Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 16:11

Par Gavriel Queenann

http://www.israelnationalnews.com/

21/10/2011,

Adapté par Mordeh’aï pour le blog malaassot.com ©2011

 

Des sources proches du Premier ministre Binyamin Netanyahou disent qu'il était contre l'accord Shalit. Si oui, pourquoi l’a-t-il coopté?

 

En 1995, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a écrit dans son livre "A Place in the Sun" publié en 1995,

«Dès le début,» écrivait-il, «j'ai vu en l'accord Jibril un coup fatal aux efforts d'Israël de former un front international contre le terrorisme. Comment Israël peut prêcher aux États-Unis et à l'Occident, qu’ ils doivent adopter une politique de non-asservissement au terrorisme, quand Israël s'est livrée si honteusement?

"J'étais convaincu que la libération d'un millier de terroristes devait nécessairement conduire à une escalade de violences terribles, parce que ces terroristes seront acceuillis comme des héros, comme exemple à suivre pour les jeunes Palestiniens. ... [Que] la violence n'a pas été longue à venir.

"Il est clair maintenant que la sortie de prison de mille terroristes est l’un des facteurs qui a fourni l’association de la violence et des leaders qui ont enflammé l'intifada," écrivait Netanyahu.



Qu'est-ce qui a pu donc causer ce retournement saisissant le la part du Premier ministre à libérer des prisonniers de haute sécurité 1027 - dont 450 étaient incarcérés pour des activités liées au terrorisme - en échange du soldat Shalit Gilad enlevé.

 

Une source de haut rang diplomatique, a dit à Arutz Sheva que Netanyahu avait déjà exprimé sa forte opposition à l'accord Shalit en disant: "Je ne vais pas signer pour libérer des assassins en masse."

 

Selon des conseillers de Netanyahou, l'intense pression exercée sur le Premier ministre par les médias pour récupérer Shalit à tout prix a conduit au retournement à 180 degrés en faveur des sondages contre la sécurité.

 

La capitulation aux médias de Netanyahou a été renforcée par le soutien de trois chefs de la sécurité critique. Tamir Fredo du Mossad, le chef du Shin Bet Yoram Cohen, et le chef d'état major de Tsahal Benny Gantz ensemble ils auraient dit à Netanyahu, "nous allons accepter le prix à payer."

 

L'approbation de la General Security Service of Israel est survenuepour l'affaire Shalit, malgré le chiffre présenté par Netanyahu qu'il y avait déjà eu entre 8 et 12 tentatives d'enlèvements de soldats et de civils visant à renforcer les échanges de prisonniers chaque année.

 

De nombreux prisonniers libérés cette semaine, malgré la signature d'engagements de ne pas retourner au terrorisme, ont déjà annoncé qu'ils chercheraient à tirer parti de la libération par Israël de plus de terroristes en mettant en scène plus d'attaques et d'enlèvements. Juste 28 des libérés de cette semaine ont été les cerveaux qui ont orchestré la mort de 599 Israéliens.

 

Beaucoup de familles endeuillées des personnes tuées par ceux qui ont été libérés cette semaine se sentent profondément trahis et ont dit qu'ils ont trouvé difficile de partager la célébration du retour de Gilad Shalit.

 

«Est-ce que Netanyahu a tenté de faire libérer Shalit par d'autres moyens?

Pourquoi ne pas créer une pression en limitant les visites par leurs familles des terroristes emprisonnés? Pourquoi ne pas cesser de leur donner comme geôle un" hôtel cinq étoiles », comme prison?" Demanda Ron Kerman, le père de Kerman Tal, un de ceux assassinés dans l'attentat de Haïfa de bus à 2003.

 

La question de Kerman a plus une base émotionnelle. Des responsables du Hamas ont admis qu'ils ont reculé dans leurs nombreuses demandes en raison de la pression de «l'aggravation» des conditions de détention pour les terroristes dans les prisons israéliennes, qui étaient encore bien au-dessus de celles requises par les ligues des droits des hommes .

Dans la foulée de l'affaire, des analystes ont dit ne fournissons que ce que la loi exige pour les conditions de détention des terroristes.

 

Tel qu'il est, M. Netanyahu prétend qu'il n'a pas communiqué ceux qui étaient les «symboles du terrorisme» et avaient inspirer plus de terreur.

 

Mais, l'incarcération continue de Marwan Barghouti mise à part, les personnes libérées sont quand même des cerveaux d’ actes d'attentats du Dolphinarium, du Moment, du Couple, du Sbarro, et ceux de l’université Hébraïque, ainsi que le sanglant meurtre de Nahum jeune homme agé de 16 ans d’Ofir organisé en 2001 par , Amneh Muna, et les auteurs du terrible lynchage de Ramallah .

 

Maintenant, avec ce que Netanyahou a fait et accepté c’est une erreur consacrée et reconnue, tous les regards se tournent vers la Commission Shamgar, qui doit formuler ses recommandations pour faire face à d'autres enlèvements d'Israëliens susceptibles d’être commis dans les prochains mois.

 

Ils ne reste pas moins que les politiques aussi bien que les chefs de la sécurité de l’Etat ont prévu plus de terrorisme et d’ enlèvements, qui pourraient être « marchander » au même « prix».

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions