Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Israël, enjeu des prochaines élections aux USA

14 Juillet 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Point de vue

par Shraga Blum

pour Israel 7

14/07/2010

 Les élections du mi-mandat qui se profilent au mois de novembre au Etats-Unis sont d’une importance capitale pour le Président Obama. Une défaite aurait pour lui deux conséquences graves: dans l’immédiat, le risque de perdre la majorité au Congrès, avec toutes les difficultés politiques qui en découleraient, et dans un avenir plus lointain, l’image d’un Président en situation d’échec, et qui aurait donc un handicap de départ dans la prochaine course présidentielle de 2012.

L’hypothèse est tellement probable qu’elle inquiète jusqu’au plus haut du sommet de l’Etat, au point que Robert Gibbs, porte-parole du Président Obama, a pour la première fois avoué ouvertement « que les Démocrates risquent de perdre la majorité au Congrès ». Il suffirait que 40 sièges sur les 435 changent de camp, pour que les Républicains redeviennent majoritaires. Et tous les sondages d’opinion indiquent une forte baisse de popularité de Barack Obama, et un regain d’enthousiasme pour le parti Républicain. Et chez les Juifs, la tendance est la même.

Les proches du Président lui ont donc conseillé de tout faire pour redresser son image, notamment ce secteur très payant de l’électorat américain qu’est le vote juif. Les sénateurs et les Représentants ne sont pas élus par la « Nation », mais par les citoyens de leur Etat et de leurs circonscriptions, et nombre d’élus démocrates qui représentent des régions à forte communauté juive se plaignent depuis des mois auprès du Président Obama des effets désastreux de sa politique proche-orientale auprès de leur électorat, et lui ont fait part de leur inquiétude quant à leur réélection. De même, au sein de l’appareil du Parti Démocrate, de plus en plus nombreux sont ceux qui aimeraient voir le Président « prendre ses distances avec l’aile libérale et radicale du parti, qui tire Barack Obama vers la gauche ».

C’est la seule raison qui explique le récent virage à 180° opéré par Barack Obama vis-à-vis de Binyamin Netanyahou et d’Israël. Les accolades et les sourires surfaits lors de la dernière visite du Premier ministre israélien, face à des dizaines de caméras, devaient impérativement effacer les humiliations, la froideur et la condescendance d’il y quelques mois à peine. Et si Hillary Clinton, qui avait littéralement engueulé Netanyahou au téléphone, avait pu la semaine dernière élargir son sourire jusqu’au dessus des oreilles, elle l’aurait fait sans état d’âme. Tout avait été mobilisé pour effacer le profond malaise orchestré par l’Administration Obama lors du voyage du vice-président Biden en Israël.

Si les Démocrates ont tout à coup senti que les Juifs leur seraient utiles jusqu’au mois de novembre, les Républicains, de leur côté, ont également décidé « d’enfourcher la cause israélienne » pour gagner les élections de novembre. Il est vrai qu’il ne s’agit pas chez eux d’un revirement, mais plutôt d’une occasion d’enfoncer encore un peu le clou contre la politique de Barack Obama au Proche-Orient. Et dans de très nombreuses circonscriptions-clés, les candidats républicains jouent la « carte Israël » pour tenter de provoquer la défaite des élus démocrates sortants.

Et ils vont parfois très loin. Un groupe de Républicains connus, sous la houlette de Bill Crystal du « Weekly Standard » et de l’évangéliste Garry Bauer, ont lancé une campagne très médiatisée, qui a été baptisée (!!) « Comité d’Urgence pour Israël ». Ils ont fixé comme cibles des élus démocrates soupçonnés de prises de positions anti-israéliennes, tel par exemple l’un des Représentants de l’Etat de Pennsylvanie au Congrès, l’ancien amiral Joe Sestack. Des clips publicitaires de campagne diffusés sur « Fox » et CNN, même en plein match de base-ball, accusent Sestack « d’avoir collecté des sommes pour le Conseil de Rapprochement Américano-musulman, association soupçonnés par le FBI de soutenir le Hamas ». Ils reprochent aussi à l’élu démocrate « d’avoir refusé de signer une pétition lancée conjointement par des élus des deux partis pour demander à Obama qu’il rééquilibre sa position au Proche-Orient ». De l’avis des observateurs de la vie politique américaine, il s’agit de la première fois dans l’histoire politique des Etats-Unis que le sujet ‘Israël’ intervient de manière aussi directe et ouverte dans la compétition entre les deux partis politiques au moment d’élections. Traditionnellement objet de consensus, Israël et la politique proche-orientale du Président sont devenus aujourd’hui une grosse pierre d’achoppement entre Démocrates et Républicains.

Ce phénomène est apparu depuis l’arrivée au pouvoir de Barack Obama, qui a rompu cette entente tacite entre les deux partis traditionnels par sa nouvelle et nette orientation politique en direction du monde arabe et musulman.

Pour les Démocrates au pouvoir, il s’agit maintenant de « rattraper la sauce », et pour les Républicains, il s’agit aussi d’une occasion rêvée de renverser la vapeur, et attirer le vote juif qui se portait traditionnellement vers un Parti Démocrate qui a beaucoup déçu les amis sincères d’Israël.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :