Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

"Im Tirtsou" dénonce la dérive antisioniste dans les universités

10 Novembre 2009 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Société

Mardi 10/11/2009 
par Shraga Blum pour actu.co.il

Le mouvement estudiantin de droite, « Im Tirtsou » s’est adressé au Président de la Commission parlementaire de l’Education, Zevouloun Orlev, pour qu’il convoque une séance urgente sur « la discrimination dont font l’objet les étudiants et les idées sionistes dans certaines universités israéliennes ». Cela fait un moment que les militants d’ « Im Tirtsou » font état d’un barrage systématique à la liberté d’expression qui s’exerce à l’encontre des étudiants de droite de la part des responsables académiques de l’Université de Tel Aviv, et le Président du mouvement estudiantin, Amit Barak, précise que « c’est le cas aussi dans d’autres universités du pays, parfois de manière encore plus grossière ».

Selon « Im Tirtsou », « le langage ‘politiquement correct’ de mise aujourd’hui dans le monde universitaire est celui qui est tenu par les mouvements de la gauche antisioniste et parmi les étudiants arabes, et on y entend de plus de plus de voix qui contestent la légitimité d’Israël en tant qu’Etat juif ou le droit de Tsahal à défendre les citoyens du pays contre le terrorisme ».
« Mais cela va plus loin », explique le Président d’ « Im Tirtsou » : les choix des sujets effectuées par de nombreux conférenciers, le matériel didactique distribué aux étudiants, les programme de certains cours, et même des associations qui financent des fonds de bourses aux étudiants, indiquent tous que l’atmosphère dans les universités est aujourd’hui à la contestation du sionisme et à la critique radicale de la politique israélienne ou de Tsahal ».

 « A l’opposé », explique Amit Barak, « l’association reçoit depuis plus de trois ans déjà des témoignages d’étudiants se plaignant de discrimination systématisée envers tout ce qui a rapport au sionisme dans les campus ou envers les étudiants qui ne sont pas dans la ligne politique de la majorité des professeurs».


Les plaintes concernent des humiliations, des barrages à la liberté d’expression, des attitudes de mépris en public, ou de la promotion par des professeurs de certains mouvements tels que « Yesh Gvoul », « Yesh Din » ou « Shalom Akh’shav ». A l’Université Ben Gourion de Beer-Sheva, des étudiants ont dénoncé l’introduction dans son cours par le Dr. Ayelet Harel-Shalev, d’un film réalisé par l’ancien député arabe israélien Azmi Bishara, en fuite à l’étranger depuis qu’il a été accusé de haute trahison.


A l’Université Hébraïque de Jérusalem, juste après l’Opération « Plomb Durci » une étudiante en sciences a dû travailler sur un texte comparant les soldats de Tsahal à des terroristes, sans avoir la possibilité de changer de sujet. Ou encore la décision de l’Institut Universitaire « Sapir » de réintégrer dans son personnel un enseignant arabe qui avait chassé de sa classe un étudiant en uniforme de Tsahal.


Certains professeurs accrochent sur la porte de leur bureau des posters ou des affiches de mouvements d’extrême gauche dénonçant les « crimes de guerre » de Tsahal. A Haïfa, le Professeur Vered Kraus a accroché une carte légendée en arabe, intitulée « la Palestine avant la Nakba ». Autre exemple, cette étudiante de l’Institut Universitaire
« Emek Yézréel » qui se plaint qu’on lui fait des problèmes lorsqu’elle veut exhiber le drapeau israélien. Il semble que seules les universités de Bar-Ilan et d’Ariel (Samarie) soient exemptes de ce mouvement qui prend de l’ampleur.


En 2008, « Im Tirtsou » a présenté un Rapport au Président de l’Etat Shimon Pérès, concernant l’enseignement des Sciences Politiques dans les universités en Israël : 80% des études et recherches réalisées dans ce domaine sont de tendance antisioniste ou anti-nationale, par rapport à 20% seulement qui sont favorables au sionisme !!

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :