Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Eytan Gilboa : « La politique arabe d’Obama a échoué ! »

11 Septembre 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

par Shraga Blum

 http://www.israel7.com/

11/09/2011

 

Le professeur Eytan Gilboa, expert en stratégie et communications, et spécialiste des Etats-Unis, dresse un sombre tableau de la politique étrangère de Barack Obama. Il rappelle les grands discours fondateurs de sa « nouvelle approche du monde musulman » prononcés en 2009 au Caire et à Ankara, qui se résumaient à ceci : « Remplacer la force militaire par le dialogue et la diplomatie afin de résoudre les conflits qui agitent le monde arabo-musulman et rehausser l’image des Etats-Unis dans cette partie importante de la population mondiale ». « Comble de l’ironie » note Gilboa, « ce sont les événements en provenance de la Turquie et de l’Egypte qui marquent l’échec de la nouvelle stratégie du président américain ! » Ce dernier voyait dans la Turquie d’Erdogan la preuve de la possibilité d’existence d’une démocratie musulmane prônant un islam modéré et appartenant résolument au camp pro-occidental, et dans l’Egypte de Moubarak un pion stratégique stable au Proche-Orient, allié des Etats-Unis et élément modérateur dans le monde arabe !

 

 Or il s’avère, selon Eytan Gilboa « que Barack Obama reste sans moyens face à l’évolution de ces deux pays et qu’il tente davantage de limiter les dégâts que d’influer réellement sur la tournure des événements ». Concernant l’Egypte, il rappelle avec une certaine ironie ce qui s’était passé en 1979, où l’Administration US dirigée par un certain Jimmy Carter, issu de l’aile gauche du parti démocrate lui aussi, avait lâché le Shah d’Iran et aidé Khomeiny en pensant que le nouveau régime serait reconnaissant et pro-américain… « Les stratèges politiques américains (démocrates) n’ont décidément rien appris du passé » estime-t-il. Et quant à l’évolution turque, Gilboa note « que contrairement à ce que croit toujours Obama, la Turquie représente aujourd’hui un réel danger car ce pays peut servir d’exemple à de nouveaux régimes arabo-musulmans issus des "révolutions" ».

 

 Il désigne alors l’erreur fatale commise par le président américain – concernant l’Iran aussi – et qui lui est commune à bien d’autres dirigeants de monde libre : « La stratégie d’apaisement adoptée par l’Administration US a été interprétée dans le monde musulman comme un signe de faiblesse qu’il pourrait exploiter à souhait. Les guerres semi-ratées et interminables contre le terrorisme ainsi que les énormes difficultés économiques dans lesquelles se dépêtrent les Etats-Unis ont renforcé le sentiment que ce pays est en perte de vitesse et que son influence se fait de plus en plus faible dans le monde. L’attitude américaine face aux soulèvements arabes a achevé de forger cette image ».

 

 « Si les Etats-Unis étaient dotés d’un président ferme et déterminé, il est douteux que La Turquie eut pu altérer ainsi ses relations avec Israël et qu’Abou Mazen ait pu aller devant l’ONU en faisant un pied de nez à l’opposition américaine », poursuit Gilboa.

 

 Sa conclusion est sans appel : « L’affaiblissement de la position américaine dans le monde a permis à des Etats comme l’Iran et la Turquie de prendre de l’importance pour viser à devenir des puissances régionales voire globales. Le ‘Printemps arabe’ risque de se transformer en ‘Hiver nationaliste et religieux’ qui n’annonce rien de bon ni pour les Etats-Unis, ni pour l’Occident et surtout pour Israël. Si les Etats-Unis sont perçus comme forts, leurs alliés le sont aussi, et inversement. Il faut impérativement que le prochain président américain soit fort pour rétablir la puissance américaine dans le monde. Mais pour l’instant, Israël va devoir affronter des opinions publique arabes et occidentales particulièrement hostiles ».

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :