Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

La guerre des "Militants de la paix"

10 Juillet 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Réflexions

Liliane Messika
© Primo, 09-07-2010

www.primo-info.eu


Résistance, selon le Hamas

Quand Israël a intercepté la « flottille de la paix », les passagers armés du Marvi Marmara et nombre de leurs amis occidentaux ont exprimé leur soutien au Hamas.

Ce parti politico-militaire soutenu par l’Iran déclare vouloir détruire Israël. Ben quoi ?

Il a kidnappé sur le territoire israélien un soldat franco-israélien. Et alors ?

Ses supporters s’indignent que l’Union européenne le qualifie d’organisation terroriste.

Certes, le Hamas a tué plus de 500 civils (membres du Fatah, NDLR) à Gaza en 3 ans. Mais pour les « militants de la paix », il n’est qu’un « résistant à l’occupation israélienne ».

Laquelle ? Celle qui a cessé en juillet 2005 et qui n’avait pas, pendant ses quatre décennies, fait autant de victimes ?

Pendant les protestations de paix, les affaires continuent

Pourquoi les Israéliens ET LES EGYPTIENS ont-ils décrété le blocus sur Gaza ?

Le Hamas utilise un vaste réseau de tunnels sous la frontière avec l’Egypte pour introduire des armes venues d’Iran et de Syrie. Ces armes ne sont pas destinées à construire des écoles ou à des routes, mais à attaquer les civils israéliens.

Plus de 7000 roquettes et obus de mortier sont tombés sur ces derniers depuis qu’Israël a rendu Gaza judenrein, en 2005.

Mahmoud al-Zahar, un haut dirigeant du Hamas soutenu, à ce titre par les « militants de la paix », a déclaré le 20 juin dernier, que les Palestiniens devaient tirer des roquettes sur Israël non seulement depuis Gaza, mais également depuis la Cisjordanie.

Passer à l’échelon industriel

Mais cet artisanat n’est pas assez ambitieux au regard de l’objectif officiel du Hamas : l’éradication pure et simple du peuple juif. En vue de passer à la vitesse supérieure, il convient de libérer la voie maritime, mieux adaptée à l’importation d’armes en masse.

L’impatience est d’autant plus grande que l’objectif est à portée de main : d’après le Shin Bet (service de renseignement israélien), le Hamas est désormais en mesure de frapper l’intérieur du territoire israélien jusqu’à Tel Aviv, grâce aux obus de mortier de 120 mm et aux roquettes Grad avancées de 122 mm fabriqués en Iran.

Avantage technique : ces nouvelles roquettes sont plus stables et peuvent être stockées plus longtemps. Last but not least, elles supportent des ogives de dimension supérieure, donc plus efficaces (comprendre « qui tuent plus de civils en moins de temps »).

Les droits des uns s’arrêtent où commence l’idéologie des autres

« Le Hamas continuera de rejeter l’occupation et refusera de reconnaître la légitimité de l’entité sioniste. La priorité restera le renforcement et le développement de la résistance », a déclaré il y a peu Khaled Mechaal, chef du Hamas basé à Damas.

Des « militants de la paix », on vous dit !

Mechaal a également déclaré, le 28 juin 2010, que son groupe cherchait à enlever d’autres soldats israéliens.

Guilad Shalit, citoyen franco-israélien kidnappé il y a 4 ans en plein territoire israélien, est détenu au secret, dans des conditions préoccupantes. Il n’a reçu aucune visite de la Croix-Rouge, sans parler d’un avocat.

Ses parents ont demandé aux « militants de la paix » d’intervenir auprès du Hamas pour que les plus élémentaires droits de l’homme soient appliqués à leur fils. Les ONG pacifistes ont rejeté cette supplique avec horreur : défendre les droits de l’homme est leur fonds de commerce, mais pas ceux des Juifs !

Le Hamas ne fait pas mystère de ses objectifs

La charte du Hamas, publiée en 1998, présente ses principes directeurs. Ce texte antisémite et raciste rejette les efforts de paix visant à mettre fin au conflit israélo-palestinien et appelle à la destruction de l’État d’Israël par le djihad.

De tout Israël, pas que les territoires que les « militants de la paix » considèrent comme occupés dans l’optique de « deux Etats pour deux peuples ».

Certains ayant fait remarquer que cette charte n’allait pas dans le sens de la paix universelle, M. Mechaal a déclaré en mai 2010 que les appels à sa modification constituaient « une demande injustifiée ».

Pour mémoire, c’est en été 2007 que le Hamas s’est emparé du pouvoir à Gaza, dont il a chassé violemment l’Autorité palestinienne. Il a tué et estropié des dizaines d’opposants politiques. Mais un mort est moins décédé et un mutilé moins estropié quand c’est du fait du Hamas…

Pareil pour les libertés. Quand c’est le Hamas qui les supprime, les « militants de la paix » n’ont aucune revendication.

Les milices de la vertu patrouillent sur les plages de Gaza pour s’assurer que les hommes et les femmes se conforment bien à leur interprétation radicale de l’Islam. Dans le cas contraire, la lapidation n’est pas pour les chiens.

Exiger le respect de l’ONU, oui, mais pas par tous !

Même silence des « militants de la paix » lorsque, en juin 2010, immédiatement après l’incident de la flottille de Gaza, le Hamas a investi les bureaux de plusieurs ONG et confisqué de l’argent et du matériel.

Ou quand 18 mois plus tôt, au cours de l’opération « Plomb durci » qui visait à mettre fin aux tirs de roquette sur Israël, le Hamas utilisait des civils palestiniens comme boucliers humains et des mosquées comme dépôts de munitions.

Les « militants de la paix » se disent très attachés aux droits de l’homme. Et ceux des enfants ? Al-Aqsa TV, la chaîne du Hamas, promeut les attentats-suicides auprès des enfants palestiniens.

Les attentats-suicides ne sont pas l’expression d’un désespoir, ils sont l’idéal auquel les enfants palestiniens aspirent grâce au Hamas. Cela n’émeut pas les « militants de la paix ».

Ils ne s’indignent même pas quand des camps de vacances de l’UNRWA (l'agence de l'ONU pour les seuls réfugiés de Palestine) sont attaqués par le Hamas. Des camps qui pratiquent la mixité entre garçons et filles, c’est sûrement indéfendable quand on est un vrai militant pacifiste…

Militer pour la paix en faisant la guerre, c’est tendance

En 2006, le Quartette (États-Unis, UE, Russie et ONU) avait insinué que, pour être accepté en tant que partenaire légitime, le Hamas devait renoncer à la violence, reconnaître le droit à l’existence d’Israël et accepter les accords israélo-palestiniens antérieurs.

En juillet 2010, les « militants de la paix » trouvent inacceptable que l’on formule des exigences aussi extrêmes envers des « résistants à l’occupation », au seul motif que celle-ci est terminée depuis 5 ans.

Allons, buvons un coup : qu’importent les faits pourvu qu’on ait l’ivresse d’incriminer Israël !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :