Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Israël devrait-il misé sur les promesses des États-Unis?

6 Septembre 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

FresnoZionism.org - ציונות פרסנו 

Par Vic Rosenthal

En anglais http://fresnozionism.org/2012/09/is-israel-considering-betting-the-farm-on-us-promises/

Adapté par Mordeh'aï ©2012pour maalassot.com

6 septembre 2012

 

 

Récemment,  le cabinet de sécurité israelien s'est réuni pendant une dizaine d'heuresafin de discuter, entre autres choses, de l'Iran. Les détails de la réunion sont restés  secrèts, mais

—  Il est probable que, parmi les sujets abordés, citons les «lignes rouges» qu'Israël aimerait voir mettre en place par les  États-Unis comme un moyen de dissuasion pour mettre fin à la progression de  l'Iran. Alors que Netanyahou n'a pas déclaré publiquement ce qu'il pense de ce que ces  lignes rouges devraient être, Uzi Arad, ancien chef du Conseil national de sécurité, a déclaré qu'il pourrait inclure une déclaration que tout enrichissement d'uranium au-delà de 20 % serait le déclic à une action militaire.

Arad, dans une interview à la Radio d'Israël, a déclaré d'autres possibles lignes rouges pourraient être

- la découverte d'autres usines d'enrichissement d'uranium

- des installations secrètes à Natanz et Fordou

- ou la réaction au travail des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique.

 

—  En outre, Arad a déclaré que les Etats-Unis n'ont pas encore parlé de la  fabrication en « termes catégoriques » ni clarifié leur détermination d'arrêter la marche iranienne vers le nucléaire .

 

—  Un exemple de ceci, dit-il, serait que les déclarations présidentielles soient plus claires, disant que que les Etats-Unis ne toléreront pas ou ne permettront pas un Iran nucléaire, et utiliseront tous les moyens pour le prévenir.

  

—  Arad dit que d'autres expressions dites «catégorielles» de cette détermination,  pourraient être désormais l'autorisation du Congrès de l'usage de la force si la diplomatie échoue à convaincre les Iraniens de stopper, et une déclaration claire que l'objectif de toute action militaire américaine ne serait pas «d'acheter du temps», mais plutôt d'empêcher l'Iran d'être jamais en mesure de fabriquer une bombe nucléaire.

 Il y a aussi ceci à partir d'un rapport de l'AP:

—  Après des échanges tendus avec les Américains, les responsables politiques Israéliens de la défense ont déclaré mardi que les deux parties travaillent maintenant en étroite collaboration dans l'espoir de parvenir des positions en harmonie.  Des Assurances américaines plus claires sur ce que les Etats Unis préparent à utiliser pour faire  pression contre l'Iran, y compris pour une éventuelle action militaire, permettrait de réduire la nécessité pour Israël d'agir seul, les fonctionnaires ont déclaré, parlant sous anonymat parce qu'ils discutaient d'une question de sécurité.

 

J'espère que cela ne représente pas la pensée des décideurs politiques israéliens. Il est impératif de faire face à la réalité telle qu'elle est, et non comme nous voudrions qu'elle soit. Et la réalité est:

1) que seule une action militaire ou la menace crédible de celle-ci arrêtera l'Iran de développer des bombes nucléaires,

 2) que l'administration Obama, ou même une administration Romney, a très peu de chance de la fournir.

  

Une stratégie pour stopper l'Iran par les Etats-Unis c'est de promettre de respecter les lignes rouges et que ce soit pas qu'une vague promesse, et que les nations -  pas seulement les Etats-Unis dans ce cas - ne tiennent pas leurs promesses , ce faisant, il faut qu'ils soient déterminés car c'est dans leur intérêt.

 

Voici un exemple.  En 2004, les Etats-Unis étaient très intéressés par Israël à mener à bien son projet de retrait de la bande de Gaza. Le président Bush a écrit une lettre au Premier ministre Ariel Sharon, - je voudrais créer un lien vers l'original, mais il a été retiré du site Web de la Maison Blanche - promettant que

À la lumière des nouvelles réalités sur le terrain,  il est irréaliste de s'attendre à ce que le résultat des négociations sur le statut final sera un retour plein et entier aux lignes d'armistice de 1949 ...notamment  les grands centres de population israéliens, existants

Les responsables israéliens ont insisté pour qu'il y ait aussi un accord informel qui pourrait interprété comme une autorisation à la construction dans les colonies situées dans des zones qu'Israël  garderait lors de tout projet d'accord avec les Palestiniens.

  

En 2008, même l'administration Bush recula:

Le Conseiller à la sécurité nationale Stephen J. Hadley, lors d'une conférence d'information en janvier [2008], a suggéré que la lettre du président Bush en 2004 visait à aider Sharon à gagner l'approbation nationale pour le retrait de Gaza. " Le président de toute évidence soutient toujours cette lettre d'Avril de l'année 2004, mais vous avez besoin de la regarder, de toute évidence, dans le contexte duquel elle a été délivré», a-t-il dit.

 

L'administration Obama a terminé le travail en 2009:

Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a rejeté les affirmations israéliennes selon lesquelles l'administration Bush avait conclu un accord avec Israël sur les colonies juives de Cisjordanie.

" Nous avons le compte rendu des négociations, qui est le document officiel qui a été remis à l'administration Obama par l'administration sortante de Bush ", a déclaré Mme Clinton vendredi lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue turc Ahmet Davutoglu.

 

" Il n'y a pas de mémo d'un accord informel ou oral " concernant les colonies, a-t-elle dit.

 

Depuis son arrivée au pouvoir en Janvier, le président Barack Obama a rappelé à plusieurs reprises à Israël de cesser toute activité de colonisation dans les territoires palestiniens, une demande qui a été rejeté par le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

 

Les Israéliens disent avoir reçu des engagements de la précédente administration américaine du président George W. Bush permettant une certaine croissance dans les colonies existantes.

 

Ils disent que la position américaine a été aménagé dans une lettre de 2004 de Bush à Ariel Sharon Premier ministre israélien d'alors.

 

Clinton a rejeté cet argument, en disant toute position telle États-Unis était informelle et " ne fait pas partie de la position officielle du gouvernement des Etats-Unis."

Est-ce sur ce genre de promesse non tenue sur laquelle une nation peut parier son existence ? Je ne pense pas ainsi.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :