Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

La politique catastrophique du président [américain] au Moyen Orient

28 Avril 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Réflexions

Par ISI LEIBLER

Jeruslem Post 27/04/2011

http://www.jpost.com/Opinion/Columnists/Article.aspx?id=218133

Adaptation française de Sentinelle 5771 ©

 

Barack Obama prouve, chaque jour, qu’il est un parfait béotien en relations internationales A tous les niveaux imaginables, la politique du gouvernement Obama au Moyen Orient plonge en spirale dans une désastreuse chute libre.

Même l’ami d’Obama, le président de l’AP Mahmoud Abbas, a explicitement accusé le président américain de l’avoir complètement induit en erreur. Dans un entretien avec l’hebdomadaire ‘Newsweek’, il a déclaré que : « C’est Obama qui a suggéré un gel complet des implantations. J’ai dit d’accord, j’accepte. Nous sommes tous les deux montés sur cette branche. Après cela, il a descendu l’échelle et l’a retirée, et m’a demandé de sauter. Il l’a fait trois fois ».

En d’autres termes, c’est l’initiative d’Obama qui a motivé l’exigence sans précédent d’Abbas du gel par Israël de toutes les constructions dans les implantations, dont les banlieues juives d e Jerusalem Est. Abbas trouve maintenant extrêmement commode d’utiliser l’action impulsive d’Obama comme prétexte à son refus de négocier avec Israël et d’attendre, pendant que des pressions mondiales sont exercées sur l’Etat juif pour obtenir davantage de concessions unilatérales.

Mais c’est l’approche incohérente obtuse et catégorique d’Obama dans les bouleversements du monde arabe qui a plongé les USA dans un puits sans fonds et a peut-être mis fin de façon définitive à tout le soutien aux USA qui persistait au sein de autocraties arabes les plus modérées.

Dès le départ, Obama a surpris le monde par ses efforts naïfs « de prendre langue » avec les extrémistes iraniens d’une hostilité fervente et cherchant à devenir une puissance nucléaire. Quand le Peuple iranien s’est révolté pacifiquement contre les ayatollahs pendant la « Révolution Verte », le président américain resta virtuellement muet alors même que le régime supprimait brutalement l’opposition.

De plus, quand le président égyptien Hosni Moubarak, l’allié le plus loyal des USA dans le monde arabe, a fait face à une révolte intérieure, Obama lui a tourné le dos, exigeant sa démission et il ne lui a même pas permis de se retirer à l’amiable.

Les Saoudiens et d’autres Etats arabes « modérés » pro américains ont été choqués de la manière dont les Américains on répondu à leur allié le plus fidèle. Aujourd’hui, sans le moindre doute, ils n’ont plus aucune illusion sur la fiabilité du soutien américain du gouvernement Obama. De fait, les prévisions les plus pessimistes résultant de ces révoltes « démocratiques » sont maintenant hélas réalisées.

Les Frères Musulmans – qu’un bon nombre de membres ignorants du gouvernement Obama ont décrits comme étant démocrates, plus ouverts d’esprit et même « essentiellement laïques », ont émergé comme la force la plus puissante en Egypte. Selon une enquête récemment publiée du Centre de Recherche PEW, 75 % des Egyptiens considèrent les Frères Musulmans avec faveur. Les USA sont méprisés – seulement 15 % sont en faveur de meilleures relations. Plus de 50 % soutiennent l’annulation du traité de paix avec Israël. Le conseil militaire égyptien a déjà initié des décisions pour renouveler ses relations diplomatiques avec l’Iran et perms à des bateaux iraniens de traverser le Canal de Suez.

Le candidat qui deviendra le plus probablement président est Amr Moussa, qui a la faveur de 89 % des sondés. C’est le secrétaire général de la Ligue Arabe dont la haine pour Israël était si intense que Moubarak fut obligé de le virer en tant que ministre des affaires étrangères. Pas plus tard que la semaine dernière, il a déclaré que les Accords de Camp David n’avait plus de pertinence. L’autre candidat Mohammed El Baradei a déclaré que si Israël s’engageait dans une guerre contre le Hamas, l’Egypte serait obligée de répondre militairement. Plus de 62 % des sondés soutiennent la transformation de l’Egypte en un Etat gouverné par la sharia. La trahison de Moubarak par Obama a ainsi conduit directement à l’installation du régime anti occidental le plus extrémiste.

Mais la situation régionale est encore pire. En Libye, le soutien d’Obama au renversement du colonel Khaddafi, dérangé mais récemment pro occidental, a résulté en une guerre civile. Si Khaddafi gagne, il reviendra sans aucun doute à ses activités terroristes malignes antérieures qu’il avait volontairement abandonnées. Si les rebelles sont victorieux, nous retrouverons probablement des éléments d’al Qaïda occupant une position significative dans le pays. Il en va de même au Yémen, qui après la défaite du président Ali Abdullah Saleh, a toutes les chances d’être transformé en un Etat terroriste entrainé dominé par al Qaïda.

Mais la réponse extraordinairement tiède d’Obama au dictateur de Syrie Bashar Assad a été encore plus incompréhensible, alors que la répression brutale contre des manifestants pacifiques a fait paraître la répression de Moubarak vraiment légère.

A côté de cela, Assad est un ennemi déclaré des USA et un allié étroit du régime iranien, et il a autorisé des forces d’al Qaïda à traverser la Syrie pour combattre les soldats américains en Irak. C’est un parrain majeur du Hezbollah et il a agi comme leur canal pour le transfert d’armements. Il héberge le Hamas à Damas, a orchestré le meurtre du Premier ministre libanais, cherché à obtenir des armements nucléaires et s’est aigrement opposé au traité de paix entre l’Egypte et Israël.

Il est donc inexplicable que même après que des centaines de manifestants aient été tués brutalement et qu’Assad ait fait savoir clairement qu’il n’hésiterait pas à tuer davantage de citoyens pour réprimer toute opposition, Obama ne l’ait encore pas appelé à se retirer ou n’ait mis en place des sanctions significatives comme il l’a fait avec la Libye.

Nous en restons abasourdis. Le gouvernement est-il si isolé de la réalité qu’il croit vraiment la secrétaire d’Etat Hillary Clinton quand elle qualifie le tyrannique Assad de réformateur ? Ou bien existe-t-il un projet politique secret dont nous ne sommes pas informés ?

Ma perception instinctive, c’est qu’il n’y a pas de conspiration et qu’il s’agit d’une question d’incompétence absolue et totale et de dysfonctionnement. Obama prouve, chaque jour, qu’il est un béotien total dans les relations internationales et que ses conseillers idéologues libéraux sont exactement aussi confus.

C’est vraiment troublant pour l’esprit. Nous avons des USA qui condamnent le seul partenaire vraiment démocratique dont les USA disposent dans la région du Moyen Orient, pour la construction d’appartements dans les banlieues de leur capitale. Il trahit le dirigeant égyptien Hosni Moubarak, qui a soutenu loyalement l’Amérique pendant quatre décennies et il ouvre la voie à un nouveau régime égyptien plus hostile. Et pourtant il hésite à répondre à l’un des ennemis les plus engagés des USA dans le monde arabe.

Nous ne devrions par conséquent ne garder aucune illusion sur Obama pour qu’il entame la moindre action significative afin de restreindre les ambitions nucléaires de l’Iran.

En résumé : le gouvernement Obama a sapé Israël, abandonné ses alliés arabes et s’est compromis avec les pires ennemis de l’Amérique.

Nous ne pouvons qu’espérer et prier pour que les Républicains se rassemblent et désignent un candidat crédible avant les prochaines élections présidentielles. Il est effrayant d’observer les dommages qu’Obama pourrait infliger à la position internationale de l’Amérique s’il était réélu pour un second mandat, libre de toutes contraintes électorales. Le dommage que le déclin et la faiblesse américains actuels pourraient infliger à la civilisation occidentale est positivement alarmant.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :