dédaigne les Etats-Unis est une attitude qui permet de pouvoir espérer être épargné.

 

L’administration Obama en se comportant ainsi a contribué à isoler un peu plus Israël et a participé un peu davantage à la campagne de délégitimation d’Israël. Elle a offert en supplément au monde arabe une démonstration de lâcheté obséquieuse qui fera sourire à Téhéran, à Damas, et ailleurs. Elle n’en tirera aucun avantage : les rares amis des Etats-Unis qui subsistent au Proche-Orient savent que l’amitié d’Obama ne vaut pas un centime de dollar dévalué, les ennemis des Etats-Unis savent à quel personnage dérisoire ils ont affaire.

 

Je ne sais dans quel état sera le Proche-Orient à la fin de l’année 2011.  Mais je vois jour après jour mes prédictions les plus pessimistes concernant Barack Obama prendre forme, sous un aspect ou sous un autre. Dans quel état cet homme va-t-il laisser le monde en 2012 ? Je préfère, pour un instant, ne plus me poser la question.

Après les années Carter, je n’aurais imaginé qu’un jour, les Etats-Unis en arrivent là. Et encore n’ai-je rien dit ici de la politique intérieure que persiste à tenter de mener Barack Obama, ou du budget qui vient d’être présenté. J’ai, je pense, donné suffisamment de mauvaises nouvelles pour aujourd’hui.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :