Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Jérusalem, la Cisjordanie, la bande de Gaza en alerte, suite aux menaces palestiniennes.

16 Mars 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Sécurité

DEBKAfile, Reportage spécial 15 Mars, 2010,
Adaptation française : Marc Brzustowski

Pour http://lessakele.over-blog.fr  et www.aschkel.info
Titre original : Jerusalem, West Bank, Gaza on alert against Palestinian threats

 

 


Jerusalem en alerte haute en prevision de nouvelles violences palestiniennes

 


Bien que le lundi 15 mars se soit déroulé sans incident majeur, en ce qui concerne la violence palestinienne, exceptés quelques jets de pierres sporadiques contre des Israéliens, les factions du Fatah opposées au Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, ont appelé les Palestiniens de Judée-Samarie/Cisjordanie, de la Bande de Gaza, ainsi que les Arabes israéliens à marquer ce mardi comme un « Jour de Rage ».


Dans la Bande de Gaza, Halil al Haya, parlant au nom des dirigeants du Hamas a déclaré : “ Nous devons déverser des rivières de sang ”, alors que les leaders musulmans radicaux des communautés arabes en Israël ont menacé de descendre à Jérusalem en force.


Abu Ala, ancien Premier Ministre palestinien et négociateur de paix du temps du Gouvernement Olmert, ainsi qu’Hatem Abdul Qader, à la tête du bureau de Jérusalem au sein de l’Autorité Palestinienne à Ramallah, ont annoncé que le Jour de Rage devait être le coup d’envoi d’une nouvelle insurrection (Intifada) contre Israël.

 

Dans des diatribes antisémites enragées, ils accusent à nouveau “les Juifs de comploter en vue de l’annexion d’al Aqsa”, dans le but de construire leur Troisième ", et, par la même occasion, nient toute revendication juive concernant leurs liens ancestraux avec Jérusalem, comme étant « le plus grand mensonge » qui n’aurait pour objectif que de réécrire l’histoire musulmane. Les porte-parole du Fatah affirment qu’il n’y a jamais eu de Synagogue à Hurva (« ruine »), dans la Vieille Ville, en se référant à la synagogue vieille de 300 ans, qui a été reconstruite et inaugurée le lundi 15 mars, sur les ruines de l’ancienne maison de pèlerinage juif et centre communautaire, que les Jordaniens avaient détruite durant les 19 ans de leur présence dans la Vielle Ville, qui s’est achevée en 1967.


La structure a été reconstruite pierre par pierre, à partir des photos et des plans de l’ancienne bâtisse. Les dirigeants palestiniens comprennent comme un encouragement la sévère campagne de l’Administration Obama contre Israël, au cours de ces cinq derniers jours, et la considère comme leur meilleure chance de déclencher une nouvelle et violente « guerre de résistance » contre l’Etat Juif. Ils sont convaincus que l’Etat hébreu se trouve aux prises avec un tel climat défavorable avec son meilleur allié, l’Amérique, qu’il serait, de toutes façons, tenu pour responsable de toute explosion (de violence) par le monde entier, même si elle est directement déclenchée par les Palestiniens.


Selon les sources militaires de Debkafile, lundi soir, Mahmoud Abbas déployait à nouveau ses forces de sécurité formées par les Etats-Unis, dans un effort pour empêcher les  manifestants de la Bande Occidentale de tenter une percée à travers les barrages israéliens lourdement renforcés, qui protègent des incursions vers Jérusalem depuis la Cisjordanie.


Mais il agit sous de fortes pressions l’incitant à laisser d’énormes foules palestiniennes se battre pour tracer leur chemin en direction du Mont du Temple.

 


Les responsables de la Sécurité Palestinienne tiennent compte du fait qu’Abbas doit repenser les ordres qu’il a donnés ou perdre le contrôle de la situation, auquel cas, une sanglante épreuve de force risque de s’ensuivre, entre les foules palestiniennes chauffées à blanc et les forces de sécurité israéliennes. Des cellules terroristes sont également susceptibles de se préparer à lancer des raids en Israël depuis la Cisjordanie.

 

Les responsables sécuritaires israéliens n’ignorent pas qu’une possible conflagration peut éclater d’abord à Jérusalem ou dans n’importe quel endroit d’Israël où les forces de sécurité sont en maigre effectif sur le terrain.

 

Durant la nuit de lundi, la police a commencé à contrôler la circulation sur une section de l’autoroute 65 qui conduit vers l’extérieur du triangle arabe de Jérusalem Est, les véhicules circulant sur l’autoroute 90, à travers la Vallée du Jourdain et le long de l’Autoroute n°1, allant de Tel Aviv à Jérusalem. Ils ont fait faire demi-tour aux bus et autres véhicules chargés d’Arabes israéliens en route pour Jérusalem.

 

Dans la Bande de Gaza, on a vu les unités du Hamas s’équiper pour des attaques, autant pour tenter des incursions terroristes en direction des villes israéliennes voisines, que pour lancer de nouvelles salves de missiles et d’obus de mortier, qui ont pratiquement cessé dans l’année qui a suivi l’opération « Plomb Durci » dans l’enclave terroriste.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :