Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Israël seul contre la République islamique

11 Février 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Sécurité

par David Meir Levi

http://frontpagemag.com/2012/02/10/israel-alone-against-the-islamic-republic/

10 février 2012

Adapté par Mordeh'ai ©2012 pour le blog malaassot.com

 

En traitant la menace d'un Iran nucleaire, Obama n'a pas simplement  eu une réaction un peu lente, mais en fait il a été le complice de l'Iran dans sa quête de capacités nucléaires militaires.

Une telle évaluation aussi menaçante de la politique de l'Iran d'Obama est inéluctable dans la lumière de son inaction contre l'Iran pour sa capture du drone furtif RQ-170 en décembre de l'an dernier; son silence sur l'initiative de l'Iran d'enrichissement d'uranium de 20% dans l'installation souterraine du village de Fordo près de Qoms; sa réticence d'envoyer des porte-avions américains dans le Golfe persique par le Détroit d'Ormuz; sa réticence à approuver des sanctions immédiates sur la banque centrale d'Iran et le secteur de l'énergie; son silence sur l'alliance d'Hugo Chavez avec l'Iran pour développer des bases de terroristes et de missiles au Venezuela; sa tentative secrète d'influencer le Congrès pour adoucir les sanctions américaines; et sa lettre secrète d'apaisement à l'Iran. Ces inactions sont incompréhensibles et impardonnables car elles ont permis à l'Iran d'atteindre le seuil de devenir une menace nucléaire pour le monde entier.

Que peut-il être fait maintenant? Toutes les options sont mauvaises. Les sanctions ont ralenti les progrès de l'Iran, mais ne les ont pas arrêtés. Le bombardement des installations nucléaires de l'Iran infligerait certainement des soucis handicapants et retarderait la quête des armes de destruction massive de l'Iran pour un an ou deux; mais ce plan d'action comporte des risques de bouleversement régional et de guerre, des perturbations économiques mondiales, et des attaques de terroristes parrainées par l'Iran sur les cibles américaines et israéliennes partout dans le monde. Par ailleurs, si l'Iran n'est pas arrêté il ménera le monde au bord d'un holocauste nucléaire aux conséquences évidentes de nature encore plus affreuse et périlleuse.

Comment un pays, un dirigeant national ou international, peut-il résoudre ce problème inextricable par d'autres manières que cruelles?  Israël peut avoir la réponse, sans  frappe aérienne.

Depuis 2005 les différentes parties  du projet nucléaire iranien ont été frappées par une série de désastres, dont l'Iran attribue la responsabilité à l'Occident et surtout à Israël.(1) En avril  2006, deux transformateurs ont sauté et 50 centrifugeuses ont été perdues lors de la première tentative de l'Iran d'enrichir de l'uranium à Natantz. Un porte-parole pour le Conseil Iranien à l'Énergie atomique a déclaré que des matières premières avaient été "trafiquées".

Entre Janvier 2006 et Juillet 2007, trois avions appartenant aux Gardiens de la Révolution d'Iran se sont écrasés dans des circonstances mystérieuses. Certains rapports ont dit que les avions avaient tout simplement " cessé de fonctionner."

“L'emploi interrompu” était aussi l'explication iranienne pour deux virus informatiques implacables qui ont pénétré le système informatique du projet nucléaire en 2007, détruisant un grand nombre de centrifugeurs.

En janvier de 2007, plusieurs unités d'isolation dans les appareils communiquants des centrifugeurs, qui ont été achetés sur le marché noir à des fournisseurs en Europe de l'Est, se sont révélées être impropres et inutilisables. L'Iran a conclu que certains de ces fournisseurs étaient en fait des compagnies de "façades" qui ont été montées par les ennemis de l'Iran pour équiper l'effort nucléaire iranien avec les éléments défectueux.

En janvier de 2007, Dr Ardeshir Husseinpour, un scientifique nucléaire de 44 ans, est mort dans les circonstances mystérieuses. L'annonce officielle disait qu'il etait mort dans un “accident du travail,” mais le service de renseignements  iraniens l'imputa à Israël.

Massoud Ali Mohammadi, un physicien en particules, a été tué en janvier 2010, quand une moto piégée s'est  garée tout près et a explosé quand il montait dans sa voiture. Quelques analystes soupçonnent que Mohammadi a été tué par des agents iraniens à cause de son soutien au  leader d'opposition iranien Mir Hussein Moussavi, mais l'Iran accuse Israël.

En juin 2010, des rapports font surface que le système informatique exploitant le site d'enrichissement d'uranium de Natanz avait été infecté par une cyber-arme nouvelle et plus puissante, un virus destructeur connu sous le nom  de "Stuxnet". Un  virus très sophistiqué, le virus incroyablement invasif, mais chirurgicalement raffiné, Stuxnet a infecté 59 % des ordinateurs d'Iran, mais il n'a visé seulement  que ceux utilisant le Siemens SCADA le logiciel utilisé par des installations nucléaires iraniennes. Contrairement aux démentis iraniens, les analystes ont confirmé que cette cyber-attaque a retardé l'avancée des armes de destruction massive de l'Iran d'au moins plusieurs années et a obligé de mettre  984 centrifugeuses hors connexion.

Le 29 novembre 2010, des motocyclistes ont fait explosé des voitures de deux personnalités du projet nucléaire iranien, Majid Shahriari et Fereydoun Abbasi-Davani. Les motocyclistes ont fixé des bombes aimantées aux voitures puis se sont éloignés à vive allure. Shahriari a été tué par le souffle mais Abbassi-Davani, bien que blessé, a réussi à s'enfuir avec sa femme avant que sa voiture n' explose. Cette attaque a induit l'article du Time Magazine du  30/11/2010  “Le Mossad vise-t-il les Scientifiques nucléaires de l'Iran?”

En juillet de 2011, un motocycliste a tendu une embuscade à Darioush Rezaei Nejad, un physicien nucléaire et  chercheur pour l'Organisation à l'Énergie atomique d'Iran, en lui tirant dessus alors qu'il s'asseyait dans sa voiture à l'extérieur de sa maison.

En novembre de 2011, une énorme explosion s'est produite à une base des Gardiens de la Révolution à 30 miles à l'ouest de Tehran. Les photos satellites ont montré que presque toute la base  a été effacée. Le Brig.Général. Hassan Moghaddam, chef de la Division du développement du missile, a été tué, avec 16 autres membres de son personnel. C'était la base militaire où les missiles à longue portée (de 10 000 kms) étaient développés pour la mise au point  contre l'Hémisphère occidental. Les experts israéliens suggèrent que c'était un “accident du travail” dû à la mauvaise manipulation des munitions.

 

Et cet “accident du travail” a été bientôt suivi par “Duqu” (aka “le fils de ‘Stuxnet’”), une cyber-arme qui a envahi des ordinateurs de l'installation nucléaire iranienne en décembre  2011 et a créé "des portes dérobées" secrètes pour que les programmes informatiques puissent être saisis et manipulés plus tard pour modifier des réseaux, créer des programmes destructifs, ou même détruire les réseaux entiers.
le 11 Janvier 2012, Mostafa Ahmadi-Roshan, un directeur adjoint de l'installation d'enrichissement de l'uranium à Natanz, a été tué par des motocyclistes qui avaient fixé une bombe aimantée à sa voiture, dans le centre ville de Tehran. Certains trouvent ces assassinats répréhensibles, d'autres admettent le besoin de faire ce qu'il faut pour empêcher l'Iran de devenir le prochain ennemi nucléaire du monde.
Les évaluations actuelles laissent à penser que l'Iran ne sera pas capable de fabriquer une arme nucléaire opérationnelle avant 2015, merci en grande partie aux efforts clandestins résumés au-dessus (2)

Mais ces opérations secrètes réussies et peut-être même un autre Stuxnet quelque part en perspective, ne peuvent  réussir pour toujours et au mieux ne font simplement  que ralentir  le progrès du gouvernement iranien actuel, si férocement engagé à la confrontation nucléaire avec le monde Sunnite et l'Occident.

Ainsi cette approche, réussie bien que cela l'ait été, c'est juste la répétition de la réaction un peu lente et complice. Car même combiné à de plus strictes sanctions, elle ne fait que repousser  le problème  plus loin mais dans seulement un proche avenir.

Mais il existe un moyen, et cela peut être la seule voie, pour parvenir  à une solution à long terme à la menace nucléaire iranienne : un changement de régime. Les sources anti-mollah iraniennes, à l'intérieur de l'Iran et à l'étranger, suggèrent que le peuple iranien est prêt pour un régime plus pro-occidental  pour remplacer les Mollahs. Les MEK (Mujahedin du peuple d'Iran) croient qu'un tel changement pourrait se produire dans un an et certains chefs israéliens sont d'accord.

Mais au lieu de soutenir ce changement de régime de l'intérieur, Obama n'a jamais manqué une occasion de rater une occasion. Quand Obama a fermé les yeux sur le massacre de manifestants non armés en Iran en 2009, il a soutenu les Mollahs et  encouragé leur quête d'armes de destruction massive. Quand il a fermé les yeux sur le massacre de manifestants non armés en Syrie, qui se poursuit depuis le début de 2011, il a donné une autre victoire à l'Iran en permettant au gouvernement fantoche iranien en Syrie de prolonger sa continuité au pouvoir et ainsi servir les intérêts de l'Iran, soutenir le Hezbollah et maintenir le contrôle par procuration sur le Liban.

Maintenant Obama tente de faire pression sur Israël pour le dissuader à ne pas bombarder les installations nucléaires d'Iran par des armes classiques. (3)

Est-ce parce qu'il veut que la condamnation retombe sur ​​Israël, et Israël seul si Israël bombarde l'Iran, de sorte que ses mains restent propres, avant Novembre 2012, de tout blâme de toutes les catastrophes qu'une telle attaque pourraient causer, ou est-ce parce qu'Obama croit vraiment qu'un Iran nucléaire sera mieux pour la santé du monde?

Dans les deux cas, Israël ne fait pas confiance à Obama, et ne céde pas à sa pression.  Mais nul ne sait  si Israël est sur le point de lancer une frappe conventionnelle sur l'Iran. Les attaques clandestines israéliennes ont avec succès retardé l'ambition nucléaire de l'Iran d'au moins plusieurs années, à l'avenir : beaucoup de temps pour un changement de régime, en Iran ou aux aux Etats-Unis en novembre 2012.

 

Notes

1. Sauf indication contraire, la liste récapitulative qui suit utilise des matières de Ronen Bergman de "Israël va attaquer l'Iran?" New York Times 25 Janvier 2012

2. Pour les évaluations et http://www.nytimes.com/2011/01/08/world/middleeast/08israel.html ; et http://www.reuters.com/article/2011/01/07/us-iran-nuclear- israel-idUSTRE70612X20110107 ; notamment.

3. Pour des exemples, voir: http://security.blogs.cnn.com/2012/02/02/panetta-believes-israel-could-strike-iran-this-spring/ et http://www.time.com/ . time/nation/article/0, 8599,2106071,00 html et http://www.foxnews.com/us/2012/02/02/west-making-case-to-israel-dont-attack-iran / ; notamment.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :