Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Gouvernement fantôme d'Israël

4 Mai 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Société

Emily Amrousi
4 Mai 2012
Adapté par Mordeh'aï ©2012
 
Pourquoi tout le monde se fait une montagne des élections? Alors que.....
 
Le vrai gouvernement d'Israël, c'est le gouvernement de l'ombre, celui qui n'a jamais été élu. Celui de l'élite qui tire les ficelles des marionnettes politiques, qui en fait contrôle l'État d'Israël (son système juridique, ses réserves de capitaux, ses médias, ses milieux universitaires) il ne condescendra jamais à l'épreuve des urnes. Encore une fois cette semaine, ils se sont moqués du citoyen moyen stupide. Le gouvernement officiel, démocratique d'Israël a du demander au gouvernement de l'ombre de retarder la destruction de la colline d'Ulpana de trois mois. En réponse, le gouvernement de l'ombre a publié une pétition signée par «de grands juristes», décrivant la demande du gouvernement comme " l'anéantissement de la primauté du droit " et comme " une menace pour l'avenir de la démocratie."


Le même jour, à 100 kilomètres au sud de la colline d'Ulpana dans le Néguev, la suprématie du droit est détruite quotidiennement avec à peine un simple coup d'œil de la part d'un " juriste responsable."

 

Depuis 1999, le Fonds national juif a fait des plantations d'arbres dans le nord du Néguev, dans le cadre d'un plan de reboisement national. Le projet du reboisement, sous les auspices du Ministère de protection de l'environnement, il a été financé par l'Autorité des Terres d'Israël dans le but de " préserver les terres nationales."

En d'autres termes, le reboisement est la seule façon de protéger les terres domaniales de l'empiétement des Bédouins.



Dans le village d'Al-Araqeeb, au nord de Beersheba, les habitants ont l'habitude de déraciner des arbres pour faire place à des maisons unifamiliales. Cette destruction des forêts et prise de possession illégale de terres a lieu avec le soutien enthousiaste du comité supérieur de suivi arabe, et est encouragé par les gauchistes radicaux.

Les usurpateurs prétendent que la terre a appartenu effectivement à leurs grands-parents, et qu'une colonie bédouine permanente y a prospéré depuis 1858. Tout cela est très romantique, si seulement ils pouvaient en apporter la preuve devant un tribunal. La question a été portée devant trois tribunaux différents et  pas la moindre preuve n'a été fournie d' une implantation permanente ou même d'une semi-nomadisation n'a jamais existé à cet endroit.

 

Le projet du Fond National Juif  a résisté. Les bédouins ont déraciné des arbres et le FNJ les a replantés, grâce à des "rangers" énergiques plantant de jeunes arbres comme le doigt proverbial du dam. Apparemment, il est beaucoup plus facile de déraciner des arbres pour les Bédouins. Partout ailleurs dans le monde les militants "verts",  se battent contre le déboisement. Mais ici, le vert est en réalité rouge. Ces activistes "rouges-verts" ont exercé une pression frénétique sur le Fond National Juif,  jusqu'à ce que finalement la semaine dernière, la semaine de la Fête de l'Indépendance, l'organisation a jeté l'éponge. Le projet de reboisement a été abandonné.

 

Ceux qui prêchent  la primauté du droit doivent accorder que ce principe doit s'appliquer à tout le monde. Il n'est pas juste que cette règle de restriction ne s'applique qu'aux seuls juifs. Si une communauté qui construit en toute impunité et avec l'approbation du gouvernement sur des terres privées les batiments doivent être évacués et démolis, comme il a été demandé dans le  cas de la  Colline d'Ulpana, alors pourquoi ne pas faire la même chose, grace au même  raisonnement, quand il s'agit des terres appartenant à de juifs de Beit Hanina  où résident maintenant des Arabes?

 

Les exemples abondent. Ashraf, un jeune homme arabe du village de Bruqin en Samarie m'a dit au sujet des

rénovations qu'il faisait à son domicile. La moitié de sa maison se trouve en territoire de l'Autorité palestinienne et l'autre moitié est sous contrôle israélien. "Je préfère agrandir ma maison du côté israélien, car du côté palestinien, j'aurai besoin de toutes sortes de permis", dit Ashraf, " tandis que les Israéliens ne demandent rien."  Et c'est ce qu'il a fait - sans permis, sur le côté supervisé par l'Administration Civile israélienne.

De la fenêtre de la maison d'Ashraf, on peut voir les caravanes de la communauté juive voisine de Brukhin. La même communauté qui depuis 13 ans a été empêché par le gouvernement fantôme de construire ne serait-ce qu'une école maternelle.

 

Les élections sont intéressantes, voire même amusantes, mais aussi longtemps que l'équipe de dirigeants de facto d'Israël, restera en place, rien de nouveau ne sortira de l'urne lors du scrutin.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :