Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Pression américaine pour le gel de la construction, et un Etat Palestinien après le Réaménagement de la majorité à la Knesset.

13 Mai 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

 Par : Yori Yanover

publié : 11 Mai 2012

http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/new-mega-coalition-government-brings-shift-in-us-stand-on-settlements-new-pressures/2012/05/11/0/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com ©2012

 

The Boston Globe a cité un responsable de l'administration Obama, plus tôt cette semaine qui a dit que, après trois semaines de « marchandage » avec le gouvernement du premier ministre Nétanyahou, l'administration Obama a abandonné ses efforts visant à renouveler le gel de la construction dans les colonies juives pour 90 jours supplémentaires, c'est alors qu'est advenu le " deal " Netanyahu-Mofaz, garantissant au Premier Ministre l'appui substantiel de 94 Députés. Des heures plus tard, un appel est venu de la Secrétaire d'État Clinton, pressant Netanyahu d'utiliser son nouvel avantage pour promouvoir la solution de " deux états".

 

Le Globe a évoqué que l'administration avait décidé de « déconnecter » parce qu'elle avait conclu que même si Netanyahu avait pu parler à son Cabinet d'accepter un gel - qui à l'époque semblé hors de portée - pour une période de  de 90 jours la négociation entre Israël et l'autorité palestinienne n'aurait pas offert beaucoup de progrès sur les questions de base qui tiennent  à cœur aux Etats Unis.

Un Responsable officiel américain a révélé au Globe " Nous avons fait un effort important et chacun a essayé en toute bonne foi de reprendre les négociations directes dans une voie qui aurait été significative et durable," " mais la prolongation du gel n'allait pas réellement se faire."

 

" Le Premier Ministre Israelien s'appuyant sur une coalition étroite, de droite..alors oublions! "

 

A l'époque.

Selon un communiqué de presse, de mercredi, très court diffusé par le Bureau du premier ministre, « la

 Secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a appelé ce soir le premier ministre Benjamin Netanyahu pour le féliciter de la formation d'un gouvernement d'union nationale ». Mais Ha'aretz, vendredi donne bien plus d'informations sur cette conversation. Il cite également un haut fonctionnaire du département d'État, qui révèle que Clinton a dit à Netanyahu, qu'elle la teneur du ' new deal ' signé avec le président de Kadima Shaul Mofaz, et elle aime. Particulièrement la partie concernant la poursuite de la solution de deux États. Essentiellement, tous les espoirs des U.S.A qui avaient été anéantis en fin de semaine par la possibilité de parvenir à une solution à deux États ont été ressuscités, parce que Netanyahu n'avait plus aucune excuse. Hillary peut y compter, car elle voit  un gouvernement avec une majorité solide prête à recommencer à se servir des implantations juives en échange de gestes palestiniens pour la paix. Entre autres choses, Hillary a demandé que Netanyahu réponde  à la lettre président Mahmoud Abas,d'avril qu'avait esquivé le Premier Ministre.Et pour de bonnes raisons. 

 

Elle était bondée de pièges que Benjamin Netanyahu risquait de déclencher par toutes formes de réponses.

 

Le premier étant non seulement le principe de la propriété palestinienne sur Gaza, la Judée et la Samarie, mais aussi d' accorder la contiguïté géographique pour ces régions :

-- « Monsieur le premier ministre,

Parmi les plus importantes composantes des accords signés entre l'OLP et Israël c'est la reconnaissance que la Cisjordanie et la bande de Gaza constituent une seule unité territoriale, l'intégrité, en doit être préservée jusqu'à ce qu'un accord sur le statut final soit atteint. Ainsi, ils seraient soumis à un droit et et à une autorité. En reconnaissance de ce fait, j'ai décidé de mettre fin à la division de mon peuple par l'intermédiaire de la réconciliation nationale, conformément à mon programme politique qui respecte les accords signés, reconnaît l'Etat d'Israël et qui renonce à la violence. Avec regret, le gouvernement israélien a choisi d'adopter une position diamétralement opposée à la réconciliation nationale palestinienne. Hormis cela, nous continuons à honorer nos obligations, y compris la réactivation de la Commission trilatérale d'anti-incitation. »

 

Les autres pièges de la lettre d'Abbas était une liste qui, en 1992, est apparue prometteuse comme une suite de lune de miel aux chutes du Niagara, et aujourd'hui elle ne semble plus la même suite, comme après le passage des Rolling Stones un week-end. Il serait difficile pour Netanyahou de  trouver une aide,  et il ne pourrait peut-être pas atteindre une majorité de Juifs israéliens qui croient encore aux points suivants :

-- « Monsieur le premier ministre,

 Notre proposition de paix historique est toujours en attente d'une réponse d'Israël.

• Nous avons convenu d'établir l'état de Palestine sur seulement 22 % du territoire de Palestine – de tout le territoire palestinien historique occupé par Israël en 1967.

• La création d'un État palestinien indépendant qui peut vivre côte à côte avec l'Etat d'Israël dans la paix et la sécurité sur les frontières de 1967 avec un mutuel échange de terres convenus et égaux en taille et en valeur.

• La sécurité sera garantie par une tierce partie, acceptée des deux, pour être déployée du côté palestinien.

• Un règlement juste et convenu pour le problème des réfugiés comme spécifié dans l'Initiative de paix arabe.

• Jérusalem servira comme capitale aux deux États. Jérusalem-est  Capitale de la Palestine.  Jérusalem Ouest Capitale d'Israël. Jérusalem étant une ville ouverte qui peut être le symbole de la paix. »

 

Et donc, en conclusion, Abbas écrit: « nous demandons au gouvernement d'Israël de faire ce qui suit :

 

1. Accepter la solution de deux États sur les frontières de 1967 avec un possible échange mineur et mutuellement convenu de taille et de valeur égale ;

2. D'arrêter toutes les activités de constructions, y compris à Jérusalem-est ;

3. Libérer tous les prisonniers, en particulier ceux emprisonnés avant à la fin de 1994 ; et

4. Révoquez toutes les décisions prises depuis l'an 2000 qui minent les accords signés entre Israël et l'OLP».

 

L'Agence de presse palestinienne Ma'an, Riyad al-Malki ministre des affaires étrangères de l'Autorité palestinienne a déclaré jeudi  que le président Abbas s'attendait à recevoir une réponse à sa lettre dans les prochains jours. Le ministre dit les pratiques israéliennes sur le terrain  équivalaient effectivement, à une réponse " d'une manière ou d'une autre "  mais a déclaré  que « néanmoins, les dirigeants palestiniens attendent une réponse écrite. »

 

Une source israélienne a dit au Ha'aretz que l'envoyé de Netanyahu, l'avocat Isaac Molho, projette de rencontrer  Abbas à Ramallah la semaine prochaine, avec une lettre de réponse prévue. Jusqu'ici, cependant il ne semble pas que le Premier ministre indique quoique ce soit  au-delà du comment  son pays doit reprendre les négociations -- sans conditions préalables.

Mais ce qui est prévisible, les perdants réels seront les implantations juives à l'est de la clôture de sécurité. Une solution de deux états signifierait qu'elles seront démolies, à D.ieu ne plaise.

 

Un sursis peut venir d'une source la plus inattendue : le Président de Conseil de Kadima, le Député Haim Ramon, qui cette semaine a informé Shaul Mofaz qu'il quittait le parti et créait sa propre fraction minoritaire à la Knesset. Il est attendu à ce que plusieurs, peut-être bien six membres de Kadima feront défection pour rejoindre Ramon dans l'opposition. Cela pourrait affaiblir un peu la coalition de Netanyahu .


Un autre sursis viendrait d'Yisrael Beiteinu, le Président, Ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, qui pourrait décider que ses meilleures chances de retenir ses propres électeurs seraient aussi de quitter le gouvernement Netanyahu.

 

Hillary peut faire des estimations...., mais ces mathématiques ne peuvent être faites qu'en hébreu seulement …

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :